AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Seuil - l'Intégrale (01/01/1900)
3.41/5   37 notes
Résumé :
Le bal est donné chez le comte de Gondreville avec un étalage de luxe au milieu duquel une inconnue en robe bleue, discrète et timide, tranche avec l’arrogance et la frénésie du paraître qui règne dans ce lieu. Intrigués par cette jolie personne, le comte de Montcornet et le baron de la Roche-Hugon se livre à un jeu de pari : lequel des deux réussira à séduire cette merveilleuse personne qui est précisément la femme du comte de Soulanges. Des intrigues amoureuses se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,41

sur 37 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

elea2022
  13 juin 2022
Avons-nous avec cette nouvelle une énième illustration de l'essai De Balzac sur la Physiologie du mariage ? C'est ce que j'ai lu : il y a sans doute un peu de cela, mais c'est loin de se limiter à un banal exemple du comportement et des usages salutaires en couple.
En 1809, à l'apogée de l'Empire, nous dit l'auteur, nous assistons à un bal splendide dans l'hôtel particulier du comte de Gondreville, sénateur qui fête comme toute la bonne société le mariage à venir de Napoléon avec Marie-Louise d'Autriche. Clinquant bienvenu, comme nous en prévient Balzac, si bien que la bague de diamant au centre de ce drame vaudevillesque devient à elle seule un symbole de l'appétit de richesses, de la consommation de titres de noblesse de l'époque. Les personnages sont en place pour contredanse et quadrille, jeunes gens issus de la Garde napoléonienne ou de la magistrature proche de l'Empereur, jeunes femmes coquettes et bien résolues à rivaliser en toilettes et bijoux - sans gêne aucune pour évincer celle qui gênerait. Et justement, le baron Martial de la Roche-Hugon et son ami, le colonel Montcornet (bon, il est appelé maréchal au début et descend en grade par la suite) ont tous deux remarqué la même jeune femme, dont la présence énigmatique, cachée en partie derrière un candélabre, les intrigue vivement. Elle est d'une grande beauté, très élégante, mais sa tristesse et sa posture à l'écart de tous surprend, et l'on s'interroge sur elle, la "jeune femme en bleu"...
Les deux compères et complices, qui ont parié un cheval de bataille qu'ils danseraient avec elle, doivent toutefois se faire discrets, car entre en scène la splendide comtesse de Vaudremont, jeune veuve riche à millions, maîtresse de Martial. Elle est au bras de son précédent amant, le baron de Soulanges, mais elle le congédie vite pour briller seule au firmament du bal et retrouver Martial, qui de son côté aimerait bien faire son chemin auprès de la belle inconnue. Quadrille, virevoltes, désir et intérêt, espoir et déception, gain et perte, les figures de la réussite sont si complexes ! Dans les salons qui jouxtent la salle de bal, on joue, et certains qui se sont cru plus malins pourraient bien se faire rendre la monnaie de leur pièce, et la chance aller en récompenser d'autres. de son côté, la belle comtesse bénéficiera d'un appui inattendu en la personne d'une duchesse du siècle précédent, vieille femme malicieuse, voire un peu peste, qui lui donnera quelques leçons sur l'art de se faire bien comprendre des hommes. On croirait voir Violet médire dans Downton Abbey, c'est réjouissant, j'ai beaucoup aimé cette Madame de Grandlieu.
C'est donc une comédie de moeurs dont Balzac nous régale, toujours cette comédie de la vanité, du mensonge, de l'espionnage des esprits, avec un brin de fatuité masculine et de malice féminine. La délicieuse ironie du grand écrivain irrigue la nouvelle, la rend pétillante à souhait, on se prend d'intérêt pour les personnages, même si leurs chassés-croisés font un peu tourner la tête - j'ai préféré faire un schéma de "qui aime qui" pour m'y retrouver. La mystérieuse et naïve jeune épouse retrousse ses manches et donne une belle leçon à l'un de ses prétendants, et un cheval changera d'écurie. Peut-être pourrait-on trouver ces marivaudages conjugaux un peu répétitifs d'une nouvelle à l'autre, mais comme tout bal, lorsqu'on se démène et qu'on s'essouffle, que les belles épaules et les corsages palpitent et le rouge monte aux joues, rien n'est plus nouveau et excitant que ce bal précis, avec tous les possibles qu'il ouvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
PiertyM
  21 avril 2014
La paix du ménage: "– Monsieur, j'accepte ce diamant avec d'autant moins de scrupule qu'il m'appartient... ... ...
... ... ..; Monsieur de Soulanges le prit dernièrement sur ma toilette et me dit l'avoir perdu.
– Vous êtes dans l'erreur, madame, dit Martial d'un air piqué, je le tiens de madame de Vaudremont.
– Précisément, répliqua-t-elle en souriant. Mon mari m'a emprunté cette bague, la lui a donnée, elle vous en a fait présent, ma bague a voyagé, voilà tout. Cette bague me dira peut-être tout ce que j'ignore, et m'apprendra le secret de toujours plaire. Monsieur, reprit-elle, si elle n'eût pas été à moi, soyez sûr que je ne me serais pas hasardée à la payer si cher, car une jeune femme est, dit-on, en péril près de vous. Mais, tenez, ajouta-t-elle en faisant jouer un ressort caché sous la pierre, les cheveux de monsieur de Soulanges y sont encore."
Le merveilleux personnage dans ce livre est la baque! Elle a connu un voyage circulaire comme courent souvent les scènes d'adultères; comme elle a été la pomme de discorde dans le couple Soulanges comme elle sera aussi le mobile de réconciliation après avoir parcourant de main en main Madame Soulanges qui l'offre à son mari, celui-ci l'offre à sa maîtresse, celle-ci l'offre à son amant, et celui-ci l'offre à madame Soulanges sans savoir que la bague lui appartient !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Blog_Oceane
  05 octobre 2016
J'ai lu ce livre du 01/10/2016 au 05/10/2016.
J'ai lu cette petite nouvelle après en avoir lu une De Balzac. Et je n'ai guère été déçue du tout au contraire.
J'ai apprécié l'écriture de l'auteur mais aussi l'intrigue. En effet, l'intrigue tourne autour de l'identité de la belle inconnue dans un bal où elle danse avec personne et a l'air triste. Pleins de gars dont un surtout lui tournent autour et tentent leur chance. Puis coup de théâtre quand on a apprend tout sur son identité, cela est très beau.
Ainsi, Balzac nous peint une société de son époque au niveau des couples où l'argent est important. Néanmoins, il nous rappelle que les sentiments sont plus forts que la raison. Donc j'ai adoré cette nouvelle que je vous conseille vivement (en + elle est très rapide).
Ma note : 9.5/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cyan
  22 février 2021
Au cours d'un bal, des intrigues amoureuses se nouent et se dénouent.
J'ai peu de choses à dire sur cette nouvelle, pour être honnête. Je l'ai trouvée assez brouillonne dans sa construction et pas très inspirée sur son contenu.
Aucun personnage n'est sympathique, l'auteur fait ressortir tous les défauts de la nature humaine à travers la description des moeurs volages et cupides d'une classe sociale oisive. Les thèmes abordés auraient pu être intéressants s'ils avaient été développés un peu plus, mais Balzac joue sur le badinage entre les protagonistes, sur les manipulations entreprises par certains d'entre eux et sur une morale finale dont je ne suis pas sûre d'avoir réellement compris le fond.
Reste la plume de l'auteur, toujours aussi soutenue et fluide, et la description, qui relève presque du témoignage, de ce qu'était un bal à cette époque. Pas suffisant pour moi, j'ai déjà presque tout oublié de ma lecture.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
Commenter  J’apprécie          120
Meps
  13 décembre 2014
On connait plus Balzac pour ses romans au long cours où son style recherché trouve toute sa place pour s'étendre. Ici , il s'agit d'une histoire beaucoup plus courte, plus de l'ordre de la nouvelle. Et pourtant son style ne perd rien de sa vigueur, en décrivant un évènement d'allure plutôt anecdotique, mais qui, comme souvent chez Balzac, révèle la réalité de toute une époque. Il utilise une histoire purement privée pour dépeindre en quelques pages un contexte politico-historique et les moeurs des gens qui y baignent. Et le rythme donné par la danse lors de cette soirée mondaine se reflète parfaitement dans le rythme de son écriture, du croisement de ses personnages. Un vrai bijou d'exercice de style.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
elea2022elea2022   13 juin 2022
Qu’est-il ? un intrigant qui peut posséder à merveille l’esprit des affaires et babiller agréablement ; mais il est trop avantageux pour avoir un vrai mérite, il n’ira pas loin. D’ailleurs, regardez-le ! Ne lit-on pas sur son front que, dans ce moment-ci, ce n’est pas une jeune et jolie femme qu’il voit en vous, mais les deux millions que vous possédez ? Il ne vous aime pas, ma chère, il vous calcule comme s’il s’agissait d’une affaire.

Page 23.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
elea2022elea2022   10 juin 2022
Elle se faisait une loi de ne jamais arriver qu’à l’instant où les salons offraient ce mouvement animé qui ne permet pas aux femmes de garder longtemps la fraîcheur de leurs figures ni celle de leurs toilettes. (...)
Elle se gardait bien de laisser voir, comme ses rivales, sa beauté endormie ; elle savait soutenir habilement sa réputation de coquetterie en se retirant toujours d’un bal aussi brillante qu’elle y était entrée.

Page 10 (BIbebook).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
elea2022elea2022   10 juin 2022
Le baron Martial de la Roche-Hugon était un jeune Provençal que Napoléon protégeait et qui semblait promis à quelque fastueuse ambassade, il avait séduit l’empereur par une complaisance italienne, par le génie de l’intrigue, par cette éloquence de salon et cette science des manières qui remplacent si facilement les éminentes qualités d’un homme solide. Quoique vive et jeune, sa figure possédait déjà l’éclat immobile du ferblanc, l’une des qualités indispensables aux diplomates et qui leur permet de cacher leurs émotions, de déguiser leurs sentiments, si toutefois cette impassibilité n’annonce pas en eux l’absence de toute émotion et la mort des sentiments.

Page 9 (Bibebook).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   15 novembre 2016
Ecoutez-moi ! Si vous voulez vous jouer des hommes, reprit la vieille dame, ne bouleversez le coeur que de ceux dont la vie n'est pas arrêtée, de ceux qui n'ont pas de devoirs à remplir ; les autres ne nous pardonnent pas les désordres qui les ont rendus heureux. Profitez de cette maxime due à ma vieille expérience.

Le général Montcornet n'épousa point madame de Vaudremont, malgré la bonne intelligence dans laquelle tous deux vécurent pendant quelques instants, car elle fut une des victimes de l'épouvantable incendie qui rendit à jamais célèbre le bal donné par l'ambassadeur d'Autriche, à l'occasion du mariage de l'empereur Napoléon avec la fille de l'empereur François II.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
elea2022elea2022   13 juin 2022
Il se rencontre dans les fêtes quelques dames qui, semblables à madame de Grandlieu, sont là comme de vieux marins occupés sur le bord de la mer à contempler les jeunes matelots aux prises avec les tempêtes.

Page 19.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Honoré de Balzac (126) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
Après avoir parcouru l'Ukraine pour y exhumer les grandes mémoires enfouies de l'autre Europe, Marc Sagnol y est retourné au milieu des bombardements pour en contempler les ruines.
Les images et les mots, comme une invitation au voyage, nous plongent dans des mondes évanouis, sur les traces des grands penseurs d'autrefois. Avec lui, on arpente la terre noire de l'Est à travers villes et villages, aux côtés De Balzac, de Joseph Roth en Galicie et Bucovine, de Leopold von Sacher-Masoch à Lemberg-Lviv, de Paul Celan à Czernowitz…
C'est en connaisseur de la philosophie et de la littérature que Marc Sagnol traverse les « terres de sang » abîmées par tous les chaos. Terres qui furent celles de la plus haute civilisation et des plus grands malheurs. Quelle fut la culture juive, jadis florissante en ces lieux, et qu'en a-t-il été de sa disparition dans la Shoah ? Qu'est-il advenu de ces mondes révolus ? Comment penser la tragédie d'hier au regard du drame d'aujourd'hui ? Une plongée dans les siècles pour dire que notre destin se joue d'abord là-bas. Actuelle parce que inactuelle, une grande fresque littéraire. Un récit d'exception.
Germaniste, philosophe, Marc Sagnol est l'auteur de nombreux ouvrages dont Tragique et tristesse. Walter Benjamin, archéologue de la modernité, primé par l'Académie française, ainsi que d'un film sur Paul Celan, Les eaux du Boug.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
743 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre