AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369120444
Éditeur : Ici même (25/05/2018)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Nottinghamshire, 1851. À la mort de la comtesse, sa grand-mère, Clara hérite du domaine de Flintham, et sa sœur, à son grand dam, du patrimoine financier.
Les sœurs se séparent. Clara abandonne ses beaux atours pour enfiler ceux du labeur, bien décidée à sauver le domaine qui tombe en décrépitude. Malgré ses sacrifices et ses efforts, elle est bientôt contrainte de vendre ses biens, de congédier les serviteurs, et d’abandonner sa grande passion, le clavecin.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  11 mars 2019
La comtesse de Flintham vient de mourir. Au coeur de l'hiver 1850, après le décès de leur aïeule, ses petites filles Clara et Olivia se déchirent au sujet de l'héritage : Clara obtient le manoir et Olivia une somme d'argent conséquente, mais cette dernière se sent lésée et part à Londres, laissant à sa soeur le soin du domaine. Rapidement, tout vient à manquer. Clara sacrifie tout ce qu'elle peut, même sa passion pour la musique, pour Flintham Hall Manor ne tombe pas aux mains d'étrangers. « Vous pourriez poursuivre vos études et devenir concertiste. » (p. 14) Est-il normal que tout réussisse à Olivia alors que Clara, restée droite et juste, se voit dépouillée de tout, jusqu'à sa dignité ? Évidemment, question rhétorique. Sans être manichéenne, l'histoire est très symbolique et les destins assez prévisibles. Mais cela ne retire rien à la qualité de cette oeuvre qui offre de précieux moments de contemplation.
Il y a de longues pages sans dialogue, où l'image seule a droit de cité, et où chaque dessin devient un tableau violent comme un air de Beethoven ou mélancolique comme une mélodie de Debussy. La dureté des hommes et la caresse glaciale de la nature font de cette bande dessinée une oeuvre belle et violente au même titre qu'un roman des soeurs Brontë.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
krol-franca
  22 avril 2019
Demi-flop… trois quarts flop ! Flop, flop !
Le sujet ? le portrait d'une aristocratie déclinante en 1850 dans le Comté de Nottingham. Vide, creux, et inintéressant. Certes, il y a une ambiance, une atmosphère surannée, j'en ai apprécié les couleurs, les nuances pendant la première moitié de la bande dessinée, et puis je me suis lassée. Et la fin ? Rapide, expédiée. Bref, une histoire qui ne m'a pas touchée du tout.
Heureusement, il y a les illustrations, magnifiques pour certaines d'entre elles, petits tableaux qui ne sont pas sans nous rappeler les grands tableaux de maîtres. Et l'on pense fort à Millet, pour ses scènes champêtres et réalistes, comme Les glaneuses ou L'angélus. On se surprend à passer plusieurs minutes sur certaines planches.
Mais d'autres vignettes n'ont pas du tout su me séduire, bien au contraire. Lorsque les visages venaient en surimpression sur le paysage factice à l'arrière, comme des photos qu'on aurait découpées et collées là. Elles m'ont évoqué un roman photo… Bref, je n'ai pas aimé ces planches.
Alors, oui, vraiment une BD décevante pour moi. Je n'y ai pas trouvé mon compte. La beauté de certaines illustrations n'a pas suffi à me faire aimer l'ensemble.

Lien : https://krolfranca.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
livreclem
  06 janvier 2019
Une BD d'une beauté à couper le souffle. Chaque dessin est une oeuvre d'art. L'histoire n'est pas le plus important (une jeune femme, au décès de sa grand-mère, hérite de la demeure familiale mais n'arrive pas à l'entretenir). le graphisme, la mise en page sont ce qui ressorte le mieux. J'ai beaucoup beaucoup aimé l'ambiance.
Commenter  J’apprécie          150
trust_me
  27 juin 2018
Comté de Nottingham, 1851. A la mort de sa grand-mère, Lady Clara hérite du manoir familial tandis que sa soeur Olivia se voit attribuer une somme d'argent équivalente à la valeur du domaine. Furieuse, cette dernière part pour Londres et laisse Clara se débrouiller seule avec la gestion du personnel et l'entretien des bâtiments. La tâche s'avère rapidement insurmontable et la jeune femme, après avoir vendu la plupart du mobilier, doit se résoudre à renvoyer les domestiques avant de quitter les lieux et de se chercher un emploi.
Les événements s'enchaînent un peu vite et le scénario prend parfois des raccourcis qui ont tout de grosses ficelles mais le plaisir de lecture est ailleurs. Dans les magnifiques compositions de Barbara Baldi d'abord, qui propose au fil de longues séquences sans texte des cases panoramiques comparables à des tableaux impressionnistes. Dans l'ambiance froide et humide d'une campagne anglaise digne des Hauts de Hurlevent ensuite. Dans le portrait d'une aristocratie à bout de souffle enfin, où le délabrement des biens va de pair avec la perte d'un statut social jusqu'alors intouchable.
Une BD qui vaut par son envoûtante atmosphère victorienne et son esthétique d'une rare élégance. On se plait à s'attarder sur certaines images pour mieux en capter le grain, la texture. La mélancolie, la grisaille, l'absence de lumière et l'omniprésence d'un inquiétant clair-obscur s'imposent avec autant de puissance que d'évidence. Un tour de force graphique pour ce premier album qui mérite bien plus qu'un simple coup d'oeil en passant.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Titine75
  25 février 2019
Décembre 1850, Nottinghamshire, Flintham Hall Manor est frappé par le décès de la comtesse de Sutherland. Ses deux petites filles, Clara et Olivia, sont ses seules descendantes et héritières. le testament de leur grand-mère leur réserve d'ailleurs une surprise de taille. La vieille dame lègue son domaine de Flintham Hall Manor à la cadette, Clara. Olivia aura l'équivalent de la valeur du domaine sous forme de fonds fiduciaires. Cette dernière ne supporte pas la décision de sa grand-mère et décide de quitter le domaine le lendemain, abandonnant sa jeune soeur à ses lourdes responsabilités. Pour entretenir Flintham Hall Manor, il faut beaucoup d'argent, Clara n'hésite pas à participer aux tâches quotidiennes et aux travaux des champs. Rapidement, elle est obligée de licencier certains employés. Malgré ses efforts et sa bonne volonté, Clara va-t-elle réussir à sauver le domaine ?
J'avais repéré cette bande-dessinée dans le magasine Page des libraires et j'avais été immédiatement séduite par le dessin de Barbara Baldi. Il s'agit de sa première bande-dessinée et c'est une réussite. L'histoire rappelle les romans du 19ème siècle anglais, notamment ceux des soeurs Brontë pour le romantisme du destin de Clara. « La partition de Flintham » est le récit du lent déclassement social de son héroïne. Les coups du sort vont s'abattre sur elle et la mettre à l'épreuve. Elle accepte tout avec abnégation et tente toujours de trouver des solutions. Elle devient servante alors qu'elle est petite fille de comtesse. Rien ne semble la rebuter ou entamer son courage. L'histoire de Clara se fait particulièrement cruelle lorsqu'elle recroise sa soeur Olivia chez les personnes qui l'emploient. Son chemin semé d'embûches évoque bien entendu Jane Eyre ou d'autres personnages féminins de l'époque victorienne.
Le fond également nous rappelle cette période de la littérature anglaise. Les paysages désolés, les grandes étendues sauvages autour du manoir m'ont fait irrésistiblement penser au chef-d'oeuvre d'Emily Brontë. J'irai même plus loin, la bande-dessinée de Barbara Baldi se rapproche de l'adaptation qu'Andrea Arnold a réalisé des « Hauts de Hurlevent » en 2011. Ce film privilégiait l'atmosphère, la nature et surtout le silence. La dessinatrice a écrit peu de dialogues et tout passe par l'ambiance et le dessin. Ce dernier évoque de manière générale la peinture du 19ème siècle, par moments j'ai pensé à Millet et aux macchiaioli pour les scènes dans les champs. le dessin est pour beaucoup dans la réussite de cette bande-dessinée. Il mélange l'aquarelle et la palette graphique, le résultat est surprenant et très artistique. J'ai vraiment été emballée par les choix esthétiques de Barbara Baldi.
« La partition de Flintham », je ne vous ai pas expliqué le titre et vous laisse découvrir sa signification, est une bande-dessinée qui, par le fond et la forme, évoque les romans anglais du 19ème siècle. Elle ne pouvait donc que me séduire et le dessin est une grande réussite.

Lien : https://plaisirsacultiver.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
BoDoi   27 juin 2018
Si l’histoire semble manquer de corps et paraît monacale, une lecture attentive de La Partition de Flintham révèle surtout une fine peinture sociale au goût de tragédie, délicate et sensible. Barbara Baldi, un talent à suivre donc de très près.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   29 mai 2018
Illustration, bande dessinée et peinture, La partition de Flinthan est une œuvre à la croisée des chemins qui révèle une véritable artiste.

Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NievaNieva   16 novembre 2018
— Je voudrais parler à la cuisinière. Je m'appelle Mills.
— D'où tu viens ? Tu sais faire la cuisine ?
— Tes références ? C'est toi qui as répondu à l'annonce ? Tu n'as rien d'une domestique.
— Sans références, on n'engage personne, va-t-en !
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   11 mars 2019
« Vous pourriez poursuivre vos études et devenir concertiste. » (p. 14)
Commenter  J’apprécie          00
Video de Barbara Baldi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Baldi
LUCENERA - Barbara Baldi
autres livres classés : pianoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Barbara Baldi (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3340 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..