AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Stéphanie Chaptal (Traducteur)
EAN : 9782376973928
336 pages
Ynnis Edition (10/05/2023)
4.12/5   276 notes
Résumé :
Une tasse de fantasy, des tranches de vie savoureuses et un zeste de romance ! Viv, une orc mercenaire au passé sanglant, décide de changer de vie. A l'aide d'une légendaire pierre censée lui apporter la bonne fortune, elle se lance dans une entreprise audacieuse : la création d'un café. Un pari risqué, car dans la ville de Tuine, les elfes, lutins et autres ratelins ignorent tout de ce breuvage peu ragoûtant.
Et lorsque les hommes de main du Madrigal, la ma... >Voir plus
Que lire après Légendes & LattesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 276 notes
Viv est une orc. Une de ces créatures pleines de muscles qui mettent leur vie au service de causes plus ou moins nobles, mais qui paient bien. Et elle réussit bien dans ce domaine, grâce à sa force et à son habileté à manier son épée, Noirsaignée. Mais un jour, elle en a assez de cette vie. Et elle décide de tourner définitivement la page, de remiser son arme dans son fourreau et de tenter quelque chose de complètement différent.

Cosy fantasy, romance : tout à fait ce que je fuis d'ordinaire. Et puis là, les éditions Ynnis m'ont proposé, grâce à Stéphanie Chaptal, la traductrice du roman, qui tient le blog Outrelivres, de lire ce récit. J'ai accepté volontiers car, depuis que je tiens mon propre blog, je tente plus facilement des expériences afin de diversifier mes lectures, varier mes points de vue. M'ouvrir à autre chose et, par là même, éviter la lassitude qui finit toujours par toucher. Et bien m'en a pris. Car, si Légendes & Lattes ne restera certes pas pour moi la lecture du siècle, ni même de l'année, ce roman a joué son rôle : pendant les moments où j'y étais plongé, j'étais bien, confortablement installé, dans un univers douillet et agréable. Les péripéties n'étaient pas là pour m'inquiéter, me faire peur. Elles avaient juste pour rôle de me faire passer un bon moment sans noirceur excessive. Et entre deux lectures plus sombres (Antarcticas ou Dans tes veines, par exemple), cela permet de faire un pause. Comme les ouvrages de Nghi Vo (L'impératrice du sel et de la fortune et Quand la tigresse descendit de la montagne) ou de Becky Chambers (Un psaume pour les recyclés sauvages et Une prière pour les cimes timides) qui ont le même effet sur moi.

Mais revenons plus particulièrement à Légendes & Lattes. Un titre pour le moins intrigant. Qui associe deux termes venant de deux univers totalement différents : d'un côté, les péripéties extraordinaires, les monstres hors du commun, les exploits dignes d'être narrés sur des générations ; d'un autre, les chaînes de café à la mode, proposant des dizaines de variations plus ou moins appétissantes, plus ou moins sucrées, plus ou moins écoeurantes. Et la promesse du titre est tenue puisque, comme mon introduction le suggérait, Viv, une orc tout droit sortie de l'univers de Dungeons & Dragons se trouve projetée dans une histoire digne des romances contemporaines. Elle désire construire un café. Dans une ville qui ignore même ce qu'est ce breuvage. Elle-même l'a découvert lors d'une de ses missions. Et depuis, elle rêve de se créer un lieu où elle pourra ressentir et faire ressentir le même sentiment de plénitude, la même envie de dire un « Hum » comblé. Mais il lui faudra déjà trouver les personnes capables de l'aider dans la construction de l'établissement, puis sa mise en route et, enfin, son fonctionnement pérenne. Par contre, il lui faudra lutter contre la mafia locale, un ancien partenaire particulièrement coriace. Et contre les préjugés. Mais elle-même n'y cède-t-elle pas parfois ?

Ce qui est rassurant dans cette histoire, c'est qu'on a l'impression que, malgré les coups du sort (assez rares), tout est écrit et, comme le dit l'un des personnages, énigmatique, « Tout ira bien, vous savez ? ». Et l'on est porté, ainsi, de page en page, d'étape en étape, sans inquiétude. Rassurant, je vous dis. Malgré tout, pas d'ennui. Viv a une longue liste d'obstacles à franchir. Et, comme la carte du menu s'agrandit au fur et à mesure que le roman prend forme, les personnages prennent leur place, la mayonnaise prend. On suit les efforts fournis par cette orc, au passé empli de violence, pour passer définitivement à autre chose. Sans jamais recourir aux anciennes méthodes, sans doute plus efficaces sur le moment, mais délétères à long terme. Et c'est cette volonté qui craquelle parfois, mais qui tient bon la plupart du temps, qui impressionne. C'est cette humanité délivrée au long des pages qui rassure. Même si on est dans une ville proche de ces mélanges foutraques que des écrivains comme Terry Pratchett ont si bien su mettre en scène, on se sent chez soi. Confortablement installé à une table, devant une bonne tasse de café et un gâteau merveilleusement préparé par Bouton, le pâtissier génial.

En fin d'ouvrage, l'éditeur a eu la bonne idée de nous proposer une nouvelle intitulée « Des pages à remplir » : on y découvre la mission de Viv à Azimut, ville où elle a découvert le café. D'ailleurs, la scène de ce moment de grâce est racontée ici. Et on trouve aussi une recette de Bouton (à tester), ainsi qu'une courte mais intéressante interview de Travis Baldree.

Bonne expérience que cette lecture de Légendes & Lattes. Pas sûr que je recommence, de ma propre initiative, à me plonger dans de la cosy fantasy, mais je ne regrette en aucune manière cette incursion. J'ai aimé les heures passées en compagnie de Viv et de la succube Tandri, dans leur café si amoureusement pensé, si richement empli de beaux sentiments. Et cela fait un bien fou.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          292
Un livre qui se lit comme on regarde un feu de cheminée. Il ne se passe pas grand-chose et pourtant …
Viv est une orc déterminée à changer de vie. Ses voyages et ses lectures lui ont permis de découvrir le café et les pouvoirs de la pierre d'écailleverte.
Après une dernière mission, elle range son épée et s'attèle à la création de son café. Elle s'entoure de Cal, de Tandri, de Bouton. Un chat sinistre viendra s'installer à la grande surprise de Viv et d'une Tandri plutôt méfiante.
Tout semble aller pour le mieux et Viv compte sur l'anneau de fortune pour la protéger mais il va faire des envieux.
C'est un univers tout en douceur qui vous crée une fringale sucrée et une furieuse envie de boire du café, on hume le parfum des épices et on savoure les sensations ressenties par les personnages. Chocolat, cardamome, cannelle, il y en a pour tous les goûts, les habitués sont nombreux et l'histoire est très agréable à lire avec l'amitié et l'amour au rendez-vous.
Une excellente lecture pour se détendre dans un univers de fantasy. Une fois n'est pas coutume je reprendrai bien une spécialité de Légendes &Lattes.
Travis Baldree est un auteur au petit soin pour ses lecteurs autant par son style fluide et envoûtant que les divers bonus : stickers, marque-page, une nouvelle Des pages à remplir et en plus la petite recette de mon ami Bouton, à vos fourneaux.
Merci à Ynnis-editions et Babelio pour une belle découverte.
Commenter  J’apprécie          327
Viv est une orc qui veut raccrocher. Elle est fatiguée de ces années à courir après les monstres avec son épée Noiresaignée : elle veut changer de vie.

Viv veut ouvrir un café. Un quoi ? Un café, dans la ville de Tuine où personne ne connaît le café. Elle s'est entichée de ce breuvage découvert par hasard dans une ville de gnomes.

Elle va investir toutes ses économies, fruits de la chasse aux monstres, pour acheter une vieille écurie croulante et la transformer en café. Elle y met tous ses espoirs. D'ailleurs, elle s'est emparée d'une pierre d'écailleverte lors de sa dernière mission, donc ça devra bien se passer.

Viv est déterminée, futée, mais seule et peu habituée à la vie civile. Elle va attirer autour d'elle une galerie de personnages, dont certains très croustillants. Si la succube Tandry devient son adjointe (succube qui ne veut pas être traitée comme une succube !), j'ai particulièrement apprécié Cal le hobgobelin et surtout Bouton le ratelin, génie de la pâtisserie. Ces deux-là sont « trognons ». D'ailleurs, j'ai préféré les personnages secondaires aux protagonistes Viv et Tandry.

On est très loin de ce qu'on lit habituellement en fantasy, et le terme cosy fantasy souvent employé à propos de ce roman est assez juste. le lecteur est plongé dans un univers croustillant ; l'intérêt réside plus dans l'ambiance et les comparses de Viv (et de fréquentes pointes d'humour) que dans une intrigue où on aurait peur pour les héros. Ici, foin de grandes batailles, même si une bande locale rackette les commerçants et on sent le conflit arriver. Viv et ses nouveaux amis forment rapidement une communauté avec les clients aux tics marqués mais bien sympathiques. Qui se retrouvent tous dans le café, évidemment.

Une lecture-douceur plaisante, que j'ai terminée avec le sourire.

Lien : https://feygirl.home.blog/20..
Commenter  J’apprécie          270
La vie ce n'est pas qu'amputer des membres avec une hache émoussée, perforer des poumons à coups de surin c'est plus à la mode, et être constamment ronchon parce qu'on a la peau verte, Hulk l'a déjà trop fait… Alors faut se reconvertir.
Si vous ne vous êtes pas fait taper dernièrement toutes vos économies par une arnaque au compte CPF, pôle en bois a une solution sous le coude et croit en vous. Même si vous êtes un orc femelle et que vous avez la peau verte.

Hopeula, reconversion pourquoi pas, mais une sorcellerie aussi folle que des allocations mensuelles, on ne verrait pas ça dans le bouquin le plus allumé de Fantasy, faut pas pousser, hé !

Pis de toute façon Viv est une orc indépendante avec un p'tit coeur sensible derrière son physique de videur bodybuildé. Alors qu'est-ce qu'elle va faire ? Ouvrir un coffee shop ! Mais non, pas comme ceux d'Amsterdam, ceux comme la grande firme américaine qui ne paie pas d'impôts en France. Mais siiiii, ceux ou on singe la convivialité en te tutoyant et en te marquant ton prénom sur ton gobelet au marker. Et ou tu claques un ticket de 20 pour un mug de Latte-macchiato-frappé-gianduja-végan friendly et gluten free dans un gobelet plus recyclé que les frères Bogdanov.
Le Macbook, la chemise à carreau y sont obligatoires et… Ok ça va j'arrête, las, les clichés !

Comme une des immondes boissons que l'on y sert, j'ai dégusté ce roman.

Ça commence par cette saveur chaude agréable et douce de l'univers familier, que l'on retrouve avec plaisir : le fantasy (sans amertume).

Légèrement épicé par un petit voile surnaturel, petit twist de caractère rappelant la cannelle on a cette légère surcouche Steam punk, mais tout en finesse et délicate. Les péripéties quoique bien modérées amènent leur lot de piment mais toujours en timidité, faut que ce soit assez mainstream pour être buvable tout public.

Le tout est d'un réconfort sans pareil et on se dit qu'on en a pour son argent, c'est cosy, crémeux, chaleureux, réconfortant, ça glisse tout seul, comme une piste verte.

Puis y'a la fin du gobelet, (49cl, parce qu'ici on ne fait rien comme les autres) mouais. Tant de douceur et de sucre ont tendance à appesantir la légèreté du début, ça perd un saveur et l'épice est noyée sous le sucre et le mielleux, le déjà-vu, mais hé c'est dans les vieux percolateurs qu'on fait les meilleurs jus de chaussettes n'est-ce pas ?!

La fin laisse un peu groggy par beaucoup de confort, un poil trop de sucre et de facilité, mais beaucoup de plaisir et un peu de voyage, c'est tout ce qui y'avait d'indiqué sur l'étiquette et ce à quoi il fallait s'attendre.

J'ai apprécié l'expérience mais je n'abuserais pas de ce genre de recette mainstream qui apporte son lot de réconfort et d'aisance. J'aime la fantasy comme j'aime le (vrai) café, un peu plus racée, noire, excitante et caractérielle.
Commenter  J’apprécie          186
ATTENTION! CETTE LECTURE VOUS DONNERA UNE IRREPRESSIBLE ENVIE DE DEGUSTER DES CAFES ET DES VIENNOISERIES. (même si vous êtes team Thé, c'est véridique!)

Avide de lecture doudou, Légendes et Lattes était une des récentes sorties que j'attendais avec le plus d'impatience de découvrir. Avec de tels retours, je suis ravie d'ajouter une nouvelle voie élogieuse vis-à-vis de ce titre. Véritable pépite pour moi, je me suis laissé transporter dans le rêve de Viv, une orc, ancienne mercenaire, décidant d'ouvrir un café dans la ville de Tuine. Une entreprise qui n'est pas des plus évidentes puisque personne n'a jamais entendu parler d'un café. Pour autant, son rêve la mènera à rencontrer les bonnes personnes.

C'est feel-good, c'est savoureux. L'ambiance est telle qu'on nous le promet. Les personnages sont tous attachants, les uns après les autres. Aux fans inconditionnels d'aventures, je ne peux que leur conseiller de passer leur chemin. Mais ceux qui aiment les tranches de vie, les histoires du quotidien, les romances slow burn, les bons sentiments... Vous serez conquis. Conquis par l'ambiance. Conquis par les recettes alléchantes de Bouton. Conquis par les messages positifs sous-jacents.

Et quand tu as terminé, tu découvres avec surprise qu'il y en a encore. Recette de Bouton, Entretien de l'auteur
(dans lequel tu n'es pas sans apprendre qu'il y aura d'autres récits dans cet univers mais avec d'autres personnages) mais surtout une nouvelle, prequel de cette aventure.

J'ai adoré et je ne peux que recommander à ceux qui aiment la fantasy mais aussi le feel-good. Vous avez ici la parfaite combinaison.
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (1)
Elbakin.net
15 mai 2023
Il livre ici une histoire à rattacher à la gaslamp fantasy, où Viv, notre héroïne du jour prête à déjouer les premières impressions, se révèle elle aussi très lasse de sa vie de mercenaire, quels que soient ses exploits ou la dimension trépidante de celle-ci.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
« Mes Dieux ! murmura-t-elle la bouche pleine. Tandri, essaye ! »
Tandri s'exécuta et prit une bouchée. Tout en mâchant, Viv pouvait sentir un changement tout autour de Tandri, un éclat sensuel, tandis que sa queue se mouvait à droite et à gauche en formant des boucles élégantes. Viv et le ratelin la regardaient mâcher, captivés. Quand la succube rouvrit les yeux, elle avait les pupilles dilatées, les joues rosies. Elle regardait, rêveuse, le ratelin.
« Tu es embauché. »
Commenter  J’apprécie          170
« Bien... J'imagine que vous n'êtes pas intéressée pour relancer l'écurie », s'avança-t-il.
Il était de notoriété publique que les chevaux n'appréciaient pas vraiment les orcs.
« Effectivement. Je vais ouvrir un café.
_ Pourquoi acheter une écurie pour ça ? »
Viv prit son temps pour répondre puis le fixa.
« Les choses ne sont pas obligées de rester ce qu'elles étaient en premier lieu. »
Elle plia le contrat et le rangea dans son sac.
Alors qu'elle partait, Ansom lui cria :
« Hé, au fait ! Au nom des huit enfers, c'est quoi un café ? »
Commenter  J’apprécie          130
Le vieux nain replia son journal sous le bras, descendit et gratouilla le chat derrière l'une de ses énormes oreilles en passant.
« Ah, une brave petite ! Ça m'avait manqué de les voir.
_ Comment vous savez que c'est une fille ? » demanda Tandri.
Le nain haussa les épaules
« Une intuition ? Mais j'irai pas lui lever la queue pour vérifier.»
Commenter  J’apprécie          170
Elle se pencha un peu plus. Oui, c'était là, juste au-dessus de la narine. Toute en dents improbables et yeux innombrables, la tête de la bête était deux fois plus large qu'elle avec une mâchoire immense et, au milieu, le renflement de chair mentionné dans ses lectures.
Viv y enfonça les doigts pour l'ouvrir. Une pâle lueur dorée s'en échappa. Elle mit toute sa main dans la poche de chair, referma le poing sur une excroissance organique à facettes et tira. Elle la libéra dans un déchirement de fibres.
.
Commenter  J’apprécie          100
Dans son expérience, la plupart des non-guerriers que Viv avait rencontrés marchaient sur des œufs en sa présence, comme s'ils craignaient de se prendre un coup qui ne viendrait pas. Elle appréciait la franchise de la succube. Cal était également direct à sa propre manière. Elle s'interrogea de nouveau sur la pierre d'écailleverte et sur ce qu'elle devait attirer à elle.
Commenter  J’apprécie          133

autres livres classés : cosy fantasyVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (597) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2478 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..