AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3.6/5   15 notes
Résumé :
John Melmoth est le héros mythique du roman de Charles Robert Maturin : Melmoth ou l’homme errant, auquel Satan a donné d’immenses pouvoirs en échange de son âme. Il arrive au moment où le caissier de Nucingen, Castanier, presque ruiné par sa maîtresse, Aquilina, s’apprête à détourner une grosse somme à des fins personnelles.
Melmoth propose à Castanier de lui acheter son âme et il lui donne un second rendez-vous où il lui livrera un secret qui lui pèse : la ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

Castanier, est un militaire du Premier Empire à la retraite, qui est désormais caissier/comptable chez Nucingen, un gros banquier de Paris. Son métier est terne, horriblement insipide, il travaille en sous-sol, dans une cave trop chauffée... Il mène sa vie ordinairement, banalement. Il s'est marié à la va-vite lorsqu'il était militaire en fonction, sur un coup de tête après une fête, et épousa une femme qu'il croyait bien disposée financièrement mais il n'en était rien. Il délaissa totalement sa femme qu'il isola dans une petite maison à Strasbourg. Castanier a cinquante ans, chauve, un peu gros, il suffoque quand il monte les escaliers, pas d'enfants, un métier sans intérêt. Afin de redonner un peu de saveur à sa vie, il s'attacha à une prostitué si bien qu'il partageait avec elle son foyer. La prostitué gouta à la vie bourgeoise et mondaine en arrêtant la prostitution et en vivant sur le dos de Castanier qui gagnait honnêtement sa vie mais sans plus. Sans pour autant avoir l'esprit vénal, elle jouissait innocemment des petits plaisirs matériels de la vie sans se soucier de l'origine de l'argent qui lui semblait tomber naturellement du ciel, de la poche de Castanier. Castanier s'endetta pour maintenir son train de vie, puis à bout de souffle, trop fier pour abandonner ses artifices et tout assumer, continua ses petites manoeuvres et imita la signature de son banquier, Monsieur Nucingen sur lettre de change pour un gros montant. Au moment même ou il signait la fausse lettre de change, le diable apparut soudain en lui disant qu'il savait ce qu'il était en train de faire. Castanier crut à un mauvais rêve, continua sa vie et un soir où il se décide d'aller au théâtre,

il découvre que sa maitresse-ex-prostitué le trompe, et en plus l'assume sans gêne, soumettant Castanier en lui rappelant qu'il n'était rien, au vu de son physique, de son âge. Les deux vont tout de même au théâtre, puis le diable réapparut, s'assied, à côté de Castanier, puis, par une sombre magie noire, le diable modifia la scène de théâtre par son seul pouvoir. La nouvelle pièce de théâtre montrait l'avenir tragique et pittoresque qu'allait subir Castanier. Cet avenir était qu'il allait surprendre l'amant de sa femme dans le placard de sa chambre et qu'il finirait très vite en prison pour sa fausse lettre de change. le tragicomique du théâtre faisait rire tout le monde, sauf Castanier qui était terrorisé à la fois de son propre avenir et du pouvoir surnaturel du Diable. Face au mur, désespéré, Castanier résolut de vendre son âme au diable. Grand bien lui fasse sur le coup, en peu de temps, il sait tout, voit tout, possède tout ou peut tout posséder, il peut même voler, se téléporter presque d'un endroit à un autre. Il prend alors sa revanche sur sa maitresse, ex-prostitué qui le trompait, sur l'amant, et même sa domestique qu'il prit un malin plaisir de congédier avec mépris. C'était alors un sur-homme, mais sans coeur, il avait tout dans la sphère matériel, dans l'extérieur mais plus rien à l'intérieur. Comme le dit Balzac, il avait à ce moment précis "l'horrible mélancolie de la suprême puissance". Il cherche, sans savoir ce qu'il veut rechercher, il cherche l'inconnu alors qu'il sait tout. Il revient voir son Maître, le diable qui lui avait proposé le pacte. Grande surprise, le Diable n'est plus, il s'est repenti, il a converti son âme pécheresse sous les yeux ébahis des prêtres, avant de mourir en paix. Ce diable était un irlandais, simple mortel à l'origine, qui comme Castanier a subi la même malédiction que lui. Mais alors comment cet irlandais a pu s'extirper de cette malédiction ? Très simplement, en transmettant sa malédiction à un autre. Par intuition, Castanier avait compris cela, il ne lui restait plus qu'à agiter l'hameçon et à trouver le poisson. Quoi de mieux que d'aller à la Bourse de Paris, de tomber sur un boursicoteur désespéré, en quasi-faillite, la rage de vaincre et la peur de tout perdre, qui succomba assez facilement au pacte proposé par Castanier. Une fois la malédiction transmise, Castanier put reposer en paix, et mourut quasi immédiatement, en ayant tout juste le temps d'appeler des prêtres avant sa mort pour mieux le bénir avant de rejoindre les cieux. Balzac exprime sincèrement à travers cette nouvelle, sa volonté de réinstaurer la foi dans une société qui n'a que comme principe l'argent.

Commenter  J’apprécie          30

Un petit Balzac pendant les vacances pour ne pas perdre la main !

Après le colonel Chabert et la cousine Bette, changement radical d'orientation : le premier conte narre les aventures d'un caissier qui, ne pouvant plus soutenir la vie que lui impose sa maîtresse, fait un pacte avec le diable pour s'en sortir.

Texte philosophique et spectateur de la vie d'un homme semblable à tant d'autres, Melmoth réconcilié revient sur la conception des plaisirs et sur notre recherche de l'inaccessible ; le thème de l'avidité et du nombre de personnes prêtes à vendre leur âme pour obtenir ses plaisirs interdits sont également évoqués ; mais le point clef du roman est sans doute la mise en bourse de ce pouvoir de demi-dieu...Comme quoi, que ce soit hier ou aujourd'hui, tout s'achète !

La deuxième partie du livre, à savoir la Maison Nucingen, dévie du tournant fantastique pris par Melmoth, mais reste relié par le thème de la banque omniprésent.

La Maison Nucingen débute par un dîner entre deux amis qui écoutent derrière la faible cloison les discussions de quatre autres personnes dinant elles-aussi, et dont le discours porte sur un proche du baron Nucingen ayant acquit récemment une immense fortune.

Discours rapporté à l'intérieur d'un autre discours rapporté, le genre de narration est amusant puisque l'on pénètre peu à peu les différents "étages" sans s'en rendre compte, en plongeant toujours plus avant dans la vie du personnage choisi en oubliant le narrateur.

Ode aux banquiers qui, par quelques manoeuvres efficaces ont réussi à obtenir une faramineuse fortune, et qui réussissent à tromper bourgeois et nobles par de simples rumeurs non commentées, La Maison Nucingen étonne par son côté actuel et intemporel : un tel récit pourrait aisément être substitué à certaines histoires du XXIème siècle...

Commenter  J’apprécie          20

Melmoth pourrait trouver sa place dans mon classement mental auprès de l'Elixir de Vie, de l'Auberge Rouge, El Verdugo et la Vendetta, dans un registre fantastique, presque romantique, avec des apparitions surnaturelles alors qu'avant de me lancer dans cette aventure, j'avais plutôt l'idée préconçue d'un auteur décrivant avec réalisme les rouages de la société du début du 19ème siècle

Ces apparitions sont d'autant plus surprenantes que le récit se place d'abord sur un terrain très prosaïque.  le héros Castanier est caissier dans la banque Nucingen ; décoré de la Légion d'Honneur, ancien chef d'escadron sous l'Empereur ; on imagine le caissier à longueur de journée enfermé dans sa loge grillagée.Si le caissier a de l'imagination, si le caissier a des passions, ou si le caissier le plus parfait aime sa femme, et que cette femme s'ennuie, ait de l'ambition ou simplement de la vanité, le caissier se dissout.

Fouillez l'histoire de la caisse? Vous ne citerez pas un seul exemple du caissier parvenant à ce qu'on nomme une position....

Mais qui manipule tant d'argent peut avoir des tentations...notre civilisation qui, depuis 1815, a remplacé le principe Honneur par le principe Argent

L'action commence justement au moment où Castanier s'apprête à céder l la tentation de commettre un faux, puiser dans la caisse et  s'enfuir. Surgit alors John Melmoth, un Anglais mystérieux. Ce curieux personnage semble suivre ou précéder Castanier, deviner ses pensées, l'accompagner. Melmoth représente-t-il le Diable ou la Conscience de Castanier? Va-t-il faciliter sa fuite à l'étranger ou au contraire le forcer à réparer la faute?

Pendant un bon moment la lectrice hésite entre ces deux idées (je ne vous donne pas la solution, ce serait gâcher le plaisir de lire

Pendant plusieurs pages, l'auteur laisse le lecteur dans l'expectative et en profite pour présenter d'autres aspects de la vie parisienne, les femmes entretenues, le théâtre...certains détails nous font basculer dans le fantastique, désorientent un peu le lecteur, mais pas trop.Tout s'emballe vers la fin, Castanier se métamorphose. L'étrange colonise le roman

"....commeLes sciences furent pour Castanier ce qu'est un logogriphe pour celui qui en sait le mot"

Qu'est ce que ce "logogriphe"?

Brusquement on quitte l'univers de la Comédie Humaine pour Faust. Mais Faust chez les banquiers, à la Bourse.

Je vous laisse découvrir la fin délirante ironique et drôle

.Evidemment un indice est donné par le choix du titre Melmoth est  sans doute inspiré de Melmoth ou l'Homme Errant de Charles Robert Maturin, roman gothique anglais paru en 1820. Quand j'ai lu la nouvelle De Balzac, je l'ignorais; peut être une certaine naïveté (ignorance) augment l'effet de surprise?


Lien : http://netsdevoyages.car.blog.
Commenter  J’apprécie          30

Il faut de bonnes raisons pour vendre son âme au diable, mais elles sont toutes liées à l'argent. C'est l'argent qui est le tentateur, plus que le démon lui-même : le personnage principal est le caissier d'un grand banquier, il détourne de l'argent et se rend à la bourse trouver des spéculateurs. Mais la quête de l'argent a un but : séduire les femmes - autres démons dans ce texte. Il faut de l'argent pour les entretenir, comme Castanier avec sa maîtresse, pour les séduire comme le jeune clerc à la fin, pour les distraire, et pour réussir à coucher avec elle comme Castanier avec la servante...

Vendre son âme au diable pour l'argent donc, qui permet d'acheter les femmes. Mais devenir un démon dégoûte de l'âme humaine en révélant toute la bassesse et les vices.

Un court texte fantastique De Balzac qui, sur un thème rabattu, réussit à être original et surprenant.

Je passe cependant sur le fait que le personnage principal, Castanier, porte presque le nom d'un ministre, ce qui m'a un peu déconcentré au début...

Commenter  J’apprécie          30

Le caissier Castanier, au moment où il s'apprête à partir pour l'étranger avec une très grosse somme d'argent dérobée à sa banque, reçoit la visite de John Melmoth, le héros mythique du roman de Charles Robert Maturin, Melmoth ou l'homme errant, ayant reçu de Satan des pouvoirs illimités en échange de son salut éternel. Usant de ses dons surnaturels lors d'une seconde rencontre, celui-ci persuade Castanier que son forfait est découvert et que sa seule ressource est d'hériter des pouvoirs et de la malédiction attachés au pacte. le caissier accepte et devient désormais capable de satisfaire tous ses désirs, mais il n'aspire plus qu'à la seule chose qui lui soit interdite : être auprès de Dieu pour l'éternité. La mort édifiante de Melmoth le convainc qu'il doit, à son tour, se débarrasser du pacte. Ce dernier, circulant parmi les habitués de la Bourse, se dévalue en passant de main en main et échoue dans celles d'un clerc de notaire que ses excès sexuels conduisent au tombeau.

Commentaire reproduit.

PERSONNAGES

– AQUILINA : appelée aussi Mme de la Garde ; courtisane reparaissant dans La Peau de chagrin et, plus discrètement, dans Une fille d'Eve.

– Charles CLAPARON : homme d'affaires et usurier, dont les activités sont surtout décrites dans César Birotteau.

– EUPHRASIE : autre courtisane, compagne de roman pour Aquilina.

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Sa grande débauche fut donc, en quelque sorte, un déplorable adieu à sa condition d’homme. Il se sentit à l’étroit sur la terre, car son infernale puissance le faisait assister au spectacle de la création dont il entrevoyait les causes et la fin. En se voyant exclu de ce que les hommes ont nommé le ciel dans tous leurs langages, il ne pouvait plus penser qu’au ciel. Il comprit alors le desséchement intérieur exprimé sur la face de son prédécesseur, il mesura l’étendue de ce regard allumé par un espoir toujours trahi, il éprouva la soif qui brûlait cette lèvre rouge, et les angoisses d’un combat perpétuel entre deux natures agrandies.Il pouvait être encore un ange, il se trouvait un démon.
Commenter  J’apprécie          30
Si le caissier a de l’imagination, si le caissier a des passions, ou si le caissier le plus parfait aime sa femme, et que cette femme s’ennuie, ait de l’ambition ou simplement de la vanité, le caissier se dissout. Fouillez l’histoire de la caisse ? vous ne citerez pas un seul exemple du caissier parvenant à ce qu’on nomme une position.
Commenter  J’apprécie          10
L'amoureux allait et venait devant les fenêtres de madame Euphrasie, comme vont et viennent les ours blancs dans leur cage, au Jardin-des-Plantes. Il avait sa main droite passée sous son gilet, sur le sein gauche, et voulait se déchirer le cœur, mais il n'en était encore qu'à tordre les élastiques de ses bretelles.
Commenter  J’apprécie          10
Ce que je trouve beau dans Bixiou, c'est qu'il est complet : quand il ne raille pas les autres, il se moque de lui-même.
Commenter  J’apprécie          10
Il n'y a rien de moins respecté que la mort, peut-être est-ce ce au'il y a de moins respectable ? ...
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Honoré de Balzac (134) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
[…] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […]
On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […] (Roland Jaccard.)
0:00 - Joseph Joubert 0:09 - Mark Twain 0:29 - Jonathan Swift 0:43 - Giovanni Papini 0:57 - François George 1:20 - Honoré de Balzac 1:33 - Marcel Proust 1:46 - Paul Valéry 1:59 - Nicolas de Chamfort 2:09 - Sigmund Freud 2:23 - Oscar Wilde 2:38 - Pierre Loti 2:54 - Jerry Lewis 3:06 - Milan Kundera 3:40 - Pie XII 3:53 - Remy de Gourmont 4:07 - Jacques Bainville 4:19 - François Bott 4:36 - Johann Nestroy 4:46 - Générique
Vous aimerez peut-être : DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #3 : https://youtu.be/A6¤££¤73DictionnaireDuParfaitCynique69¤££¤ DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #2 : https://youtu.be/ER32fi_Jcn0 NI ANGE NI BÊTE : https://youtu.be/aBUASQxO9z4 S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL... : https://youtu.be/bHCEHBhdLLA LES CHIENS CÉLESTES : https://youtu.be/zZ-0H1qTlJg PETITE FOLIE COLLECTIVE : https://youtu.be/Ge4q_tfPWjM AD VITAM AETERNAM : https://youtu.be/YjvEBidvMXM QUE SUIS-JE ? : https://youtu.be/sbWh58UeGvE LA LUCIDITÉ POUR LES NULS : https://youtu.be/mMXwZq9N2kk Philosophie : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8pT0¤££¤48LA LUCIDITÉ POUR LES NULS79¤££¤9ptGAv
Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982.
Images d'illustration : Joseph Joubert : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Joubert_(moraliste)#/media/Fichier:Joseph_Joubert.jpg Mark Twain : https://theysaidso.com/quotes/author/mark-twain/ Jonathan Swift : https://www.sciencephoto.com/media/228587/view/jonathan-swift-english-author Giovanni Papini : https://catalogo.beniculturali.it/detail/HistoricOrArtisticProperty/0900118123#lg=1&slide=0 François George : https://www.cultura.com/p-alceste-vous-salue-bien-3179668.html Honoré de Balzac : https://www.librairielaliberte.com/balzac-le-journalisme-comme-sciences-des-moyens Marcel Proust : https://www.humanite.fr/culture-et-savoirs/litterature/il-avait-tout-pour-finir-dans-l-oubli-et-marcel-proust-devint-un-ecrivain-national-7
+ Lire la suite
autres livres classés : 19ème siècleVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
905 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre