AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070344840
384 pages
Gallimard (14/06/2007)
3.63/5   23 notes
Résumé :
Dinah de La Baudraye (née Dinah Piédefer), épouse de Jean-Anastase-Polydore Milaud de La Baudraye dans la Muse du département et poétesse locale considérée comme bas-bleu, qui signe ses écrits du nom de « Jean Diaz », vient de soumettre au poète Raoul Nathan une nouvelle : Le Prince de la bohème. Les protagonistes du texte sont l’ex-danseuse Tullia (Balzac), (Claudine Chaffaroux), un de ces rats qui se vendent pour survivre à divers protecteurs.
C’est son his... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
monocle
  28 février 2021
Dinah de la Baudraye raconte une histoire à l'écrivain Raoul Nathan.
Une ancienne danseuse, Claudine, pourtant mariée s'éprend d'un être tout à fait loufoque, La Palférine surnommé le prince de la Bohême.
Balzac aurait fusionné des fragments provenant de trois autres manuscrits pour écrire à "la va vite" cette nouvelle qui lui était commandée par la Revue Parisienne en 1840. le texte ne fut édité que six ans plus la tard par le regroupement Furne"
Qu'en penser. Dans mon parcours avec cet auteur il s'agit sans doute du texte le plus indigérable !



PERSONNAGES
– Comtesse Dinah de LA BAUDRAYE : née en 1807, femme du monde et femme de lettres sous le pseudonyme de Jan Diaz, « femme supérieure » ou « bas-bleu » selon les époques et les points de vue. Héroïne de la Muse du département, (Furne, avril 1843), elle quitte son mari, et Sancerre, pour son amant Lousteau, et Paris. Arrivée enceinte en janvier 1837, elle y séjourne donc depuis trois ans quand elle rédige la nouvelle au centre d'Un Prince de la Bohème. En mai 1842, elle quitte Lousteau mais une dernière rencontre, l'année suivante, vient donner un second enfant à M. de la Baudraye charmé. Citée comme « femme restée à peu près honnête » par le narrateur de la Cousine Bette en septembre 1847.
– Comte Jean-François DU BRUEL : il a son origine dans Les Employés. On assiste ici à une ascension, programmée par Tullia, sur injonction de la Palférine - Vaudevilliste à la mode, sous le nom de Cursy, il se rallie à la Monarchie de Juillet et reçoit la Légion d'honneur, et devient pair de France.
– Raoul NATHAN : homme de lettres, « charlatan d'extérieur et de bonne foi » selon Mlle des Touches, Béatrix (mai, 1839).
– Claudine Chaffaroux, dite TULLIA (puis épouse du Bruel) : née en 1799, premier sujet de danse à l'Opéra de 1817-1827. Elle a la même origine textuelle que son mari, mais aura un passé tumultueux, illustré par sa liaison avec le duc de Rhétoré. Artiste célèbre, elle figure dans une douzaine de romans, depuis Un grand homme de province à Paris jusqu'à La Cousine Bette. On lui doit le premier titre de la nouvelle Les Fantaisies de Claudine, fantaisies dont du Bruel est la victime. Elle fatigue Palférine de son trop d'amour et prend la Croix du Sud pour une décoration.
– Comte Charles-Edouard Rusticoli de la PALFERINE (pour faire bref : il est doté de 7 prénoms) : né en 1812, grand séducteur, il envoûte outre Claudine, la comtesse Laginska dans La Fausse Maîtresse (Le Siècle, décembre 1841) et Béatrix de Rochefide dans la IIIe partie du roman qui porte son prénom (Le Messager, décembre 1844). Grand pourfendeur des bourgeois de 1830, il circule dans les récits, d'anecdote en anecdote, avec allure et insolence.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ElizaLectures
  27 novembre 2011
La Muse du département est une bonne suite à La Femme de trente ans. En effet, ce roman prolonge la réflexion De Balzac sur le type de la femme de province, malheureuse en mariage. Dinah Piédefer, après un passage en pensionnat à Paris, révèle son caractère et son ambition dès son plus jeune âge en choisissant d'épouser le baron de la Baudraye, réputé malingre et beaucoup plus âgé qu'elle. S'appuyant sur le nom qu'elle porte et le château d'Anzy, que son mari acquiert, elle décide de tenir un salon et réunit les plus beaux esprits et scientifiques de la province de Sancerre. Mais Sancerre n'est pas Paris et Dinah dépérit. Au moment où elle s'apprête à prendre un amant, aucun Sancerrois ne lui paraît mériter son premier amour. Seul un Parisien pourrait lui convenir ! Bien des années plus tard, Dinah finira par "monter à Paris", mais dans des conditions qu'elle n'aurait jamais imaginée et qui exigeront d'elle beaucoup de sacrifices.
Ce roman est émaillé de petites anecdotes sur d'autres personnages de la Comédie humaine. On y retrouve par exemple le médecin Horace Bianchon (que j'apprécie beaucoup parce qu'il revient très fréquemment dans les Balzac) et le journaliste Etienne Lousteau, tous les deux originaires de Sancerre et considérés comme les gloires de la ville. Ainsi qu'une soirée (un peu laborieuse à la lecture), où seront racontées des histoires d'adultère, pour effrayer Dinah. Celle-ci, bien que d'un caractère bien trempé, n'est pas épargnée par l'auteur, qui tourne subtilement en ridicule les prétentions de la baronne (tout est dans le titre !), tout autant que le mépris et l'admiration que lui portent respectivement les femmes et les messieurs de Sancerre. Balzac, par ses références nombreuses à George Sand, en l'opposant à toutes ces femmes qui se sont crues intellectuellement supérieures et prêtes à tenir des salons littéraires, voire écrire elles-mêmes, rend un hommage appuyé à la romancière (une pensée pour George).
La deuxième partie du roman, qui se passe à Paris, montre un renversement complet de la situation de Dinah et révèle ses qualités. Son orgueil et son ambition disparaissent dans l'humilité et l'amour passionné. On y retrouve Bianchon et Lousteau, et celui-ci, par la légèreté avec laquelle il exerce son métier de journaliste et nouvelliste rappelle l'ambiance évoquée autour de Lucien de Rubempré dans Illusions perdues, publié à peine quelques années auparavant. Malgré le peu d'empathie que j'ai éprouvé pour Dinah de la Baudraye, j'ai pourtant été frappée par sa grande force de volonté. Même dans les épreuves, elle suivra ses décisions envers et contre tout (et tous). Au final, un destin individuel très fort, dont je préfère ne pas révéler le dénouement !
Lien : http://wp.me/p1JIVF-5y
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PiertyM
  11 janvier 2017
Une petite histoire d'aventure amoureuse du genre, on n'aime que celui là qui ne vous aime pas
Commenter  J’apprécie          130
Laureneb
  05 juin 2019
Critique sur Un Prince de la Bohême.
Ce n'est pas la bohème d'Aznavour, les artistes pauvres dans les mansardes. Mais de jeunes nobles désargentés qui espèrent devenir ambassadeurs ou pairs de France, mais gâchent leurs talents en dîners mondains, sorties à l'opéra, promenades sur les boulevards, duels de vanité (et non d'honneur, ce n'est plus le XVIIème siècle, mais le XIXème), bons mots spirituels. Et forcément, ces jeunes gens sont des séducteurs inconséquents, poussés par leurs désirs et sans respect pour les femmes qui ne sont que des proies, abandonnées dès qu'elles se sont livrées.
Mais ici, le dandy inconséquent trouve une femme dévouée et passionnée prête à tout pour lui. Il y a un retournement de situation d'ailleurs, car alors que j'étais prête à compatir pour elle, Balzac la dégrade en la présentant comme une danseuse d'opéra, donc une femme facile finalement, qui manipule son mari pour servir son amant.
Une petite nouvelle, qui vaut donc surtout pour son début, la description de cette société de jeunes hommes légers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
njussien
  09 juin 2014
Dinah de la Baudraye, reine de beaut?? et reine d'esprit du Sancerrois, apr??s 9 ans de r??sistance en Province, succombe aux charmes d'??tienne Lousteau, journaliste parisien, venu flatter son ego en province. Enceinte, elle rejoint son amant qui l'avait oubli??e ?? Paris et se l'attache pendant quelques ann??es. Se rendant enfin compte qu'il ne l'a jamais aim??e, elle retourne chez son mari. On retrouve diff??rents th??mes d??j?? abord??s dans Illusions Perdues, Splendeurs et mis??res des courtisanes, ... en moins bien !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   26 février 2014
Le lecteur a fini par apprendre l'art. Jadis on ne demandait que de l'intérêt au roman ; quant au style, personne n'y tenait, pas même l'auteur ; quant à des idées, zéro ; quant à la couleur locale, néant. Insensiblement le lecteur a voulu du style, de l'intérêt, du pathétique, des connaissances positives ; il a exigé les " cinq sens " littéraires : l'invention, le style, la pensée, le savoir, le sentiment ; puis la critique est venue, brochant sur le tout. Le critique, incapable d'inventer autre chose que des calomnies, a prétendu que toute œuvre qui n'émanait pas d'un cerveau complet était boiteuse.

LA MUSE DU DÉPARTEMENT.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PiertyMPiertyM   11 janvier 2017
La femme est, selon moi, l’être le plus logique, après l’enfant. Tous deux, ils offrent le sublime phénomène du triomphe constant de la pensée unique. Chez l’enfant, la pensée change à tout moment, mais il ne s’agite que pour cette pensée et avec une telle ardeur que chacun lui cède, fasciné par
l’ingénuité, par la persistance du désir. La femme change moins souvent ; mais l’appeler fantasque est une injure d’ignorant. En agissant, elle est toujours sous l’empire d’une passion, et c’est merveille de voir comme elle fait de cette passion le centre de la nature et de la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PiertyMPiertyM   11 janvier 2017
Il n'y a que des femmes et les prophètes qui sachent faire l'usage de la foi.
Commenter  J’apprécie          190
Madame_SuperfetatoireMadame_Superfetatoire   19 juillet 2015
La Bohême, qu’il faudrait appeler la Doctrine du boulevard des Italiens, se compose de jeunes gens tous âgés de plus de vingt ans, mais qui n’en ont pas trente, tous hommes de génie dans leur genre, peu connus encore, mais qui se feront connaître, et qui seront alors des gens fort distingués ; on les distingue déjà dans les jours de carnaval, pendant lesquels ils déchargent le trop plein de leur esprit, à l’étroit durant le reste de l’année, en des inventions plus ou moins drôlatiques. A quelle époque vivons-nous ? Quel absurde pouvoir laisse ainsi se perdre des forces immenses ? Il se trouve dans la Bohême des diplomates capables de renverser les projets de la Russie, s’ils se sentaient appuyés par la puissance de la France....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sabine59sabine59   08 août 2016

L'espoir est une mémoire qui désire, le souvenir une mémoire qui a joui.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Honoré de Balzac (121) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/nathalie-cohen-un-fauve-dans-rome-53194.html Je vous invite à un voyage dans le temps. Dans l'Antiquité plus précisément pour évoquer ce roman « Un fauve dans Rome » paru chez Flammarion. Nathalie Cohen a toujours été fascinée par cette période qui couvre quand même près de trois millénaires, de l'invention de l'écriture vers 3200 av. J.-C. jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident en 476. Cette attirance, elle l'explique notamment par ses origines méditerranéennes et son goût à étudier les échanges interculturels. Helléniste de formation, professeur de latin et de grec, elle a publié en 2017 un essai aux éditions du Cerf, « Une étrange rencontre, Juifs, Grecs et Romains ». Mais étant elle-même une grande lectrice, considérant Balzac comme le boss, l'envie de l'écriture romanesque était aussi bien présente. Conciliant donc ses deux passions, elle publie un premier roman en 2019, « Modus Operandi, la secte du serpent » dans lequel nous faisions connaissance avec Marcus Alexander, membre des vigiles romaines, chargé de prévenir les incendies et de maintenir l'ordre public. Revoici ce personnage dans ce nouvel opus, « Un fauve dans Rome » qui bien évidemment se lit indépendamment du précédent titre. Et c'est une belle réussite. Rapidement, le lecteur est captivé par cette intrigue d'enfants volés, tous blonds, dans une Rome battue par le vent du sud provoquant une touffeur insupportable. Nous sommes à l'été 64, Néron règne en despote et bientôt sa folie n'aura plus de limite avec une scène d'anthologie dans la seconde partie du roman, celle du grand incendie de Rome. On s'attache aussi à ces personnages qui peuplent le roman, telle la vestale Gaïa, demi-soeur par adoption de Marcus et qui cache un secret inavouable. Et dans cette Rome toute puissante, pourtant au bord du précipice, comment vivre sa foi lorsqu'on est juif. Si elle reconstitue parfaitement l'Antiquité avec force détails et références historiques qui permettent aux lecteurs d'en apprendre beaucoup sur la vie quotidienne à Rome à cette époque, Nathalie Cohen réussit la performance de faire un roman très vivant, avec une écriture moderne et alerte, glissant juste ce qu'il faut de dialogues, distillant savamment les éléments nous permettant de rester en haleine sur l'intrigue de départ et abordant des thématiques qui font écho à notre monde contemporain. Quant au personnage de Marcus, avec ses failles et ses complexités, son bégaiement et ses yeux vairons, il est parfaitement campé et donne corps à ce roman que je vous recommande vivement. « Un fauve dans Rome » de Nathalie Cohen est publié aux éditions Flammarion.
+ Lire la suite
autres livres classés : réalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
738 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre