AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Gascar (Préfacier, etc.)Roger Pierrot (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070316238
Éditeur : Gallimard (28/05/2004)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 540 notes)
Résumé :
Dans les premiers jours de l'an VIII, au Commencement de Vendémiaire, ou, pour se conformer au calendrier actuel, vers la fin du mois de septembre 1799, une centaine de paysans et un assez grand nombre de bourgeois, partis le matin de Fougères pour se rendre à Mayenne, gravissaient la montagne de la Pèlerine, située à mi-chemin environ de Fougères à Ernée, petite ville où les voyageurs ont coutume de se reposer.

Quatrième de couverture
Le premi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
ibon
  23 juillet 2015
C'est une belle surprise que ce roman De Balzac! Une tension continue au gré des affrontements et des troubles passionnés entre les protagonistes!
A 28 ans, Balzac signe son premier roman, avec des aventures à la Walter Scott ("Ivanohé") ou à la façon de Fenimore Cooper( auquel Balzac se réfère souvent en comparant les Bretons à des Mohicans!).
Il s'empare donc d'un genre, le roman historique, avec les dernières batailles entre les Chouans (des Royalistes) et les Républicains dans la région de Fougères.
Il s'empare surtout de la géographie des lieux et emmène le lecteur sur des routes et des sentiers peu sûrs, semés d'embûches, où l'on peut tendre des embuscades!
C'est un roman qui porte la fougue de la jeunesse de son auteur avec cette recherche d'action permanente mais étonnamment maîtrisé sur 340 pages.
J'ai été séduit par la principale héroïne, Marie de Verneuil, qui dépassera en courage bien de ses concitoyens. Et celui que l'on appellera " le Gars" , le chef des Chouans a tout du chevalier sans peur mais c'est un ennemi à abattre pour Corentin, l'espion au service de Fouché, et Hulot, l'officier bougon au service de Madame de Verneuil, et du premier consul.
Même en dépit des remarques incisives et désobligeantes sur les Bretons de cette
région, que j'attribue à de la méconnaissance et au mépris de cette culture, et je mets donc mon chauvinisme de côté pour applaudir le jeune Balzac qui nous a délivré là un splendide roman d'aventures!
Guérilla, noces de sang. Envoûté!



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
Tempuslegendae
  02 décembre 2012
Il m'a toujours plu de dire que BALZAC a été un enfant des Lumières, avant de lui concéder comme il se doit sa véritable place dans Les Lettres du XIXème siècle. Ma petite remarque n'est pas tout à fait fausse: l'écrivain est bien né en 1799, et il a bien publié dans sa trentième année son oeuvre gigantesque «Dernier chouan ou la Bretagne en 1800»: tout ceci n'est pas anodin, l'histoire qu'il raconte fait bien partie du siècle éclairé de l'Ancien Régime…
De plus, lorsqu'on parle des guerres de Vendée et de la Chouannerie, on ressent très fort l'investissement que notre Grande Histoire occupe encore aujourd'hui. C'est l'émulsion en France, les émeutes vendéennes prennent un virage aigu, et s'étendent à la Bretagne après la «virée de Galerne».
Tous les ingrédients seront avalés par la plume d'Honoré (plume au chapeau s'il vous plait).
S'appuyant sur une documentation précise et approfondie, l'auteur multiplie les notations qui visent à donner au temps et au lieu de l'action une réalité historique. «Ici, le pays est le pays, les hommes sont les hommes». Prodigieux, mêlant l'évocation ponctuelle à l'explication d'ensemble, BALZAC se forge à la technique du roman historique, dont Walter SCOTT est alors pour lui le représentant reconnu et admiré.
Paysans misérables, ignorants, superstitieux, les Chouans sont «baptisés», ils appartiennent à une contrée dont l'Honoré du texte souligne l'«incurie industrielle», à un monde où les passions exacerbées s'expriment avec une violence immédiate: «C'était des sauvages qui servaient Dieu et le Roi à la manière dont les Mohicans font la guerre».
Ne soyons pas contraires, BALZAC a tenté dans "Les Chouans" de retracer «l'esprit d'une époque», d'élaborer par la même occasion un nouveau roman historique qui inclut dans une même trame les événements de l'histoire, la poésie, le drame et la tragédie. L'oeuvre dont le pôle est l'année de sa naissance, aide à la compréhension de la période d'ensemencement littéraire; elle favorise à installer le monde contemporain de la comédie humaine dans une charnière purement historique, où les luttes d'intrigues l'emportent sur les victoires guerrières, les traîtres sur les héros et le roman sur l'épopée.
A mon humble avis, BALZAC a tous les atouts pour se proclamer «père littéraire» du roman historique contemporain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Tatooa
  01 novembre 2017
Balzac n'est pas un auteur facile à lire pour moi. (Contrairement à Dumas, par exemple).
J'ai quelques bons souvenirs pourtant avec lui, comme "Le père Goriot", eût égard à la puissance de ses personnages.
Dans ce livre, est-ce la jeunesse de l'auteur quand il l'a écrit, j'ai trouvé ses personnages principaux, Marie de Verneuil et le marquis Alphonse (en plus, j'aime pas ce prénom, lol) de Montauran, assez pâles, fâlots, Marie étant de surcroît une girouette qui m'a donné envie de lui fiche des baffes tout du long. Je sais que c'est le summum de l'héroïne romantique, mais trop exagérée pour être crédible. Trop maniéré, un style parfois difficile à encaisser, des phrases longues, des descriptions laborieuses... Ajoutons un parti pris pour les républicains et une intrigue mièvre au possible (bien que dramatique), là, c'est complet pour moi, n'en jetez plus, mdr !
Ce qui sauve ce bouquin ce sont, au final, tous ses personnages secondaires. Corentin, le commandant Hulot, Marche-à-terre, Pille-miche, la "mère" de Gua, ET les nombreuses scènes de batailles ou de traquenards, ouf ! L'un dans l'autre j'ai apprécié, la fin étant un peu plus accrocheuse. Mais ce fut un rude combat que de passer les 300 premières pages ! Mdr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
filippo
  12 juin 2017
Inspiré du ivanhoé de Walter Scott, qu'il venait de traduire, Les Chouans est le premier véritable grand roman balzacien. L'auteur emblématique du réalisme fait le pari d'inscrire une passion amoureuse comme épine dorsale d'un roman historique, qui plus est entre le chef des Chouans, le marquis de Montauran, et Marie de Verneuil, espionne de la République envoyée pour le perdre. Balzac s'efforce de rester le plus fidèle possible aux événements (il s'inspire d'un fait historique de 1798) et surprend par son habileté à se glisser dans la peau et surtout dans la tête d'une femme déchirée entre l'amour de son pays et l'amour qu'elle porte à son amant, qui est en même temps sa cible. le personnage de Marie de Verneuil est particulièrement soigné, doux mélange de force et de faiblesse hésitant constamment entre les deux camps. Les digressions de l'auteur sont nombreuses, essentiellement pour décrire les différents protagonistes de son récit, et la physiognomonie va bon train. L'autre point fort du roman, c'est une tension dramatique qui ne faiblit jamais (René Guise souligne à juste titre le fait que le roman est clairement organisé en 5 actes comme toute tragédie qui se respecte), même quand l'auteur s'éloigne un peu trop de son fil directeur. Un grand roman à redécouvrir, car trop souvent éclipsé par le père Goriot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Meps
  12 décembre 2015
Pour lire Balzac, deux chemins principaux peuvent être empruntés. Celui qu'il a lui même tracé en classifiant ses ouvrages au sein du grand ensemble qu'est la Comédie Humaine. Ou, comme pour tous les auteurs, la voie chronologique, en partant du premier ouvrage écrit.
J'avais d'abord choisi cette seconde manière, il y a bien longtemps, quand j'ai voulu m'attaquer au monument qu'est l'oeuvre globale de cet auteur et je m'étais donc attelé à la lecture des Chouans, premier roman officiel De Balzac. J'avais vite abandonné ma lecture, lassé d'emblée par une scène d'exposition lourde et longue. Plus tard j'ai ensuite repris ma lecture en prenant l'ordre balzacien, qui m'a plus convenu.
Pour répondre au critère d'un challenge littéraire, j'ai fait une entorse à ce choix et me suis donc ré attelé à la lecture des Chouans, avec évidemment l'appréhension de ma jeunesse déçue. Je me suis rendu vite compte de mon impatience passée, la scène d'entame n'étant finalement pas si terrible.
On dit que Balzac a un peu renié ses romans de jeunesse, qu'il les considère moins réussi que les suivants, les grandes oeuvres qui font la base de la Comédie Humaine, tels Illusions perdues, le Lys dans la Vallée ou le Père Goriot. Je pense avoir compris ce que Balzac y renie, ce côté roman d'aventures, mêlant amour, combat, honneur.
Mais il a tort de minimiser la valeur de cette oeuvre, car on trouve déjà, parmi tous ces rebondissements, la patte de l'auteur plus mur qu'il deviendra. La peinture de son époque, des caractères des personnages, des moeurs de son temps est tout aussi précieuse ici que dans d'autres livres de la grande oeuvre. le divertissement qu'offre les péripéties intermédiaires ne vient pas atténuer cette valeur... Elle peut au contraire séduire un plus grand nombre de lecteurs, et aurait dû intéresser mon "moi" plus jeune, si j'avais eu plus de persévérance...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
Cer45RtCer45Rt   07 juillet 2018
En 1827, un vieil homme accompagné de sa femme marchandait des bestiaux sur le marché de Fougères, et personne ne lui disait rien quoiqu'il eût tué plus de cent personnes, on lui rappelait même point son surnom de Marche-à-Terre ; la personne à qui l'on doit de précieux renseignements sur les personnages de cette scène, le vit emmenant une vache de cet air simple, ingénu qui fait dire : -voilà un bien brave homme !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cer45RtCer45Rt   07 juillet 2018
Quand les passions arrivent à une catastrophe, elles nous soumettent à une puissance d'enivrement bien supérieure aux mesquines irritations du vin ou de l'opium.
Commenter  J’apprécie          40
Cer45RtCer45Rt   07 juillet 2018
Quoiqu'il eut en apparence traité fort légèrement Mlle de Verneuil et fait croire que sa passion pour elle était un caprice, il venait par un sentiment d'orgueil de franchir un espace immense. En avouant cette femme, il trouvait son honneur intéressé à ce qu'elle fut respectée.
Commenter  J’apprécie          10
Cer45RtCer45Rt   07 juillet 2018
-Pauvre Alphonse, où crois-tu donc que je t'aie mené, demanda-t-elle en tremblant.
-Au bonheur.
-A la mort.
Commenter  J’apprécie          20
Cer45RtCer45Rt   07 juillet 2018
Vous le voyez : il faut employer les intérêts particuliers pour arriver à un grand but. Là sont tous les secrets de la politique.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Honoré de Balzac (88) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
Une oeuvre en 15 minutes, Balzac, Le Colonel Chabert
Je vous présente dans cette vidéo Le Colonel Chabert de Balzac. Un petit résumé de l'oeuvre ainsi qu'une mise en contexte historique et un rapide aperçu des enjeux littéraires.
autres livres classés : chouansVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
499 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre
. .