AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2729844686
Éditeur : Ellipses (05/05/1998)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Collection dirigée par Bernard Valette.Cette collection propose des ouvrages de synthèse ou de méthodologie dans les domaines littéraire et philosophique.Conçue en priorité pour les élèves de première et de terminale, elle sert de passerelle entre le lycée et l'université. Mais elle fournira aussi aux enseignants et au public cultivé un cadre à des études plus approfondies. En accompagnant le texte critique d'un parcours anthologique et de nombreuses références et i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cmpf
  15 octobre 2014
Ouvrage qui fait partie de la collection Thèmes et études de l'éditeur Ellipses que je découvre avec ce titre. Mais vers laquelle je pense revenir.
Le livre consacré au réalisme et au naturalisme qui sont deux écoles du roman au XIXème, commence par trois petites parties destinées à préciser premièrement le contexte politique. Deuxièmement l'environnement économique et social y compris les progrès scientifiques. Troisièmement la peinture entre 1848 et 1883 et le roman au milieu du siècle.
Suit un petit chapitre sur les précurseurs du réalisme, Stendhal et Balzac. A partir de ce point l'auteur s'appuie sur des extraits des oeuvres des auteurs qu'il étudie afin d'éclairer son propos.
Un chef de file ayant manqué à ce mouvement, Bafaro présente ce qu'il appelle la bataille réaliste à travers quatre auteurs Champfleury un ardent défenseur du réalisme, Duranty, Flaubert et les Goncourt.
Il se penche après cela sur le naturalisme à travers bien sûr, le chef de file Zola, Maupassant, Huysmans et les amis des soirées de Médan. J'y ai trouvé particulièrement parlante la comparaison chez Flaubert et chez Zola de deux scènes équivalentes d'un enfant que ses parents découvrent mort, et que l'on entreprend de peindre. La première scène est extraite de L'éducation sentimentale, le second de L'oeuvre.
L'ouvrage se poursuit sur une anthologie regroupant des préfaces et de textes théorique défendant la réalité dans le roman. On y retrouve la plupart des auteurs nommés auparavant augmenté De Nerval. Il se clôt sur une courte bibliographie.
L'intérêt de ce livre est de montrer combien il est difficile de définir ces deux mouvements et surtout de les circonscrire. On sait que Flaubert classé dans les réalistes ne se voulait d'aucune école, que Maupassant présenté comme disciple de Zola s'est démarqué du naturalisme et se reconnaissait comme maitre, Flaubert.
Cet ouvrage a les défauts de ses qualités. Court (110 pages), il ne saurait être exhaustif. Mais il permet une première approche pour celui qui ne connaît pas le sujet. le souci de commencer par une esquisse du siècle montre bien qu'il ne s'adresse pas à des spécialistes.
L'usage d'extraits pour expliquer et illustrer le propos est un vrai plus. de même que le rassemblement de plusieurs textes théoriques sur le roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cmpfcmpf   15 octobre 2014
Nous avons dit plus haut qu’autour de Courbet un groupe d’artistes avait pris fait et cause pour ses tableaux. Ces prises de position polémiques sont à l’origine du mouvement réaliste en littérature. Il se constitua autour de Champfleury, qu’on a pu surnommer « le Courbet de la littérature » mais qui n’avait pas le génie de ce dernier. Aussi le camp réaliste n’a-t-il jamais bénéficié de ce qui avait puissamment soutenu la cause du romantisme, un Victor Hugo lançant une préface de Cromwell. Champfleury avait découvert Courbet quand celui-ci dessina la manchette du deuxième numéro du Salut public, une revue éphémère dont il fut co-rédacteur avec Baudelaire. Il devint le plus chaud partisan du peintre et de son esthétique jusqu’en 1863 où, comme on l’a vu, il rompit avec lui. Il est difficile de parler d’école réaliste tant les artistes et les écrivains qui se rallièrent à cette bannière différaient par leurs objectifs et leurs convictions. On peut néanmoins considérer que tous refusaient d’être « des rêveurs à nacelle » attardés et se cherchèrent des liens avec quelques précurseurs, de Rabelais à Balzac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : naturalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XIX° siècle)

La Chartreuse de Parme

Stendhal
Alfred de Vigny
Honoré de Balzac

21 questions
543 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 19ème siècle , 19ème siècleCréer un quiz sur ce livre