AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253169722
Éditeur : Le Livre de Poche (16/10/2013)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 25 notes)
Résumé :
La Terre, aujourd’hui. Un monde entre euphorie et tragédie, figé dans l’ombre du terrorisme et menacé par une crise financière globale. Les hommes connaissent ce monde. Mais peu savent qu’il existe une multitude d’univers parallèles, et une organisation puissante dotée d’agents capables de voyager à travers les mondes. Cette organisation s’appelle le Concern. Elle prétend guider et aider la Terre. À n’importe quel prix.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
BlackWolf
  27 août 2013
En Résumé : Je ressors de cette lecture avec un sentiment mitigé, pourtant tout démarrait bien la narration éclatée, pleine de secrets et de manipulations, se révélait astucieuse et l'auteur offrait de nombreuses bonnes idées, mais plus j'avançais plus un sentiment brouillon persistait, comme si l'auteur s'était senti obligé de terminer d'écrire rapidement son livre. L'univers développé reste assez minimaliste là où j'attendais justement de multiples univers. Certains personnages se révèlent intéressants, mais apportent au final qu'un infime partie à l'intrigue et on se demande pourquoi les développer autant, tandis que d'autres, principaux, ont du mal à complètement accrocher le lecteur. le rythme du roman vif et entrainant permet au lecteur de rapidement entrer dans l'histoire, mais parfois fait qu'on passe trop rapidement sur certains axes de réflexions, de plus la conclusion parait précipitée. La plume de l'auteur se révèle fluide et travaillée. Au final j'ai l'impression d'avoir eu un livre avec fort potentiel, de très bonnes idées, mais traité parfois de façon trop rapide ou de façon confuse.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Apophis
  13 janvier 2016
Un exigeant hybride Banksien
Iain Banks, il faut le savoir, est un des rares écrivains de science-fiction à avoir réussi en parallèle (et par réussir, j'entends chiffres de vente et reconnaissance du grand public et de la critique) une carrière en littérature blanche ou dans d'autres genres que les littératures de l'imaginaire. Il signe d'ailleurs ses romans de SF avec un « M » entre son nom et son prénom, ce « m » correspondant à son deuxième prénom, Menzies. Transition étant signé Iain M Banks, et vu son thème (les univers parallèles), il devrait purement relever de la partie « littérature SF » de l'oeuvre de cet auteur. Pourtant (et c'est là où je veux en venir avec mon histoire d'hybride dans le titre de mon commentaire), son style et l'extrême disons dureté de ses personnages le rapprochent très nettement de l'oeuvre en littérature générale de Banks. Pour finir, sa construction mélangeant progression chronologique et anti-chronologique rappelle très fortement celle d'un des romans phares du cycle de la Culture (le joyau SF de Banks), l'Usage des Armes.
Warning : Explicit lyrics
La conséquence de ce mélange des genres est que celui qui n'a lu que du Banks SF risque d'être sacrément déstabilisé par le ton très cru, très âpre et très noir de ce roman, même par rapport à l'Usage des armes, qui était jusque là son sommet en matière de noirceur dans un cadre SF. On a le sentiment d'avoir affaire à un Banks « non-censuré », notamment via la répétition de scènes de torture, de sexe très crues ou de celles où des personnages sont réduits à l'impuissance et le jouet de personnes sadiques et / ou impitoyables. Alors que toute l'oeuvre SF de Banks, Culture (les 2/3) ou pas Culture (le tiers restant) restait très classique dans son écriture (à l'exception d'EffroyablAnge –Feersum Endjinn en VO-) ou dans sa construction (à l'exception de l'Usage des Armes), on a affaire, avec Transition, à quelque chose qui, bien que classé SF, ne ressemble pas au space-opera qu'à pu écrire Banks (l'Algébriste), au planet-opera auquel il s'est essayé (La Plage de Verre), et qui surtout, surtout, ne ressemble pas à la Culture. Celui qui serait tenté de voir dans l'interventionnisme du Concern pour « améliorer » (ça reste à prouver…) les univers parallèles un miroir de l'interventionisme planétaire des CS de la Culture ferait une lourde erreur et se préparerait à de cruelles déceptions. le Concern est complètement dépourvu de la morale et des auto-limitations des CS (qui ont pourtant a 2-3 reprises commis des actions à la moralité plus que douteuse sur l'ensemble du Cycle de la Culture), et surtout il n'est pas animé par le même réel altruisme que la Culture. Bref, attention, si vous vous attendez à de la Culture / du Circonstances Spéciales dans le cadre d'univers parallèles, vous allez être sacrément décontenancé, ou même déçu.
Si vous tenez absolument à faire des parallèles, lisez la préface de Gerard Klein, elle contient l'ADN de Transition en termes de livres de SF ayant été écrits avant lui et relevant des mêmes thématiques. Personnellement, étant joueur de jeu de rôles, je ferais aussi un parallèle avec Mega, la méthode du Concern (voyage vers les mondes parallèles par la possession de corps des indigènes) ressemblant à un mix du transfert et du transit de Mega.
Intrigue, personnages, construction
Il ne faut pas vous attendre à des univers parallèles « flashy » ( pas de : les nazis ont gagné la seconde guerre mondiale, les Confédérés la guerre de sécession, les aztèques dominent l'Europe, etc), les rares décrits l'étant en quelques phrases et étant très proches du nôtre en général. Oui, la construction est complexe, l'identité exacte de chaque personnage n'étant décrite dans la première partie du roman que par un surnom (le transitionnaire, le philosophe, etc) et ne se dévoilant que peu à peu. Cela rend donc le livre assez exigeant, il faut s'accrocher pour remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre. Mais c'est justement cette exigence qui rend le roman intéressant, quand le tableau général prend forme. Il faut juste s'accrocher, c'est tout. J'ajoute aussi que l'auteur nous propose une vraie fin, et que l'écrasante majorité des questions trouvent leurs réponses.
Outre la construction, ce sont ses personnages qui rendent ce roman extrêmement intéressant. de Madame d'Ortolan à Bisquitine, Iain M Banks s'est surpassé. Ces personnages ont un vrai relief, une vraie personnalité, on est très loin des personnages monodimensionnels malheureusement de plus en plus typiques en SF ou en Fantasy aujourd'hui.
En résumé
Il s'agit d'un roman très noir, très âpre, à la construction et à la lecture très complexes, très éloigné dans son ton de ceux de la Culture ou des autres Banks SF, mais qui récompensera le lecteur qui mènera l'histoire à son terme par un univers fascinant, une histoire grandiose, et surtout des personnages inoubliables (très, mais alors très noirs, mais inoubliables). Il faut juste ne pas confondre ce livre avec un des autres Banks SF, Culture ou pas Culture, et être conscient que dans la bibliographie de cet auteur, tout comme Effoyabl'Ange, Transition restera à part.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Thrr-Gilag
  16 novembre 2016
Voir cet auteur (principalement connu pour son cycle de la Culture) se dépêtrer des récits de mondes multiples n'était pas pour me déplaire.
L'histoire se base sur la théorie des mondes multiples où à chaque moment, chaque décision, une multitude de possibilités existent et qu'à chaque changement, des versions de notre monde divergent - plus ou moins - et se créent en quelque sorte.
L'histoire nous permet de suivre différents protagonistes appartenant à une organisation - le Concern ou l'Opportunisme selon les versions des mondes - dont le but est de faire en sorte d'amener chacun de ces mondes vers un avenir meilleur.
Dans ce livre, on parle politique, philosophie et uchronie selon les versions des mondes sur lesquels le Concern intervient.
C'est très intéressant comme filigrane à cette lecture. Je reste juste moyennement convaincu du fait que le nombre de possibles rend juste cette tâche herculéenne et il me semble difficile à croire qu'une organisation tiendrait vraiment des siècles durant avec une telle sensation de petitesse devant la tâche à accomplir.
L'histoire consiste aussi en un thriller politique, où l'on découvre 2 factions du Concern, ayant quelques divergences d'opinion sur le rôle et la gouvernance du Concern.
C'est cette trame qui va guider l'ensemble de l'histoire.
Côté personnage, l'introduction dans leur vie est plutôt brute de décoffrage, puisque nous découvrons au fil du texte qui ils sont, ce qu'ils font, ainsi que leurs désirs au fur et à mesure, sans mise en contexte.
Le lecteur doit ainsi s'efforcer de faire le lien entre les différents protagonistes comme un grand (même si ce n'est pas d'une très grande complexité).
Le rythme du récit est plutôt vif et rapide, bien que cela soit variable suivant les personnages et leur tranche de vie.
Tous les personnages sont, à mon sens, bien caractérisés avec chacun leur propre vie et desiderata.
Le thriller en lui-même est plutôt simple et assez manichéen, mais il permet de servir une histoire agréable à lire, où l'auteur prend un malin plaisir à nous dévoiler ses mondes que touche par touche - ce qui suffit à donner l'envie de lire.
Côté plume, comme toujours, elle est très agréable, vive, précise et a même le mérite d'introduire très facilement des concepts de SF ainsi que de philosophie, sans que cela soit compliqué à comprendre.
La fin semble toutefois assez précipitée, ce qui est un peu dommage, mais n'enlève rien à l'entrain que l'on a de connaître la fin du livre.
Un livre intéressant à lire donc, mais sans plus, ce qui est dommage vu la maîtrise du sujet visible dans ce roman.
La chronique complète à cette adresse : https://plume-etoiles.blogspot.fr/2016/11/transition-de-iain-m-banks.html
Lien : https://plume-etoiles.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lagaffe
  03 septembre 2013
Le sujet de fond de ce livre est intéressant, prendre comme décor l'infinité des mondes parallèles, dont seuls quelques variations pourraient les différencier ou de petites divergences ont fait naître de grande divergences. Malheureusement on est très vite perdu au début par le foisonnement des personnages et des mondes dans lesquels ils évoluent mais n'est ce pas là, le sujet du livre. Seulement, l'auteur poursuit ainsi sur les trois quart du livre au risque de nous perdre, pour nous récupérer dans le dernier quart qui devient nettement plus intéressant, même si le méchant apparaît plus comme sorti tout droit d'une opérette. Dommage, que le décor n'ai pas plus servie de support à l'histoire qui en n'aurait été que meilleur.
Commenter  J’apprécie          10
LauGid
  10 juin 2013
L'exemple type du livre qui avait tout pour me plaire : une bonne idée de départ (les transitions possibles entre réalité parallèles), des personnages intéressants sinon attachants, une écriture vive et un dispositif narratif éprouvé (transition d'un personnage à l'autre jusqu'à réunion finale dans une scène apogiatique)... le tout hélas vrillé par le besoin d'organiser l'histoire autour d'un conflit entre des gentils et un méchant créé de toutes pièces pour les besoins narratifs, avec les inévitables scènes de torture, meurtres sanglants et suspenses automatiques.
C'en est caricatural de la tendance actuelle à laisser tous les genres se faire coloniser par les facilités du thriller.
Dommage, un demi plaisir seulement.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PigranellePigranelle   03 juin 2018
Maybe he's still infected with some tiny remnant of human decency or something, but he can only really be content with himself and his despicable egotism if he's satisfied that his self-centred attitude doesn't make him a freak. For his own peace of mind he needs to believe that it's not just him, that anybody who claims to care for others is lying; maybe because they're frightened to admit they only think of themselves too, or maybe because they actively want to make people like him feel bad about themselves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EspaiEspai   29 octobre 2012
Mais j'ai vite compris à quel point la vie est plus confortable quand on fait partie du camp des exploiteurs. Et puis je me suis dit que si les prolos étaient assez bêtes pour se laisser exploiter, alors tant pis pour eux. Qu'y puis-je ?
Commenter  J’apprécie          20
EspaiEspai   29 octobre 2012
L'imagination est nécessaire, non pour inventer — ce serait une erreur — mais pour échafauder des scénarios plausibles en fonction de ce que nos sens détectent. Pour établir des théories qui expliquent les événements.
Commenter  J’apprécie          20
baladinbaladin   15 janvier 2018
Mon existence n'est pas dénuée d'une certaine pureté. De simplicité. En un sens, il ne se passe pas grand-chose ; je suis allongé, je regarde dans le vide ou par la fenêtre, je ferme les yeux, je déglutis, je me tourne, je me retourne, je me lève régulièrement - chaque matin, quand ils font le lit -, j'observe les infirmières et les aides-soignants en veillant à garder la bouche ouverte. Je leur souris de temps en temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PigranellePigranelle   02 juin 2018
Sometimes you cannot tell everything about a thing until you've seen it broken.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Iain Banks (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iain Banks
Interview dans l’émission The Book Show sur la chaîne Sky Arts (en anglais)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2592 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre