AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Connirae Andreas (Secrétaire)Steve Andreas (Secrétaire)Josiane de Saint Paul (Préfacier, etc.)Thi Oanh Lê (Traducteur)
ISBN : 2266175998
Éditeur : Pocket (20/11/2008)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Classsique d'un des deux fondateurs de la PNL, ce livre montre comment notre cerveau fonctionne et comment, en utilisant ces mécanismes à notre profit, nous pouvons modifier nos réactions et nos comportements vers ce qui nous plait davantage. Ecrit avec beaucoup d'humour et d'esprit, l'ouvrage reflète la personnalité chaleureuse de son auteur et son génie de la communication. Il s'accompagne de nombreux dessins humoristiques ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  05 juin 2018
Changer, nous propose Richard Bandler. Comme beaucoup, comme tous serait-on tenté de dire... Bandler a ceci de différent qu'il insiste sur le comment. Et comment ? En jouant avec notre cerveau. Point besoin de distinguer conscient, inconscient, profondeur de transe, etc. Non. Il « suffit » de modifier via les modalités, les sens, les submodalités avec lesquelles notre cerveau travaille, pour... changer. C'est et ça semble si facile. Les résutats de Bandler semblent incroyables. Il suffit de créer de nouveaux « programmes », de nouvelles façon de voir, sentir, etc. Et voilà.

D'abord un ressenti, ce livre est passionnant, pourtant j'ai souvent l'impression de n'entendre et de ne lire toujours que des banalités, des choses que moi-même j'ai pensé et ou applique. Ici j'ai vraiment appris, c'est une petite claque, il y a des choses à faire, du jeu dans le jeu, du plaisir à tirer et de l'efficacité à avaler pour améliorer l'aide et l'apport aux personnes qui me sollicitent. Je suis donc très content.

Ce livre est graduel, séquentiel, il faut le lire de a à z, pas picorer, il est construit comme une progression, une complexité qui monte petit à petit. Bref.

Changer sa façon de considérer son cerveau :
« Je voudrais que vous découvriez comment vous pouvez apprendre à changer votre propre expérience et à contrôler ce qui se passe dans votre cerveau. La plupart des êtres humains sont prisonniers de leur propre cerveau. C'est comme s'ils étaient enchaînés au fond d'une barque et que quelqu'un d'autre était à la barre. Je voudrais que vous appreniez à tenir la barre. Si vous ne donnez pas quelques directives à votre cerveau, soit il fonctionnera de lui-même au hasard, soit d'autres personnes trouveront les façons de le faire fonctionner pour vous - et pas toujours dans le meilleur de vos intérêts. Même s'ils s'en préoccupent, ils peuvent se tromper !

Bandler explicite le choix du terme PNL:
« Quand nous avons mis au point l'expression "Programmation Neuro-Linguistique", beaucoup nous ont dit ; "Ca fait un peu "contrôle du cerveau", comme sui c'était mal? J'ai répondu ; "Oui, bien sûr." Si vous ne commencez pas à contrôler et utiliser votre propre cerveau, vous laisserez le hasard décider pour vous. »

Bandler a un ton caustique tout à fait jouissif pour moi, il est cassant sur les psychologues non sans une autodérision salutaire, par exmple :
« Si vous pensez que je suis dur avec les psychologues, ce n'est pas fini? Dans le domaine de la programmation par ordinateur, nous sommes tellement fous que nous pouvons nous en prendre à n'importe qui. Tout individu capable de s'asseoir devant un ordinateur vingt-quatre heure par jour, en essayant de ramener l'expérience à des zéros et des uns, est tellement hors du monde de l'expérience humaine normale que je peux dire qu'il est fou et même pire. »

« J'ai décidé il y a longtemps que, puisque je n'arrivais pas à trouver quelqu'un d'aussi dingue que moi, les gens ne devaient pas vraiment être détraqués. »

« Si vous fabriquez des images vraiment vivantes dans votre tête - surtout si vous pouvez le faire de manière externe - vous pouvez apprendre à être un ingénieur ou un psychotique. L'une des deux activités rapporte plus que l'autre, mais n'est pas aussi amusante. »

Une méthode qui marche... vite. Contrairement à la plupart des thérapies et ce soi-disant temps long nécessaire :
« Malheureusement, rien ne pousse les psychothérapeutes à trouver ce qui marche rapidement et facilement. Dans la plupart des activités professionnelles, on paie les gens quand ils réussissent ce qu'ils ont entrepris. mais en psychothérapie, on vous paie à l'heure, qu'il y ait eu quelque chose d'accompli ou non. Si un thérapeute est incompétent, il gagne plus que celui qui peut réaliser le changement rapidement. »
Une critique de l'Analyse Transactionnelle, au passage :
« Je n'ai jamais aimé l'AT, parce que seul l'Enfant peut s'amuser et seul l'Adulte peut être raisonnable. Tout le monde est censé avoir exactement les mêmes parties, ce qui ne laisse aucune place à l'originalité. L'AT est également ségrégationniste : mon Adulte ne peut pas parler à votre Enfant, il ne peut parler qu'à votre Adulte. Pourquoi mon Enfant ne peut-il pas parler à votre Parent ? Ca semble injuste. Mais comment en convaincre les gens ? Combien parmi vous ont adhéré à cette idée ? Quelqu'un vous l'a expliquée et vous avez pensé : "Ah ouais." Mais tout le monde n'a pas un Parent, un Adulte t un Enfant qui se disputent entre eux. Vous aurez du mal à trouver ça à Tahiti. Il faut aller chez un thérapeute pour avoir ce genre de problème. »
Encore un peu de ton grinçant, « je n'ai qu'une seule théorie... »
« Tout ce que vous obtenez d'un "Parce que" n'est que théorie. Je n'ai qu'une seule théorie : la raison pour laquelle les gens ont tant de mal à piloter leur cerveau est que la Terre est inclinée sur son axe. Donc en fait, vous avez le cerveau de quelqu'un d'autre et c'est fou. Ma théorie s'arrête là. »
La PNL et son évaluation ? Bandler en parle via un échange avec une participante d'un de ses séminaires :
« Une participante ; Est-ce que vous avez des études de suivi à long terme de l'efficacité de cette méthode ?
Les études de suivi de vingt minutes m'intéressent beaucoup plus. Un long suivi n'a de raison d'être que si vous n'êtes pas capables de constater quand la personne change dans votre cabinet. Réfléchissez à ceci : si vous provoquez un changement chez une personne et qu'il persiste pendant cinq ans, qu'est-ce que cela prouve ? Ce la ne dit en rien si ce changement a une valeur ou non, ou s'il aurait pu évoluer encore plus. Arriver à supprimer chez une femme la phobie des vers de terre pou l'envie de manger du chocolat n'est pas une grande performance, même si elle dure jusqu'à la fin de ses jours. le point primordial à comprendre la fin de ses jours. le point primordial à comprendre dans le modèle du swish, c'est qu'il oriente la personne dans une direction qui est génératrice et évolutive. Quand j'ai fait des suivis plus longs sur des personnes que j'avais swishées, leurs comptes rendus ont tous attesté que le changement que j'avais installé avait été le pont de départ de toutes sortes d'autres changements dont elles étaient ravies. le modèle du swish n'apprend pas aux gens comment se comporter, il les maintient sur la voir qui tend vers ce qu'ils veulent devenir. Pour moi, installer cette direction est la partie la plus importante de ce que peut signifier le changement. »

Qu'est-ce qu'un PNL-ien ?
« Un indice est déterminant lorsqu'une personne connaît la PNL? Ce n'est pas un ensemble de techniques, c'est une attitude. Elle est liée à la curiosité, au fait de vouloir connaître les choses, de vouloir être capable de les influencer et de les influencer d'une manière qui en vaille la peine. »
Donc, livre à lire, il fait d'ores et déjà partie de ma liste de livres importants dans ma construction personnelle et mon parcours.

J'ai envie de conclure sur ces mots qui résument bien l'esprit de Richard Bandler, tel qu'il transparaît dans cet ouvrage, en tout cas :
« J'ai une surprise pour vous. J'ai découvert que la vie éternelle commence par une longue file d'attente. Vous feriez mieux de vous amuser un peu dès à présent, parce que ceux qui profitent de l'existence et font les choses qui en valent la peine avec une grande curiosité parviennent à attendre dans des files moins longues que ceux qui ont seulement développé une aptitude à faire la queue. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (108) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   31 mai 2018
Le cerveau est vraiment phénoménal. Ce qu'il vous fait faire est absolument stupéfiant. Le problème n'est pas qu'il ne peut pas apprendre, comme on nous l'a dit trop souvent. Le problème est qu'il apprend trop vite et trop bien. par exemple, prenez une phobie. N'est-il pas stupéfiant d'être capable de se rappeler d'être terrifié à chaque fois que l'on voit une araignée ? Vous ne rencontrerez jamais un phobique regardant une araignée en disant : "Oh mince, j'ai oublié d'avoir peur." Y a-t-il des choses que vous aimeriez apprendre aussi parfaitement ? Quand on y réfléchit bien, la phobie est un merveilleux exemple d'apprentissage. Et si vous vous intéressez à l'histoire de la personne, vous découvrez souvent qu'il a suffi d'une fois pour apprendre : il a suffi d'une seule expérience pour que la personne apprenne quelque chose parfaitement, au point de s'en souvenir toute sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   09 juin 2018
Une participante ; Est-ce que vous avez des études de suivi à long terme de l'efficacité de cette méthode ?
Les études de suivi de vingt minutes m'intéressent beaucoup plus. Un long suivi n'a de raison d'être que si vous n'êtes pas capables de constater quand la personne change dans votre cabinet. Réfléchissez à ceci : si vous provoquez un changement chez une personne et qu'il persiste pendant cinq ans, qu'est-ce que cela prouve ? Ce la ne dit en rien si ce changement a une valeur ou non, ou s'il aurait pu évoluer encore plus. Arriver à supprimer chez une femme la phobie des vers de terre pou l'envie de manger du chocolat n'est pas une grande performance, même si elle dure jusqu'à la fin de ses jours. Le point primordial à comprendre la fin de ses jours. Le point primordial à comprendre dans le modèle du swish, c'est qu'il oriente la personne dans une direction qui est génératrice et évolutive. Quand j'ai fait des suivis plus longs sur des personnes que j'avais swishées, leurs comptes rendus ont tous attesté que le changement que j'avais installé avait été le pont de départ de toutes sortes d'autres changements dont elles étaient ravies. Le modèle du swish n'apprend pas aux gens comment se comporter, il les maintient sur la voir qui tend vers ce qu'ils veulent devenir. Pour moi, installer cette direction est la partie la plus importante de ce que peut signifier le changement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   07 juin 2018
Une autre façon d'avoir une mauvaise mémoire est de faire quelque chose de complètement inadéquat pour mémoriser une donnée. Si vous vous répétez ; Il faut que je me rappelle le numéro de téléphone", ce que vous vous rappellerez sera la phrase et non le numéro de téléphone ! Il y a beaucoup de gens qui le font et qui s'étonnent ensuite d'avoir une si "mauvaise mémoire". En fait, leur mémoire est excellente, mais ils ne l'utilisent pas à bon escient.
Si vous étudiez les personnes qui ont une mémoire phénoménale, vous découvrirez qu'elles font des choses très intéressantes. un homme doté d'une excellent mémoire sous-titre toutes ses images? En fait, sur ses images, il imprime des mots qui en décrivent le thème. Cette courte description verbale codifie et catégorise le souvenir, il est donc facile de s'y reporter. C'est comme donner un titre )à un film, pour savoir au premier coup d'oeil ce dont parle le film sans devoir le regarder en entier.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   31 mai 2018
Je suis convaincu et je vais vous convaincre, d'une façon ou d'une autre, que vous êtes toujours une machine à apprendre. l'avantage, c'est que vous pouvez apprendre des choses agréablement et rapidement. l'inconvénient, c'est que vous pouvez apprendre des nullités aussi facilement que des choses utiles.
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   08 juin 2018
Beaucoup de gens se rendent chez des thérapeutes pour savoir davantage confiance en eux-mêmes quand ils sont incompétents. Ce manque de confiance peut être un feedback précis sur leurs capacités. Si vous utilisez l'ancrage pour qu'une personne ait confiance en elle, ce sentiment de confiance peut lui permettre de réaliser ce qu'elle pouvait déjà faire, mais qu'elle n'osait pas essayer par manque de confiance. Cela va développer ses capacités. mais cela peut engendrer une trop grande confiance en soi - dans le cas d'une personne qui est toujours incompétente, et qui ne le remarque plus ! Le monde est rempli de gens de cette espèce, et ils représentent souvent un danger pour les autres aussi bien que pour eux-mêmes. Je remarque depuis des années que beaucoup de gens s'adressent aux thérapeutes pour avoir plus confiance en eux-mêmes, mais pas pour être plus compétent.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dans la catégorie : CommunicationVoir plus
>Psychologie>Processus mentaux conscients, intelligence>Communication (48)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
299 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre