AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : (01/01/1882)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Une apologie du chat ou l'art de parler de tout et de rien sur un sujet aimé.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
zabeth55
  10 janvier 2016
Théodore de Banville ! Un nom qui rappelle des poèmes appris en classe.
« Il brille le sauvage été
la poitrine pleine de roses
……. »
Ici, il ne s'agit pas de poésie, mais d'un texte en prose qui fait l'apologie du chat.
L'auteur traduit son amour des chats en en parlant, tout simplement ; comme ça lui vient.
Certes le texte date un peu : 1882. Et il a effectivement vieilli. Et puis on n'y apprend pas grand-chose et on reste un peu sur sa faim.
Une petite déception.
Commenter  J’apprécie          150
Mladoria
  24 juin 2020
Court essai sur la majesté féline. C'est avec beaucoup de verve et de détails que Banville démontre la supériorité du chat et son statut d'inspirateur de la gente humaine tout aussi bien dans son apparence que dans son comportement et ses attitudes.
Avec beaucoup de références littéraires, théâtrales et poétiques, il donne des exemples des éloges faits au Chat dans la littérature et en quoi le félidé a eu un impact sur l'écriture de grands maîtres.
Un bel éloge très agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          100
AlouquaLecture
  15 avril 2016
Théodore nous conte ici une apologie du chat.
Ce que le chat a de divin qui inspira Shakespeare lui-même pour son célèbre Roméo & Juliette. Mais également dont la manière de vivre le verra être une source d'apprentissage pour les femmes du XVIe siècle qui passaient leur temps à se parfumer.
Théodore va jusqu'à nous parler de cet homme jaloux des moustaches des chats, de ce que celles-ci ne les gênent en rien pour manger.
Si vous aimez les chats, vous aimerez forcément ce classique, mais vous y retrouverez également tout le panache dont cet animal peut faire preuve.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
NiratremNiratrem   30 novembre 2016
Elle fit une tragédie, elle en fit deux, elle allait en faire d'autres ; nous allions la perdre à la fois cette verve, cet esprit, ces vives historiettes, ces anecdotes sorties de la meilleure veine française, tout ce qui faisait la grâce, le charme, la séduction irrésistible de cette poétesse extra-parisienne, et tout cela allait se noyer dans le vague océan des alexandrins récités par des acteurs affublés de barbes coupant la joue en deux, et tenues par des crochets qui reposent sur les oreilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
CachemireCachemire   11 septembre 2013
Tout animal est supérieur à l'homme par ce qu'il y a en lui de divin, c'est-à-dire par l'instinct. Or, de tous les animaux, le Chat est celui chez lequel l'instinct est le plus persistant, le plus impossible à tuer. Sauvage ou domestique, il reste lui-même, obstinément, avec une sérénité absolue, et aussi rien ne peut lui faire perdre sa beauté et sa grâce suprême. Il n'y a pas de condition si humble et si vile qui arrive à le dégrader, parce qu'il n'y consent pas, et qu'il garde toujours la seule liberté qui puisse être accordée aux créatures, c'est-à-dire la volonté et la résolution arrêtée d'être libre. Il l'est en effet, parce qu'il ne se donne que dans la mesure où il le veut, accordant ou refusant à son gré son affection et ses caresses, et c'est pourquoi il reste beau, c'est-à-dire semblable à son type éternel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mosaique92mosaique92   08 mai 2019
C’est le Chat qui va sur les toits miauler, gémir, pleurer d’amour ; il est le premier et le plus incontestable des Roméos, sans lequel Shakespeare sans doute n’eût pas trouvé le sien
(...)
Le Chat aime le repos, la volupté, la tranquille joie ; il a ainsi démontré l’absurdité et le néant de l’agitation stérile.
Commenter  J’apprécie          71
NiratremNiratrem   30 novembre 2016
Mais bien plus, le Chat veut que sa robe soit pure, lustrée, nette de toute souillure [...] Sous ce rapport, le moindre Chat surpasse de beaucoup les belles, les reines, les Medicis de la cour de Valois et de tout le 16e siècle, qui se bornaient à se parfumer sans s'inquiéter du reste.
Commenter  J’apprécie          50
ErzsyErzsy   23 septembre 2016
Sans doute, il se laisse toucher, caresser, tirer les poils, porter la tête en bas par les enfants, instinctifs comme lui ; mais il se défie de l'homme, et c'est en quoi il prouve son profond bon sens.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Théodore de Banville (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théodore de Banville
Le café - Théodore de Banville lu par Yvon Jean
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
511 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre