AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Patrice Gueniffey (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070710508
686 pages
Gallimard (17/02/2005)
4.2/5   87 notes
Résumé :
Publiée en 1931, cette biographie de Napoléon est toujours reconnue par les historiens pour le sérieux de ses sources et la qualité de son écriture. Bainville y traite son sujet sans préjugés, dépassant la simple narration pour approfondir et analyser les événements. Son portrait de Napoléon reste criant de vérité, pour son génie comme pour ses dérives.
Que lire après NapoléonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 87 notes
5
8 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Jacques Bainville, aux yeux de nos contemporains, cumule les handicaps : né dans une famille républicaine et dreyfusard, figure de l'Action française, il embrasse la cause monarchiste ; il n'était pas historien mais écrivit des livres d'histoire. Son talent, notamment d'analyste, fut reconnu et il fut élu à l'Académie française.

Le "Napoléon" de Bainville est un livre que je crois indispensable à la compréhension de la période qui commence à la chute de Robespierre et qui se termine avec le retour de Louis XVIII.
L'auteur a le dessein de nous raconter, sans visée panégyrique, le destin de Napoléon dans le cadre de son époque. C'est aussi une tentative (réussie de mon point de vue) de décrypter une vingtaine d'années de l'Histoire de France, la période de la Révolution française et de sa difficile conclusion. Avec Bainville l'aspect biographique est constamment relié au collectif ; les mouvements de fond des sociétés et des nations y sont décrits sans que l'aléatoire et le contingent ne soient exclus, tant il arrive qu'une circonstance décide de l'avenir, pourvu que cet avenir appartienne à l'ensemble du possible...
L'auteur est un aussi un écrivain. Son talent d'écriture, son style précis, évocateur rendent clairs et vivants la complexité du réel décrit, les mouvements d'ensemble et les cheminements d'esprit des protagonistes. Il nous fait partager une époque, un monde ; il ne renonce pas à sonder les reins et le coeur de Napoléon, en s'appuyant et analysant les nombreux témoignages que nous ont laissés les contemporains.

Ecrire l'Histoire c'est prendre un point de vue sinon un parti, c'est donner du sens, c'est partager avec le lecteur sa compréhension des faits passés qui entrent dans son champ d'études. La volonté de comprendre, la volonté d'expliquer domine l'ouvrage. Sans complaisance, sans faiblesse dans le raisonnement.

Et il nous présente un Napoléon parfois inattendu : héritier et légataire universel de la Révolution mais aussi un Napoléon obsédé par la recherche d'une paix durable et c'est ce désir de paix qui le conduira à mener tant de batailles. Concrètement la volonté de conserver la rive gauche du Rhin et singulièrement la Belgique est au coeur de cette quinzaine d'années de pouvoir. Car face à lui, l'Angleterre, n'acceptera jamais cette conquête. Ajoutons que le projet d'invasion de l'Angleterre ne sera toujours qu'un rêve, une fois que Trafalgar a sonné le glas de la Marine française. Désormais, les jeux sont largement faits : l'Angleterre est maîtresse des mers et la France n'arrivera pas à être la maîtresse des terres, car la stratégie du blocus continental est mortifère, peut-être plus pour le continent que pour l'Angleterre qui réussit à desserrer l'étau voire même à accélérer son emprise de l'économie britannique sur le monde, par la recherche d'autres débouchés et d'autres fournisseurs hors Europe. Toujours est-il, le coût devient de plus en plus insupportable pour la France et pour les protagonistes en général : ce blocus, pour être un tant soit peu efficace, nécessite le blocage de l'ensemble du littoral européen, jusqu'aux pays baltes. Les économies des pays concernés en pâtissent et leur population ne le supportent pas. Dès lors, les chances de succès de Napoléon s'étiolent...Et Napoléon, lucide, en aura conscience très tôt.

Un ouvrage riche, qui se lit comme un roman mais un roman vrai ; le lecteur que je suis reste toutefois sur sa faim à cause de l'absence d'arrière-plan économique et technologique de cette période. L'Angleterre, en effet, dans cette période, est en pleine ascension économique ; elle est en train de s'installer en première puissance économique du monde. Au-delà de la force de caractère de ce peuple, la puissance économique a fortement contribué à leur victoire finale. le désintérêt des acteurs, Napoléon en tête, pour ces thématiques n'est ni une explication, ni une excuse mais encore faut-il ajouter aussitôt que ce reproche peut être adressé à une grande partie des ouvrages consacrés à Napoléon et que Bainville, lui, tient un large compte du rôle du blocus continental dans l'affrontement des puissances européennes.



Commenter  J’apprécie          20
J'ai suivi avec assiduité l'intégralité de mon cursus scolaire. J'ai même eu mon bac avec mention, c'est pour dire ! Pourtant, je n'ai jamais vraiment entendu parler de Napoléon. Depuis ma 6ème jusqu'à ma terminale, je ne crois pas avoir entendu son nom plus de trois ou quatre fois. Si bien que quelques années plus tôt, j'aurai été bien incapable de situer l'Empire dans la grande Histoire de France.

Mais en réponse à l'inaptitude de l'Education Nationale à fournir aux petits français un socle culturel commun solide, je dispose d'une arme très efficace : la curiosité. Alors, à l'occasion du bicentenaire de sa mort et des multiples polémiques à son sujet, j'ai décidé de savoir qui était l'Empereur.

Autant l'annoncer d'emblée : je ne fus pas déçu. « Quel roman que ma vie » affirmait Napoléon ; ce qui peut sembler être une remarque vaniteuse s'avère être un constat teinté d'euphémisme. Sa vie et son oeuvre, c'est plus qu'un roman, c'est une épopée, un chant épique, une iconographie biblique, une fresque mythologique. Napoléon avait une conscience aigue de sa destinée et de sa place dans l'Histoire, et il agissait selon une certaine esthétique, en visant toujours le sublime. Jacques Bainville rejoint Chateaubriand en qualifiant Napoléon de « poète de sa vie » … c'est une description parfaite. La vie de l'Empereur est une oeuvre d'art, et lui n'est pas un homme mais un héros immortel.

Il n'est même pas question ici de porter un jugement moral sur Bonaparte : était-il bon, mauvais, méchant ? Cela ne m'intéresse guère. Mais cet homme était surhumain, et son épopée demeure légendaire : elle fascine et porte à l'admiration, par-delà le Bien et le Mal.

Il faut aussi dire un mot sur la biographie de Bainville : cette dernière est tout simplement sublime. Bainville est rigoureux, précis, objectif, mais il réussit magistralement à insuffler dans son récit un souffle épique, grâce à une plume tout simplement magnifique. Il est un historien, mais aussi incontestablement un écrivain, un littérateur de génie.

« Il est le « poète en action » que Chateaubriand reconnaitra et, parce qu'il est un poète qui agit, les grandeurs lui sont naturelles. » (Bainville, en parlant de Napoléon).
Commenter  J’apprécie          71
Le livre "Napoléon" de Jacques Bainville, réédité par l'édition Phoenix, m'a offert une plongée fascinante dans la vie complexe de Napoléon Bonaparte. Passionné par l'histoire de France et avide de découvertes sur les grands héros, Napoléon faisait naturellement partie de mes figures légendaires préférées, malgré les critiques parfois virulentes, particulièrement de la part des gauchistes. Il ne l'aime pas sans connaitre son histoire, il ne l'aime pas simplement car il est puissant, fort et glorieux, des mots qu'ils leurs son inconnu et qu'ils jalousent, car on réalité il rêve d'être cette homme.

Ce récit approfondi couvre l'ensemble de la vie de Napoléon, depuis son enfance en Corse jusqu'à son abdication à Sainte-Hélène. Bien que l'approche non romancée ait pu initialement me dérouter, elle a fini par révéler une perspective plus analytique et réfléchie. Bainville, en dépit de ses inclinations monarchistes, parvient à transcender ses convictions personnelles pour présenter une compréhension nuancée de Napoléon.

Le livre offre bien plus qu'une simple chronologie d'événements. C'est une pensée profonde et philosophique sur l'homme derrière la légende. J'ai trouvé cette approche intellectuelle stimulante et rafraîchissante. La contextualisation minutieuse de chaque étape de la vie de Napoléon a enrichi ma compréhension de ses choix et de son impact sur l'histoire.

La période où Napoléon accède au statut d'empereur a été un moment particulièrement captivant pour moi. Bainville a réussi à susciter en moi une gamme d'émotions, allant de l'admiration profonde pour l'empereur à des sentiments de compassion, d'espoir de puissance lors de l'ouvrage de Tilsit. Cette lecture a été comparable à l'intensité d'une saga comme "Game of Thrones", soulignant la grandeur et la complexité de l'épopée napoléonienne.

Cependant, je dois admettre que j'ai rencontré quelques difficultés initiales à m'immerger dans l'histoire, notamment en raison de l'approche non romanesque et de certains détails qui semblaient parfois anecdotiques. Malgré ces petites réserves, le livre a réussi à révéler les multiples facettes de Napoléon, un homme qui s'adapte aux circonstances pour devenir une figure inoubliable à jamais dans l'histoire de France.

En conclusion, "Napoléon" de Jacques Bainville est un ouvrage qui offre une compréhension approfondie de l'homme et de son époque. Bien que l'auteur soit clairement enclin vers le monarchisme, Bainville comprend l'empereur, il pense Napoléon laissant transparaître l'admiration pour ce héros historique qui a marqué la France et le monde.
Aujourd'hui, la France aurait grandement besoin d'un héros comme Napoléon, un homme qui rétablirait l'ordre dans le pays, le rendrait grand, fier et florissant. Après toutes les attaques des Sarrazins, des barbares, les bons Français de droite rêvent d'un sursaut nationaliste, d'un héros qui restaurerait les valeurs fondamentales de notre peuple.

Vive l'empereur et vive la France !
Commenter  J’apprécie          00
Excellent livre !

Quel lyrisme !

Quelle lucidité de la part Bainville !

Quelle vision de l'Histoire !

en 2016 c'est BHL qui essaye de faire croire qu'il est un intellectuel !

triste époque
Commenter  J’apprécie          130
Magistral !
le souffle épique , aucune complaisance avec le grand personnage , un vrai grand livre d'histoire qui se lit presque comme un roman, ce tour de force est possible car la vie de Napoleon est vraiment romanesque jusqu'au bout , mais surtout Bainville , en plus d'être un historien incontournable est un grand écrivain.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Bonaparte avait calculé juste. Après ces fameux préliminaires de Léoben, et en attendant la paix définitive, il est comme le souverain de l'Italie. Protecteur de la République cispadane et de la nouvelle République transpadane (la Lombardie), il dicte sa loi à Gênes, au pape, au roi de Naples, et le roi de Sardaigne est son auxiliaire. Il gouverne. Il règne. Car les Républiques qu'il a créées, dont la Constitution est calquée sur celle de l'an III, ne sont Républiques que de nom. Tout passe par lui. “Il faut une unité de pensée militaire, diplomatique et financière”, avait-il écrit à Paris hardiment.
Commenter  J’apprécie          20
C'est l'apprentissage de la monarchie. On s'étonne moins que Napoléon se soit trouvé si vite à son aise dans le rôle de premier Consul et d'empereur quand on le voit au château de Mombello, près de Milan, résidence où Joséphine est presque reine, où il mène un train de prince. Il a déjà une cour, il donne des fêtes. Les diplomates étrangers l'entourent, et les écrivains, les poètes d'Italie adulent le sauveur, le libérateur, l'homme providentiel, tout ce qui se transposera à Paris trois ans plus tard.
Commenter  J’apprécie          20
Surveillant à la fois l'ennemi, l'Italie, la France, attentif aux événements de Paris, apte à saisir les mouvements de l'opinion publique, à calculer les forces alternantes ou parallèles des deux courants, celui de la révolution guerrière et celui de la réaction pacifique, on le voit, de son camp, s'élever peu à peu à un plus grand rôle que celui de proconsul, agit sur la marche des choses, les modeler lui-même, en décider jusqu'à devenir déjà l'homme dont on se dit qu'il procure tout ce qu'on désire et qu'il concilie tout. Il faut donc encore le suivre dans les marches et dans les contremarches dont il accable les Autrichiens et dans les résultats qu'il tire de ses succès.
Commenter  J’apprécie          10
La résonance lugubre de Waterloo ne tient pas seulement à la chute d'un homme. Elle signifie, pour les Français, la fin d'un rêve pa un dur contact avec le monde extérieur. C'est le principe d'un renoncement et d'un repliement sur eux-mêmes, pour tout dire une humiliation plus cruelle que la bataille, du moins perdue avec honneur et avec éclat.
Commenter  J’apprécie          20
Si Bonaparte se distingua par quelque chose, c'est par ses idées claires, la netteté de ses explications, l'esprit de suite avec lequel il affirma ce qu'il fallait faire pour réussir.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jacques Bainville (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Bainville
[…] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […]
On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […] (Roland Jaccard.)
0:00 - Joseph Joubert 0:09 - Mark Twain 0:29 - Jonathan Swift 0:43 - Giovanni Papini 0:57 - François George 1:20 - Honoré de Balzac 1:33 - Marcel Proust 1:46 - Paul Valéry 1:59 - Nicolas de Chamfort 2:09 - Sigmund Freud 2:23 - Oscar Wilde 2:38 - Pierre Loti 2:54 - Jerry Lewis 3:06 - Milan Kundera 3:40 - Pie XII 3:53 - Remy de Gourmont 4:07 - Jacques Bainville 4:19 - François Bott 4:36 - Johann Nestroy 4:46 - Générique
Vous aimerez peut-être : DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #3 : https://youtu.be/A6¤££¤73DictionnaireDuParfaitCynique69¤££¤ DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #2 : https://youtu.be/ER32fi_Jcn0 NI ANGE NI BÊTE : https://youtu.be/aBUASQxO9z4 S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL... : https://youtu.be/bHCEHBhdLLA LES CHIENS CÉLESTES : https://youtu.be/zZ-0H1qTlJg PETITE FOLIE COLLECTIVE : https://youtu.be/Ge4q_tfPWjM AD VITAM AETERNAM : https://youtu.be/YjvEBidvMXM QUE SUIS-JE ? : https://youtu.be/sbWh58UeGvE LA LUCIDITÉ POUR LES NULS : https://youtu.be/mMXwZq9N2kk Philosophie : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8pT0¤££¤48LA LUCIDITÉ POUR LES NULS79¤££¤9ptGAv
Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982.
Images d'illustration : Joseph Joubert : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Joubert_(moraliste)#/media/Fichier:Joseph_Joubert.jpg Mark Twain : https://theysaidso.com/quotes/author/mark-twain/ Jonathan Swift : https://www.sciencephoto.com/media/228587/view/jonathan-swift-english-author Giovanni Papini : https://catalogo.beniculturali.it/detail/HistoricOrArtisticProperty/0900118123#lg=1&slide=0 François George : https://www.cultura.com/p-alceste-vous-salue-bien-3179668.html Honoré de Balzac : https://www.librairielaliberte.com/balzac-le-journalisme-comme-sciences-des-moyens Marcel Proust : https://www.humanite.fr/culture-et-savoirs/litterature/il-avait-tout-pour-finir-dans-l-oubli-et-marcel-proust-devint-un-ecrivain-national-7
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (313) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3249 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..