AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Kopp (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070370240
Éditeur : Gallimard (21/04/1978)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.83/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Deux magistrales Scènes de la vie de province, échographies de la France profonde : remous du désir et de la passion politique dans un microcosme bousculé par les contradictions de la modernité.

Alençon sous la Restauration : après le bruit et la fureur de la Révolution et de l'Empire, le Temps pensait pouvoir se rendormir, le vieux silence des valeurs retomber sur ses certitudes granitiques.

Mais, compromis par l'irruption d'ambition... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
aouatef79
  28 novembre 2017
" La vieille fille " est un roman d' Honoré de Balzac , roman qui fait partie de la série de la Comédie humaine . Sa parution date de l' année 1837 . le récit se déroule dans la ville d ' Alençon . l'' auteur nous laisse voir les rivalités sociales , politiques et financières dans les différentes couches de la société . Balzac , dresse ici un tableau noir , satirique , caricatural et ironique de cette société provinciale de l' époque . Il n' est pas tendre envers elle et c' est le moins qu' on puisse dire
Nous sommes , en l' année 1816 , Rose Cormon femme de quarante-deux ans commence à désespérer car jusque là aucun homme ne s' est présenté à elle pour la demander en mariage . Cette femme issue de la bonne bourgeoisie , est disgracieuse pour ne pas dire qu ' elle est laide .Elle est ,aussi , l' une des plus riches personnes de la ville .
Une des tares de cette société est que les gens n'agissent que selon leurs intérêts , intérêts matériels et
financiers bien sûr.Alors cette vieille fille attend le prince
charmant qui voudrait bien d' elle .Deux hommes âgés ,
rusés, avides et cupides vont se lancer dans la compétition
pour soi-disant prétendre à la main de Rose .
le premier prétendant est le chevalier de Valois , royaliste dans le sang .
le deuxième prétendant est un homme rustre . Il est
républicain . Il s ' agit de monsieur du Bousquier .
Les deux prétendants sont l' antithèse entre passé et futur et se livrent une sourde lutte .
Mais il y a un troisième prétendant : il s' agit du jeune
homme , Athanase . Ce dernier est plus jeune que Rose .
Il n ' est guidé par aucun calcul ni intérêt . Il aime Rose
pour elle-même . C est un jeune homme probe et désire
se marier avec la vieille fille .
Rose , la vieille fille , a un grand désir , un rêve : c' est
se marier et surtout enfanter , avoir des enfants !
Son rêve se réalisera-t-il ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
cmpf
  27 mai 2016

Ce livre forme avec le cabinet des antiques, un ensemble.
Le récit se situe à Alençon où l'on devine que se passe également le cabinet des Antiques. Certains personnages sont communs aux deux, bien que les noms soient différents.
Le titre est un peu trompeur, car l'on y fait plutôt le portrait de certaines figures locales comme le Chevalier de Valois royaliste, et du Bousquier, libéral. Tous les deux espèrent épouser Mademoiselle Cormon déjà quadragénaire, à laquelle le célibat pèse, mais qui ne se décide pas.
Monsieur de Valois, homme charmant mais très attaché à ses aises « Si quelqu'un venait prier monsieur de Valois de lui rendre un petit service qui l'eût dérangé, ce quelqu'un ne s'en allait pas de chez le bon chevalier sans être épris de lui, sans être surtout convaincu qu'il ne pouvait rien à l'affaire ou qu'il la gâterait en s'en mêlant. » veut épouser Rose Corman pour redorer son blason. Tandis que du Bousquet, déjà riche, beaucoup plus vulgaire d'apparence et de comportement, espère s'élever grâce à l'argent de la demoiselle.
Il existe un troisième prétendant, jeune homme pauvre mais éduqué, pourtant plus jeune que celle qu'il admire, réellement épris mais espérant tout de même pourvoir mettre ainsi sa vieille mère à l'abri du besoin.
Pas facile pour cette femme de vivre seule, de chercher un mari sans se couvrir de ridicule. Un épisode où elle s'empresse auprès d'un homme qu'elle croit célibataire l'oblige à quelques mensonges pour couvrir son comportement.
Le choix de Rose Corman, que je vous laisse découvrir sera malheureux.
On trouve dans ce roman le charme qu'y mettent un certain nombre de mots oubliés aujourd'hui tels eustache, godan,…
Ce titre ne fait pas partie des plus connus mais mérite qu'on s'y arrête.
Challenge 19ème siècle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Cer45Rt
  03 juillet 2019
"La Vieille fille" est un roman, assez court d'ailleurs, d'Honoré de Balzac.
L'auteur du "Cabinet des antiques" y parle avec le brio qu'on lui connaît de la vie en province et des ambitions avortées.
L'histoire est simple, typique du XIXème siècle ; car c'est l'histoire d'un jeune homme, n'ayant pas conscience de la cruauté de la société, qui va se rendre compte de la cruauté des rapports sociaux…
Ici, tout est cruel, tout est arriviste, tout est froid, jusqu'à notre jeune homme ; avant Maupassant, Balzac avait déjà peint les vices et les cruautés de l'homme.
Comme souvent chez Balzac, la fin est sombre, dramatique, noire ; seuls les pires triomphent.
Comme souvent aussi chez Balzac, il y a dans ce texte un crescendo magistral, du début à la fin tragique.
Toutes les qualités de style, d'intelligence et de sensibilité de l'auteur du "Père Goriot" sont dans ce roman magnifique.
Il n'y a rien à redire, nous avons là un superbe roman !...
Commenter  J’apprécie          200
Taraxacum
  26 octobre 2015
La vieille Fille n'est pas le plus connu des romans De Balzac mais il gagnerait à être plus recommandé.
La vieille Fille, c'est mademoiselle Rose Cormon, une bourgeoise d'Alençon ayant coiffé la Sainte Catherine depuis un certain temps et que cette situation désespère. Plus jeune, elle avait pour son futur mari de nombreux critères, évidemment jamais réunis dans un seul homme, mais elle est désormais aux abois, prête à épouser le premier qui lui demandera sa main ou presque...pourvu aussi qu'elle comprenne car la finesse n'est pas sa qualité première.Trois prétendants sont minutieusement décrits par Balzac, le chevalier de Valois et monsieur du Bousquier, représentant chacun un régime politique, et le malheureux Athanase, qui a d'abord convoité la fortue de Mlle Cormon mais a fini par en tomber réellement amoureux.
C'est un fantastique portrait de la province , particulièrement de sa bourgeoisie, servi par des personnages très réussis et une écriture qui se fait tour à tour très descriptive ou plus enlevée.
Vraiment excellent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
HORUSFONCK
  07 juillet 2017
Balzac m'est toujours un régal.
Cette minutieuse étude des meurs et gens de province, c'est de la dentelle (littéraire) d' Alençon.
Comme pour Saumur, avec Eugénie Grandet, Balzac visite cette petite préfecture de l'Orne.
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
cmpfcmpf   29 mai 2016

En ce moment même, une jeune fille de seize ans, qui n'aurait pas encore ouvert un seul roman, aurait lu cent chapitres d'amour dans les regards d'Athanase ; tandis que mademoiselle Cormon n'y voyait rien, elle ne reconnaissait pas dans les tremblements de sa parole la force d'un sentiment qui n'osait se produire. Honteuse elle-même, elle ne devinait pas la honte d'autrui. Capable d'inventer les raffinements de grandeur sentimentale qui l'avaient primitivement perdue, elle ne les reconnaissait pas chez Athanase. Ce phénomène moral ne paraîtra pas extraordinaire aux gens qui savent que les qualités du cœur sont aussi indépendantes de celles de l'esprit que les facultés du génie le sont des noblesses de l'âme.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Nastasia-BNastasia-B   27 février 2014
Cette brebis craintive chemina dès lors dans la voie que lui traça le berger ; elle ne quitta plus le giron de l’Eglise, et se livra aux pratiques religieuses les plus sévères, sans penser ni à Satan, ni à ses pompes, ni à ses œuvres. Elle offrit ainsi la réunion des vertus chrétiennes les plus pures [...].
- Elle sera niaise jusqu’à son dernier soupir, dit le cruel Conservateur destitué qui dînait cependant chez elle deux fois par semaine.

LA VIEILLE FILLE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
cmpfcmpf   30 mai 2016
Les observateurs du cœur humain ont remarqué le penchant des dévotes pour les mauvais sujets, en s'étonnant de ce goût qu'ils croient opposé à la vertu chrétienne. D'abord, quelle plus belle destinée donneriez-vous à la femme vertueuse que celle de purifier à la manière du charbon les eaux troubles du vice ? Mais comment n'a-t-on pas vu que ces nobles créatures, réduites par la rigidité de leurs principes à ne jamais enfreindre la fidélité conjugale, doivent naturellement désirer un mari de haute expérience pratique ! Les mauvais sujets sont des grands hommes en amour. Ainsi, la pauvre fille gémissait de trouver son vase d'élection cassé en deux morceaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cmpfcmpf   28 mai 2016

Les vestiges de son ancien luxe faisaient dans sa maison l'effet d'un lustre dans une grange, car il n'y avait plus cette harmonie, lien de toute œuvre humaine ou divine.

Commenter  J’apprécie          240
cmpfcmpf   29 mai 2016
Mademoiselle Cormon avait beau prier Dieu de lui faire la grâce de lui envoyer un mari afin qu'elle pût être chrétiennement heureuse, il était sans doute écrit qu'elle mourrait vierge et martyre, car il ne se présentait aucun homme qui eût tournure de mari.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Honoré de Balzac (115) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
L'expression peau de chagrin, que l'on rencontre par exemple dans la locution diminuer comme une peau de chagrin, est d'une beauté un peu étrange. de quelle peau s'agit-il, et de quel chagrin ?
Cette expression n'a rien à voir en fait avec le chagrin, « souffrance morale et tristesse profonde ».
Le mot turc sagri désignait la croupe d'un animal, et le cuir que l'on en préparait. Au XVIe siècle le français l'a emprunté, sous la forme sagrin, puis chagrin. le chagrin est donc une espèce de cuir grenu, préparé avec la peau de la croupe d'un mulet, d'un âne ou d'un cheval. Dans cette acception, c'est l'existence d'un grain qui importe. On chagrine une peau, afin de lui donner du grain ; il existe même du papier chagriné. Simone de Beauvoir évoque quelque part la peau chagrinée d'une de ses tantes.
Ce cuir grenu tend cependant à rétrécir en vieillissant. Honoré de Balzac en a fait un roman, La Peau de chagrin, réflexion philosophique sur l'élan vital qui s'amenuise, tel ce cuir. Ce phénomène constitue de nos jours l'élément pertinent du sémantisme. Les locutions cela diminue comme peau de chagrin, cela fait peau de chagrin, voire c'est une peau de chagrin signifient « cela rétrécit de jour en jour ». On dit par exemple : nos ressources font peau de chagrin.
+ Lire la suite
autres livres classés : vie de provinceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
625 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre
.. ..