AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370210257
Éditeur : Raconter la vie (02/01/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Comment naît l’idée d’une recherche ? Comment sait-on si l’on cherche dans la bonne direction ? Trouve-t-on vraiment ce que l’on voulait initialement trouver ? Sébastien Balibar, physicien expérimentateur de la matière froide, offre des réponses à ces questions fondamentales à travers le récit, plein de suspens, d’une découverte scientifique. Pour cela, il nous ouvre grand les portes de son laboratoire où, grâce à une machine ayant la forme d’une fusée, il observe l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Zarps
  30 juillet 2014
Un petit livre passionnant !
Nous voilà plongé dans le quotidien d'un chercheur en physique, entre les expériences en laboratoire, les conférences à l'autre bout du monde et la recherche de financement. Si le sujet de la recherche (la supersolidité) n'est pas simple, Sébastien Balibar sait rendre tout limpide, et l'on se prend au jeu de vouloir en savoir plus, de découvrir plus. Pas besoin d'être un grand scientifique pour lire ce livre.
Raconter la vie, c'est le titre de la collection, et le contrat est rempli pour ce livre qui raconte parfaitement la vie de ce chercheur.
On en redemande !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lanardlanard   02 octobre 2014
Il y a longtemps que l'anglais est devenu notre langue internationale. Lorsque j'ai rédigé mon premier article, le "Journal de Physique" exigeait un résumé en français si on publiait en anglais. En 1994, quelques homme politiques arc-boutés sur la défense de la langue française ironisaient sur ces chercheurs fonctionnaires qui parlaient anglais "pour faire chic". Le ministre Jacques Toubon fit donc adopter un loi qui tentait d'interdire à des chercheurs financés sur fonds publics de s'exprimer autrement qu'en français. Et comment faisait-il, lui, dans ses réunions à trente-deux pays parlant vingt-cinq langues différentes? Peut-être croyait-il que nous allions embaucher des interprètes en vingt-cinq langues à chacune de nos conférences? Nous avons besoin de nous comprendre vite d'un continent à l'autre si nous voulons gagner quelques étapes dans cette grande course. A moins de préférer rester en queue de peloton, "bien au chaud' comme devait le dire le président Sarkozy dans un autre contexte. Décidément, certains hommes politiques ne nous comprennent pas, même lorsque nous parlons français. A l'époque, j'avais suggéré de faire le contraire, d'encourager les chercheurs français à pratiquer l'anglais afin de mieux attirer des étrangers en France par la qualité de leurs travaux et, là, de leur donner envie d'apprendre le français. Je n'avais pas convaincu grand monde, mais j'ai appliqué ma méthode et tous mes visiteurs étrangers ont appris le français. En fait, la loi Toubon n'a jamais été appliquée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 mai 2015
Je crois cela nécessaire pour rester en tête de peloton, devant mes concurrents. La recherche, c'est devenu une course internationale. D'ailleurs on se dope. Mais nous, c'est au café.
Commenter  J’apprécie          40
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 mai 2015
Nous avions trouvé chez nos concurrents une erreur de conception de leur expérience qui conduisait à une fausse interprétation, un artefact à la fois majeur et trivial.
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 mai 2015
Au début, je ne m'en rendais pas compte. Mais aujourd'hui, j'en suis conscient. Je cours. Tout le temps.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : rechercheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre