AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791037505217
243 pages
Les Arènes (28/10/2021)
4/5   13 notes
Résumé :
Trois femmes ont décidé d'écrire un livre ensemble.
Elles sont rabbin, imame et pasteure et ont abordé tous les sujets qui leur tenaient à coeur.
Quelle place pour les femmes dans leurs trois religions, marquées par des siècles de patriarcat ? Peut-on faire une lecture féministe de la Torah, de la Bible ou du Coran ? Comment réagir aux représentations souvent dévalorisantes du corps de la femme ? Comment distinguer ce qui relève du divin et de la tra... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

Des femmes et des dieux | Kahina Bahloul & Floriane Chinsky & Emmanuelle Seyboldt| 243 pages| Les Arènes (2021)| 4.21/5 (12 notes !).

Ce livre présente le portrait de trois femmes des différentes religions monothéistes, c'est-à-dire une Juive, une Chrétienne et une Musulmane. Leur point commun ? Eh bien ce sont des femmes tout simplement ! Et alors ? Bah c'est pas facile en religion de se faire une place en tant que femme ! Femmes + Religions = Cette histoire. Donc soit pour les nanas soit pour les hommes qui aiment les nanas (donc… presque tous ?). XD.

Le trio va raconter leur premier contact avec la religion, comment cela les a appelés et le sens qu'elles donnent à leur vies.

"Que l'éternel soit avec moi ou pas, je fais le boulot."

Amour pour l'être humain ? Ou peut-être tout simplement, la sécurité du Paradis ?...

Après moi j'aime pas trop les gens qui écrivent sur eux-mêmes, genre les témoignages, je crois que la fiction est infiniment plus puissante, car elle laisse place à l'imagination et tout… Je connais un tas de gens qui ont eu une vie difficile ou des trucs à raconter et qu'ils s'étalent pas personnellement, ou alors en métaphore avec de l'imagination.

« Tiens maman regarde ce sont des femmes qui sont prêtres !! Moi aussi je veux être prêtre ! »

« Papa ! Je veux être moine. »

Ces citation ne sont pas du livre mais un bon point si vous en trouvez l'auteur.

Bonne Lecture ; ) ++


Lien : https://vella.blog/
Commenter  J’apprécie          180

Ce livre a découlé des discussions, pendant une semaine,entre

Floriane Chinsky,rabbin, Kahina Bahloul, imam et fondatrice de la mosquée Fatima à Paris, et Emmanuelle Seyboldt, pasteur et présidente du Conseil national de l'Église protestante unie de France . Elles nous apportent des éclairages théologiques passionnants et accessibles à tous en s'appuyant sur leur histoire, leurs parcours. Elles réfléchissent et racontent les obstacles qu'elles ont surmontés. Et tout cela avec un grand respect, une grande écoute et de l'humour. Une lecture apaisante, pleine d'espoir, riche, profonde, instructive , qui ouvre à la réflexion, une grande aventure humaine

Commenter  J’apprécie          110

Pendant une semaine entière, trois femmes, une imane, une rabbin et une pasteure ont dialogué autour de leurs vies et de leurs religions.

Elles ont d'abord retracé leur parcours depuis leur enfance jusqu'à leurs responsabilités actuelles. Chacune provient d'une famille où la religion était vécue de façon ouverte, heureuse, voire joyeuse. Lorsqu'elles lisent les textes du Coran et de la Bible, elles le font avec une intelligence et une liberté que leur donne l'étude historico-critique. Elles n'hésitent pas à pointer les incohérences, à corriger les erreurs de lecture, à citer les contextes. Kahina Bahloul montre que « les hommes se sont approprié le discours religieux et l'interprétation des textes » et lit que le statut de Marie dans le Coran est celui d'une prophétesse et d'une enseignante. Emmanuelle Seyboldt n'est pas en reste en relisant le chapitre 11 de la 1ère lettre aux Corinthiens et en mettant en valeur la situation des femmes dans la communauté de Corinthe et la volonté de Paul que le culte puisse accueillir les non-croyants. Elle en conclut que « faire taire les femmes aujourd'hui est exactement le contraire de l'intention de Paul« . Floriane Chinsky se rappelle la première fois qu'on l'a appelée à monter à la Torah et, se basant sur un passage du Talmud, traité Meguila, affirme que « tout le monde est habilité à monter à la Torah [lors du culte à la synagogue] même une femme, même un mineur ».

Ces femmes, libérales dans leur pratique de la religion, abordent sans tabou la question du contrôle du corps de femmes. Elles citent les textes pour monter que Dieu n'a rien à y voir et que c'est le résultat des siècles de domination masculine et du poids du patriarcat. Sur la question de la place des femmes dans leurs religions, elles admettent que la conquête de l'égalité n'est pas gagnée, qu'on « oublie » de lire certains textes en les recontextualisant, qu'il y a la barrière des représentations mentales. Une lecture contemporaine et éclairée des textes a nettement tendance à mettre les femmes en avant. On regrettera l'absence d'une catholique sur cette question !

Il faut encore évoquer leurs discussions sur le sacré, sur la contemporanéité des trois religions, sur le Dieu en qui elles croient, sur la fidélité, l'impureté, le plaisir…

Le chapitre sur l'étude hsitorico-critique des textes recueille leur plein accord : »pour que le texte prenne sens, qu'il soit vivant, il faut qu'il soit expliqué et proclamé » dit Emmanuelle Seyboldt. Floriane Chinsky rappelle qu'il y a deux versions des Dix commandements comme si « le rédacteur tenait à ce que nous gardions l'esprit critique ». On est loin des lectures littérales !.

Ces trois femmes, ministres et théologiennes, posent un regard neuf sur les religions qui, depuis leurs fondations, se sont sclérosées. Leur vision est libérale, certes teintée de féminisme, mais surtout profondément humaniste. Elles ne renient pas leurs différences d'interprétations et de pratiques, adorant un Dieu unique, elles sont presque totalement en accord. Elles prouvent qu'un dialogue inter-religieux détendu et respectueux est possible, et qu'il est d'une grande fécondité.

La lecture de ce livre est plus aisée que ne laissent augurer les thèmes abordés. C'est un livre plein d'espoir, enrichissant et réjouissant.


Lien : https://lecturesdereves.word..
Commenter  J’apprécie          10

Que voilà un ouvrage intéressant et réconfortant.

3femmes occupant des postes religieux importants : pasteure, rabbine et imame (mais oui) dialoguent sur les aspects communs ou divergents de leur appartenance spirituelle.

Un chapitre est une journée de discussions, chaque fois sur un thème précis.

Bien sûr on évite les points de dogme où le consensus ne pourrait pas se faire: la personne de Jésus, l' eucharistie etc...mais le regard social et moral "imposé" par ces 3 religions est passé au crible, avec l' appui des textes que ces dames connaissent fort bien-évidemment.

Et on s' aperçoit que tant d' interdits, de frustrations, de malveillance - à l' égard des femmes et de leurs corps souvent- n' ont aucune raison d' être.

J' avais la sensation d' un vieux tableau, crasseux et couvert de repeints, qui retrouvait peu à peu sous leurs doigts experts , ses formes et couleurs d' origine!

"Faisons un r^ve"! Si les acharnés aux idées courtes pouvaient ainsi se mettre autour d' une table et échanger paisiblement, sans chercher à s' insulter ou se convaincre, que le monde aurait fait un pas de géant!!

Merci Mesdames et que votre ouverture d' esprit fasse des émules - catholiques entre autres. A quand une "curée "pour débattre avec vous!

Commenter  J’apprécie          20

Des échanges que j'ai pris plaisir à lire malgré ma méfiance envers les religions quelles qu'elles soient.

Lu à la suite du livre de Titiou Lecoq, j'y retrouve le même thème de la place des femmes, cette fois au sein des trois religions monothéistes :

Ici aussi les hommes les ont écartées des textes religieux et de l'histoire des religions,

ici aussi les hommes ont interprété et décidé des règles auxquelles elles devraient se soumettre, notamment pour ce qui concerne leurs corps.

Ces trois représentantes de cultes apportent un éclairage documenté, argumenté et très intéressant.

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
EMMANUELLE : La fidélité, par exemple, est raillée, comme s’il s’agissait d’un concept ringard.
KAHINA : « La fidélité est ringarde » parce que l’hyperconsommation dans laquelle nous vivons et qui s’étend à tous les domaines de la société (nourriture, vêtements, voitures, montres, etc.) a imposé le postulat suivant : ce que je veux, je dois l’obtenir tout de suite, maintenant, et sans me poser de question. Ce modèle est devenu valable aussi pour les plaisirs du corps. Le problème, c’est que la sexualité est un accès direct à notre intimité, et si elle est maltraitée d’énormes dégâts risquent de se produire. Je te rejoins, Emmanuelle, sur cette confusion contemporaine entre désir et amour. Le partenaire qui a la « bonne anatomie » n’a peut-être pas du tout les mêmes valeurs que moi, et rien ne garantit que cette personne prendra soin de moi. FLORIANE : Pour rebondir sur ce que tu dis, j’ajouterais que notre société valorise tout ce qui est monétisé. Or nous parlons toutes les trois de quelque chose qui n’est pas monétisable. La pornographie, c’est monétisable. La capacité à s’écouter mutuellement, avec respect et empathie, ne l’est pas. Cette action est pourtant vitale, dans le cadre amical ou dans le cadre de pratiques telles que l’Écoute mutuelle. Quand des gens consomment du porno, il y a d’autres gens à qui ça fait gagner beaucoup d’argent. Une sexualité épanouie et respectueuse ne fait gagner d’argent à personne. Voilà à quoi on se heurte. Voilà pourquoi j’insiste sur l’importance de la verbalisation"
Commenter  J’apprécie          30
J’avais invité à la maison une personne de l’Église. Mon fils, tout fier, lui montre ses dinosaures. Mon invitée lui dit : « Mais comment ça, tu ne crois pas que Dieu a créé le monde en six jours ? Les dinosaures n’existent pas. Ils ne sont pas dans la Bible. » Et mon fils lui répond avec aplomb : « Je crois les deux. » Il avait parfaitement raison. Il y a un savoir scientifique d’un côté et de l’autre un texte symbolique qui donne du sens au monde. Les sens sont complémentaires.
Commenter  J’apprécie          70
Bref, régulièrement dans la Torah, l’Éternel fait savoir aux hommes que le patriarcat en usage dans leur société n’est pas une fatalité : il existe toujours un moyen de se placer du côté des femmes, il suffit de les écouter.../...Je mentionnerai très brièvement Myriam, la prophétesse, sans laquelle tout le peuple hébreu serait mort en esclavage. Elle a su prendre la parole, et son père a su l’écouter. Preuve qu’il existait bien des courants favorables à l’expression des femmes à l’époque de l’histoire de la Bible, à l’époque de sa rédaction, et à l’époque de la rédaction du Talmud.
Commenter  J’apprécie          10
En quoi le foulard serait-il le symbole exclusif de l’islam ? Le foulard n’est pas musulman, il a des origines qui sont beaucoup plus anciennes que l’islam. Des courants où l’on se couvre la tête existent dans le judaïsme, le christianisme, et même dans certaines traditions très éloignées du monothéisme. Le voile est donc non musulman. Il est surtout patriarcal. Si les intégristes en ont fait leur étendard, c’est parce que leur idéologie repose sur la domination. Le corps de la femme est pour eux un objet qui appartient à l’homme, qui a donc le droit de le contrôler.
Commenter  J’apprécie          10
Kahina : c'est bizarre : vous parlez beaucoup de Dieu, mais vous dites : on n'y croit pas.
Floriane : J'évite au maximum le mot "théologie", car justement "dieu" n'est pas central. Nous, depuis le second Temple, on a décidé qu'on ne savait rien de lui, même pas son nom.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Kahina Bahloul (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kahina Bahloul
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
Au programme : Invitées : Floriane Chinsky, rabbin, Kahina Bahloul, imame, et, Emmanuelle Seyboldt, pasteure • Pasteure, imame, rabbin : des femmes et des dieux • Rendre possible le dialogue entre les religions • Féminisme et religions, même combat ? • Kahina Bahloul, première femme imame de France • L'hypocrisie des religions face à la sexualité
+ Lire la suite
autres livres classés : respectVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus

Autres livres de Kahina Bahloul (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2761 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre