AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275786999X
Éditeur : Points (16/05/2018)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 84 notes)
Résumé :
Zwak, Afghan, dix-sept ans et l'air d'en avoir treize, un QI de 160, et la rage au coeur depuis que son père a été une " victime collatérale " des Occidentaux. Devant son ordinateur, il a programmé un jeu d'un genre nouveau. Un jeu pour de vrai, avec la France en ligne de mire. Et là-bas, en Syrie, quelqu'un a entendu son appel...
De Kaboul au désert de la mort, des villes syriennes occupées par les fanatiques de l'Etat islamique à la Turquie et la Roumanie,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  16 février 2019
Décidément, les auteurs français n'ont plus peur de jouer sur l'actualité la plus récente.
Cédric Bannel imagine une course poursuite entre des terroristes de Daech d'origine afghane, menés par un petit génie surdoué, qui en veut terriblement à la France, et un duo intervenant à des milliers de kilomètres de distance : le qomaandaaan Kandar, de la police criminelle de Kaboul, et la commissaire Laguna. Deux alliés, qui vont découvrir l'existence d'un plan secret pour mener de Syrie à Paris l'équipement nécessaire pour un terrible attentat, et vont, chacun avec sa culture et ses armes, tenter d'empêcher l'effroyable.
Second roman de Bannel reprenant les mêmes héros, Kaboul express se lit très bien sans avoir connaissance du premier tome, Baad. le seul point qui échappe un peu au lecteur est les raisons qui font qu'un commandant afghan, ancien sniper auprès du commandant Massoud, soit en contact avec une commissaire de la DGSI, ancienne de la DGSE. Mais cela n'a pas d'importance sur la qualité de leur collaboration.
Les actions des différents services spécialisés français sont détaillés par un auteur qui connaît manifestement le secteur. Tout comme il connaît – et explique fort bien – le bourbier afghan. Un gouvernement soutenu par les Américains, harcelés par des tabilans qui se cachent presque plus, et des exaltés qui trouvent que l'Islam version taliban est bien trop tiède, et sont prêts à aller combattre avec Daesh au pays de Cham (la Syrie). Au début du livre, Daesh est en déroute, mais son organisation continue à terroriser.
Le récit fait froid dans le dos. La construction du livre est très efficace. Bannel sait amener petit à petit un suspense de plus en plus grand. L'art du thriller est maîtrisé. Bannel n'a pas à rougir face aux auteurs américains.
D'ailleurs avec le Phuktu de DOA et la Filière afghane de Pierre Pouchairet, Bannel trace la voie à une forme de thriller réaliste à la française, vraisemblable d'un point de vue géopolitique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
rosulien
  29 novembre 2018
Palpitant, documenté et réaliste.Thriller politique et intelligent.Kaboul Express , c'est le nom donné au réseau afghan de DAECH qui permet à l'Etat islamique de faire entrer en Syrie et en Irak des combattants expérimentés en provenance de l'Afghanistan et de certaines zones tribales du Pakistan. C'est le premier ouvrage de Cédric Bannel que je lis.J'ai tout de suite pensé à DOA et à Puktu.J'aime beaucoup qu'un auteur parle de ce qu'il connaît quand il s'agit de sujets géopolitiques.Ici, l'hypothèse de départ avec ce jeune surdoué afghan imaginant un attentat à grande échelle est tout à fait plausible.
Ce qui est passionnant, comme chez DOA, c'est la finesse de l'analyse , la diversité complexe de l'Afghanistan qui se traduit dans la façon de vivre , les coutumes et croyances et la diversité de l'engagement politique, religieux et spirituel .C'est que , pour un occidental non spécialiste, c'est très difficile de comprendre ces rivalités entre talibans et Daech. Difficile de comprendre la haine que peuvent se vouer certains groupes ethniques alors qu'ils sont tous musulmans.Bien sûr, le lecteur plus expérimenté comprendra les positions historiquement opposées entre chiites et sunnites. Mais , l' affaire est encore plus compliquée quand on rajoute la guerre en Syrie, les différents services secrets ,le poids de l'histoire ancienne et récente ,l'invasion russe, le rôle trouble des américains, le rôle officiel du gouvernement afghan et le travail sans relâche de tous les services secrets , obnubilés, à juste titre par la menace terroriste
Le livre peut paraître un peu compliqué pour celui qui n'est jamais allé sur le terrain.
Pour moi, un livre brillant qui colle à la réalité de cette région du monde complexe et fascinante
Une fiction qui montre l'intelligence de l'ennemi et qui, pour notre plus grand malheur, pourrait devenir réalité
Je vais lire les autres livres de Cédric Bannel sur le sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Ogrimoire
  30 juin 2018
Je n'arrive pas totalement à comprendre comment Cédric Bannel parvient à faire en sorte que le tableau extrêmement sombre de l'Afghanistan qu'il nous trace ne soit pas totalement sinistre. Concrètement, le Qomaandaan Kandar est lui-même extrêmement pessimiste, Cédric Bannel lui attribue à plusieurs reprises des réflexions autour de la décrépitude de la société afghane, de la déchirure, qui semble tellement profonde entre les différentes ethnies présentes, sur le fait que l'État n'en est plus un. Et pourtant, on à le sentiment que, malgré la violence – les crimes sexuels contre les yazidis, les nomades baloutches contraints, pour survivre, de travailler pour les trafiquants de drogue, les attentats permanents, quotidiens ! – il ne peut pas ne pas rester un espoir pour ce pays.
Est-ce de l'inconscience ? Une sorte de voeu pieu ? de l'irréalisme ? En tout cas, on a envie de rêver avec lui d'un Afghanistan dans lequel les filles et les femmes pourraient juste vivre normalement, dans lequel les homosexuels ne seraient pas menacés de mort, dans lequel les puissants ne se contenteraient pas de taper dans la caisse et de se gaver sans se préoccuper des autres.
Les folies de l'EI, de Daech, on en a tous entendu parler. Mais ici, elles s'incarnent. Elles deviennent palpables, avec ces personnages qui sont décrits comme n'ayant plus peur de mourir parce qu'ils sont déjà en dehors de notre monde. Posant, de ce fait, un problème majeur aux services de renseignements qui luttent contre eux, ainsi que Cédric Bannel nous le fait voir. Et pourtant, ces hommes qui prétendent à la pureté la plus haute, qui en font leur étendard, s'autorisent les pires exactions sexuelles.
On découvre dans cet épisode les baloutches. Et c'est fascinant. On effectue une incursion dans la vallée de la Kâpîssâ. Et c'est terrifiant.
Et puis, en contrepoint, on suit tous les efforts déployés pour faire échouer l'attentat. En la matière, les quatre-vingt dernières pages sont haletantes, entièrement consacrées à la course-poursuite après les trois camions chargés d'explosifs et de gaz qui traversent l'Europe. À cette occasion, Cédric Bannel fait preuve d'une connaissance approfondie des rouages des services, du moins pour autant qu'on puisse en juger, tout béotiens que nous soyons.
Enfin, Cédric Bannel continue à distiller des éléments sur ses deux personnages, qui vont permettre d'alimenter la suite de la série. Nicole Laguna est confrontée à l'obstination d'un policier qui la soupçonne d'avoir franchi la ligne rouge – des faits qui remontent à Baad – ; du côté d'Oussama Kandar, Malalai supporte de moins en moins bien la vie à Kaboul et en Afghanistan…
C'est angoissant, c'est terrible, mais ce roman vaut vraiment le coup d'être lu. Pas pour se changer les idées, mais pour mieux comprendre… tout ce que nous ne pouvons pas comprendre de ces terroristes et des ressorts de ce pays incroyable qu'est l'Afghanistan…
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Nat_85
  12 août 2018
Sous ses traits juvéniles d'ange se cache un véritable monstre, une machine à tuer.
Zwak n'est âgé que de dix sept ans mais il s'apprête à perpétrer un attentat d'une ampleur inédite sur le sol français.
" Kaboul Express ", publié en 2017 aux Editions Robert Laffont / La Bête Noire est signé Cédric Bannel.
Zwak n'est pas un enfant comme les autres. Il est dans son propre monde. Son QI nettement supérieur à la norme fait de lui une arme en puissance. Zwak Bradimandi est le cerveau de l'opération "Aube noire". Mais dans cet Afghanistan dans lequel il a grandi, il n'a pas d'autre porte de sortie que celle de prêter allégeance à Daech.
p. 15 : " Oui, il a fait l'allégeance à l'Etat islamique au Khorasan et il veut maintenant rejoindre l'Etat islamique en Irak et au Levant. [...] Oui, il a élaboré un plan spécial pour frapper les infidèles, ces sales et méchants Français, plus fort qu'ils ne l'ont jamais été. "
De par ces aptitudes scientifiques hors normes, il élabore un plan minutieux, via le réseau surnommé " Kaboul Express". Mais pour prétendre intégrer ce réseau géré par les fanatiques de l'Etat islamique, il faut montrer patte blanche et faire ses preuves.
p. 94 : " L'effondrement du califat sous les coups de boutoir de la coalition exacerbe la folie meurtrière des djihadistes, pour autant que cela soit possible. "
En effet, l'Etat islamique ne met pas à sa disposition des moyens aussi colossaux que ceux que réclament Zwak, sans tester sa véritable motivation et sa détermination à mourir en martyr.
p. 167 : " Si sa haine a grandi au fil des années, elle peut avoir transformé l'adolescent en baril de poudre prêt à exploser. "
Tous les services de renseignements français sont en alerte maximale. Mais la coordination des pays de la coalition et la communication entre les services internes sont complexes.
p. 288 : " Depuis le début des attaques terroristes de Daech sur le sol européen, c'est la même chose : Allemagne, Italie, France, Hongrie, Roumanie... tous les pays sont dépassés par cette nouvelle menace multiforme qu'ils ont du mal à appréhender. A la désorganisation des pays de l'Est, s'ajoutent les problèmes juridiques de ceux de l'Ouest, handicapés par des législations protectrices des droits individuels héritées des tourments de leur propre histoire. "
Alertés par leur agent de liaison à Kaboul, qui n'est autre que le qomaandaan Kandar, chef de la Crim de Kaboul, les services de la DGSI sont sur le qui-vive. A sa tête, Nicole Laguna, la cinquantaine, est une femme d'expérience dans l'antiterrorisme.
p. 58 : " [...] après ses années d'officier à la DGSE, elle a rejoint Interpol avant de passer vingt ans dans la police judiciaire, comme numéro deux, puis comme patronne de la Brigade nationale de recherche des fugitifs. Elle est l'un des flics les plus expérimentés de France. "
La traque commence. La tension, étouffante, est palpable. Les minutes sont comptées. Aucune information n'est laissée au hasard, et tous les moyens - officiels ou officieux - sont bons pour les obtenir.
Du 18 avril au 2 mai, date choisie par Zwak pour lancer son attaque, la traque est insoutenable. Chacun connaît cette haine envers l'Occident et ceux à quoi ces fanatiques extrémistes sont prêts à faire pour atteindre leur cible.
p. 229 : " Chez Daech, couper la tête de ses ennemis est l'équivalent de la décharge de chevrotines de la mafia italienne : une signature, presque une marque de fabrique. "
Ils n'ont rien à perdre, car porter allégeance à l'Etat islamique c'est s'engager à mourir en martyr au nom de cette cause.
Alors quelle est la probabilité pour la DGSI de mettre la main sur Zwak et ses complices avant qu'ils commettent l'indicible ? Des millions de vies sont en jeu.
C'est un polar hors norme qui nous plonge de Kaboul à la Syrie, et de la Turquie à Paris. Oubliez cet Afghanistan décrite par les médias, cette immersion au coeur du Kaboul Express vous glacera le dos. Entre la détermination de Daech et la traque des services antiterroristes, le monde peut basculer à tout moment.
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BlackKat
  30 mars 2017
Tout d'abord, je remercie NetGalley et La Bête Noire de Robert Laffont pour l'envoi de ce roman!
Quel plaisir, mais quel plaisir de retrouver le qomaandaan Oussama Kandar, chef de la Crim de Kaboul, sniper exceptionnel et ancien compagnon de Massoud!
Quand Oussama est appelé sur les lieux d'un assassinat taxé de banal dans un bidonville de Kaboul, la découverte de quelques feuillets noircis d'équations mathématiques et d'une carte de Paris met le feu aux poudres.
C'est étrange, et surtout très inquiétant!
Il faut faire vite, prévenir la commissaire française de la DGSI, Nicole Laguna, avec qui Oussama avait déjà coopéré dans l'excellent Baad.
Crimes il y a et morts innombrables il y aura si l'enquête échoue! Une enquête anti-terroriste à 1.000 à l'heure à travers l'Afghanistan et toute l'Europe pour empêcher un attentat d'ampleur inégalée jusqu'à présent, sur Paris!
Ce roman est flippant parce que tellement réaliste! Anxiogène parce que ancré dans l'actualité. le terrorisme frappe sans prévenir, les coeurs, les corps et les esprits.
C'est une guerre qui ne porte pas son nom quand ce sont des civils innocents qui sont touchés et surtout parce que nous, occidentaux, portons la culture de la vie alors que les terroristes utilisant Allah pour bouclier ont le culte de la mort.
Un roman trépidant, avec un suspens allant crescendo au fil du décompte des chapitres qui nous rapprochent de la date fatidique du 02 Mai. On retient son souffle et on tourne les pages en tremblant (oui, même si c'est une édition numérique!) parce que c'est du lourd: un génie se cache parmi les méchants, son plan semble infaillible et l'issue inéluctable!
Mais l'action, c'est bien pour les montées d'adrénaline mais ce n'est pas tout! Il y a de la réflexion derrière. de la réflexion et des questionnements!
Cédric Bannel possède une connaissance très pointue de l'Afghanistan et son analyse est très fine sur les luttes intestines auxquelles se livrent ce pays, ainsi que ses voisins. La haine se transmet de génération en génération, nourrit sans cesse les esprits tordus, alimentent les réactions plus ou moins désintéressées des pays occidentaux provoquant sans discontinuer des réactions toujours plus meurtrières. Il ne semble pas y avoir de fin possible…
Il nous alerte, avec le personnage de Zwak, sur le fait que les terroristes de tout poil ne sont pas à sous-estimer.
Si le choc culturel nous laisse apparaître les islamistes comme une bande de fous barbares, Cédric Bannel nous montre qu'en fait, les djihadistes et l'État islamique sont très organisés, que si leurs bras armés sont malades ou vus comme tels, leurs têtes pensantes, elles, peuvent être très intelligentes, posées, prévoyantes et calculatrices.
Le plan que Zwak mûrit est démoniaque, pensé jusqu'au détail le plus minuscule. Son côté autiste, dénué de toute émotion, rend la situation encore plus glaçante. Ce personnage est fascinant parce qu'il est jeune et qu'à travers lui, le lecteur peut appréhender les raisons qui poussent les jeunes à s'engager dans des groupes extrêmes comme DAESH.
Mais réelle foi, manipulation ou esprit de vengeance, Zwak est le seul à savoir et malgré sa fragilité, saura naviguer entre ces fanatiques totalement imprévisibles et incontrôlables!
Il a tout d'un ado « normal » avec son addiction aux jeux vidéos mais peut-on vivre dans la normalité quand le monde réel n'est perçu que par la succession de « level » à passer?
Qui dit « terroriste » dit « lutte contre le terrorisme » et ce roman qui nous balade à travers l'Europe, à partir de pays sous haute surveillance internationale, aborde également le sujet de la coopération des pays européens et américain dans cette lutte nécessaire. L'auteur survole les difficultés d'harmonisation des droits de l'homme entre les différentes parties, le souci d'informations et d'interaction entre les nombreux organismes d'état engagés dans cette entreprise ardue. Vaincre les fous d'Allah est loin d'être aisé!
Le mal est partout mais toujours et encore au coeur de l'Afghanistan, pays superbe mais meurtri par des décennies de guerre, souillée par les extrémistes, gangréné par la corruption et la pauvreté.
Avec les déboires de Malalai, l'épouse d'Oussama, on ressent le malaise de certains Afghans quant à l'évolution de leur pays. L'horizon s'assombrit mais faut-il pour autant baisser les bras?
Le retour d'Oussama dans sa région natale, le désert de la mort, est aussi le témoignage de l'évolution des peuples nomades commes les Baloutches, forcés de s'adapter au monde moderne au détriment de leurs traditions ancestrales sous peine d'extinction.
Et quand cette adaptation dans un territoire au coeur du Croissant d'Or passe par la culture du pavot et le trafic d'opium, on ressent à travers la tristesse d'Oussama que l'avenir, s'il est matériellement florissant, marque le deuil spirituel de toute un peuple.
Entre Malalai en Afghanistan et ses doutes grandissant, et Nicole en France que les fantômes de Baad poursuivent et risquent de rattraper, nous avons peut-être là les prémices du prochain roman à venir… to be continued…
Juste un mot sur l'image de la couverture: elle illustre un moment bref mais fort du roman alors merci pour ce choix réfléchi, elle est magnifique!
Le style de l'auteur m'a encore une fois transportée! Entre fiction (oui, oui, il faut que cela reste de la fiction!) et fondements réels, je suis restée scotchée dès la première page! Et malgré l'angoisse et la paranoïa engendrées par le simple mot de « terrorisme islamique », Cédric Bannel dépeint un pays qu'on arriverait presque à aimer… je dis bien presque…
Vous êtes où, le 02 Mai? Mmmmhh, j'espère que l'aube ne sera pas noire…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   30 juin 2018
Pour les djihadistes de Daech, les yazidis sont des adorateurs d’idoles. Leur religion, vieille de près de mille ans, est un syncrétisme de religions polythéistes et monothéistes avec, tout en haut de leur panthéon, l’archange Taous – l’ange paon, émanation de Dieu. Dans la vision du monde de Daech, elle est déviante et perverse. Les hommes yazidis sont systématiquement torturés et exécutés, les femmes violées et réduites à l’esclavage sexuel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nat_85Nat_85   12 août 2018
C'est une guerre. Avec tout ce qu'elle entraîne de bavures et de morts innocents. Une guerre sale, car toutes les guerres le sont, en dépit de ce que les politiciens aiment croire ou dire.
Commenter  J’apprécie          120
granadagranada   31 mars 2017
Pour notre peuple, il n'existait que deux voies, toutes deux sans issue: rester pauvres sous nos tentes , comme les nomades kuchis le font, et voir nos jeunes nous quitter les uns après les autres. Ou fuir vers les villes et nous retrouver dans des masures misérables, loin de tout ce qui fait notre raison d'être: les grands espaces, la liberté... Oui notre peuple était en train de disparaître, de perdre ses coutumes. Alors nous avons décidé de nous adapter en choisissant une troisième voie. Celle de l' opium.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   17 avril 2017
Et puis mon frère et deux de ses fils ont été tués.
— Par les Américains ?
— Oui. Un missile tiré du ciel. Inch Allah, que Dieu les punisse tous ! Ils étaient mauvais.
— Ils étaient talibans, n'est-ce pas ?
— Oui. – L'oncle donne un coup de poing sur le sol. – Allah soit loué pour leur mort, je hais les talibans !
Il se tait soudain, comme s'il avait peur d'avoir prononcé ce mot.
— Que s'est-il passé ensuite ? insiste Oussama d'une voix douce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
umezzuumezzu   14 février 2019
Le pire, ici, ce n'est pas la chaleur, ce sont les tempêtes de sable. Quand le vent se lève, on change de monde. Il peut atteindre deux cent kilomètres à l'heure et souffler pendant des jours, parfois des semaines. Il est si puissant qu'il charrie des quantités de déchets, ce qui le rend complétement opaque, d'où son nom de vent noir. Une fois dedans, on se croit en pleine nuit.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Cédric Bannel (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Bannel
Cédric Bannel - Baad - Kaboul Express
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr