AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Robert Louit (Traducteur)
EAN : 9782070345175
352 pages
Gallimard (16/05/2007)
3.34/5   199 notes
Résumé :
Après avoir causé la mort d'un homme lors d'un accident de voiture, James Ballard, le narrateur, développe une véritable obsession pour la tôle froissée. Enrôlé par Vaugham, un ex-chercheur qui aime reconstituer des accidents célèbres et va même jusqu'à en provoquer pour assouvir ses pulsions morbides, Ballard se verra progressivement initié à une nouvelle forme de sexualité : le mariage de la violence, du désir et de la technologie.
Avec Crash !, premier vo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,34

sur 199 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
6 avis
2
5 avis
1
5 avis

colimasson
  02 novembre 2015
Compteur, vinyle, pétrole, carrosserie, moteur, cristal, chrome. Chaque mot de ce roman devient érotique. Sperme, désir, dent, aréole, courbure, blessure, plaie, cicatrice. Chaque attaque de la chair par le métal signe la victoire de l'homme. Les fusées, les avions et les automobiles pourront bien fondre sur nous dans l'espoir de nous réduire en monceaux de tripes écrasées et de visages défigurés, elles ne disposent pas de ce désir ardent qui aide l'homme à se composer un avenir toujours triomphant malgré les blessures infligées.

La déviance n'est pas une perversité gratuite, c'est ici le don des survivants offert à ceux que le progrès et la vitesse ont trompés sans merci.

« A l'aide de nos cicatrices, nous avons célébré la renaissance des massacrés de la route, la mort et les blessures de tous ceux que nous avions vus agoniser sur un bas-côté, les lésions fictives et les attitudes des millions qui mourraient encore. »
Commenter  J’apprécie          342
finitysend
  18 juillet 2012
Le sujet de roman , qui à mon humble avis est un de ces romans que l'on qualifie généralement de roman à thèse , est : d'examiner la naissance d'un fétichisme sexuel spécifique et d' étudier très finement les processus par lesquels l'addiction s'installe et se développe .
L'étude des comportements d'addiction est très d'actualité dans ce roman et elle conserve objectivement un grand intérêt , tout à fait actuel et parfaitement édifiant .
Malgré de très considérables qualités littéraires concernant le rythme , la caractérisation , les procédés narratifs , le ton que l'auteur utilise pour décrire et animer la thématique du fétichisme sexuel est quand même excessivement outrée . Ce n'est pas choquant en fait et je ne porte pas de jugement sur le fond , mais la forme est ici un peu trop grandiloquente et excessive pour un lectorat contemporain .
De ce fait Crash est plus à prendre comme le témoignage d'une époque où les contraintes sociales poussaient les auteurs comme leur public à se retrancher dans des extrémités fantasmatiques extrêmes ( sur le plan de la thématique et sur celui de la tonalité générale de l'expression , du langage ... ) à cause des séquelles d'une liberté d'expression littéralement corsetée , si j'ose dire ....
A mon sens ce texte était un morceau de bravoure à sa sortie , mais le contexte qui sous-tend ses thématiques est déjà de l'histoire et ce roman qui est une oeuvre de qualité , une oeuvre intéressante et solide , est aussi une oeuvre qui pâtit de façon assez paradoxale des effets déjà anciens , de la libération de la parole autour de la sexualité
Plus qu'il ne bénéficie de cette salutaire libération, Crash pâtit en fait , de cet énorme besoin de liberté qui planait sur cette époque révolue .
Un beau et bon livre , mais presque ridiculement outré dans le cadre d'une lecture contemporaine .
Cependant et assurément le témoignage d'une époque conquérante .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Blaablaa
  25 mai 2013
Je m'étais toujours demandé pourquoi je n'avais pas aimé (et c'est un euphémisme) le film Crash, adaptation ciné par David Cronenberg qui est pourtant l'un de mes réalisateurs préférés, et, accessoirement, l'un de ses films les plus appréciés. Je m'étais alors promis que, si le livre de J. G. Ballard croisait ma route, je ferais l'effort de le lire, pour me faire un avis définitif. Et il était disponible à la médiathèque...
Afin de rester un minimum posititve, je commencerais par ce qui m'a plu dans ce bouquin :
Déjà le fait de ne pas l'avoir payé, mais emprunté, et surtout la vitesse à laquelle il se lit (sinon, je pense que, vu l'ennui qu'il a suscité en moi, je l'aurais abandonné en route). D'un point de vu plus littéraire, le style d'écriture est net et incisif, il ne m'a, moi, pas spécialement plu, mais je reconnais là un certain talent. Quand au seul élément de "l'histoire" qui m'ait quelque peu interpellé c'est la relation froide, perverse mais pas dénuée d'amour qui lie Ballard à sa femme. Pour ceux qui ont vu le film Cosmopolis (encore de Cronenberg), Catherine n'a cessé de me rappeler la jeune épouse d'Eric Packer, le golden boy. Elle forme un personnage assez flou, evanescent, qui contrebalance plutôt efficacement la nervosité ou la fougue de Ballard, Vaughan et les autres.
Pour le reste, on ne peut parler de déception, car il est vrai que je n'attendais pas grand chose de Crash, mais le constat est sans appel : Il n'est rien que l'on peut reprocher à Cronenberg tant son adaptation est fidèle à l'oeuvre littéraire dont il s'inspire, c'est donc vraiment le fond, le "thème" qui me laisse de marbre.
Je suis peut-être complètement passée à côté, lisant de-ci de-là des critiques plutôt dithyrambiques de ce livre "subversif", un livre à "l'originalité stupéfiante"... Il n'en reste pas moins que pour moi, on frôle l'overdose avec des scènes érotico-pornographiques toutes les trois pages, la manie du personnage principal à voir du sexe dans chaque geste, chaque être, chaque machine... Je n'ai jamais lu autant de fois en si peu de pages les mots "verge, sperme, semence, pubis, toison" et c'est bien beau de parler de cul, encore faut-il savoir le faire et y donner un sens, ce qui pour moi n'est pas le cas ici. Je n'ai pas réussi à trouver d'intérêt, de but à ce qui reste pour moi un récit sans queue ni tête (aucun mauvais jeu de mot) où ce qui transparaît finalement le plus est la volonté de faire quelque chose de "trop rebelle-lisez-moi-soyez choqués" de l'auteur. Car autant l'attrait sensuel/sexuel provoqué par des cicatrices, blessures ou autres n'est pas dénué d'intérêt, l'attirance pour le monstrueux n'étant pas un fait nouveau ou dénué de crédibilité, mais les bagnoles ?? Vous vous mettez à frétiller devant des jantes alu ou un tableau de bord en simili-cuir vous ?? J'ai surtout eu l'impression que Ballard se foutait ouvertement de ma gueule.
Pour conclure, ce qui a fini de m'agacer, sur la quatrième de couverture :
"Ce roman vous force à assumer des fantasmes que vous ignoriez être les vôtres" David Cronenberg.
Ou comment de manière sous-jacente nous faire comprendre que, si l'on n'a pas apprécié ce livre c'est surement notre (très) grande faute à nous, lecteurs coincés ou refusant d'admettre nos "fantasmes" malsains, et surement pas à l'oeuvre en elle-même qui, au final, se contente de nous balancer du sexe à tire-larigot, comme à peu près les 3/4 des oeuvres se voulant subversives aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Franz
  09 décembre 2020
Crash, boum, hue !
Se plonger aujourd'hui dans « Crash » (1973) de James Graham Ballard (1930-2009) des années après le rush branché survenu à la sortie du film de Cronenberg (1996) permet de mesurer avec recul la richesse et la pertinence de la vision de l'auteur. Quand les sensations supplantent les sentiments, que reste-t-il à l'homme pour réaliser sa vie sinon une course-poursuite morbide, une accélération à la surface des choses toujours plus vaine et stérile ? Jouir, oui, encore et toujours, davantage mais de quoi, pourquoi et comment ? le narrateur porte le patronyme de l'auteur, James Ballard. Sa fascination pour Vaughan, homme hanté par la technologie et la violence, le pousse toujours plus loin vers « l'érotisme pervers de l'accident, douloureux comme l'extraction d'un organe à travers une incision chirurgicale ». Vaughan meurt dans un crash d'entrée de jeu et Ballard se remémore sa rencontre avec Vaughan, son propre accident, ses perversions sexuelles. L'histoire s'écoule telle une pâte fluide, sans bouchon ni caillot. Les phrases sont comme une logorrhée émolliente ; elles disent l'horreur et le carnage sans hausser le ton, le tout allant de soi. Ballard se voit toujours de l'extérieur. Sa souffrance ou sa jouissance ne semble pas lui appartenir réellement. Il est son propre cobaye. Il s'observe sans aucune complaisance, avec un regard clinique. Son intimité est mise à nu, exposée sans fard, disséquée au scalpel : « L'accident était la seule expérience réelle que j'eusse connue depuis des années. Je me trouvais pour la première fois confronté à mon propre corps, inépuisable encyclopédie de douleurs et de déjections… ». le lecteur se fait voyeur malgré lui, à travers le regard du narrateur. L'accident automobile, son cortège de mort et de mutilation, exerce une fascination malsaine. On est enfermé dans un environnement technologique, artificiel, ritualisé et clos sur lui-même où les états d'âme n'existent pas. « Crash » débute la trilogie de béton qui se poursuit avec « L'île de béton » et « I.G.H. ». Les éditions Gallimard ont publié un emboîtage cartonné qui comprend le film de Cronenberg, une brochure de présentation ainsi que le roman de Ballard, le tout dans la collection Folio cinéma. Lire le roman et visionner le film en même temps permet de mesurer les écarts, les pertes, les ratés ou les enrichissements de part et d'autre. le film apparaît alors outré, à côté de la plaque (en métal chromé). Les scènes de sexe et de fantasme sont vides, déconnectées, laissant les acteurs et le spectateur tout pantois d'indifférence. La musique et la photographie pourtant travaillées et adaptées au climat du roman ne prennent pas et n'insufflent rien au film. Quelle « mouche » a bien pu piquer Cronenberg pour transformer une oeuvre intelligente et sophistiquée en un plat de nouilles à l'eau ? Dommage ! L'écrit peut s'avérer bien plus fort que l'image : la preuve par quatre ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
JimmyCz
  23 novembre 2017
Lecture à peine finie. j'avais vu le film de Cronenberg (réalisateur que j'adore) il y a quelques années.
J'ai beaucoup aimé le film, j'ai énormément aimé le livre.
Etant particulièrement fan des récits traitant des déviances psychologiques, souvent générées par des traumatismes on peut dire qu'avant même de commencer j'étais un client adapté à ce type d'histoire.
C'est brut, direct, cru par moments, il ne faut pas le nier et il faut même prévenir que la part de glauque peut vraiment décontenancer un lecteur qui ne serait pas informé. J'ai un peu pensé à du Burroughs dans la description des personnages et ce style si direct et acéré de l'écriture.
Il demeure une violence, une lourdeur brutale dans le récit, je n'ai jamais été à l'aise mais je n'ai pu m'empêcher de lire, comme justement cette sorte de curiosité un peu malsaine que je n'ai pourtant pas habituellement mais qui pousse les automobilistes à s'arrêter pour regarder l'accident.
Cela pousse à la réflexion sur les causes qui nous déterminent suite à un choc, les modifications de nos comportements, de nos envies. j'ai beaucoup beaucoup aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
lavinia02lavinia02   22 octobre 2012
Dans sa vision d'une collision entre leurs véhicules, Vaughan se montrait obsédé par un certain nombre de blessures et de points d'impact - chromes mourants et tabliers effondrés de leurs deux voitures se heurtant de front en de complexes figures répétées à l'infini dans des films au ralenti, plaies jumelles de leurs corps ; image du pare-brise couronnant son visage de fleurs de givre à l'instant où, Vénus naissant à la mort, elle traversait sa surface teintée ; fractures multiples de leurs cuisses contre le frein à main et surtout blessures génitales : elle, l'utérus transpercé par le bec héraldique de l'emblème du constructeur ; lui, déchargeant sa semence sur les compteurs lumineux qui marqueraient à jamais l'ultime température et l'ultime niveau d'essence de la machine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   09 novembre 2015
Catherine a rendu sur son siège. Cette flaque de vomi avec ses caillots de sang tels de liquides rubis, discrètement poisseuse comme tout ce qui sortait de Catherine, contient encore pour moi l’essence même du délire érotique de l’accident ; elle est plus excitante que ses sécrétions rectales ou vaginales, raffinée comme les excréments de la reine des fées, ou les gouttes minuscules qui se formaient autour de ses lentilles de contact. Dans cette mare enchantée qui avait jailli de sa gorge soulevée, pareille à quelque rare émanation d’une châsse lointaine et mystérieuse, j’ai vu mon propre reflet, miroir de sang, de semence et de vomi, distillé par une bouche encore fermée quelques instants auparavant sur ma verge qu’elle aspirait à coups réguliers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
colimassoncolimasson   14 décembre 2016
Nous roulions sur Western Avenue et j’aurais voulu voir son corps étreindre l’habitacle de la voiture. J’aurais voulu presser sa vulve humide contre chacune des commandes, chacune des moulures apparentes, j’aurais voulu écraser doucement ses seins contre les montants des portières et des déflecteurs, promener son anus en une lente spirale sur les revêtements de vinyle des sièges, placer ses petites mains sur les cadrans et les glissières des glaces. Les voitures qui nous doublaient à toute allure célébraient la rencontre de ses muqueuses et du véhicule –mon propre corps métallique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
colimassoncolimasson   19 décembre 2016
La haute muraille d’un autobus à impériale sur notre droite nous donnait l’impression d’une falaise de visages. Les passagers qui nous regardaient derrière les vitres évoquaient les alignements de morts d’un columbarium. Toute l’incroyable énergie du XXe siècle, suffisante pour nous catapulter en orbite autour d’un astre plus clément, se consumait en vue de maintenir cette stase universelle.
Commenter  J’apprécie          120
colimassoncolimasson   27 novembre 2015
Je l’imaginais très bien, assise dans l’auto d’un quelconque fonctionnaire d’âge mûr, inconsciente de l’existence d’un point d’intersection entre leurs organes génitaux et le tableau de bord stylisé. La géométrie du fantasme érotique ne serait révélée que lors de son accident, sauvage ballet nuptial dansé sur les pointes de chair de ses genoux et de son pubis.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de James Graham Ballard (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Graham Ballard
ames Graham Ballard was a British novelist and short story writer who was born 15 November, 1930 and raised in the Shanghai International Settlement..His experiences during that time formed the basis of his novel Empire of the Sun which was later turned into a movie by Steven Spielberg starring 13-year-old Christian Bale, as well as John Malkovich and Miranda Richardson. J G Ballard died on April 19 2009, aged 78 after a lengthy battle with cancer
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4116 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre