AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742799336
244 pages
Éditeur : Actes Sud (01/09/2011)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 17 notes)
Résumé :
LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

Première traduction en France d'un roman venu de la République populaire démocratique de Corée (du Nord), ce livre nous invite à partager les investigations d'un magistrat qu'une femme a saisi d'une demande de divorce - et qui se trouve donc confronté à un dysfonctionnement social. Là-bas, en effet, les affaires privées engagent l'intérêt public. Et en l'occurrence, la requête est rendue particulièrement délicate par les p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
alicejo
  29 novembre 2011
Ce roman est un des événements de la rentrée littéraire 2011 (bien qu'écrit en 1988), le premier roman nord-coréen jamais traduit en Europe ! Ne vous attendez pas à un texte subversif. le traducteur, Patrick Maurus, nous averti dans sa préface, que ce roman a été écrit pour un public nord-coréen par un auteur partisan du régime et qu'il a été minutieusement relu par les services de la censure. Hormis une critique audacieuse sur certaines pratiques de personnages haut placés, pratiques qui nuisent à la bonne marche de la nation, vous n'apprendrez rien sur le système politique en place.
Des amis retrace le parcours d'un couple que la vie a peu a peu séparé. Soon -Hwi, cantatrice renommée ne se satisfait plus de la vie qu'elle mène avec son mari Sok-Chun, ouvrier tourneur qu'elle a rencontré 10 ans plus tôt lorsqu'elle était elle-même ouvrière. le manque d'ambition de son mari, l'essor de sa propre carrière, tout les sépare désormais. Cependant, en Corée du Nord, le divorce n'est pas seulement une affaire de couple (même si celui-ci est consenti par les deux conjoints) mais aussi une affaire de société (le mariage étant un des piliers de la Nation) qui peut entacher la réputation d'une entreprise et de ses dirigeants. C'est donc le juge Jong Jin-Woo qui va au terme d'un enquête minutieuse auprès des proches, des collègues et supérieurs hiérarchiques des deux époux, se prononcer ou non en faveur de ce divorce.
Ce n'est pas un roman désagréable à lire malgré certaines longueurs (on aurait pu faire l'impasse sur la thèse du juge, alors étudiant, sur le mariage) et assez intéressant du fait qu'il lève le voile sur la vie de (certains) nord-coréens. Cependant il ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Le personnage du juge, en proie au doute sur son propre couple est intéressant car un peu rebelle. Cependant je l'ai parfois trouvé trop chevaleresque (à l'instar de certains héros de séries télé bien franchouillardes type l'instit), n'hésitant pas à braver le froid de la rivière pour ramener un sac de sable à l'usine ou prendre en charge l'enfant de Soon -Hwi et Sok-Chun en l'absence de ses parents.
Un peu trop de bons sentiments à mon goût donc, une vision assez machiste du rôle d'épouse, et ce qui m'a un peu gênée mais pas surprise, une vision partisane sur le bon fonctionnement de la Nation nord-coréenne. Mais comme le rappelle le traducteur dans sa préface, après tout, qui sommes-nous pour juger un pays que nous ne connaissons pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
traversay
  28 août 2012
Camarade lecteur, Des amis est le premier roman nord-coréen à bénéficier d'une traduction en Europe. Il a été publié en 1988 dans son pays, témoignage d'une ère nouvelle car, pour l'une des premières fois, les héros y étaient des gens ordinaires et ne contait pas par le menu les faits et gestes des dirigeants du régime. Il faut lire la préface de Patrick Maurus, son traducteur, qui a priori peut sembler agaçante, par son côté "donneur de leçons", mais qui propose une grille de lecture qui n'en est pas moins utile. "Ce roman n'a pas été écrit pour des regards étrangers. Ce n'est pas un brûlot contre le régime, ce n'est pas non plus de la propagande comme on l'entend en occident, mais une fiction littéraire qui se revendique comme telle." Bien, voyons cela de plus près, camarade lecteur ! le personnage principal du roman de Baek Nam-Ryong est un juge chargé de statuer sur un divorce. On s'aperçoit très vite que cette affaire dépasse largement le domaine privé et devient une question sociale, voire politique. Ce juge va enquêter sur le couple en instance de séparation : elle est cantatrice, il est ouvrier. Elle a changé de statut au fil des années, il est plus conservateur et moins enclin à changer. Progressivement, cet homme et cette femme vont être amenés à faire leur auto-critique et à reconnaître leurs fautes respectives. Il y a là quelque chose qui rappelle la révolution culturelle chinoise, en plus doux, heureusement. Au-delà des passages dédiés à la glorification du régime, pesants, mais "obligatoires", la figure du juge est particulièrement intéressante. Il s'immisce dans la vie des autres, joue au raccommodeur de ménages, tout en vivant lui-même une situation singulière, sa femme étant le plus souvent en voyage d'affaires. Il s'en faudrait de peu, finalement, pour que son propre couple soit en difficulté, lui aussi. le livre, étonnamment, possède un humour discret et une ironie sous-jacente qui font passer les quelques chapitres, disons, dialectiques. Les dialogues sont très réussis, souvent ponctués de ?, ... ou !, qui leur donnent un caractère très vivant. Des amis a un côté fleur bleue et sentimental plutôt surprenant, l'amour et la famille semblant le socle essentiel sur lequel repose la société nord-coréenne. C'est évidemment une vision partiale et partielle, qui correspond mal à l'idée que les étrangers se font de la dictature de Pyongyang. Néanmoins, camarade lecteur, il s'agit d'un texte qui "ouvre une fenêtre sur l'un des pays les plus fermés du monde" et qui est aussi un objet littéraire de bonne facture, agréable à lire et bien construit. En espérant que de nouvelles traductions nous parviendront très bientôt car notre curiosité, camarade lecteur, et notre désir de mieux comprendre le fonctionnement de la société nord-coréenne est loin d'être étanchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ShannaAspirot
  16 février 2015
L'histoire de Des amis traite d'un couple demandant le divorce. Cela peut sembler banal pour la plupart des lecteurs si on considère uniquement le thème du roman.
Cependant, le fait qu'elle soit écrite par un auteur nord-coréen n'ayant pas sorti de son pays, et qui n'est donc pas influencé par des valeurs capitalistes, est ce qui rend ce roman si intéressant. Par exemple, l'auteur affirme tout au long du roman que le divorce n'est pas seulement un problème de couple, mais également une affaire d'État pouvant perturber des aspects sociaux. Cette manière de penser ne se retrouverait jamais dans les valeurs d'une société capitaliste.
J'ai apprécié lire un ouvrage ne traitant pas uniquement sur le régime machiavélique de Kim Jong-Un. Bien sûr, je n'ai pas terminé la lecture de ce roman avec un opinion favorable face au régime nord-coréen mais j'ai trouvé enrichissant de lire un auteur vivant cette réalité qui, pour un occidental, est presque inconnue. Il était possible d'imaginer une Corée qui n'est pas comme nous la voyons dans les documentaires. Évidemment, l'ouvrage a été écrit un peu avant la famine des années 1990. La situation a dû changer depuis. Il faut aussi prendre en compte que l'histoire concerne des citoyens vivant en ville et ayant une situation favorable, contrairement aux paysans vivant loin de la capital. Si l'histoire avait concerné un autre rang social, elle aurait été complètement différente (et n'aurait évidemment jamais été publiée vu les critères de censure en Corée du Nord).
Bref, je recommande cette lecture que j'ai bien aimé!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nastie92
  19 mars 2013
Après avoir lu le saisissant "Rescapé du camp 14", j'ai cherché à en savoir un peu plus sur la Corée du Nord. Et là, j'apprends qu'il existe un roman (un seul !) nord-coréen traduit en français. L'auteur n'est pas un dissident, ce n'est pas le Soljenitsyne nord-coréen, il est en quelque sorte "agréé" par le régime. Il ne faut donc pas s'attendre à une quelconque dénonciation du pouvoir en place.
Curieuse, je me lance !
Heureusement que l'ouvrage est court, car franchement, ce n'est pas le livre du siècle.
Une femme va voir un juge pour demander le divorce car elle trouve que son mari manque d'ambition. le juge n'approuve pas cette demande, car le mari est un bon ouvrier.
Tout est bien qui finit bien : le couple ne divorcera pas, le désir personnel s'effacera devant l'intérêt général.
L'histoire est entrecoupée de longs passages moralisateurs, glorifiant le travail ouvrier et ceux qui oeuvrent pour la société.
Je suis contente d'avoir lu ce livre... mais je suis contente de pouvoir maintenant passer à une lecture plus intéressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
CallieTourneLesPages
  28 décembre 2018
Si on laisse de côté la provenance de ce roman, on a affaire à un roman plutôt bien construit sur un fait de société: le divorce. le déchirement d'un couple, la place de l'enfant.
On découvre ici dans l'enquête du juge, une culture différente, celle de la Corée. Un juge investi, qui n'a pas les mêmes pratiques qu'un juge français. L'auteur donne une large place à l'organisation de la politique nord-coréenne mais surtout à la culture quotienne. Fan de K-drama sud-coréen j'ai retrouvé énormément la même culture, les mêmes rapports entre les individus. Les coréens se représentent bien souvent dans la bienveillance envers son prochain et le respect des aînés. On découvre une partie du quotidien des nord-coréens. Leur rapport au travail et à la société. On a une vision interne et quotidienne qui même si elle est contrôlée donne à voir le quotidien d'une partie de la population.
Habituée des polars, il manque pour moi, un peu d'action dans ce récit qui est un récit de société, une histoire du quotidien d'un juge des familles en Corée du Nord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (6)
Bibliobs   26 octobre 2011
Publié en 1988, «Des amis» marqua son lancement. Premier roman nord-coréen traduit en français, il parle de mariages moribonds, d'amour-propre qui tourne en détresse, d'égoïsme menaçant l'ordre social; mais aussi ce qui lui donne son parfum singulier, de la possible rédemption par la parole et l'écoute.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   12 octobre 2011
Inédit : un roman nord-coréen traduit en français et qui plus est un portrait critique montrant que le régime contrôle l'intimité des êtres. […] mélange de puritanisme doctrinal et d'ironie décalée. Le roman le plus exotique de la rentrée littéraire!
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   16 septembre 2011
Bien construit, mais non sans longueurs lorsque l'auteur se lance dans de soporifiques arguties idéologiques ou considérations sur l'origine de la vie sociale, Des amis dresse un tableau des déchirements intimes propres aux êtres enserrés dans les contraintes d'un système coercitif et en quête du bonheur laissé à leur portée.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   16 septembre 2011
Ce roman est révélateur d'une démarche littéraire qui commence dans les années 1980, visant à se déprendre du "réalisme socialiste" et du "romantisme révolutionnaire" - idéalisant le combat héroïque et le sacrifice - pour traiter de la vie des gens ordinaires.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   02 septembre 2011
Un couple divorce. Elle est cantatrice, il est ouvrier. Ce serait un drame conjugal banal s'il n'était raconté dans le premier roman nord-coréen jamais traduit en Europe, Des Amis, ouvrant une fenêtre sur l'un des pays les plus fermés au monde.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Bibliobs   11 août 2011
[Qui] voudrait trouver dans ce livre un brulot manichéen contre le régime nord-coréen peut d’ores et déjà passer son chemin. Avant d’être une critique, l’ouvrage de Baek Nam-Ryong est surtout une fiction littéraire et se revendique comme telle.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 octobre 2018
Brûlée par le soleil, gercée par le vent, trempée par la neige et la pluie, elle parcourait la montagne pour planter des arbres. Elle gardait peu d'argent pour elle-même chaque fois qu'elle touchait son salaire et envoyait tout le reste à son mari. Contrairement aux autres femmes, elle n'achetait pas de vêtements au changement de saison et ne se maquillait jamais. Elle trouvait que ce n'était pas nécessaire , et que quelques vêtements pour sortir suffisaient, puisqu'elle travaillait dans les montagnes, dans les forêts et les vallées. Son espoir était que son mari finisse l'université et devienne un grand ingénieur. (...) Elle n'avait jamais pu s'installer dans le coeur de son mari. Son mari ne lui avait pas ouvert la porte de son coeur. Lorsque, de temps en temps, elle s'ouvrait, il en sortait un air froid comme d'un entrepôt vide. (p. 38)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MagreeteMagreete   08 juillet 2013
La stalactite brillante était couverte de la clarté de la lune. Les maisons d'en face apparaissaient vaguement entre les ormes enveloppés dans la neige comme des imperméables. Les toits étaient couverts d'un couette épaisse d'ouate blanche et dormaient dans une lueur bleutée. Au-delà, on voyait une paroi gris argenté couverte de neige, au loin les montagnes blanches se dressaient vers le ciel bleu-noir comme des murs antiques. les objet allongés autour de la paroi et des maisons, au pied des montagnes, semblaient comme des sculptures de marbre. Les ombres de neige et de nuit étaient en harmonie. Le silence froid et enveloppant de la nuit d'hiver mystérieuse couvrait les environs. La profonde tranquillité et le froid se firent de plus en plus profonds, mais la nature nimbée de lune ne perdit pas de sa beauté.
- Elle est vraiment belle, cette nuit... Les étoiles sont comme des diamants.
- ...
- Cette première nuit, je ne l'oublierai jamais de ma vie.
- ...
- Elle restera comme un beau souvenir. N'est-ce pas ? Eun-Ok, qu'est ce que tu en pense ?
- Camarade Jin-Woo, là bas ... au delà de ces montagnes, vers Samtaesong, il y a Yonsudok.
- !...
Ils regardèrent l'espace bleu-noir. En montant au sommet de la montagne sombre, on avait l'impression qu'on pourrait toucher de la main les étoiles brillantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alicejoalicejo   26 novembre 2011
- L'époux Jong Jin-Woo et l'épouse Han Eun-Ok, devant leurs parents, leurs familles, leurs camarades, leurs amis... devant les anciennes et les futures générations, devant le Parti et notre pays, s'unissent par les liens sacrés du mariage et fondent une famille. Il faut insister sur le fait que l'harmonie de la famille, la cellule de la société, conditionne la solidité de la nation, qu'il faut vivre avec sincérité sans changer de sentiment pour la prospérité de notre mère le pays, en s'aidant et se soutenant jusqu'aux cheveux blancs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nastie92Nastie92   19 mars 2013
Le problème du divorce n'est pas un problème privé, ni un problème administratif qui se résumerait à rompre ou non les relations entre époux. C'est un problème social et politique qui réside dans le destin de la famille en tant que cellule de la société, et dans la solidité de la grande famille de la société. C'est pour cela que notre tribunal le traite avec sérieux.
- Camarade juge, je connais bien la supériorité de notre code.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nastie92Nastie92   19 mars 2013
Jong Jin-Woo le regarda avec respect, lui qui avait le sens de la justice de la vieille génération et la conscience de ses devoirs. Pour lui, les rides de son visage de personne âgée n'étaient pas que les traces du temps. Il se dit que ses rides étaient un symbole vivant de soutien au Parti avec ses efforts pénibles de toute une vie, dans la sincérité.
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : coree du nordVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
7595 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur ce livre