AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Gemma Woodstock tome 1 sur 3

Adrian Castillo (Traducteur)
EAN : 9782374531571
484 pages
Les éditions du 38 (28/10/2022)
3.89/5   14 notes
Résumé :
C'est bientôt Noël à Smithson, en Australie. Un été chaud comme jamais. Une ville sur le point d'exploser. Un corps de femme, parsemé de roses rouges, est retrouvé dans le lac Sonny. La détective Gemma Woodstock manoeuvre pour que l'affaire lui soit confiée, bien qu'elle connaissait la victime depuis le lycée, des années auparavant, dissimulant la fascination qu'elle avait pour celle-ci. Mais ce n'est pas tout ce que Gemma tente de cacher. Alors que l'enquête plonge... >Voir plus
Que lire après Gemma Woodstock, tome 1 : Dans les eaux troublesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 14 notes
5
3 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Alors que tout le monde s'organise pour mettre en oeuvre les derniers préparatifs pour la fête de Noël, le corps d'une jeune femme parsemé de pétales de rose est retrouvé au petit matin dans un lac telle une représentation d'une Ophélie submergée dans les eaux troubles...
Cette scène de crime digne d'une tragédie Shakespearienne va être le théâtre d'un drame dans le for intérieur de Gemma Woodstock, la détective chargée de l'enquête. Et pour cause, la victime n'est autre qu'une ancienne camarade de lycée dont la découverte va réveiller de vieux démons enfouis depuis des années par Gemma... Cette enquête pourrait bien ouvrir une boîte de Pandore fermée depuis tant d'années et détruisant tout sur son passage...

Je tiens à remercier les Éditions du 38 et BePolar car j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre sous un bon plaid cette enquête policière se passant à Noël alors que l'Australie subit une vague de chaleur écrasante. J'ai beaucoup aimé le soin apporté par les Éditions du 38 dans les choix fait de la mise en forme, chose que je n'avais jamais vu auparavant mais qui est très agréable. En ouvrant cet ouvrage, vous serez plongés dans un récit dynamique rythmé par les nombreux flashbacks de notre jeune détective. Même si j'ai trouvé que par certains côtés le personnage de Gemma était assez égoïste et parfois détestable, ce choix fait par Sarah Bailey arrive finalement assez facilement à se comprendre. Je me suis rendue compte qu'étant mère moi aussi d'un petit garçon de deux ans et demi, ce point commun m'a pas mal rapproché du personnage Gemma et, j'ai finalement réussi à m'attacher à elle.

En refermant cet ouvrage je n'ai eu qu'une question qui m'est venue : quand est-ce que les Éditions du 38 ont prévu de publier les deux prochains tomes car j'ai une furieuse envie de retrouver notre héroïne... Affaire à suivre 😉
Commenter  J’apprécie          300
Je remercie tout d'abord les Editions 38 et Babélio pour m'avoir permis de découvrir cette auteure lors d'une Masse critique.
Autant le dire tout de suite, j'ai beaucoup aimé ce roman qui se déroule en Australie au moment de Noël. Mais là pas de neige, hémisphère oblige, mais plutôt une chaleur forte qui accable les gens et brûle les paysages. Nous faisons connaissance avec une jeune détective Gemma Woodstock qui, si sur le plan professionnel est méthodique et sûre d'elle, ne l'est absolument dans sa vie personnelle. Elle est tiraillée entre son passé douloureux (elle a perdu sa mère jeune et quelques années plus tard Jacob son petit ami) et le présent, entre son compagnon et son partenaire avec qui elle a une liaison adultère. La seule chose qui soit stable dans sa vie c'est son fils Ben. Elle a donc du mal à gérer sa vie quand un meurtre va la bouleverser davantage. On retrouve le corps sans vie d'une enseignante du lycée, celui de Rosalind Ryan professeure d'anglais et de théâtre. Une enseignante adorée par ses élèves, ses collègues et même le proviseur de l'établissement. Gemma et son partenaire/amant se lancent dans l'enquête mais cette affaire va prendre une tournure personnelle pour Gemma car elle connaît bien Rosalind, elles étaient toutes les deux élèves du lycée onze ans auparavant et Gemma ressentait une fascination/répulsion pour cette fille si parfaite. de plus, quelqu'un offre des roses à Gemma, enlève pendant quelques heures son fils. Que doit-elle comprendre ? Qui est derrière ce meurtre, l'enlèvement de son fils ? L'esprit de Gemma vacille…

Si l'intrigue policière est classique sans véritable surprise, c'est le personnage de Gemma qui retient l'attention. On la sent fragile dès le départ, noyée par la culpabilité (à propos de sa liaison mais aussi de son passé), rongée par ses sentiments contradictoires envers son compagnon. Elle tâtonne, elle trébuche, on a l'impression qu'elle va sombrer dans la dépression à tout moment. Mais c'est une femme forte et la résolution de l'enquête va lui permettre de s'en sortir. J'ai beaucoup aimé ce personnage féminin et j'espère la retrouver bientôt car Sarah Bailey a écrit deux autres romans sur ce personnage. Je vous le recommande !

Challenge Multi défis 2022
Challenge Plumes féminines 2022
Commenter  J’apprécie          210
Il s'agit du premier opus de la trilogie de la série des enquêtes de Gemma Woodstock.
Un joggeur a trouvé dans le lac, le corps de Rosalind professeur d'anglais au Smithson Secondary College. Des fleurs étaient tout autour d'elle. C'est la détective Woodstock qui va se charger de cette enquête et c'est pas anodin.
Ce premier opus comporte certes une enquête mais il est pour moi plus là pour présenter le personnage de Gemma que l'on retrouvera par la suite dans les autres tomes
#AvisPolar
Commenter  J’apprécie          270
Merci aux Éditions du 38 et à BePolar pour l'envoi de ce livre lors d'une Opération Club Sang ; à la fois découverte d'une maison d'édition et d'une auteure, que demander de plus ?! Dans les eaux troubles est le 1er tome de la trilogie Gemma Woodstock écrite par Sarah Bailey. Et… je ne sais pas. Je doute, c'est un conflit entre ma subjectivité et l'intrigue. Dans ma subjectivité, je suis mitigée, lasse, frustrée. Dans l'intrigue, ça se tient, c'est certes une enquête classique mais la plume est plaisante, le développement des personnages y est à peu près, la résolution d'un tel drame est satisfaisante et les sujets, bien que seulement effleurés, méritent largement le voyage. On a même une construction bien pesée, entre le point de vue à la 1ère personne de Gemma et des ajouts à la 3ème personne autour de quelques autres personnages, ou bien des changements entre le passé et le présent.

Bienvenue dans la canicule d'une Australie en plein mois de décembre, entre période des fêtes qui débarque en même temps que des incendies sur les terres agricoles. Bienvenue dans une petite ville bien sympa qui se retrouve brusquement tourmentée quand le corps de Rosalind Ryan est retrouvé dans un lac à proximité de son lycée. Un meurtre, dit-on, et une professeure d'anglais et de théâtre mystérieuse, fascinante pour la gent masculine, et un peu pour la gent féminine. Mais surtout pour les mecs. Détails importants : elle est entourée de roses rouges, une partie de ses affaires manque, et sa vie ne colle pas avec le portrait que chacun en fait. Gemma Woodstock est de son côté une enquêtrice complètement paumée bien qu'elle veuille faire croire qu'elle a la maîtrise de sa vie. Elle a réussi à braver la sainte misogynie de ses collègues, et c'est elle qui prend en charge l'enquête sur le meurtre de cette femme qui la fascine autant qu'elle la rebute. Elle la connaissait depuis le lycée, cette mort aussi violente est personnelle désormais. Tout est personnel dans ce roman.

Sur le papier, ce « thriller » est exaltant, palpitant, annonce des retournements de situation et de véritables dangers pour Gemma et son équipier, Félix. Les éléments apparaissent et les théories affluent, les suspects sont nombreux et Rosalind est bien un mystère jusqu'au bout, insaisissable et pleine de nuances. Une intrigue satisfaisante, c'est le cas : un début où l'on retrouve d'un côté Gemma faisant une fausse-couche et de l'autre, le corps de Rosalind. Des secrets qui ont l'air de lier Gemma et Rosalind, des secrets autour de Gemma et sa vie mouvementée, son passé douloureux. Les révélations s'enchaînent plus ou moins, apportent un lot d'intérêt pour pousser les autres pages tandis que certains sujets sont abordés sans être vraiment fouillés, approfondis ; à l'image du jugement des autres mamans autour de Gemma parce que celle-ci ne veut pas d'autre enfant que Ben sauf si le père n'est pas celui qu'on pense, la manipulation et les conséquences sur de jeunes esprits, la culpabilité, la dépression, etc.

Quand la fin arrive, c'est crédible sans plus. Certains auront déjà trouvé le coupable, d'autres pas du tout, et y a moi, indifférente parce que je me suis déjà détachée depuis longtemps, parce que certaines choses sont inachevées. Pourquoi envoyer des fleurs à Gemma ? Pourquoi utiliser un de ses proches ? Pourquoi se contenter de dire « ah c'est de la manipulation » plutôt que de le montrer pour bien creuser le sujet ? Oui, Dans les eaux troubles est un « thriller » classique qui se lit assez vite, avec une traduction fluide et une mise en page à tomber, quel bel objet-livre on a là ! du début à la fin c'est intéressant, y a pas mal de longueurs mais sur l'intrigue, sur l'histoire, tout se tient et le livre se referme sur une conclusion claire, en attente de suite, pas forcément, ça aurait pu s'arrêter là.

Alors pourquoi ce conflit ? Parce que je n'ai pas eu l'impression de lire une enquête et encore moins un thriller. Tout tourne autour de Gemma, tout. Et ce début qui annonçait un personnage approfondi et nuancé, en réalité il ne tient pas ses promesses. Les incertitudes de Gemma se transforment en une série de lamentations où pas une seule fois elle ne prend la peine de se demander comment vont les autres, Scott son petit-ami, Ben son fils, Félix son équipier et amant. Qu'est-ce qu'elle leur fait subir ? Ça, elle ne se le demande jamais, elle veut juste baiser avec Félix, y compris alors qu'elle vient de faire une fausse couche ou qu'un de ses proches est en danger, elle veut qu'il quitte sa femme et soit exclusif comme elle l'est avec lui. Est-elle supposée se faire aimer des lecteurs ? Je ne pense pas, et je suis ravie de trouver des personnages que je ne suis pas obligée d'aimer. Simplement, Gemma ne suscite aucune empathie, aucune sympathie. À force de focaliser toute la narration sur elle et pas sur l'enquête, on s'y perd dans les détails, dans un esprit qui ne sait pas ce qu'il veut, perdu jusqu'au bout, incapable de prendre des décisions dès que ça concerne sa vie personnelle, incapable de penser aux autres.

Niveau intrigue et construction, ça sera donc satisfaisant et rien d'autre ; niveau subjectivité, disons que les clichés n'ont pas aidé mais je ne suis pas maître de la situation. J'ai donc aimé ce premier tome malgré le personnage principal agaçant et le manque d'ouverture vers les autres personnages, et je pense que j'aurai pu davantage l'apprécier à mes débuts de lectrice dans le genre. Pourrais-je lire la suite ? Pas dans l'immédiat, c'est une certitude. Il a manqué cette dose d'authentique et de profondeur aux autres personnages, car en fin de compte, ce n'est pas une enquête autour de Rosalind et ses mystères ; c'est une quête autour de Gemma qui se cherche encore. Autant attendre d'être tombée sur des coups de coeur avant de tenter le deuxième tome, au risque de partir fâchée avec Gemma Woodstock.

D'autres lecteurs sauront tomber sous le charme de cette policière, souffrir avec elle, ressentir pour elle, ici ça aura été plus délicat, et pourtant j'ai lu jusqu'au bout, avec intérêt, et j'attendais qu'on nous parle enfin de ce mystère qu'est Rosalind… tant pis, peut-être que quand la traduction du 2ème tome sortira, je me risquerai à tenter ?

Note : 3,5/5
Lien : https://saveurlitteraire.wor..
Commenter  J’apprécie          40
« C'est incroyable ce qu'on peut garder enfoui quand on veut. »

Smithson, Nouvelle-Galles du Sud, Australie. Rosalind Ryan, qui enseignait au lycée Smithson, est retrouvée morte par un joggeur, son corps entouré de roses flottant sur le lac Sonny. Chargée de l'enquête, le sergent-détective Gemma Woodstock connaît de vue la victime, ayant fréquenté le même lycée il y a un peu plus de dix ans. Elle ne s'est jamais remise des événements qui se sont passés pendant cette période, que l'on va découvrir tout au long de l'intrigue, auxquels elle va se trouver de plein fouet confronté avec la mort de Rose, une jeune femme qui déjà dans l'enfance suscitait la fascination. J'ai bien aimé le choix de l'auteure de raconter l'histoire du point de vue de Gemma, un personnage féminin complexe et très au fait de ses failles, et dès les premières lignes j'ai su que j'allais apprécier - et ce fut le cas - ce thriller procédural à l'amorce accrocheuse, qui aborde les thèmes du deuil, des émois de l'adolescence et du poids de la culpabilité. Dans les eaux troubles est le premier tome des enquêtes de Gemma Woodstock.

Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Être une femme flic à Smithson comportait des défis, mais d’une certaine manière, je m’en réjouissais. Ce métier me donnait quelque chose de concret et de réel à affronter. Un obstacle mouvant que je pouvais vaincre, un contraste frappant avec le néant obscur qu’était le puits profond de mon chagrin. La bande sonore de moqueries et d’humiliations qui me suivait partout ne faisait que me rendre plus déterminée, plus concentrée.
Commenter  J’apprécie          00
Je fais une pause, sentant la puissante charge de motivation dans la pièce infuser dans le groupe. Je peux sentir le désir brut de traquer la personne qui a pris l’initiative de perturber l’ordre naturel du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Le sang se mélange à l’eau avant de disparaître dans les égouts et je ferme les yeux en souhaitant être à nouveau une petite fille, bordée dans son lit, le doux baiser de sa mère sur le front.
Commenter  J’apprécie          00
C’est une chose très étrange de ne pas avoir de mère. C’est comme être sans gouvernail.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Sarah Bailey (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Bailey
Trois colocataires. Une est morte, une a disparu et une est accusée de meurtre.
Surnommé par les médias « le meurtre de la colocataire », l’affaire trouble les Australiens depuis près d’une décennie. Olive Groves, journaliste au Melbourne Today, a couvert les faits à l’époque jusqu’à l’obsession. Neuf ans plus tard, lorsqu’une des colocataires est retrouvée morte dans une maison isolée. Oli est de nouveau chargée de l’affaire, mais cette fois, c’est à contrecœur qu’elle doit faire équipe avec Cooper, un jeune podcasteur. Tandis qu’Oli et Cooper exhument de nouveaux faits, de sombres secrets sont mis au jour. Les révélations propulseront Oli dans le passé, la contraignant à affronter ses propres démons. Que s’est-il réellement passé entre les trois colocataires cette nuit-là ? La quête incessante d’Oli pour la vérité mettra-t-elle sa nouvelle famille en danger ? Et sa conviction que le meurtrier se trouve au plus près de chez elle pourrait-elle menacer son bonheur et même sa santé mentale ?
Un thriller captivant et percutant, par la romancière bestseller, lauréate du prix Ned Kelly 2018 du meilleur premier roman australien.
« Chaque rebondissement concilie habilement révélations fracassantes et réalisme, pour un crime à la fois douloureusement familier et bouleversant. Tout comme Oli, je n’ai pas pu m’arrêter avant de découvrir la vérité. » - JACQUELINE BUBLITZ, autrice bestseller
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (46) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2918 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}