AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Adrien Goetz (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070317269
Éditeur : Gallimard (06/01/2005)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.29/5 (sur 189 notes)
Résumé :
Dans une auberge au bord du Rhin sont réunis par le hasard deux jeunes Français et un riche négociant allemand qui passent une agréable soirée avant d'aller se coucher. Au petit matin, on retrouve le négociant décapité...

Dans les brumes de l'Allemagne romantique, l'inspecteur Balzac mène l'enquête !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  05 avril 2016
Cela commence presque comme un polar, on se dit que la clef de l'énigme va résider dans la découverte de l'identité du coupable et...
… en fait non. le coupable, on le devine assez vite et Balzac ne fait rien pour faire augmenter trop le suspense.
L'intérêt de l'intrigue est que, sachant le coupable parmi nous, quels rapports allons-nous entretenir avec lui ? Ce n'est pas si fréquent comme questionnement et c'est donc tout à fait pertinent que son auteur ait placé ce texte dans la catégories des " études philosophiques" de sa Comédie Humaine.
En effet, ça change tout si vous apprenez que la belle héritière que vous convoitez est la fille d'un homme qui a perpétré une vilenie. Vous savez que sa position, sa fortune viennent de là ; mais pourtant, elle ne l'a pas faite pour autant, elle, cette vilenie : alors que faire ? Vous voyez le genre d'interrogations que cela peut soulever…
En deux mots, l'histoire prend place dans le contexte de la fin de la Révolution et de la toute jeune accession au pouvoir de Bonaparte, lors des mouvements de troupes française sur les bords du Rhin en Rhénanie. Deux jeunes chirurgiens s'en viennent rejoindre leur bataillon et, en cours de route, s'arrêtent à l'auberge rouge.
La demeure est pleine à craquer et c'est à grand peine qu'on trouve encore de la place pour loger les deux Français. Soudain, arrive un négociant allemand d'Aix-la-Chapelle escorté de deux bateliers. Vraiment, il n'y a pas moyen de loger les deux bateliers qui vont s'en retourner finir la nuit sur leur embarcation, mais en se tassant un petit peu, les deux Français arriveront peut-être à faire une petite place au négociant, sachant qu'en plus il se promène avec une mallette pleine de cent mille francs en or et en diamants...
En somme, une nouvelle que je qualifierais de bonne, mais sans plus. Retenez cependant que ce que j'exprime ici n'est qu'un avis rougeâtre, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          860
kuroineko
  10 mai 2019
L'Auberge rouge fait partie des courts récits rédigés par Balzac, comme le chef d'oeuvre inconnu ou La fausse maîtresse.
L'auteur construit sa narration en tiroir puisque l'intrigue est contenue dans un récit d'après-repas copieux et bien arrosé. L'un des convives, Allemand, est invité à raconter une histoire qui se révèle être un souvenir qui remonte à un conflit entre l'Empire germanique et la France révolutionnaire. Elle met en scène deux amis, étudiants en médecine qui rejoignent leur garnison où ils assisteront les services médicaux de l'armée. Tous deux épris d'humanité et de beaux paysages, ils prennent leur temps en chemin. Jusqu'à s'arrêter un soir, recru de fatigue après une journée de voyage, à la fameuse Auberge rouge. Cette nuit va marquer leur destinée puisqu'un meurtre y est commis.
Là où Balzac semble nous diriger vers une intrigue criminelle narrée par le convive allemand, résident en fait d'autres perspectives, plus psychologiques et sociales. Cette affaire de l'Auberge rouge, qui ne devait offrir qu'une divertissante histoire digestive, a des répercussions sur le présent du narrateur, également invité à ce repas et qui remarque un autre homme changer de couleur en cours de récit. Qu'est-ce à dire? Ou à deviner? Et quand la fille de cet homme mystérieux pénètre comme un coup de foudre dans le coeur du narrateur, le voilà face à de graves questionnements et un cruel dilemme.
Même sur un récit court, on retrouve les caractéristiques de l'écriture balzacienne et son regard vif sur la société de son temps. La nouvelle recèle également une ironie diffuse et une étude de caractères psychologiques face à l'or et à ses tentations intéressante malgré le court format. Une très bonne pioche dans la collection Folio 2€!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
gouelan
  25 avril 2015
Lors d'une soirée organisée par un banquier parisien, Hermann, négociant allemand raconte « une histoire à faire peur ». Cette histoire il la tient d'un étudiant en médecine Prosper Magnan.
Les faits débutent en octobre 1799, lorsque Prosper et son ami Frédéric Taillefer, tous deux jeunes militaires chirurgiens français, originaires De Beauvais, débarquent dans l'auberge rouge, dans la petite ville d'Andernach au bord du Rhin.
Un riche négociant s'installe à leur table et va partager leur chambre pour la nuit, l'auberge étant bondée.
Prosper sera troublé par cette grosse fortune qui dort tout près de lui...
Le narrateur, assistant à ce diner nous raconte à son tour cette histoire criminelle. Qui est l'assassin de l'auberge rouge ?
Est-on coupable d'un crime seulement par le fait de l'avoir pensé ? Peut-on vivre avec le poids d'un acte criminel sur la conscience, rongé par le remords ? A-t-on le droit de profiter d'une fortune acquise de façon crapuleuse et dissimulant un lourd secret ? Est-il souhaitable de dévoiler un tel secret ou faut-il étouffer l'affaire? Un mensonge pour épargner des souffrances est- il juste ?
Le narrateur est lui aussi impliqué moralement et on ne sait pas quel choix il fera à la fin de ce récit.
Tout aurait été si simple s'il avait été moins curieux et moins intuitif. Et finalement connait-on réellement le vrai coupable ?
C'est donc une nouvelle intéressante, à la fois intrigue policière et récit philosophique sur la culpabilité, le remords, le devoir de justice et de vérité, et le poids du secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Musardise
  06 août 2017
L'argument de "L'auberge rouge" est assez typique de l'énigme en chambre close ; "Un drame en Livonie" de Jules Verne reprendra d'ailleurs une intrigue très proche. Tout semble donc tourner autour de cette question : qui assassina, une nuit de 1799, un négociant qui partageait sa chambre avec deux jeunes chirurgiens militaires, négociant que l'on retrouva décapité ?
Or, comme dans "Un drame en Livonie", l'essentiel se situe ailleurs. Cette énigme, racontée par un banquier bien des années plus tard lors d'une soirée mondaine mais rapportée au lecteur par un premier narrateur, oriente le récit hors des sentiers de la pure énigme policière. le but de la nouvelle apparaîtra au lecteur aux toutes dernières pages : il s'agit d'une sorte de conte moral ou philosophique, qui mène à s'interroger sur des questions d'éthique, de justice et d'intérêt personnel.
Le récit qui relève proprement du genre policier marche à plein. La suite, qui voit la condamnation inéluctable d'un innocent, continue à tenir le lecteur en haleine et suscite un sentiment d'effroi - tout comme la découverte du corps de l'homme assassiné dans des conditions sanglantes. La technique des récits enchâssés (l'histoire du crime commis dans l'auberge est en effet insérée dans l'histoire d'une soirée de la bonne société) ne fait qu'asseoir le suspens puisque, suivant le regard du premier narrateur, on s'interroge, tout en s'intéressant au mystère de l'auberge rouge, sur le comportement pour le moins curieux d'un des auditeurs de l'histoire criminelle. Je crains en revanche que, pour une majorité de lecteurs, le questionnement moral de la fin ne déçoive un brin, et ce d'autant plus qu'il ne me semble pas d'une grande profondeur . On ne rangera donc pas "L'auberge rouge" dans les chefs-d'oeuvre De Balzac, malgré le plaisir qu'on pourra y trouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Rebus
  25 janvier 2017
Après un copieux dîner, Hermann, un banquier allemand, est prié de raconter une histoire aux convives. Il choisit de relater une histoire vraie, celle d'un jeune homme injustement accusé de meurtre. le drame s'est passé dans une auberge, l'auberge rouge, la victime était un négociant ayant pour malheur de voyager avec une valise pleine d'or et de diamants. Au fur et à mesure de son récit, un personnage du dîner montre quelques signes de fébrilité. Et si le véritable auteur du crime, c'était lui ?
Publié en 1831, cette nouvelle fait partie des Etudes philosophiques de la Comédie humaine. Balzac nous parle ici de culpabilité : désirer ou imaginer la mort de quelqu'un, convoiter la fille d'un assassin fait-il de nous un coupable ? Qu'est-ce qui nous rend coupable, finalement ?
Evidemment, aucune réponse n'est donnée, à chaque lecteur de réfléchir et de forger sa propre pensée.
Une jolie découverte d'un classique assez célèbre.
Commenter  J’apprécie          271
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   03 novembre 2014
- Votre conduite est-elle bien miséricordieuse ? me demanda-t-elle en m’emmenant dans une embrasure de fenêtre au moment où je quittai le jeu après avoir perdu. Voudriez-vous accepter le pouvoir de lire dans tous les cœurs ? Pourquoi ne pas laisser agir la justice humaine et la justice divine ? Si nous échappons à l’une, nous n’évitons jamais l’autre ! Les privilèges d’un président de Cour d’assises sont-ils donc bien dignes d’envie ? Vous avez presque fait l’office du bourreau.
- Après avoir partagé, stimulé ma curiosité, vous me faites de la morale !
- Vous m’avez fait réfléchir, me répondit-elle.
- Donc, paix aux scélérats, guerre aux malheureux, et déifions l’or ! Mais, laissons cela, ajoutai-je en riant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Nastasia-BNastasia-B   28 octobre 2014
Le dessert était comme une escadre après le combat, tout désemparé, pillé, flétri. Les plats erraient sur la table, malgré l’obstination avec laquelle la maîtresse du logis essayait de les faire remettre en place. Quelques personnes regardaient des vues de Suisse symétriquement accrochées sur les parois grises de la salle à manger. Nul convive ne s’ennuyait. Nous ne connaissons point d’homme qui se soit encore attristé pendant la digestion d’un bon dîner. Nous aimons alors à rester dans je ne sais quel calme, espèce de juste milieu entre la rêverie du penseur et la satisfaction des animaux ruminants, qu’il faudrait appeler la mélancolie matérielle de la gastronomie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Nastasia-BNastasia-B   30 octobre 2014
Mes bateliers me semblent suspects. Pour cette nuit, je ne suis pas fâché d’être en compagnie de deux braves et bons jeunes gens, de deux militaires français ! J’ai cent mille francs en or et en diamants dans ma valise ! L’affectueuse réserve avec laquelle cette imprudente confidence fut reçue par les deux jeunes gens rassura le bon Allemand.

L'AUBERGE ROUGE.
Commenter  J’apprécie          260
Nastasia-BNastasia-B   09 novembre 2014
Souvent, le vengeur est aussi lâche que la victime. Peu de gens ont le courage de produire un mal, même nécessaire ; et bien des hommes se taisent ou pardonnent en haine du bruit, ou par peur d’un dénouement tragique.

L'AUBERGE ROUGE.
Commenter  J’apprécie          180
Nastasia-BNastasia-B   08 novembre 2014
N'y a-t-il pas prescription ? Où en serions-nous tous, s'il fallait rechercher l'origine des fortunes !
Commenter  J’apprécie          310
Videos de Honoré de Balzac (92) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
Le CNRS au Collège de France. Journée du 6 avril 2019. Exposé de Jean-Baptiste Amadieu, chercheur au CNRS au sein de l?unité "République des savoirs" (CNRS/Collège de France/ENS). Il est notamment l?auteur de la Littérature du XIXe siècle mise à l?Index (2017). Pourquoi Balzac, Sand, Dumas, Flaubert, Stendhal, Hugo, Lamartine, Sue ou Zola firent l?objet de procès pour un ou plusieurs de leurs romans ? Pour un littéraire de formation, de telles investigations dans les archives de la censure nécessitent des connaissances en droit, en jurisprudence et, quand ces procédures appartiennent à un état caduc de la règlementation, en histoire du droit. Lorsque le tribunal en question est la Congrégation romaine de l?Index, le savoir exigé est celui du droit canonique et de son régime de juridicité singulier ; quant aux débats de fond, ils ne se comprennent qu?à la lumière de la théologie, de l?ecclésiologie et de la théologie morale. Cette interdisciplinarité rendue indispensable par l?objet étudié s?épanouit dans des établissements propices aux recherches non conditionnées par la délivrance d?un diplôme disciplinaire, c?est-à-dire des institutions comme le CNRS et le Collège de France. Pour plus d'informations : https://www.college-de-france.fr/site/evenements-culturels/Le-CNRS-au-College-de-France.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
599 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre
.. ..