AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Barbéris (Éditeur scientifique)
ISBN : 2253033421
Éditeur : Le Livre de Poche (01/11/1983)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 41 notes)
Résumé :

"Il y eut donc dans Paris treize frères qui s'appartenaient et se méconnaissaient tous dans le monde; mais qui se trouvaient réunis le soir, comme des conspirateurs, ne se cachant aucune pensée [...] ; ayant les pieds dans tous les salons, les mains dans tous les coffres-forts, les coudes dans la rue, leurs têtes sur tous les oreillers, et, sans scrupules, faisant tout servir à leur fantaisie.

Aucun chef ne les commanda, personne ne put s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nathalie_MarketMarcel
  28 août 2012
La Duchesse de Langeais est le deuxième volet de L'Histoire des treize.
J'ai plutôt aimé ce roman. J'ai apprécié le début, brutal et exotique, peu balzacien, qui est la marque de l'Histoire des treize. On retrouve également ces hommes masqués, aptes aux coups de force, qui donnent une couleur aventureuse à cette histoire d'amour parisienne. Les héros m'ont moins plu, surtout Antoinette, une petite sotte à mon goût (même s'il faut faire la part des réflexions sexistes pénibles De Balzac). Son évolution psychologique me semble peu vraisemblable. En revanche, j'ai apprécié la note stendhalienne du roman : le thème de l'enlèvement d'une femme du couvent relève des Chroniques italiennnes. Quant à la vanité d'Antoinette, elle fait penser à celle de Mathilde de la Mole dans le Rouge et le noir (paru en 1831). Armand est un peu mieux traité (il offre à l'auteur un miroir plus valorisant) avec son aura d'explorateur.
Le dénouement me plaît parce qu'il accole le romantisme du XIXe siècle à une certaine ingénierie à la Jules Verne (rien compris à cette histoire de câble). L'Histoire des treize allie passions mystérieuses et violentes et hommes d'action, c'est plutôt un bon mélange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nathalie_MarketMarcel
  28 août 2012
Le premier de l'Histoire des 13, c'est Ferragus. Et celui que j'ai préféré, sans conteste. Il y a un d'abord un prologue où Balzac essaye de nous faire croire qu'il existe dans Paris un clan d'hommes liés par le secret, intrépides et que rien n'arrête, capables des coups les plus audacieux. Ça tombe bien, il a recueilli le récit le plus terrible de la bouche de l'un d'eux… c'est romanesque à souhait et j'aime ça.
Puis commence le roman pour de bon avec une superbe évocation des rues de Paris !
Le roman est mené comme un suspense, en passant du point de vue de l'un, de l'autre, selon les circonstances. La narration est très bien faite car le secret en question est très simple mais la révélation est sans cesse retardée par des coups de théâtre dramatiques. J'ai trouvé que le portrait des époux Desmarets (Jules et Mme Jules) était très réussi : enfin un couple sans histoire et amoureux dans la Comédie humaine ! Cela fait du bien un peu de bonheur, même si l'on sait bien que le secret risque de tout gâcher. Mais ce répit, cette douceur, sont une respiration dans des romans bien sombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nathalie_MarketMarcel
  28 août 2012
La Fille aux yeux d'or est le 3e volet de l'Histoire des 13.
Le récit baigne dans une atmosphère mystérieuse et exotique, à la fois orientale et espagnole, sensuelle et dangereuse. L'aventure plonge de Marsay dans un ailleurs indéfini mais qui semble incompatible avec un hôtel particulier parisien. le roman frôle le fantastique, par son décor et ses personnages, ce qui en fait une lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   27 février 2014
Il est bien peu de femmes qui ne se soient trouvées, une fois dans leur vie, à propos d’un fait incontestable, en face d’une interrogation précise, aiguë, tranchante, une de ces questions impitoyablement faites par leurs maris, et dont la seule appréhension donne un léger froid, dont le premier mot entre dans le cœur comme y entrerait l’acier d’un poignard. De là cet axiome : Toute femme ment. Mensonge officieux, mensonge véniel, mensonge sublime, mensonge horrible ; mais obligation de mentir. Puis cette obligation admise, ne faut-il pas savoir bien mentir ? les femmes mentent admirablement en France. Nos mœurs leur apprennent si bien l’imposture ! Enfin, la femme est si naïvement impertinente, si jolie, si gracieuse, si vraie dans le mensonge ; elle en reconnaît si bien l’utilité pour éviter, dans la vie sociale, les chocs violents auxquels le bonheur ne résisterait pas, qu’il leur est nécessaire comme la ouate où elles mettent leurs bijoux. Le mensonge devient donc pour elles le fond de la langue, et la vérité n’est plus qu’une exception.

HISTOIRE DES TREIZE I : FERRAGUS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          116
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   28 août 2012
Il est dans Paris certaines rues déshonorées autant que peut l’être un homme coupable d’infamie ; puis il existe des rues nobles , puis des rues simplement honnêtes, puis de jeunes rues sur la moralité desquelles le public ne s’est pas encore formé d’opinion ; puis des rues assassines, des rues plus vieilles que de vieilles douairières ne sont vieilles, des rues estimables, des rues toujours propres, des rues toujours sales, des rues ouvrières, travailleuses, mercantiles.
Ferragus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   28 août 2012
Dans le doux voyage que deux êtres entreprennent à travers les belles contrées de l’amour, ce moment est comme une lande à traverser, une lande sans bruyères, alternativement humide et chaude, pleine de sables ardents, coupée par des marais, et qui mènent aux riants bocages vêtus de roses où se déploient l’amour et son cortège de plaisirs sur des tapis de fine verdure.
La Fille aux yeux d'or.
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   28 août 2012
C’est grande pitié que de raconter une histoire à un public qui n’en épouse pas tout le mérite local.
Ferragus
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   28 août 2012
Vous pardonnerez à un homme de cœur de se trouver humilier en se voyant pris pour un épagneul.
Duchesse de Langeais.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Honoré de Balzac (92) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
Le CNRS au Collège de France. Journée du 6 avril 2019. Exposé de Jean-Baptiste Amadieu, chercheur au CNRS au sein de l?unité "République des savoirs" (CNRS/Collège de France/ENS). Il est notamment l?auteur de la Littérature du XIXe siècle mise à l?Index (2017). Pourquoi Balzac, Sand, Dumas, Flaubert, Stendhal, Hugo, Lamartine, Sue ou Zola firent l?objet de procès pour un ou plusieurs de leurs romans ? Pour un littéraire de formation, de telles investigations dans les archives de la censure nécessitent des connaissances en droit, en jurisprudence et, quand ces procédures appartiennent à un état caduc de la règlementation, en histoire du droit. Lorsque le tribunal en question est la Congrégation romaine de l?Index, le savoir exigé est celui du droit canonique et de son régime de juridicité singulier ; quant aux débats de fond, ils ne se comprennent qu?à la lumière de la théologie, de l?ecclésiologie et de la théologie morale. Cette interdisciplinarité rendue indispensable par l?objet étudié s?épanouit dans des établissements propices aux recherches non conditionnées par la délivrance d?un diplôme disciplinaire, c?est-à-dire des institutions comme le CNRS et le Collège de France. Pour plus d'informations : https://www.college-de-france.fr/site/evenements-culturels/Le-CNRS-au-College-de-France.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : classiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
590 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre