AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne-Marie Meininger (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070373606
Éditeur : Gallimard (04/03/1982)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Nous sommes au Havre. Un négociant part refaire sa fortune dans les mers du Sud en laissant derrière lui la plus exquise des filles, Modeste Mignon. Modeste entretient une correspondance avec un écrivain célèbre, Canalis, poète élégiaque et carriériste bigot, à travers lequel Balzac ne s'est pas gêné pour décocher quelques traits à Lamartine et Vigny. Mais c'est le secrétaire de Canalis, Ernest de la Brière, qui répond aux lettres et devient amoureux fou de Modeste.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ansea
  06 juin 2017
Je continue ma lecture des Scènes de la Vie Privée de la Comédie Humaine. Modeste Mignon est un roman très intéressant tant d'un point de vue psychologique qu'historique. Historique car il permet de bien se plonger dans le contexte des années 1840, contexte politique mais aussi classes sociales (ici la bourgeoisie, la noblesse et la haute noblesse qui est sur le déclin). L'autre intérêt est l'évolution de la situation de Modeste, jeune fille ayant connu la richesse mais plongée dans une situation précaire. Dotée d'un fort caractère, intelligente et dotée de certains principes, sur un coup de tête elle décide d'écrire à un poète à la mode qu'elle idéalise. La suite de l'histoire (je n'en dis pas plus), le bon sens de son père et le dévouement de son ami Butcha lui permettront de découvrir la véritable nature des trois prétendants qui l'entourent. Balzac analyse très finement les caractères et les intentions de ses personnages, ce roman connaît des rebondissements, le tout écrit dans un très beau style. A lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ninochka
  17 janvier 2014
J'ai adoré ce texte De Balzac, et c'est l'un de mes préférés de cet auteur. J'écris cet avis sur le souvenir qu'il me reste de cette lecture, faite il y a plusieurs mois. Quand je l'avais vu en téléchargement gratuit en ebook, je n'ai pas hésité un instant à le prendre. C'est un de ces livres que je n'ai choisi que pour son auteur et son titre, n'ayant pas eu accès au résumé avant de m'y lancer. Mais, le simple fait qu'il soit De Balzac était rempli de promesses, qu'il a fait plus que tenir.
On commence par découvrir le cadre provincial, la maison du Havre, la famille de Modeste, son entourage et leur histoire. Comme toujours, Balzac nous offre de magnifiques descriptions, qui permettent d'apprécier le style de l'auteur.
Modeste est une jeune fille, en âge de se marier – du moins, pendant la plus grande partie du roman – pleine de qualités, que je vous laisse découvrir et qui la rendent attachante. C'est une jeune fille romanesque, ce qui provoquera nombre de situations auxquelles elle sera confrontée.
Je savais, avant de l'avoir lu, mais peut-être avais-je oublié ou laissé dans un coin de mon esprit cette information, que Balzac reprenait ses personnages d'un ouvrage à l'autre. Mais, c'est ce texte qui m'a permis d'en prendre conscience. D'une part, du fait de la présence de Gobseck, qui a un livre qui lui est consacré (que je n'ai pas lu, mais dont le titre m'était déjà connu). Mais, c'est la mention de la « maison Nuncigen » qui m'a frappée en la matière, d'autant que j'avais terminé peu de temps auparavant "Le père Goriot".
De nombreux personnages gravitent autour de Modeste et apportent leur pierre à l'histoire.
Je m'attendais à aimer cette lecture, et je ne m'étais pas trompée. Ce qui n'a pas empêché ce texte de me surprendre agréablement
Lien : http://luniversdunratdebibli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
keisha
  12 février 2010
Le Havre, 1829. Modeste Mignon mène une vie calme et protégée avec sa mère et les Dumay. Son père, ruiné, est parti en Asie tenter de faire fortune. Sa soeur, "séduite et abandonnée" est morte et cette destinée pèse sur le quotidien de Modeste qui ne doit surtout pas connaître le même sort. Elle a déjà vu un prétendant s'enfuir à l'annonce de sa ruine, mais elle rêve et lit... Surtout de la poésie. Elle se procure l'adresse du poète Melchior de Canalis et lui écrit sous le pseudonyme de O. d'Este-M...
Canalis, qui est protégé depuis 10 ans par Madame de Chaulieu, ne s'intéresse pas à la lettre et laisse son secrétaire, Ernest de la Brière, entamer sous son nom une correspondance avec Modeste.
Ce qui devait arriver arriva : les deux jeunes gens tombent amoureux par lettres interposées.
Le père de Modeste revient. Il se retrouve avec deux prétendants au poste de gendre, Canalis, donc, plutôt imbu de sa personne et chercheur de dot, Ernest, amoureux transi et sincère, auxquels se joint un troisième larron, le Duc d'Hérouville, noble et désargenté.
Lequel Modeste va-t-elle choisir?
Balzac est un de mes chouchous depuis très longtemps, mais là j'ai eu parfois un peu de mal au début. Trop de romantisme, des opinions sur la place de la femme ou la supériorité des français qui datent beaucoup (je remets cela dans le contexte, quand même) et puis des phrases comme celles-ci font sourire aujourd'hui : "Ses lèvres pâles comme son teint indiquèrent une convulsion domptée par l'énergie bretonne." et "Quand un Provençal s'exalte, tout chez lui devient naturel en fait de sentiment."
Cependant, en dehors de l'histoire romantique qui plaira à certains petits coeurs (dont le mien) existent des considérations intéressantes sur l'art et son utilité. Modeste est une héroïne qui ne se satisfait pas du destin de la jeune fille de l'époque face au mariage (même si bien sûr son mariage d'amour lui offrira une vie qui ne bousculera pas les traditions). Elle ne voulait pas épouser "un de ces hommes ordinaires, à vertus positives, d'une moralité sûre, qui plaisent aux parents" mais elle saura tout de même démêler le vrai du faux. Et bien sûr, Balzac reste à son meilleur côté ironie et peinture de la société, il dévoile les hypocrisies, et ses descriptions (non, pas trop longues, mais nécessaires) peuvent être un vrai régal.
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcel
  19 février 2017
J'ai trouvé que la situation initiale de la ravissante héroïne était bien compliquée, voire franchement artificielle, entre revers de fortune et drames familiaux. Ce n'est pas totalement invraisemblable, car les retournements politiques et économiques du début du XIXe siècle sont assez nombreux pour rendre possible n'importe quel renversement. Mais cela sent un peu son dispositif. Toutefois, cela a le mérite d'évoquer un petit cercle de familiers (le couple de notaires, le nain, la mère aveugle, la femme de chambre, etc.) tout à fait réussis dans leurs diverses manies et très attachants.
Quant aux amours de Modeste, ils se décomposent en deux étapes : une longue correspondance au ton exalté, mais avec un beau quiproquo sur l'heureux élu, et une confrontation avec rien moins que trois prétendants. Là encore, c'est un peu artificiel et la correspondance m'est un peu passée au-dessus de la tête. En revanche, la cour faite à Modeste par un jeune duc, un peu falot mais bien sympathique, un poète égoïste, mais quand même tout à fait brillant, et un jeune noble, timide mais ténébreux, est un beau morceau de bravoure, entre scène de théâtre et hommage à la galanterie du XVIIIe siècle. Les rivaux ne se ménagent pas les piques et il y a de jolies passes d'arme.
Et Modeste ? J'avoue avoir eu du mal à m'y attacher. Sa personnalité ne paraît pas très ferme ni très sympathique. On sent bien que Balzac a voulu signifier qu'il fallait éviter que les jeunes filles aient trop d'esprit, mais il me semble aussi qu'il a voulu ménager le suspense du roman en la posant tour à tour face à chacun de ses prétendants. À elle les beaux dialogues, les mouvements d'humeur, les railleries et les bons mots ! Il s'est encore une fois fait dépassé par une de ces héroïnes (et ça, c'est bien).
Je dois dire enfin que c'est un roman très sympathique, car il n'y a pas de vrai méchant tirant les ficelles, ni non plus de vrai perdant ou de malheureux à la fin. Tout le monde semble y trouver son compte et ça fait du bien. Et un passage très drôle raconte l'effet produit sur les jeunes filles par la lecture des poètes échevelés.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cyan
  24 juillet 2017
(...)
Ce qui m'a le plus frappée dans cette lecture, c'est à quel point la condition des femmes au 19e siècle était intenable. Bien sûr, je savais que la société très codifiée de l'époque ne leur laissait que très peu de liberté, mais c'est encore plus visible ici. Je ne sais pas qui est le plus misogyne, des personnages ou de l'auteur, quoi qu'il en soit la description de certaines choses ou les réflexions des uns ou des autres m'a souvent choquée et profondément indignée. Les femmes étaient beaucoup moins libres en 1823, période où se déroule cette histoire, que dans les époques précédentes. Et bien sûr, Balzac fait en sorte que ce soit un homme qui ait raison sur presque tout. C'est bien connu, les hommes sont infaillibles et les femmes ne savent pas se servir de leur tête… Inutile de dire que je me suis beaucoup énervée pendant ma lecture…
Reconnaissons cependant à l'auteur qu'il a su se mettre au moins en partie dans la tête de son héroïne. Les pensées et les désirs d'une jeune fille pratiquement séquestrée sont plutôt bien décrits et exprimés, même si le ton reste paternaliste et condescendant assez souvent et qu'il sombre parfois dans l'ironie. L'aspect psychologique est bien mené et le comportement des personnages est cohérent.
La plume quant à elle est très belle et très fluide. On est dans le haut de gamme, mais ça reste accessible. Je lui reprocherai quant à moi d'être extrêmement bavarde, même quand il y a peu à dire sur une situation. J'ai trouvé qu'il y avait pas mal de longueurs, en particulier au début. L'auteur parvient néanmoins à susciter de nombreuses émotions, parfois contradictoires, chez son lecteur et ce qui est raconté ne laisse pas indifférent.
Une lecture que j'ai trouvée intéressante et dont j'ai apprécié le style, même si ce roman n'est pas (de loin) mon favori De Balzac. Si vous voulez découvrir l'auteur, ce n'est pas forcément celui que je conseillerai pour commencer, mais il a l'avantage d'être assez court pour ne pas être décourageant.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
NinochkaNinochka   25 octobre 2013
Le toit s'avance de plusieurs pieds. Une jolie galerie découpée règne au premier étage, et une véranda projette sa cage de verre au milieu de la façade. le rez-de-chaussée se compose d'un joli salon, d'une salle à manger, séparés par le palier d'un escalier en bois dont le dessin et les ornements sont d'une élégante simplicité.
Commenter  J’apprécie          10
GamerDanGamerDan   15 mai 2016
Quel crime de lèse-million que de démontrer aux riches l'impuissance de l'or?
Commenter  J’apprécie          70
wentworth23wentworth23   09 novembre 2012
Quoique le malheur passe pour développer les vertus, il ne les développe que chez les gens vertueux.

Commenter  J’apprécie          40
NinochkaNinochka   25 octobre 2013
La mélodie est, à la musique, ce que l'image et le sentiment sont à la poésie, une fleur qui peut s’épanouir spontanément.
Commenter  J’apprécie          10
wentworth23wentworth23   09 novembre 2012
Les hommes pour se marier jouent autant de rôles que les mères en font jouer à leurs filles pour s'en débarrasser.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Honoré de Balzac (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
J1| L?Opéra national de Paris invité d?honneur chez Balzac avec L?opéra Trompe-La-Mort | Maison... .http://maisondebalzac.paris.fr/fr/week-end-festif-des-25-et-26-fevrier-2017
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
456 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre