AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221215044
Éditeur : Robert Laffont (05/10/2017)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 11 notes)
Résumé :
" Ce que les Blancs doivent faire, c'est essayer de trouver au fond d'eux-mêmes pourquoi, tout d'abord, il leur a été nécessaire d'avoir un "nègre', parce que je ne suis pas un "nègre'. Je ne suis pas un nègre, je suis un homme. Mais si vous pensez que je suis un nègre, ça veut dire qu'il vous en faut un. " James Baldwin.

Dans ses dernières années, le grand écrivain américain James Baldwin a commencé la rédaction d'un livre sur l'Amérique à partir de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
thedoc
  27 février 2018
Qui se souvient de James Baldwin ?
Cet écrivain américain est né en 1924 à Harlem, le quartier afro-américain de New York. Noir et gay, il est rejeté par sa famille. A l'âge de 10 ans, deux officiers de police abusent de lui. Toute sa vie, l'écrivain n'aura de cesse de dénoncer la violence et l'oppression à l'égard des minorités à travers ses écrits : romans, poésies, nouvelles, pièces de théâtre et essais. Exilé une grande partie de sa vie à Paris et à Saint-Paul-de-Vence, James Baldwin a été célébré sur le tard par les intellectuels français qu'il recevait chez lui, ainsi que de nombreux artistes noirs-américains de passage en France.
Le livre « I am not your negro » est tiré du documentaire franco-américain éponyme, réalisé par Raoul Peck en 2016 et récompensé par de nombreux prix. Ce documentaire retrace la lutte des Noirs américains pour les droits civiques à partir d'un texte inédit de James Baldwin « Remember This House », qui avait pour ambition de retracer l'histoire de l'Amérique dominée par les Blancs, à travers le combat de trois grandes figures des droits civiques : Medgar Evers, Martin Luther King Jr. et Malcolm X, tous plus jeunes que lui et assassinés avant leurs 40 ans.Ce livre restera inachevé à la mort de l'écrivain en 1987.
C'est donc à partir des notes de préparation de ce livre mais aussi à partir de notes personnelles, des lettres, des discours et des livres, des extraits de films documentaires ou encore des photographies que Raoul Peck a voulu rendre hommage de la manière la plus fidèle possible à l'esprit, la philosophie, les idées, l'âme et la tragique clairvoyance de cet auteur aujourd'hui disparu.
Dans ce livre, comme dans le documentaire, seule la voix de Baldwin nous porte, dénonçant la violence, les élucubrations raciales, les peurs et l'hypocrisie d'une société où « le blanc est une métaphore du pouvoir ». Quelle terrible désillusion, quelle tristesse pour cet homme qui se sait avant tout Américain de devoir s'exiler pour ne plus subir la violence de sa terre natale. Medgar Evers, assassiné en 1963, Malcom X, assassiné en 1965, Martin Luther King, assassiné en 1968. Si James Baldwin était resté aux Etats-Unis, quel aurait été son destin ?
Les mots de l'écrivain sont d'autant plus terribles qu'ils restent aujourd'hui terriblement d'actualité.
« Un coup d'oeil sur les Etats-Unis aujourd'hui suffirait à faire pleurer les anges et les prophètes. Ce n'est pas le pays des hommes libres et ce n'est pas qu'à contrecoeur et en de rares moments la nation des hommes braves. »
Mon seul regret concernant cet ouvrage est qu'il soit beaucoup trop court. Il m'apparaît comme une mise-en-bouche et il me semble essentiel pour compléter cette histoire des droits civiques et du racisme ordinaire – et terriblement violent – aux Etats-Unis de visionner le documentaire de Raoul Peck, unanimement célébré par la critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3110
noid
  28 décembre 2017
Le livre d'un film documentaire sur James Baldwin. Conçu autour de ses citations, interviews, extraits de discours et d'écrits sur le racisme et la ségrégation aux États-Unis.
Très (trop) court et prenant, militant et pédagogique. Pour voir ou revoir le film.
Lien : http://noid.ch/i-am-not-your..
Commenter  J’apprécie          160
mazou31
  05 novembre 2017
Extraits littéraires, archives et photos qui font référence au film documentaire éponyme, véritable chef-d'oeuvre, les deux réalisés par Raoul Peck autour de James Baldwin et des grandes figures afro-américaines de la lutte contre le cancer ségrégationniste qui libère toujours ses métastases : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King. le livre n'a que l'intérêt d'être l'annexe du film et surtout de donner envie de le voir, si ce n'est fait, car indispensable à la compréhension des États-Unis, y compris ceux d'aujourd'hui, et remarquable dans sa facture.
Commenter  J’apprécie          80
Polars_urbains
  28 février 2018
I am not your negro rend hommage à James Baldwin, grand auteur américain un peu oublié aujourd'hui. Pourtant La prochaine fois le feu avait marqué les esprits lors de sa parution. Script du film documentaire réalisé par Raoul Peck - autre combattant de la fierté raciale, autre exilé – à partir de textes et d'interviews de Baldwin, I am not your negro revisite l'oeuvre de l écrivain américain, son engagement pour la cause noire et les droits civiques, mais également son combat plus véritablement politique. Ce qui conduira le FBI à le considérer comme un « individu à surveiller ».
Le film s'intéresse particulièrement au projet de James Baldwin d'écrire un livre qui raconterait l'histoire des Etats-Unis d'Amérique à travers le portrait de trois défenseurs des droits civiques, Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King, tous assassinés. « Souvenez-vous de cette maison (Remember this house) restera à l'état d'ébauche mais Baldwin en donne une des fondations : « Cette grande maison occidentale dont je viens est une seule maison et je suis un de ses enfants. Simplement, je suis l'enfant le plus méprisé. »
Un livre qui n'a certainement pas la force du documentaire mais utile à consulter pour mieux connaître les idées et les combats de James Baldwin.
Sur l'exil, on lira avec intérêt « Brothers in exile », la pièce que Jake Lamar a consacré aux relations complexes entre Baldwin, Richard Wright et Chester Himes lors de leurs séjours en France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nico6358
  24 janvier 2018
I am not your negro est l'essentielle mise à plat de l'indispensable résurrection que Raoul Peck nous a offert de James Baldwin. Oui je sais, c'est pompeux. Mais la pensée de Baldwin, elle au moins, est celle du réel.
Bien sûr tous les Etats Unis décrits dans ce livre ne sont pas transposables ici et maintenant. N'empêche, sa vision du monde, le refus de la ségrégation par la couleur, la dissociation des mots qui décrivent ces couleurs des réalités de communautés qu'on y associe, et finalement la responsabilité du plus fort de comprendre pourquoi il invente des cases dans lesquelles classer les plus faibles et l'empêchant de voir ce qu'il leur fait : tout ceci est universel.
Tout comme le combat intérieur, éternel, entre colère et raison que ses mots nous transmet et qui nous élèvent à leur lecture.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
LaCroix   01 décembre 2017
Complétant son puissant documentaire qui vient de sortir en DVD, Raoul Peck prolonge la pensée de James Baldwin, mort en 1987, en s’appuyant sur ses écrits inachevés.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   30 novembre 2017
Le verbe de l’écrivain américain, mort il y a trente ans, se déploie dans « I Am Not Your Negro », issu du film de Raoul Peck.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AttrapeRevesAttrapeReves   23 avril 2018
Et voilà ce que ça veut dire, dans le cas du Noir américain né dans cette République étincelante... Dès le moment de votre naissance, dans votre innocence, chaque bout de bois, chaque pierre, chaque visage est blanc, et comme vous n'avez pas encore utilisé de miroir, vous supposez que vous aussi vous êtes blanc. C'est un très grand choc pour vous, à l'âge de cinq, six ou sept ans, après avoir vu Gary Cooper tuer des indiens et l'avoir applaudi, de découvrir que les Indiens, c'était vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AttrapeRevesAttrapeReves   23 avril 2018
On ne peut pas changer tout ce qu'on affronte, mais rien ne peut changer tant qu'on ne l'affronte pas.
Commenter  J’apprécie          20
AttrapeRevesAttrapeReves   23 avril 2018
Le mode de vie américain a échoué à rendre les gens plus heureux et meilleurs.
Commenter  J’apprécie          00
AttrapeRevesAttrapeReves   22 avril 2018
Aussi loin que je m'en souvienne, les héros étaient blancs, pas seulement à cause des films, mais à cause du pays dans lequel je vivais et que les films ne faisaient que refléter.
Commenter  J’apprécie          00
AttrapeRevesAttrapeReves   22 avril 2018
Les Haïtiens ont toujours su que le récit dominant n'était pas le récit véridique.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de James Baldwin (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Baldwin
James Baldwin - L'Entretien Suisse -16 novembre 1972. A l'occasion de la sortie de son essai "Chassés de la lumière" (No Name In The Street) chez Stock en 1972, James Baldwin répondait aux questions de Catherine Charbon pour son émission spéciale Écrivains américains "La Voix au chapitre" du 16 novembre 1972 sur la télévision suisse.
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre