AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791023902969
Éditeur : Capricci (06/09/2018)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Paru aux États-Unis en 1976 et jusqu'ici inédit en français, Le Diable trouve à faire révèle une autre facette du grand écvrivain James Baldwin : celle d'un critique au regard incisif, attaché à explorer les fantasmes, illusions et préjugés des films qui ont marqué sa vie.
Dans son style à la fois vif et lyrique, il parcourt ses premiers souvenirs de cinéma, indissociables des difficultés familiales et de sa découverte de la société dans laquelle il vit. Nais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Stockard
  08 juillet 2019
Le Diable trouve à faire est un ouvrage à part dans l'oeuvre de James Baldwin. Dans ce livre, l'auteur décortique quelques films qui l'ont marqué lui ou certaines périodes de sa vie (La guerre de Corée, son retour d'Europe etc.)
Déjà, entendons bien, Baldwin est pour moi un écrivain génial, pas question de revenir là-dessus mais quand il raconte un film, soyons honnêtes, on ne comprend rien. Pour ceux que j'avais vu (presque tous heureusement puisqu'il se concentre sur quelques titres illustres) ça allait encore, mes propres souvenirs comblant la confusion du récit mais pour quelques autres, j'ai vraiment pédalé dans la semoule. Ceci dit et s'il en fallait une, voilà au moins une bonne raison de les visionner.
Bon, une fois chaque film obscurément expliqué, Baldwin sort sa moulinette et y passe la pellicule avec ce qui m'a semblé une délectation à peine dissimulée.
Je n'ai pas compris d'ailleurs cette satisfaction à dénigrer des films qui, en leur temps, ont tenté de faire avancer les mentalités ("Guess who's coming to dinner", "The defiant ones", "In the heat of the night"... un problème avec le magistral Sidney Poitier ?) et à contrario, la complaisance marquée face à "The birth of a nation".
Et puis à la fin de l'ouvrage, s'en prendre à l'Exorciste, nous le présentant comme une oeuvre mystico-théologique (?!) en fustigeant les effets spéciaux qui selon Baldwin ne représentent aucunement le diable (ce dernier ayant plutôt visage humain, ou plus clairement vivant en chacun de nous). Non James, il arrive qu'un film ne soit rien d'autre qu'un film (même si très souvent un petit message peut se glisser en filigrane) qui ne cherche qu'à divertir. L'Exorciste, en livre ou en film, est une oeuvre d'épouvante, on aime ou on n'aime pas mais pourquoi vouloir à ce point changer son identité pour s'offrir l'opportunité de lui casser les genoux ?
Parfois le cinéma n'est que du cinéma mais Baldwin ne l'entend apparemment pas de cette oreille et analyse chaque scène des films choisis comme s'il disséquait les oeuvres de Schopenhauer, cherchant la petite bête et finissant par trouver tous les défauts du monde à une oeuvre qui n'en demandait pas tant, quitte à faire preuve d'une certaine mauvaise foi (sur ce point je peux me tromper mais c'est ce que j'ai ressenti à de nombreuses reprises)
Bien sûr, tout n'est pas à jeter, loin de là dans le Diable trouve à faire. La première partie, par exemple, est particulièrement intéressante quand l'écrivain revient sur son enfance, son appartenance à l'église et son amitié avec "Bill", jeune enseignante blanche (qui sauve tous les autres Blancs de la haine aveugle que sans elle Baldwin leur aurait porté) qui l'initie à l'art en général et au cinéma en particulier.
Le petit James découvrant Joan Crawford, tout confus, ne sachant si elle est noire ou blanche (alors qu'elle n'est ni l'une ni l'autre, elle est Vienna, un point c'est tout) puis le théâtre, les pièces de Shakespeare... Oui, toute cette partie qui façonne ce que ce "petit gamin aux yeux de grenouille" deviendra plus tard mérite largement qu'on s'y attarde.
Au final, je pense être passée à côté de ce que James Baldwin souhaitait transmettre avec cet essai. J'espérais en ressortir forte d'informations et de renseignements sur des films devenus des incontournables du cinéma américain mais en fait non et sûr qu'avec le temps il ne m'en restera pas grand chose, pour ne pas dire rien.
Et c'est dommage parce qu'habituellement un livre de James Baldwin est toujours une promesse de connaissance et de réflexion... L'exception qui confirme la règle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
svecs
  12 juillet 2019
J'ai découvert James Baldwin grâce à I am not your negro, synthèse brillante de sa pensée.
Ce livre, resté longtemps inédit en français, s'articule autour d'une analyse critique de la représentation des Noirs dans le cinéma américain. le sujet est passionnnant mais, en tant que lecteur, je me heurte à un écueil "culturel". Baldwin y parle de films qui ont été formateurs pour lui, en tant qu'individu. Les films abordés sont donc majoritairement très anciens et si les acteurs et réalisateurs qu'il cite me sont évidemment familiers, je n'ai pas vu la grande majorité des films en question. Au mieux les ai-je vu il y a plus de 20 ans et n'en garde qu'un souvenir lointain.
J'ai gardé un souvenir assez clair de Furie de Fritz Lang.
J'ai vu les films de Sidney Poitier (La Chaîne, Devine qui vient diner et Dans la chaleur de la nuit) dans les années 80 ou 90 au mieux.
Je n'ai pas vu "Lady sings de blues", le biopic consacré à Billie Holiday avec Diana Ross.
Je ne connais le sulfureux "Birth of a nation" qu'à travers des articles et reportages analysant le cas particulier de ce film à la fois vénéré comme la première grande fresque cinématographique américaine, irréprochable d'un point de vue technique, et détesté à cause de son contenu ouvertement raciste.
Autant dire que les longs passages dans lesquels James Baldwin décrit des scènes de films que je ne connais pas avant de mettre en évidence la manière au mieux maladroite, au pire malhonnête, de représenter la réalité des Noirs m'a souvent paru abstraite.
Dans ce livre, à moins d'être un cinéphile absolu, les meilleurs passages sont ceux consacrés aux anecdotes de la vie de Baldwin comme sa relation avec son institutrice "Bill" Miller, son expérience de scénariste à Hollywood pour un biopic avorté de Malcolm X, son expérience avec le FBI...
Son analyse assez poussée des différences entre l'autobiographie de Billie Holiday et comment elle fut malmenée pour en faire un film "acceptable est également édifiante. le problème principal n'est pas tant les libertés prises avec les faits que la manière dont ces libertés narratives occultent la réalité sociale et raciale qui a influencé sa vie. Il procède le la même manière avec "La chaîne", dans lequel Sidney Poitier et Tony Curtis sont 2 détenus en fuite, enchaînés l'un à l'autre. Ce film, considéré comme progressiste par le public blanc, est perçu de manière radicalement différente par Baldwin, qui se fait porte-parole de la communauté noire.
En fait, l'argument principal de Baldwin est que le Noir hollywoodien est une représentation idéalisée mais complètement absurde. Ses réactions en deviennent absurdes et incompatibles avec la réalité rencontrée par les Noirs au quotidien. Les films qui tentent de représenter cette réalité sociale passent complètement à côté de la plaque, refusant de voir la réalité en face. Même dans un film considéré comme progressiste ("devine qui vient diner"), James Baldwin relève le personnage de la bonne de Spencer Tracy et Katherine Hepburn: une ressucée d'Hattie McDaniel, la rassurante Mammy dans "Autant en emporte le vent". Même s'il s'agit d'un ressort comique, cela reste symptômatique d'une certaine vision.
Mais ce qui frappe le plus dans ce livre, c'est à quel point ce qu'il dénonce reste d'actualité. A la sortie de Green Book, une polémique très violente est née, relayée entre autres par Spike Lee. Les reproches se cristallisaient autour du fait que ce film, qui retrace le voyage d'un pianiste virtuose noir et de son chauffeur blanc au coeur des USA ségrégationnsite, adopte, sous des airs progressistes, une vision biaisée et exclusivement blanche. En fait, ce film serait basé exclusivement sur les souvenirs de Tony Lip, le chauffeur, négligeant la version Donald Shirley, le pianiste. le résultat serait une version terriblement édulcorée et hollywoodienne de la réalité. La communauté noire y a vu une nouvelle forme de confiscation de leur histoire.
Il y a une autre anecdote amusante mais terriblement d'actualité à propos d'Ava Gardner qui avait demandé à James Baldwin s'il pensait qu'elle pourrait incarner Billie Holiday au cinéma. Il était pourtant de notoriété publique que Billie Holiday était plutôt noire et que la couleur de sa peau a grandement influencé sa vie. Actuellement, les réseaux sociaux s'agitent du fait que l'actrice retenue pour incarner la petite sirène, Halle Bailey, est noire et pas blanche et rousse comme dans le dessin animé. J'ai beau retourner la question dans tous les sens dans ma tête, la couleur de peau de la petite sirène n'a jamais eu une importance particulière, contrairement au cas de Billie Holiday. Cela revient à la question de la preprésentation par défaut que nous nous faisons d'un personnage de fiction. Nous en faisons inconsciemment des blancs sans même nous demander si c'est indiqué. Il me semble que lorsqu'une actrice noire a été choisie pour incarner Hermione Granger dans la pièce Harry Potter, JK Rowlings a insisté sur le fait qu'aucune mention n'a jamais été faite de la couleur de sa peau dans le roman.
Le diable trouve encore à faire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
StockardStockard   11 juillet 2019
Les Noirs connaissent aussi les flics noirs, même ceux que l'on nomme « Monsieur » à Philadelphie*. Ils savent que leur présence dans la police ne change pas la police, ni les juges, ni les hommes de loi, ni les esclaves, ni les prisons. Ils connaissent la mère et le père du flic noir, ils ont peut-être rencontré la soeur, et ils connaissent le petit frère, ou le grand, qui est peut-être un esclave, ou un junkie, ou un étudiant perdu de Yale. Ils savent à quel point le flic noir doit faire ses preuves, et combien ses moyens pour cela sont limités : là où j'ai grandi, les flics étaient même plus terrifiants que les flics blancs.

*Référence au film "They Call Me Mister Tibbs!" (Appelez-moi Monsieur Tibbs), réalisé par Gordon Douglas en 1970. Virgil Tibbs est un personnage de fiction qui apparaît dans plusieurs romans et films, incarné trois fois au cinéma par Sidney Poitier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
StockardStockard   07 juillet 2019
Les civilisés ont crée les miséreux, froidement et délibérément, et n'ont pas l'intention de changer ce statu quo. Ils sont responsables de leur massacre et de leur asservissement, font pleuvoir des bombes sur des enfants sans défense dès lors qu'ils décident que leurs « intérêts vitaux » sont menacés, et trouvent naturel de torturer un homme à mort : comment alors les prendre au sérieux lorsqu'ils évoquent le « caractère sacré » de la vie humaine, ou la « conscience » du monde civilisé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BandiFuyonsBandiFuyons   30 avril 2019
Si j'avais été vraiment capable de haïr les Blancs, l'ère de ce représentant du peuple américain buté, flamboyant et d'un naturel enjoué aurait été un véritable paradis : car même la haine la plus agressive n'aurait pu s'imaginer les profondeurs visqueuses dans lesquelles la masse des Blancs américains s'est laissée couler à grand bruit, sans grâce, avec prétention et suivant un patriotisme infect.

Si la lâcheté était sans doute la couleur la plus vive de ce tableau, on y voyait aussi une chose bien pire, une panique absolue, parfaitement infantile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BandiFuyonsBandiFuyons   08 avril 2019
Les enfants des êtres méprisés et rejetés sont en danger à l'instant même où ils commencent à remuer dans le ventre de leur mère. C'est pourquoi ils sont sacrés, d'une façon dont ne le sont pas les enfants de ceux qui ont été épargnés. Et les enfants savent.
Commenter  J’apprécie          20
BandiFuyonsBandiFuyons   08 avril 2019
Dans le film, la guillotine ne m'a pas choqué. Elle avait été très présente pour moi dans le roman car j'avais déjà envie de couper des têtes, pour de très bonnes raisons.
Mais une fois le processus lancé, comment distinguer une tête d'une autre ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de James Baldwin (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Baldwin
Le choix des libraires vous invite à la rencontre de Sylvie Labas, la propriétaire de la librairie « Folie d'Encre » à Saint-Denis. Avec elle, partagez ses coups de c?urs et ses auteurs favoris comme James Baldwin, Daniel Arsand ou encore Annie Dillard.
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5329 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre