AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352946905
Éditeur : Bragelonne (29/03/2013)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 88 notes)
Résumé :
En Hélderion, la mort peut rapporter beaucoup… surtout à la famille Manérian, qui procède aux oraisons, les rites funéraires du royaume. Mais la réalité de la mort les frappe de plein fouet lorsqu’on retrouve le corps de leur plus jeune fille dans une ruelle sordide.
Tout désigne les clans, ces dangereux rebelles qui s’opposent à Hélderion. Aileen, prête à tout pour venger sa cadette, se lance dans une enquête qui la mettra à rude épreuve.
Noony, leur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
DawnG
  18 mai 2013
Attention coup de coeur !
Je l'ai terminé il y a quelques jours (mardi) et j'ai beaucoup de mal à me détacher de cette histoire et j'ai eu beaucoup de mal à quitter les personnages et refermer la dernière page.
Cette intégrale est un beau pavé de 716 pages, regroupant le diptyque de Samantha Bailly. Pour tout vous dire, plus de 700 pages d'un grand format, faut que ça soit entrainant et intéressant pour que je ne décroche pas au bout de 150/200 pages. Et donc vous comprendrez qu'ici c'est mission réussie puisque je l'ai dévoré en 8 jours !
Le lecteur découvre un monde complètement différent, 3 royaumes, Hélderion, Thyrane et les Terres Impies. Il découvre rapidement que Thyrane est occupé par Hélderion, et que cela se passe plus ou moins bien, enfin, plutôt moins bien. Car des clans se sont créés, composés de Thyranniens qui ne veulent pas se soumettre à l'autorité de l'Astracan ni à sa religion. Ces clans sèment régulièrement la terreur sur Thyrane, attaquent régulièrement les Veilleurs (des Hélderionnois qui protègent les villes principales) et les jeunes gens d'Hélderion qu'on envoie en pension sur ce continent.
Le lecteur débarque donc dans un monde où il existe des tensions entre les peuples. Et découvre par la suite tout l'univers riche et complexe mis en place par Samantha Bailly. On suit plusieurs points de vue et on apprend beaucoup de choses sur Heldérion, l'Astracan, la religion en place, l'Oraison, Thyrane, les Terres Impies, les Signes, l'union …
Pour tout découvrir, on suit principalement Aileen Manérian, pensionnaire à qui ont apprend à faire des belles révérences et à faire de beaux sourires parce qu'on l'élève en future femme de la bonne société, mais on sent rapidement qu'elle n'aime pas vraiment tout ça. Elle garde le dessus à l'annonce de la mort de sa soeur, car dès lors, elle décide qu'elle ne peut que chercher à la venger. Aileen va donc prendre certaines décisions qui auront toutes de lourdes conséquences. Elle est combattive, parfois impulsive, forte et fragile à la fois, elle est loin d'être naïve ou niaise. Elle découvrira la vérité sur la mort de sa soeur et verra son monde changer et elle avec. Tout comme Noony sa grande soeur, qu'on va suivre également. Noony a été choisi pour plus tard succéder à son père, le dirigeant de la corporation des marchands d'étoiles, les oraisonniers et donc elle vit uniquement pour l'Oraison. Avec elle, on va découvrir ce qu'est vraiment la religion de l'Astracan, on va en découvrir plus sur l'Oraison, le rite, les croyances, on va découvrir le monde tel qu'il est vraiment. Noony est de prime abord froide et conditionnée, mais vite on comprend que ce n'est qu'une apparence. Elle est intelligente, réfléchie, elle se pose les bonnes questions et ne se laisse pas aveugler par sa foi. Elle a des fêlures mais garde toujours son humanité. J'ai beaucoup aimé Aileen mais je crois bien que ma préférée est Noony. On s'attache néanmoins beaucoup à ses deux soeurs. Leurs vies sont détaillées, leur fêlures, leur passé, leur actions, leurs sentiments, leurs rencontres, leurs questionnements, etc.
Le lecteur va aussi apprendre à connaitre plein de personnages secondaires, les membres de la famille Manérian et leurs proches, des membres des clans thyranniens, un veilleur Orius, l'Ioden, l'Astracan et sa femme, des habitants des terres impies… Il y a beaucoup, en Hélderion, de corporations allant de la protection (guerriers de l'aurore) aux divertisseurs (assurant le divertissement lors des cérémonies) en passant bien sur par les oraisonniers, les guérisseurs, les historiens et autres artistes de Volplume. C'est assez fastueux, on imagine Hélderion comme un royaume lumineux, prospère, paisible. Tout le contraire de Thyrane, qui a été dévasté par les armées des guerrières de l'aurore, et qu'on imagine froid, sombre, dangereux. Les Terres Impies nous apparait comme mystérieuses, dangereuses, hostiles. Mais les apparences sont bien souvent trompeuses.
J'ai beaucoup aimé les différences entre les peuples, leurs spécificités, leurs croyances. L'univers imaginé par Samantha Bailly est dense, détaillé (les us et coutumes, les villes, les différentes corporations, les créatures, les oppositions de point de vue) et superbement bien construit.
Chaque chapitre commence par un extrait, cela peut être un extrait de journal intime, de livres d'histoire, de guide rédigé par les dirigeants des corporations, de poème, … Puis chaque fin de chapitre permet un interlude, durant lequel on découvre d'autres personnages et ce qu'ils font ou ce qu'il se trame pendant l'action du chapitre. Ainsi on a plusieurs sources d'informations, plusieurs points de vue, ce qui permet la découverte du monde créé par Samantha Bailly, de l'action et des rebondissements / intrigues. Les chapitres sont plutôt courts ce qui permet de donner du rythme au récit. Un découpage en 4 parties par livre qui permettent d'avancer dans l'action et les intrigues de chaque protagoniste.
L'originalité de ce roman est la trame qui mène à la fois fantasy et intrigues façon polar (un meurtre, une enquête, un châtiment) mais pas uniquement ! Oraisons, c'est un monde, une histoire travaillée, dans laquelle on va de révélations en rebondissements. La plume de Samantha Bailly est déjà très assurée pour un premier roman, c'est fluide, entrainant, la lecture est aisée et les pages se tournent toutes seules. On a envie de découvrir les tenants et les aboutissants, ce que vont apprendre chacune de leur côté Noony et Aileen. Samantha Bailly nous plonge dans un univers riche, un monde détaillé, une fantasy avec les codes certes mais avec plein de choses en plus, des complots, une enquête policière, des intrigues politique sous fond de religion et de pouvoir, avec les thèmes suivants : trahison, amour, amour impossible, amitié, … Des atmosphères très différentes se dégagent de ces pages, mensonges, vergences et guerre, mêlé d'espoir et de changements. Un hymne à la tolérance, à la liberté et à l'ouverture d'esprit. Noony et Aileen seront actrices du changement et non les petits moutons qui suivent bêtement le troupeau, différentes de ce qu'on attendait d'elles.
Au départ, j'ai eu peur en voyant que les héros principaux, les soeurs Manérian et certains des personnages qui les accompagnent sont de jeunes gens (entre 16 et 20 ans), j'avoue j'avais peur que l'histoire tourne en mélodrame de sentiments amoureux, que ça manque de cohérence. Et même si on a dans les thèmes abordés l'amour, l'amitié, on ne tombe jamais dans ce côté que j'appréhendais. Au contraire, ces héroïnes mettent de la fraicheur dans un monde d'adultes noir et sinistre parfois. Et on oublie vite leur âge car les événements de toute façon, les font murir très vite et elles réagissent en cohérence avec leur fonction, sentiments, valeurs. Très appréciable aussi, dans ce récit, les images féminines sont mises en valeur, la mère Soliane des soeurs Manérian, Cataline, Nwinver, etc. A certaines choses, à la façon de les expliquer, on reconnait la plume d'une femme et ce changement fait du bien (après avoir lu quasiment que de la fantasy écrite par des hommes). Attention, les personnages masculins ne sont pas en reste pour autant ! J'ai beaucoup aimé aussi les liens entre les hommes et la nature, les créatures, … Je n'en dis pas plus sur les personnages volontairement afin que vous gardiez la découverte.
Dans le premier livre, on sent peut être encore quelques tâtonnements dans le style, mais c'est assez rare quand même, enfin, j'ai surtout tiqué lors de deux ou trois "coïncidences bien heureuses", où des choses / questions se dénouent assez vite. Mais uniquement dans le premier livre, et puis quand on voit la richesse de ce qui attend le lecteur ensuite, ce qu'il reste à apprendre et à élucider, c'est vraiment un détail mineur !
Vers la fin de la lecture, j'ai commencé à avoir comme un regret "j'adore ce que je lis mais je ne suis pas vraiment touchée émotionnellement" et là… c'est le drame ! Juste quand cette pensée m'a effleurée, j'ai eu la montée de stress à la tournure des événements, et la fin… J'en suis encore tout émotionnée. J'ai refermé le livre en n'ayant plus qu'un seul mot : "waouh".
J'ai découvert une auteure qui écrit très bien, à l'imagination débordante, qui a fait siens les codes de la fantasy mais qui ne s'est pas arrêté à la facilité. Certains trouveront peut-être que des événements sont de trop mais moi je pense qu'on ne réussit son pari en écriture que quand on fait réagir le lecteur, qu'on malmène ses héros, qu'on leur fait des vies ni toute blanche, ni toute noire, j'adore quand un auteur prend des risques !
Je vous conseille cette auteure et cette magnifique histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Goupilpm
  10 mars 2016
Oraisons !
Un mot qui résonne à mes oreilles, telles les cloches sonnant le glas. Un mot qui dans mon esprit installe cette pensée : comme Bossuet, l'auteur a-t-elle voulu faire l'apologie de la mort ?
L'originalité de ce roman, c'est la trame qui mêle à la fois fantasy et intrigues façon thriller, mais pas uniquement ! Oraisons, c'est un monde, une histoire travaillée dans laquelle on va de révélations en rebondissements.
L'univers est un monde a mi-chemin entre le médiéval et l'ère victorienne, les mentalités sont clairement archaïques, mais quelques inventions montrent un certain progrès. On entre sans aucune difficulté dans un univers d'une richesse et d'une profondeur assez incroyables, les spécificités de chaque peuple, chaque caste, ou population étant évoquées.
C'est dense, incroyablement intéressant et, comble du bonheur, jamais pesant.
On engrange une multitude de petites informations au fur et à mesure de la progression de l'intrigue, qui nous permettent d'avoir une vue plus globale sur le conflit en cours, l'univers, ou la personnalité des protagonistes.
Le lecteur débarque dans un monde où il existe des tensions entre trois royaumes. On suit plusieurs points de vue qui nous en apprennent beaucoup sur les différents pays de cet univers riche et complexe, mis en place par Samantha Bailly, mais également sur la religion en place, l'Oraison... L'ambiance se rapproche d' »A la Croisée des Mondes », on y retrouve un peu le même concept de « contes de fées pour les grands » et, le même type d'ambiance magique, même si l'univers est ici plus sombre. Un univers où la magie est très présente, mêlant chamanisme et rites religieux traditionnels ; elle se manifeste par l'utilisation d'objets magiques plutôt que par des sorts ou des invocations, tout en gardant une part de mystère...
Les héroïnes sont les filles d'une famille riche et puissante chargée des Oraisons, cérémonies funéraires extrêmement importantes culturellement et économiquement. Un postulat de départ qui peut paraître rebutant, mais qui n'occupe qu'une place secondaire dans le roman, une sorte d'arrière plan flouté. A partir de la mort de l'une d'elles, ses soeurs vont tout faire pour élucider son meurtre, découvrant petit à petit l'envers du décor de leur vie bien rangée...
Oraisons, c'est aussi une construction très minutieuse ; chaque chapitre s'ouvre sur un extrait de texte : oeuvre d'un scientifique, d'un dirigeant, d'un artiste, ou journal intime de l'un des personnages, qui éclaire systématiquement un pan de l'intrigue abordé dans le chapitre en cours. Ainsi, le lecteur est comme enveloppé dans un cocon d'informations, disséminées peu à peu, qui lui donne l'agréable impression d'avoir une vision exhaustive de l'univers, tout en sentant qu'il ne fait que toucher du doigt un tout beaucoup plus vaste et plus complexe qu'il n'y paraît. le contexte est énorme, bien pensé, et extrêmement bien amené.
On entre dans l'histoire par une succession de scènes, découpées en chapitres assez courts, qui rendent dès le départ une impression d'intrigue complexe, de rapidité d'action, mais aussi d'une lente et précise mise en place. Pourtant, certains détails arrivent un peu trop rapidement ou facilement, et on a parfois l'impression que le suspens n'est plus au rendez-vous. Tous les thèmes sont traités avec finesse, mais le thème de la mort est particulièrement bien loti, bien qu'il soit très loin d'être au centre des préoccupations.
L'originalité du roman est de mêler fantasy et enquête policière ce qui donne un rythme enlevé au roman. L'auteur sait également préserver une part de secret jusqu'aux dernières pages alors qu'on s'imaginait que tous les points avaient été réglés et donc parvient a surprendre son lectorat. Malgré quelques tâtonnements stylistiques et scénaristiques Oraisons nous offre des thèmes intelligemment traités, une richesse des personnages ainsi qu'une intrigue complexe.
La plume de Samantha Bailly est déjà très assurée pour un premier roman : c'est fluide, entraînant, des chapitres plutôt courts rendant la lecture aisée et les pages se tournent toutes seules.
Oraisons est un coup d'essai qui se révèle un coup de maître et qui permet de découvrir une auteure à l'imagination débordante, qui a fait siens les codes de la fantasy mais qui ne s'est pas arrêté à la facilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lire-une-passion
  05 avril 2014
Ce livre, je l'ai depuis le salon du livre de Paris 2013. Donc, un peu plus d'un an. Je dois bien avouer que quand j'ai vu la couverture affichée, j'ai complètement flashé dessus. Elle est sobre, élégante et dégage quelque chose d'intrigant. Et l'artefact prend tout son sens lors de la lecture. Je pense que cette intégrale et l'histoire qu'elle renferme, auraient pu être un gros coup de coeur, si la taille de la police n'était pas aussi petite. Car oui, j'ai adoré cette lecture, oui cette chronique sera positive, et oui, la taille de la police m'a gâché un peu la lecture. Mais j'y reviendrai plus tard.
En Helderion, la mort peut rapporter gros à certains. Mais lorsque cette dernière s'abat sur la famille la plus « huppée », les événements s'enchaînent, les trahisons avec, et les secrets (parfois inavouables) éclatent. Lorsque la plus jeune de la famille des Manérian est retrouvée assassinée dans une ruelle sordide, la famille éclate en mille morceaux.
Le roman est coupé en deux parties, je dirais.
La première concerne la première des filles de la famille Manérian : Noony, une oraisonnière. Sa vie est consacrée au temple et aux oraisons qu'elle fait sur les morts. C'est à dire qu'à chaque mort, une initiation (je ne trouve pas le mot que je veux...) est faite pour que l'esprit de la personne décédée aille en paix. Mais au fur et à mesure que l'on avance dans ce roman, la jeune fille se rendra vite compte que quelque chose de grave se trame, ce qui remettra en doute ses projets et ses décisions. J'ai beaucoup aimé ce personnage, parce qu'on le voit grandir petit à petit. D'une jeune fille qui suit les directives de son père à la lettre, on la retrouve complètement reine de ses choix et de ses actes. Elle devient de plus en plus forte, et malgré tous les malheurs qui se passent autour d'elle, elle garde la tête haute dans toutes circonstances. À chaque fin de chapitre, j'avais hâte que le suivant arrive pour voir ce qu'elle ferait.
La seconde partie, est plus centrée sur sa jeune soeur, Aileen. Elle, est plu guerrière que Noony, plus décidée à venger la mort de leur soeur, même s'il faut tuer. J'ai beaucoup aimé aussi ce personnage, même si Noony m'a plus touchée par son côté douceur. Aileen est forte dès le début et n'hésite pas à contester les ordres de son père, ce que ce dernier n'accepte pas du tout. Malgré le fait qu'elle prenne un certain grade tout le long du récit, elle reste humble et forte dans ses convictions. Elle ne profite pas de son statut pour asseoir une certaine autorité, bien au contraire. Et je crois que c'est exactement ça qui m'a plu chez elle : elle reste fidèle à elle-même.
Une chose que j'ai beaucoup aimé dans le livre, c'est que l'auteure intègre entre chaque chapitre un interlude, nous permettant de suivre d'autres personnages sur à peine deux pages. Cependant, ces passages sont très bien dosés à tel point qu'on en arrive à s'attacher un tant soit peu à eux. Un autre gros point positif, ce sont les petits textes qui se trouvent à chaque début de chapitre. C'est à ce moment-là qu'on se rend compte que l'auteure maîtrise parfaitement son sujet, et que l'univers est très complet. J'en suis totalement admirative. Mais en plus de voir que le sujet est maîtrisé, il nous permet à nous, lecteurs, d'en apprendre plus en quelques lignes seulement.
Donc comme je le disais plus haut, le seul point négatif qui m'a fait tiquer et pas profiter pleinement de ma lecture, c'est la taille de la police qui est vraiment trop petite. Au bout de seulement 20 pages, j'avais les yeux rouges, et j'étais fatiguée. Ce qui est vraiment dommage, parce que le pire dans tout ça, c'est que l'univers me plaisait tant, que j'aurais aimé pouvoir dévorer ce livre comme il se le devait et je suis sûre que sans ça, ce livre serait un coup de coeur. Mais bon, malgré cette police trop petite, je recommande ce livre qui a été une vraie belle découverte pour moi !

Et la fin... Waouh, je ne pensais pas que je l'aimerais autant. J'avais peur que tout aille trop vite, que l'auteure choisisse une fin facile. Mais non, j'ai pleuré et j'ai détesté l'auteure au même moment. C'était tellement soudain que je ne m'y attendais vraiment pas. Et lorsque j'ai fini le livre, ma réaction a été : « Quoi, déjà ? Non mais c'est pas possible, j'en veux plus ! » du coup, je suis frustrée parce que je sais qu'il n'y aura pas de suite et que malgré tout, la fin se suffit à elle-même.
En résumé, un univers parfaitement maîtrisé, des personnages attachants, attendrissants, forts, humbles et qui restent naturels. Des complots, des vérités qui blessent, des retournements de situation qui nous font ouvrir grand les yeux et la bouche. Une plume vraiment très agréable qui pousse à continuer notre lecture sans s'arrêter. Des interludes qui nous permettent de connaître et de suivre les personnages secondaires. En bref, un univers que je conseille pour ceux qui aiment la fantasy. Dommage toutefois que la police soit aussi petite.
Justine P.
« le mutisme et le silence sont deux mots aux significations très différentes. le silence ouvre le passage à la révélation tandis que le mutisme le coupe. le silence enveloppe les grands événements, le mutisme les cache. L'un marque le progrès, l'autre une régression. »
« Ce serait pourtant mentir que dire que je me suis remise. Je repense tellement à ce jour-là, et j'ai encore l'impression que c'était hier. Il y a des souvenirs qui ne vous abandonnent jamais, qui vous poursuivent malgré vous. Quand j'étais jeune, j'avais des larmes sans chagrin. À présent, j'ai un chagrin sans larmes. »
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sio
  19 juin 2013
Heldérion, royaume raffiné s'il en est, a conquis les terres de Thyrane, et lorgne désormais sur celles de Rouge-Terre, ou Terres Impies. Car Heldérion se targue d'une chose : posséder la vérité quant aux croyances, et à la religion. Quiconque s'en éloigne est donc un hérétique. Simple, non ? C'est dans ce contexte qu'Aileen et Noony Manérian vont se retrouver sur les routes de ce charmant royaume, l'une à la recherche du meurtrier de sa soeur, l'autre en partance pour le front d'une guerre qui la répugne.
Oraisons, roman de fantasy, propose un système de magie est à la fois intéressant et original, mêlant chamanisme et rites religieux traditionnels, tout en gardant une part de mystère (tant aux yeux du lecteur qu'à ceux des personnages) : c'est ce qui fait tout le charme et la densité de l'intrigue, d'ailleurs. le rituel de l'oraison, au centre de l'histoire, confine au rite mystique et magique, et se pare de bien des mystères, jusqu'à la toute fin.
Toute cette question du rite mortuaire cache, on s'en doutait, celle de la mort. Qu'y a-t-il après ? C'est vraiment l'aspect central du récit, et le thème est très bien traité. D'une part parce que l'auteur confronte trois points de vue (celui des Heldérionnois, celui des Thyraniens et celui des Rouge-Terriens, forcément différents), d'autre part parce que les décès et cet après deviennent l'enjeu de la guerre qui se dessine. de cet aspect fondamental découlent d'autres thèmes : la religion (évidemment), le racisme, la peur de l'étranger, et l'amour. Impossible, souvent ; difficile, parfois. Tous les thèmes sont traités avec finesse, mais ce dernier est particulièrement bien loti, bien qu'il soit très loin d'être au centre des préoccupations. Pas de grande quête pour retrouver un Amour en danger, donc, et c'est parfait !
Le roman propose des personnages variés, et tout en nuances. Beaucoup sont catégoriques, tous évoluent. Les deux soeurs, Aileen et Noony, sont dessinées dès le départ comme des antithèses. Noony, digne héritière, fait ce qu'on attend d'elle. Aileen, de son côté, pensionnaire, est formée pour être une grande dame, et on sent dès le départ que cela ne lui convient pas. Pourtant, toutes deux se lancent à l'aventure, et toutes deux vont évoluer non pas à l'inverse, mais sur des chemins parallèles. Les relations nouées sont complexes, détaillées, et tissent un écheveau complexe.
Oraisons, c'est aussi une construction très minutieuse ; chaque chapitre s'ouvre sur un extrait de texte : oeuvre d'un scientifique, d'un dirigeant, d'un artiste, ou journal intime de l'un des personnages, qui éclaire systématiquement un pan de l'intrigue abordé dans le chapitre en cours. Ainsi, le lecteur est comme enveloppé dans un cocon d'informations, disséminées peu à peu, qui lui donne l'agréable impression d'avoir une vision exhaustive de l'univers, tout en sentant qu'il ne fait que toucher du doigt un tout beaucoup plus vaste et plus complexe qu'il n'y paraît. le contexte est énorme, bien pensé, et extrêmement bien amené. On entre sans aucune difficulté dans un univers d'une richesse et d'une profondeur assez incroyables, les spécificités de chaque peuple, chaque caste, ou population étant évoquées. C'est dense, incroyablement intéressant et, comble du bonheur, jamais pesant. On engrange une foultitude de petites informations au fur et à mesure de la progression de l'intrigue, qui nous permettent d'avoir une vue plus globale sur le conflit en cours, l'univers, ou la personnalité des protagonistes.
On entre dans l'histoire par une succession de scènes, découpées en chapitres assez courts, qui rendent dès le départ une impression d'intrigue complexe, de rapidité d'action, mais aussi d'une lente et précise mise en place. Pourtant, certains détails arrivent un peu trop rapidement ou facilement, et on a parfois l'impression que le suspens n'est plus au rendez-vous.
C'est là qu'arrive le second tome, puisqu'Oraisons est la publication d'un diptyque réuni en intégrale. Si La Langue du silence balbutiait encore un peu, La Chute des étoiles se révèle dans toute sa splendeur. le style s'affine, s'affirme, et on plonge dans ce que l'on sentait être, dès le premier tome, un roman grandiose. Les situations s'enveniment, les personnages achèvent de se révéler, la tension monte.
L'autre originalité du roman (après un système de magie atypique), c'est de mêler fantasy et enquête policière (celle d'Aileen sur la mort de sa soeur, celle de Noony sur la politique et l'histoire) ; la trame politique se mêle à la trame policière, et cela donne un rythme assez enlevé, d'autant que Samantha Bailly n'abat pas ses cartes trop tôt, et sait conserver une part de secret jusqu'aux dernières pages, et parvient à surprendre son lecteur, alors qu'on s'imaginait que tous les points avaient été réglés. Si, jusqu'à la fin, il y a quelques facilités, on les oublie rapidement en raison de l'incroyable densité et la richesse du roman.
Alors Oraisons, c'est un vrai coup de coeur, pour un univers, une intrigue, des personnages. Les quelques tâtonnements stylistiques et scénaristiques du diptyque sont amplement compensés par la complexité de l'intrigue et de l'univers mis en place, par la richesse des personnages, et les thèmes intelligemment traités. Oraisons était, paraît-il, un coup d'essai, et c'est un coup de maître. Voilà une fresque grandiose, qui marque durablement, et dont vous tournerez la dernière page avec émotion.
Lien : http://encres-et-calames.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Ptitelfe
  20 mars 2015
Après de nombreuses hésitations, j'ai finalement craqué sur Oraisons, que j'ai acheté aux Imaginales. J'ai ainsi pu rencontrer son auteur, Samantha Bailly, une jeune femme de 25 ans qui a su me toucher avec son roman contemporain « ce qui nous lie ».
Comme j'ai déjà pu le dire à de nombreuses reprises, je suis vraiment sous le charme de sa plume, et surtout de son talent d'écrivain. Apparemment, elle a commencé à écrire ce roman fantasy à 17 ans, paru au départ chez Mille Saisons, puis repris par la suite chez Bragelonne.
C'est également grâce aux avis plus qu'enthousiastes de Ptitetrolle et Lanyla que je me suis laissée tenter par cet achat ! Et c'est avec Koko que nous avons ouvert ensemble les premières pages de cette superbe épopée!
Et grand bien m'en fut, une fois de plus, car cette lecture est très proche du coup de coeur !

L'auteur manie à merveille le style du roman, alliant plusieurs points de vue, entrecoupés par des interludes permettant au lecteur de suivre l'intrigue générale. Elle commence également tous ses chapitres par un extrait, soit tirés des livres écrits par les habitants d'un des trois royaumes présentés, soit par des poésies, ou encore des définitions nous permettant ainsi de mieux appréhender l'univers et les termes techniques.
Au niveau de l'intrigue, on suit le parcours de la famille Manérian, du royaume d'Helderion. Gide, le père est chef des corporations des étoiles, il a un rôle important, qui pourrait presque se qualifier de bras droit du Seigneur Astracan. Lui et sa femme Soliane on eu trois filles. L'auteur se penche sur le destin des deux plus âgées.
A la mort de leur plus jeune soeur Mylliane, Aileen, 16 ans et Noony (20 ans ?) décident de poursuivre leur chemin, afin de trouver des vérités !
Aileen va partir à la recherche de l'assassin de Mylliane, et va ainsi découvrir un monde bien plus complexe que celui dans lequel elle pensait évoluer. Elle va rencontrer des gens très intéressants, son parcours ne sera pas rose, elle va vivre des moments très difficiles, qui vont la fragiliser et en même temps la rendre plus forte ! La fin de son parcours est superbe, elle devient une femme affirmée, qui sait déjouer les pièges et déceler la vérité des mensonges. J'ai adoré suivre son parcours ! Même si j'avoue que dans la deuxième partie, j'ai tout de même été plus frappée par celui de Noony.
Cette jeune femme commence à raconter son histoire alors qu'elle vient officiellement de passer oraisonniere. Les oraisons sont un rituel qui consiste, d'une part, à faire une prière pour le défunt en présence des proches, et dans un second temps, de procéder seul à une technique permettant d'envoyer l'âme du mort vers son astre d'origine et de recueillir leurs souvenirs pour les déverser dans les bassins de résuadine.
Lorsque l'Astracan, Soleil III, déclare la guerre aux royaumes de Thirane et des Terres Rouges, Soliane envoie sa fille sur le front de guerre en lui demandant d'empêcher que celle-ci d'éclater.
Dans sa quête pour la vérité, Noony sera accompagnée d'Alexian, un jeune homme qui m'a énormément plu, et de son animal Lorion. Ils vont ensemble découvrir les secrets des Oraisons, leurs véritables utilités, et tout ce qui se cache derrière la résuadine. Ils vont découvrir une personne étrange, qui va leur dévoiler qu'elle est issue d'une expérience secrète, et que c'est la dernière de sa lignée. C'est ainsi qu'au fur et à mesure de leurs aventures, on va découvrir tous les complots aussi bien politiques, commerciaux ou religieux qui se trament dans les royaumes.
C'est très difficile de parler succinctement de cette oeuvre ! Ce qu'il faut avant tout retenir, c'est qu'on ne s'ennuie pas une minute, on va de mystères en révélations, on s'attache fortement à tous ces personnages ; J'aurai même du mal à dire qui j'ai préféré tellement ils sont tous différents, recherchés et approfondis psychologiquement ; Chacun apporte sa pierre à l'édifice, chacun va avoir un parcours particulier qui aidera à libérer les peuples de l'emprise du « grand méchant de l'histoire ».
J'ai tout de même été très touchée par Soliane, la mère des filles, qui a une vie très difficile et qui a du faire un sacrifice impossible à imaginer ! Malgré son handicap, elle est parvenue à faire éclater la vérité !

C'est un roman fantasy qui mêle aussi une très bonne intrigue policière ! Un subtil mélange des deux que j'avais rarement rencontré. Egalement, l'auteur ne se lance pas dans de grandes descriptions mais arrive à nous décrire très facilement les lieux. On imagine très bien tout l'univers, le décor et les personnages inventés. Sans compter la petite carte au début du livre qui permet de suivre point par point le chemin des soeurs Manérian.
Je vous conseille vivement ce livre, amateurs ou confirmés de fantasy, c'est vraiment avec subtilité qu'elle nous entraîne dans un monde complexe et recherché !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ElwoodBluesElwoodBlues   10 août 2016
Les premières fois sont toutes inoubliables, magiques. Ce sont des expériences banales mais l'attrait de l'inconnue les rend extraordinaires. J'aimerais souvent revivre la première fois que j'ai respiré l'odeur d'une rose, ma première étreinte avec un homme, mon premier fou rire, la première fois que j'ai tenu mon enfant. Ce sentiment de nouveauté, cette surprise et toutes ces premières fois à tenter me rendent amoureuse de la vie.
Notes de Soliane Manérian.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SioSio   18 juin 2013
Ce serait pourtant mentir de dire que je me suis remise. Je repense tellement à ce jour-là, et j'ai encore l'impression que c'était hier. Il y a des souvenirs qui ne vous abandonnent jamais, qui vous poursuivent malgré vous. Quand j'étais jeune, j'avais des larmes sans chagrin.
A présent, j'ai un chagrin sans larmes.
Commenter  J’apprécie          40
NyxNyx   03 mai 2016
Le mutisme et le silence sont deux mots aux significations très différentes. Le silence ouvre le passage à la révélation tandis que le mutisme le coupe. Le silence enveloppe les grands événements, le mutisme les cache. L'un marque le progrès, l'autre une régression.
Commenter  J’apprécie          50
Lys_bleuLys_bleu   09 février 2017
Ciel vide

La lune a revêtu le deuil ce soir
En un manteau de larmes, de sang
D’étoiles affûtées dans les rangs
Des mensonges les plus noirs.

L’univers étend sa voie lactée
Ses traînées d’argent, d’éclats
D’étoiles attendant, en émoi,
Que l’on vienne les décrocher.

Et tous ces dieux, ces planètes
Ces rêves trop vites déçus, toujours
Morts-nés, abattus, tués d’amour
Ne sont que des cailloux inertes.

Le monde continue de tourner
Elle prie des entités absentes
Des pierres vides, inconscientes
Qui ne l’empêchent pas d’aimer.

Poème d’introduction de Ciel vide – traité de Shala Volplume, auteure active de la Corporation Volplume depuis l’an 909.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissReadingMissReading   30 avril 2014
Oraison : Cérémonie consistant à envoyer les morts sur la planète attribuée à leur naissance par un procédé de réincarnation. Elle est considéré comme un art puissant et sacré, et seules les personnes appartenant à la Corporation des marchands d'étoiles, résidant dans la cité de Manérian, peuvent accéder à ce savoir. La cérémonie se déroule en deux temps : d'abord un discours d'éloge funèbre, puis un rituel lié à l'Astracisme. L'Astracisme, la religion maîtresse du royaume d'Hélderion, est incarné par une autorité suprême : l'Astracan. Ce dernier cumule les fonctions de dirigeant politique et religieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Samantha Bailly (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samantha Bailly
[ Coulisse ] F.A.Q. sur la trilogie "Les Stagiaires" | Samantha Bailly
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Stagiaires

Dans quelle entreprise se déroule le roman ?

Pixis
Pixies
Pyxis
Pixys

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Les stagiaires de Samantha BaillyCréer un quiz sur ce livre
.. ..