AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Danielle Michel-Chich (Traducteur)
EAN : 9782856164532
Éditeur : Presses de la Renaissance (18/03/1998)
3.8/5   10 notes
Résumé :
Et une voix pour chanter est l'autobiographie de Joan Baez dans lequel elle relate sa vie, ses expériences en tant qu'artiste depuis sa jeunesse jusqu'en 1987. Son titre original est And a voice to sing with.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Petitebijou
  15 juillet 2013
Cette autobiographie (s'achevant en 1998) raconte davantage le parcours d'une femme militante et engagée politiquement avec une constance qui force l'admiration, que celui d'une chanteuse-musicienne. Si chanter fut toujours une nécessité et un plaisir pour Joan Baez - dotée d'une voix naturelle stupéfiante, elle a toujours été moins égocentrique que ses pairs artistes, à commencer par Bob Dylan, avec lequel elle demeure associée pour la plupart des amateurs de folk-song. La légende a fait de Dylan le champion de la protest-song (ce qu'il a toujours récusé par ailleurs), mais il est passionnant de constater combien le poète ne pense qu'avec son nombril de créateur (même joli), essentiellement préoccupé par son ego, alors que la chanteuse s'est attachée à ce que sa vie soit le plus possible en cohérence avec ses idées. Plus qu'une question de sincérité, c'est au niveau des tripes que ça se passe. Joan Baez a été de tous les combats de son époque, défendant les causes auxquelles elle croit sans demi-mesure, sacrifiant souvent son bonheur privé à son altruisme. Ce n'est qu'arrivée à la cinquantaine qu'elle s'est autorisée à écouter ses propres désirs et vivre davantage pour elle. Sa vie est devenue moins radicale, plus légère. Touchante de sincérité, lucide, sans cesse à l'écoute du monde, Joan Baez nous raconte avec ce qu'il faut d'autodérision une vie de passion et de dévouement, on peut oser le mot. Au passage, elle rend un très bel hommage aux femmes de sa famille, de sa mère à ses soeurs, qui n'ont cessé d'être un exemple pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
simoncailloux
  31 août 2020
Livre que j'ai lu il y a 30 ans et dont le contenu avait produit chez moi un effet émotion, exemple de vie à suivre. J'ai décidé de reprendre la lecture de ce livre afin de pouvoir en faire une critique. La seconde lecture a plutôt été introspective. Je me suis documenté sur la chanteuse au-delà de l'édition du livre soit 1988 en version anglaise, sur ses chants, ses tournées mondiales, sur la folk et la country music. C'est vraiment une grande dame qui aura décidé de chanter en tournée jusqu'à l'âge de 78 ans et y sera parvenue. Son chant le plus célèbre, à mon avis, est We shall overcome qui signifie : « Nous vaincrons. »
Elle est fille de père mexicain et de mère écossaise. Son père avait pensé devenir pasteur, mais finalement choisi la physique et les mathématiques. Les parents dans le cheminement spirituel ont choisi la religion Quaker qui est un mouvement dissident de l'Eglise anglicane et fondée au XVII e siècle.
Dans ses années d'adolescence Joan Beaz était candidate pour chanter dans une chorale de filles. Elle ne fut pas acceptée et pensait que c'était parce qu'elle n'était pas issue de la bonne société et parce que son vibrato n'était pas assez mûr. Ne dit-on pas qui veut la fin prend les moyen ? Elle travaillait sa voix et au bout de fort peu de temps elle parvient à trouver un vibrato tremblant mais correct.
Sa fibre sociale, elle le doit bien sûr à ces parents mais aussi à Ira Sandperl, un juif disciple du Mahatma Gandhi. Ira Sandperl a aidé Joan Baez à fonder « l'institut pour la non-violence. » Ira a consacré sa vie aux principes de non-violence, de vérité et de justice. Il a enseigné à l'école du dimanche dans une église Quaker de Palo Alto. Ce fut l'occasion de rencontrer Joan alors étudiante au lycée de Palo Alto.
Une autre rencontre déterminante dans la vie de Joan, Ginetta, qui fut très longtemps son amie, l'a entraîné dans Amnesty International. Ensuite, en 1970 Joan Baez a joué un rôle déterminant dans la fondation de la section américaine d'Amnesty International.
Son amie Ginetta lui était de bon conseil. Elle lui a appris la diplomatie, la retenue nécessaire auprès des chefs de gouvernements. Elle disait : « Ne fermez pas la porte, il est possible d'avoir besoin de cette personne un jour. »
En 1979, Joan a fondé son propre groupe de défense : Humanitas International dont l'objectif ciblait l'oppression. La narratrice déclare : « Je suis fière de ce qu'Humanitas a su accomplir depuis sa fondation. Bien que je ne puisse pas toujours m'investir totalement dans chacun de ses projets, je me réjouis à la seule idée qu'Humanitas continue le combat sur des questions qui me tiennent tant à coeur. »
Joan Baez conduit la marche d'énormes manifestations. Elle attire les foules par son nom et ses chansons. C'est une contestataire, elle refuse de payer son impôt militaire lors de la guerre du Vietnam et motive son action par une lettre envoyée au service des contributions directes.
Joan Baez est une belle voix soprano qui est dans les années septante au sommet de la musique folk, country, gospel.
Encore toute petite, elle déclare : « Je suis très ouverte aux autres. Je n'écarte jamais les perdants et n'aime pas mépriser qui que ce soit. J'adore dessiner. J'ai suivi par correspondance un cours d'art et je pourrais peut-être un jour en faire mon métier. le chant est pur moi un excellent exutoire. »
Sa vie privée :En en 1961 et durant quelques années, elle fréquente Bob Dylan. En 1967 elle rencontre en prison David Harris un pacifiste. Ils se marient à leur sortie de prison. de cette union un fils, Gabriel.
Les bémols de l'ouvrage : La chronologie n'est pas toujours respectée c'est-à-dire que différents sujets vécus dans le temps, s'imbriquent, se mélangent. Je trouve que le livre aurait gagné à avoir en fin de volume une chronologie de cette vie bien remplie, un index de personnes rencontrées et de mots clefs eut pu être utile. le coeur de l'histoire eu pu être d'avantage divisé par des chapitres. Pour autant c'est un livre que tous les amateurs de folk et country music doivent avoir lu ainsi que ceux qui s'intéressent à l'actualité en matière d'orientation justice et paix.
Joan Baez a mis deux ans pour écrire ce livre. Sa famille et ses amis l'ont aidé à raviver ses souvenirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   04 octobre 2012
Plus que le portrait d'une des plus célèbres chanteuses de notre temps, cette autobiographie brosse tableau d'une époque - ces quarante dernières années, telles que Joan Baez les a vécues.
Joan Baez revit ici toutes ces années Woodstock avec une authenticité et une générosité rares. Elle ne cache rien de ses émotions lors de sa liaison avec Bob Dylan, ou de son mariage avec David Harris, ou de sa courte passion pour une femme, ou encore des joies de la maternité.
A chaque page le lecteur est plongé au coeur de l'action : en concert, en tournée, avec Martin Luther King lors des grandes marches pour les droits civiques des noirs, en Pologne avec Solidarnosc, avec Danielle et François Mittterrand...
Joan Baez parle aussi de son enfance "Quaker", de son père d'origine mexicaine, de sa mère écossaise, de ses croyances, de ses combats pour la paix et la justice.
Aujourd'hui si elle considère que beaucoup de choses ont changé pour elle, une seule reste la constante de son existence entière : la non-violence, unique moyen d'influer intelligemment sur l'évolution de la société.
Un document courageux et profond.
(quatrième de couverture de l'édition de poche parue en 1988)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MacabeaMacabea   16 octobre 2016
DIAMONDS AND RUST


Well I'll be damned
Here comes your ghost again
But that's not unusual
It's just that the moon is full
And you happened to call
And here I sit
Hand on the telephone
Hearing a voice I'd known
A couple of light years ago
Heading straight for a fall

As I remember your eyes
Were bluer than robin's eggs
My poetry was lousy you said
Where are you calling from?
A booth in the midwest
Ten years ago
I bought you some cufflinks
You brought me something
We both know what memories can bring
They bring diamonds and rust

Well you burst on the scene
Already a legend
The unwashed phenomenon
The original vagabond
You strayed into my arms
And there you stayed
Temporarily lost at sea
The Madonna was yours for free
Yes the girl on the half-shell
Would keep you unharmed

Now I see you standing
With brown leaves falling around
And snow in your hair
Now you're smiling out the window
Of that crummy hotel
Over Washington Square
Our breath comes out white clouds
Mingles and hangs in the air
Speaking strictly for me
We both could have died then and there

Now you're telling me
You're not nostalgic
Then give me another word for it
You who are so good with words
And at keeping things vague
Because I need some of that vagueness now
It's all come back too clearly
Yes I loved you dearly
And if you're offering me diamonds and rust
I've already paid
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
simoncaillouxsimoncailloux   31 août 2020
Lorsque je lui demandai pourquoi nous étions si différents, il me répondit que c’était très simple : je pensais pouvoir changer les choses tandis que lui savait que c’était impossible. Je fus perturbée par sa réponse. Peut-être finirait-il comme Roi du rock and roll et moi comme Reine de la Paix. Un jour nous allâmes diner avant le spectacle. Bob avait posé ce que j’appelais sa « veste torchon » sur un porte manteau dans la loge. J’avais tenté de le convaincre de porter un vêtement moins dégoûtant que cette veste trop grande et archi usée qu’il adorait. Je remportai une victoire puisqu’il mi autre chose pour aller manger. Mais lorsque nous sommes rentrés, la veste avait disparu. Je me senti terriblement coupable et Bob hurla, le visage cramoisi au gardien noir d’un mètre quatre-vingts de « foutre le camp d’ici ». Le gardien disparu immédiatement. Bob se tourna alors vers moi toujours en hurlant. Ses traits étaient tordus, ses yeux étaient cernés de rouge. Je me ressaisis et lui ordonné de plus jamais parlé ainsi ni à moi ni à personne d’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
simoncaillouxsimoncailloux   01 septembre 2020
En 1972 Ginetta me parla d’une organisation qui s’appelait Amnesty International et de son travail en faveur tous les prisonniers politiques, quelle que soit leur idéologie, leur race et leur religion. Au cours des années qui suivirent, je découvris l’incroyable passé de Ginetta. Je n’en donnerai ici que quelques anecdotes car elle rédige enfin le livre que nous l’avions tous pressé d’écrire et elle y décrira les horreurs qu’elle a vécu à l’âge de dix-neuf ans. Membre de la résistance en Italie du Nord, elle a été arrêtée et a passé quarante jours épouvantables dans une prison où on a tenté, par toutes les formes de tortures, de lui extirper des informations. Elle survécut à grandes peines. Ginetta est dotée par naissance d’un esprit vif, d’un amour de la vie et de la beauté, d’un humour inébranlable et d’une foi dans les gens qui font pensé à Anne Frank. Son expression favorite, « Il y a tant de gens merveilleux au monde ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MacabeaMacabea   20 novembre 2016
Roland Barthes disait qu'"on échoue toujours à parler de ce qu'on aime" - cela est très juste et vrai. C'est ce que j'éprouve par rapport à Joan Baez. Difficile à dire pourquoi je l'aime, mais le fait est que elle me touche. Elle est sincère et courageuse. Généreuse, travailleuse, entière. Une force tranquille. J'aime quand elle chante a capella très concentrée et sérieuse, ou bien accompagnée de sa guitare. Joan Baez m'épate, elle n'a peur de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Joan Baez (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joan Baez
JOAN BAEZ ~ Amazing Grace ~
autres livres classés : dylanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Joan Baez (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
823 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre