AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782846822596
240 pages
P.O.L. (25/08/2008)
3.1/5   41 notes
Résumé :
Pierric Bailly raconte une histoire actuelle : une histoire de jeunes crétins de milieux plutôt aisés – c’est l’année du bac, un peu avant pour certains, un peu après pour d’autres – qui écoutent du rap, qui s’ennuient, qui ont de petites histoires de sexe, qui boivent, qui fument, qui font des bêtises, de grosses bêtises finalement puisqu’il y aura mort d’homme et qu’ils se retrouveront en première page du journal. Ça se passe entre Besançon et Lons-le-Saunier et ç... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
carre
  10 décembre 2011
Le premier roman dePierric Bailly nous conte l'histoire d'ado en recherche de repères sur fond d'histoires d'amour et de rap. La musicalité de l'écriture de Bailly est la grande force du livre ,même s' il cède à quelques facilités, un premier roman prometteur et plutôt agréable. J'ai hâte de découvrir son deuxième "Michael Jackson".
Commenter  J’apprécie          81
clement_M
  22 septembre 2017
Livre très particulier. J'ai dans un premier temps essayé de le lire alors que j'étais un peu fatigué : impossible ! L'écriture et le rythme m'ont totalement déboussolé et j'ai lâché très rapidement. Puis je me suis forcé à reprendre le livre en étant plus attentif et plus patient et alors j'ai pu suivre le rythme. On suit Lionel qui a lâché ses études, ses amis de son âge et traîne avec sa soeur Diane et ses amis. Lionel nous bombarde d'informations, nous parle (et donc on lit un livre avec une écriture très proche du langage parlé des jeunes) et ne se repose jamais. Cela peut devenir vite épuisant, surtout qu'il y a beaucoup de personnages, qu'on flirte avec le fantastique (les personnages ont un physique interchangeable...) et que finalement, il ne se passe pas grand chose d'intéressante. Cela reste néanmoins une expérience de lecture impressionnante et intéressante.
Commenter  J’apprécie          10
sentimental
  18 novembre 2011
Une vision originale et inédite de la vie dans un petit bled au XXIe siècle. Les jeunes de la campagne ont bien changé : niveau nihilisme et post modernisme ils n'ont rien à envier à la jeunesse des megalopoles. L'auteur, en plus de recadrer nos conceptions, possède un style très élaboré qui se soucie moins de raconter une histoire que de perception et la fin du livre est quasi psychédélique.
Commenter  J’apprécie          40
Barbelune77
  02 septembre 2010
Une langue moderne entre hip hop rural et éclats de poésie déjantée.
Commenter  J’apprécie          50
MarianneDesroziers
  14 mars 2011
Quand le premier roman de Pierric Bailly est sorti en 2008, j'avais eu l'occasion de lire et d'entendre des critiques très élogieuses mais je ne sais pour quelles raisons, je n'avais pas lu son livre (peut-être parce que la bibliothèque municipale où je m'approvisionne et où je travaille actuellement) n'avait pas le livre, peut-être parce que j'avais d'autres livres en cours… Bref, les années ont passé, Bailly a publié un deuxième livre (acheté par ma bibliothèque celui-là), je l'ai lu et j'ai adoré. du coup, à peine après avoir refermé « Michael Jackson » je me suis ruée sur l'édition de « Polichinelle » en Folio et je n'ai pas été déçue, loin de là.
La suite sur mon blog : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2011/03/polichinelle-de-pierric-bailly-folio.html
Lien : http://lepandemoniumlitterai..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Actualitte   04 juin 2011
Cette histoire est un peu conçue comme un huis clos où rien ne bouge véritablement, où l’ennui accapare l’existence avec force de détails.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   14 mars 2011
La fête foraine, tous les ans, à cette époque, qui s'installe au parc, avec les caravanes sur le parking de la salle des fêtes.
Pareil que la fête de la musique, les feux du 14 juillet, le genre de soirées qui donnent envie de se barrer au Mexique.
Parce que notre monde est petit.
Les mêmes manèges que l'année dernière, les mêmes têtes, sur les bancs, autour des autos tamponneuses les mêmes bandes de brutus, machin, là, qu'est toujours champion du Jura de kickboxing, qui s'éclate le poing sur le punching-ball, là, le truc de jacky avec la flèche qui indique si on est une lopette ou un mutant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   14 mars 2011
La baraque de Laura c'est tout ce que je ne peux pas blairer. C'est le piano qui ne sert à rien, les affiches de lavis bleus sur fonds bruns de Rodin sur un mur crucifié de petits cadres avec une de ces cartes postales, celle avec la photo d'un grand gars et une citation signée de son nom : Il faut danser la vie, Nietzsche, ou : J'ai un projet, devenir fou, Dali.
J'ajouterais bien : J'ai un jet de pro, je vous pisse à la raie, Lionel Elpich.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   14 mars 2011
Dans le poste de Johannes c'est de la soul, sur la grille des merguez, et c'est marrant parce qu'on est blancs, on est dans le Jura, et on bouffe des merguez en écoutant de la soul.
Une seule explication à ça, nous sommes des gangsters.
On serait des bidons si on écoutait de la techno.
On écoute de la soul.
Il y a ça aussi. Devenir un gangster. Une famille de personnages, on peut aussi une famille de mafiosi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   10 avril 2011
Jules ce n'est pas la même chose. C'est plutôt le type dont on dit qu'il a une gueule. Il n'a pas encore sa vraie gueule, mais il en aura une, disons à quarante ou cinquante ans. Il aura une de ces gueules sur lesquelles on devine des bastons de bar, des querelles avec les femmes, toutes les horreurs qu'il aura enduré à cause de l'alcool, de tout le reste. On distingue le crayonné des rides et des crevasses, le visage taillé au burin, tout sera gravé là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nekomusumenekomusume   10 avril 2014
Il y a deux ans, c'était des bikers comme Jules et Johannes ils bougeaient à scooter, ou a mobylette comme mon pote Arnaud la Padrino.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Pierric Bailly (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierric Bailly
Pierric Bailly vous présente son ouvrage "Le roman de Jim" aux éditions POL.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2504466/pierric-bailly-le-roman-de-jim
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : langageVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2864 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre