AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709659603
Éditeur : J.-C. Lattès (08/03/2017)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Pyxis ! Une entreprise novatrice, audacieuse, dynamique, pilier du marché du divertissement. Le rêve de tout jeune diplômé… du moins en apparence.
D’un côté, il y a Ophélie, ancienne stagiaire en communication, rompue aux lois de l’entreprise et bien décidée à mériter enfin le graal de sa génération : le CDI. De l’autre, il y a Samuel, brillant chercheur en informatique, abattu par la dépression avant d’avoir pu terminer sa thèse. L’une est familière de Pyxis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
lemillefeuilles
  02 mai 2019
Il y a près de trois ans, j'ai lu Les stagiaires alors même que je connaissais certaines situations similaires à celles des personnages. Désormais, je me suis lancée dans ce qui est en quelques sortes la "suite" : À durée déterminée... Là encore, c'est quelque chose que je connais que trop bien, comme d'autres personnes de la génération Y : le CDD.
Nous retrouvons Ophélie qui a obtenu un emploi de plusieurs mois chez Pyxis, l'entreprise spécialisée dans l'édition de mangas et de jeux vidéo où elle a effectué son stage. Elle se pose un tas de questions quand à son avenir et espère obtenir le fameux CDI : Contrat à Durée Indéterminée... En attendant, en tant que chargée de communication interne, elle a plus de responsabilités, comme celle d'un stagiaire, Christian.
Mais ce second tome (faute d'un meilleur terme), c'est aussi l'occasion de mettre un nouveau narrateur : Samuel, qui vient d'obtenir un CDD à Pyxis en tant qu'administrateur système. Passionné d'informatique et de sciences, il n'est pas très emballé par ce travail. Mais après une longue dépression qui l'a empêché de terminer sa thèse, il décide d'accepter ce contrat.
Ce personnage, très introverti, est très attachant. Au fur et à mesure de ma lecture, je me suis attachée à lui. Il est complètement différent des autres, n'a pas les mêmes ambitions ni le même caractère, et j'ai trouvé qu'il représentait bien ce que beaucoup de personnes de 25-30 ans ressentent, tout comme Ophélie.
Dans cet ouvrage, Samantha Bailly dénonce la précarité dans laquelle les nouveaux·elles sur le marché de l'emploi se trouvent, les difficultés de vivre dans une grande ville (l'histoire se situe à Paris), les doutes quand à l'avenir, l'exploitation par les entreprises... mais aussi le harcèlement sexuel au travail, le sexisme ou encore la situation des auteur·rice·s (de mangas, notamment). Ce qui n'est pas surprenant quand on sait comme l'autrice est engagée !
C'est un chouette roman, lu en à peine plus d'une journée, un véritable page-turner qui ne m'a ennuyée à aucun moment. le style d'écriture est agréable, fluide, et l'histoire intéressante et prenante, bien que les situations sont somme toute banales, mais c'est peut-être justement ce qui fait la force de ce livre.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Marple
  31 décembre 2018
Deuxième tome de la trilogie que Samantha Bailly consacre aux jeunes dans le monde du travail, 'A durée déterminée' alterne les points de vues d'Ophélie, l'héroïne des 'Stagiaires', et de Samuel, un nouveau venu, perdu mais éminemment sympathique.
Ophélie est maintenant en CDD chez Pyxis et elle découvre que tout n'y est pas si rose, que ce soit pour elle, ses collègues ou la Direction. Samuel est aussi en CDD chez Pyxis, mais lui ne rêve que de sortir la tête de l'eau et de la dépression qui l'entrave depuis qu'il est bloqué dans sa thèse de doctorat.
En même temps que les points de vues, on alterne aussi les tons, entre légèreté et sujets graves, anecdotes de machine à café et réflexions sociales. Les personnages murissent et deviennent plus attachants, plus nuancés, plus fins.
Après, l'effet miroir a joué à plein chez moi, me rappelant mes jeunes années parisiennes, quand je ressemblais à la petite blonde de la couverture et ne rêvais que d'un super job dans l'édition, d'un prince charmant et de soirées sushis sympas avec mes copines...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Selvegem
  14 mars 2018
Après Les stagiaires, nous retrouvons Ophélie dans A durée déterminée, maintenant en CDD chez Pyxis. Ancienne stagiaire, elle a fait énormément de chemin depuis son arrivée à Paris. Elle a quitté sa ville natale, sa famille, son ex petit-ami... Ses efforts payent, étant donné que son stage a débouché sur une véritable offre d'emploi. Maintenant qu'elle a commencé à travailler, Ophélie espère plus que tout qu'on lui propose ensuite un CDI.
En plus d'Ophélie, nous allons suivre en alternance les pensées de Samuel, nouveau venu dans l'équipe de Pyxis, et en CDD également. Brillant chercheur en informatique, il a sombré dans la dépression de n'avoir pu finir sa thèse. Pour tenter de revenir à la « vie normale », il a réussi à décrocher un poste dans l'entreprise.
Pour des raisons différentes, les deux jeunes gens placent tout leurs espoirs dans Pyxis, ce CDD et l'envie d'avoir un jour un CDI.
Je suis avec beaucoup d'intérêt Samantha Bailly, depuis ses débuts avec Oraison. Chacun de ses livres m'a plu, tous pour une raison différente. Avec Les stagiaires et A durée déterminée, j'ai particulièrement appréciée cette plongée dans la vie actuelle de beaucoup de jeunes, et même de moins jeunes ! Dans la société française actuelle, le CDI est considéré comme le Saint-Graal par beaucoup de personnes, le moyen d'avoir accès à une vie plus stable, basée sur le long terme. Depuis que je suis rentrée dans la vie active, j'enchaîne les CDD, ponctué de chômage. Clairement pas ma tasse de thé ! Mais au-delà d'accéder à un travail permanent, on se pose d'autres questions : est-ce que le fait d'avoir un CDI est vraiment la voie du bonheur ? Doit-on accepter un CDI à n'importe quel prix, même si on doit rester cantonner à un travail sans intérêt ? Peut-on accepter n'importe quoi de ses patrons juste pour un travail fixe ?
Samantha Bailly pose les bonnes questions, soulève des réflexions intéressantes, mais surtout fait toujours mouche avec sa plume parfaitement ajustée.
(Voir mon avis complet sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lilibookncook
  18 juillet 2018
Tandis que mon esprit était toujours tourné vers Les stagiaires, premier opus de la trilogie de Samantha Bailly, mon corps a pris la direction de la médiathèque en quête du second volume... Et je dois dire qu'il n'a rien à envier au précédent ! J'ai avec joie retrouvé, Ophélie, Alix, Hugues et Vincent entourés de nouveaux personnages aussi émouvants que drôles pour de nouvelles aventures étalées sur quelques mois. Si le premier se concentrait sur l'arrivée d'Ophélie à Paris en tant que stagiaire chez Pyxis, celui-ci met l'accent sur la précarité du CDD, mais pas que. Abordant moult thèmes de société, ce livre perce de nombreuses vérités et réflexions humaines au côté d'une bande d'amis en quête de vie. Aussi attachant, ce roman est un petit bijou de douceur et de lucidité où la plume engagée de l'auteure questionne une société et une jeunesse en mutation. Evidemment, j'ai adoré !
Après six mois de stage chez Pyxis, entreprise innovante du marché du divertissement, Ophélie peut enfin se réjouir à la validation de son CDD. Intégrée dans son nouvel environnement, elle peut compter sur ses nouveaux amis pour trouver soutien et réconfort ce qui n'est pour l'instant pas le cas de Samuel. Brillant chercheur en informatique terrassé par une dépression l'empêchant de terminer sa thèse, celui-ci se tourne par défaut vers le monde de l'entreprise. Discret et introverti, Samuel intègre un peu malgré lui Pyxis sans savoir que cette parenthèse pourrait changer sa vie... de ces deux personnages, l'amour, l'amitié, les joies comme les peines rythment leur vie pour les faire grandir.
Dans la continuité directe des Stagiaires, on retrouve le discours d'Ophélie interrompu cette fois-ci par celui de Samuel. Alternant de façon intelligente les points de vue, Samantha Bailly offre de profondes interrogations sur le statut d'employé au CDD aspirant au CDI. Tandis que le premier opus tendait vers la découverte de l'entreprise, celui-ci l'affine pour y dévoiler l'envers d'un décor peu reluisant. le CDI, est-il réellement le Graal auquel chacun aspire ? Une entreprise, n'est-elle finalement pas le miroir de la société ? 
Pendant que je suivais l'évolution des personnages déjà existants, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir celui de Samuel. Complètement en marge des autres, il y a une certaine affection à suivre sa progression. Touche après touche, le caractère se dévoile pour laisser place à la souffrance de l'homme, perçant à jour les failles qui l'empêchent de vivre.
Comme une volonté d'affirmer leur caractère, la romancière fait grandir ses personnages en les accompagnant sur de nombreux thèmes sociétaux. Ainsi, elle expose la sexualité, la précarité, mais aussi les relations parents/enfants avec le gouffre générationnel que l'on connaît... Avec authenticité et objectivité, l'auteure peint une génération en pleine réflexion.
C'est beau, c'est frais, alors quoi de mieux qu'un jus de fruit frais bananes - pitaya ? Une p'tite faim ? Des thumb coco - fraises pour une lecture estivale !
Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
theannashaw
  12 septembre 2017
Quand un livre racontant l'univers de l'édition et la complexité de décrocher un CDI sort, cela m'interpelle forcément, et me donne follement envie de le lire. Mais quand ce livre est écrit par Samantha Bailly, elle-même ex-stagiaire/esclave de l'édition, je sais que je ne vais pas être déçue. Pourtant, j'étais loin de m'attendre à ressentir de telles émotions à la lecture de « A durée indéterminée ».
Ophélie, ancienne stagiaire chez Pyxis, une entreprise de divertissement, vient d'y décrocher son premier CDD, l'objectif ultime étant d'obtenir le Saint Graal des contrats : le CDI. Samuel, quant à lui, ne travaille chez Pyxis que pour boucler ses fins de mois. Leurs vies se croisent, et croisent celles d'autres personnages, tous entraînés dans le grand engrenage de la vie en entreprise et de la précarité du travail.
Comme toujours, je vous dirais d'abord que la plume de Samantha Bailly est d'une justesse et d'une précision incroyable, et nous fait ressentir les choses avec tellement de force qu'on s'y croirait. Un peu trop, même, à mon goût, car à travers l'histoire d'Ophélie, c'est un peu mon histoire qui se raconte dans ces pages.
Samantha Bailly présente des personnages réalistes, animés d'une réelle envie d'arriver à leurs fins, mais dont la motivation est bien souvent broyée par des systèmes qui les exploitent plus qu'ils ne les aident, leur demandant d'abattre un travail monstre tout en leur donnant l'impression de n'en faire jamais assez, le tout sans un remerciement mais en leur demandant d'être reconnaissants pour la chance qui leur est accordée.

Une fois le livre refermé, pendant un instant je me suis demandé pourquoi ? Pourquoi, comme Ophélie et Samuel, continuer malgré les insomnies, les horaires infernaux et les ambiances terribles, pourquoi persévérer ? Et puis j'ai regardé ce livre, grâce auquel j'ai souvent ri pour ne pas pleurer, j'ai repensé aux chapitres relatant le Salon du Livre de Paris qui avaient réveillé en moi des souvenirs si vivace et si bons. Et puis j'ai pensé à ma joie lorsqu'un de mes auteurs fétiches annonce une nouvelle parution, à l'excitation avant d'ouvrir un livre inconnu, au moment de partage avec les auteurs sur les salons. Et j'ai eu ma réponse.
Comme Ophélie le dit elle-même, quand on a trouvé quelque chose qui nous passionne, on ne le lâche pas ! Pour pouvoir éditer des auteurs comme Samantha Bailly, qui continuerons a aider de leurs mots et de leurs rêves des gens comme moi, pour les rencontres et les amitiés tissées au fil des expériences. Et comme Ophélie, soudain, j'ai eu à nouveau envie de me battre pour décrocher ma place au soleil.
Samantha Bailly nous offre donc ici une vision de l'envers du décor du monde de l'édition, plus vraie que nature mais souvent douce-amère. Elle nous rappelle néanmoins que, si l'expérience est difficile, il y a toujours moyen d'en tirer du positif, et que cela vaut la peine de s'accrocher. Mais le message le plus fort qu'elle délivre est peut-être l'idée que, parfois, il est préférable de lâcher prise pour avancer enfin. Ce message-là, c'est Samuel qui me l'a transmis.
Un roman de la veine de ceux qui m'ont fait aimer passionnément et douloureusement la littérature, et m'ont donné envie d'y consacrer ma vie. Un livre réaliste, mais pas défaitiste concernant les réalités du monde du travail et la place qu'y occuperont bientôt les jeunes générations. Un roman en forme de révélation, à lire pour rire, pour pleurer et pour repartir affronter le monde, gonflé à bloc.

Lien : https://mabibliothequerose.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
OliphantOliphant   25 octobre 2018
Quand on va mal, on explore les parties de soi-même jusqu'alors insoupçonnées. C'est comme être un aventurier de sa propre personnalité, on dresse la cartographie de son pays intérieur.
Commenter  J’apprécie          50
OliphantOliphant   25 octobre 2018
Je me trompe peut-être, mais je crois que lorsque l'on a un fond dépressif, cela ne se guérit jamais totalement. On apprend à vivre avec.
Commenter  J’apprécie          60
OliphantOliphant   19 octobre 2018
Il y a des individus qui gagnent de l'énergie au contact des autres, dis-je, d'autres qui en perdent, et qui ont besoin de solitude. J'appartiens à la seconde catégorie. Ça ne m'empêche pas de tenir une conversation, de me montrer sympa, d'avoir des collègues de travail. Mais je ne serais jamais celui qui monte sur une estrade pour faire un discours, jamais celui qui prendra une initiative pour entraîner les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   11 avril 2017
En fait, la vie du Parisien peut se calculer en proportion de son appartement. Vingt ans, vingt mètres carrés. Trente ans, trente mètres carrés. Et ainsi de suite. Parfois, je me dis que ma mère a raison. Je sacrifie tout pour vivre dans un clapier, en échange de ce travail dans le sec
Commenter  J’apprécie          10
chardonettechardonette   09 avril 2017
Et le silence est le résidu de nos peurs profondes, un espace blanc plein de moments manqués et perdus à jamais.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Samantha Bailly (73) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samantha Bailly
10 ans : le bilan | Samantha Bailly
▹ Site internet : http://samantha-bailly.com
autres livres classés : monde du travailVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Stagiaires

Dans quelle entreprise se déroule le roman ?

Pixis
Pixies
Pyxis
Pixys

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Les stagiaires de Samantha BaillyCréer un quiz sur ce livre