AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330113711
Éditeur : Actes Sud (03/10/2018)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Un réfugié sans-papiers hébergé par une femme charitable avoue avoir commis un meurtre dans une lettre qu’il n’enverra jamais. Une femme abandonnée par son amant pour lequel elle a quitté le Liban retrouve la lettre par hasard et se met à écrire à son tour, comme pour conjurer le sort, dans la chambre d’hôtel où elle attend sans trop d’espoir la fin de ses vingt ans d’errance. Jamais postée, oubliée, la lettre se retrouve par hasard entre les mains d’un autre étrang... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Baldrico
  29 juillet 2019
Un roman épistolaire. Ce n'est plus si fréquent.
De plus le dispositif est ici ingénieux: les lettres s'enchaînent, l'auteur de la deuxième a trouvé la première, celui de la troisième la seconde, et ainsi de suite. Elles ne sont donc jamais arrivées à destination.
La personnalité des auteurs et leur situation se dévoilent peu à peu et, au-delà d'eux, les circonstances, les sociétés où ils vivent, entre Proche-Orient et Europe.
Un amant arrogant et malheureux, une femme attendant un amour de jeunesse dans une chambre d'hôtel, un criminel en fuite, une femme mariée de force et qui tente d'expliquer ses choix et ses actes à son frère.
Tentatives désespérées, sans résultat possible, qui confinent au tragique. Métaphore des situations dramatiques d'incommunicabilité où se trouvent les sociétés du Proche-Orient.
J'ai aimé ce tableau dressé à hauteur d'homme et de femme, qui nous fait découvrir la réalité personnelle, intime, de personnes que nous pourrions croiser tous les jours sans franchir la barrière culturelle ou d'incompréhension qui nous sépare.
Une lecture prenante, intéressante et utile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
ART3MIS
  13 octobre 2018
Je souhaite tout d'abord remercier l'édition ACTES SUD et BABELIO pour m'avoir fait confiance en m'envoyant ce bouquin. Merci aussi pour le badge et le marque-page de la maison d'édition qui était une belle surprise et une magnifique attention.
J'ai bien aimé le “concept” de ce bouquin. Pour une fois, on ne suit pas l'évolution d'une personne mais d'une lettre qui va voyager et va parfois attendre longtemps avant d'être retrouvée. Tu vas lire l'histoire d'une maman qui a vécu dans la galère, d'une personne qui fuit son pays,…et d'autres récits mais je ne peux pas te le dire car il y en a que 5...
J'ai apprécié la lecture, pourtant, je pensais qu'il y aurait des émotions fortes dans le texte or il n'y en a pas autant que je l'espérais. Mais on comprend l'état d'esprit de la personne qui écrit et ça c'est le plus important.De plus, si on se met à la place de la personne écrivant la lettre il est très simple de ressentir toutes les émotions qu'il pourrait manquer dans le texte.
La lecture se fait presque en douceur malgré quelques thèmes crus choisis par Hoda Barakat. de plus, les personnes qui écrivent ce récit ont chacun un passé/une histoire intéressante donc j'ai aimé lire ces lettres.
Même si j'ai dit qu'il y avait des thèmes crus il ne faut pas croire que c'est le cas pour les 5 récits présents dans ce livre.
J'ai eu un début difficile et trouvé la première lettre un peu trop chaotique. J'avais le sentiment qu'il n'y avait pas de fil rouge qui menait l'histoire quelque part. Malgré une relecture j'avais toujours cette impression : trop d'idées dans tous les sens comme si l'auteur de cette lettre s'empressait de tout déballer dans un délai qui lui paraissait trop court. Si c'est le cas alors Hoda Barakat écrit très bien et sait retranscrire les émotions dans son écrit. Pourtant même si l'auteur l'a fait exprès ça compte comme un point négatif car après ce premier récit j'ai beaucoup appréhendé la suite et ralenti mon rythme de lecture.
Pour autant les autres récits sont agréables à lire.
Ensuite, ce qui a rendu la lecture plus agréable est le fait que deux lettres s'arrêtent d'une façon brusque. On ne sait pas ce qui se passe après donc je me suis posé des questions et c'est ce petit questionnement qui fait que la fin est impeccable.
Conclusion:
C'est un livre qui te fait prendre conscience que tu as de la chance car d'autres vivent des choses atroces donc, personnellement, ce bouquin m'a fait réfléchir. Hoda Barakat a réussi ce livre car les lettres sont très bien écrites (malgré des difficultés à la lecture de la première). Si au début tu as l'impression de faire des efforts pour rien alors accroche toi, les personnages suivants sont très bien construits et ce qu'ils “écrivent” est intéressant.
Mais d'un autre côté j'ai eu l'impression qu'il y avait une grande distance entre ces personnages et moi. Tu as beau ressentir son état d'âme et pouvoir imaginer ce qu'il ressent c'est comme si tu voyais tout ça à travers un écran de télévision : ça ne va pas traverser l'écran pour te toucher ou autre.
Donc 3 étoiles me semble le mieux pour ce livre (début un peu trop chaotique, même s'il se pourrait que ça soit fait exprès + la distance par rapports aux personnages).
Lien : https://unelectureparminute...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Arwen78
  06 mai 2019
L'idée de départ est originale. Une lettre écrite par un homme à une femme. Cette lettre n'arrivera pas à son destinataire. Quelqu'un d'autre la trouvera et écrira à son tour une autre lettre … Qui pour son père, sa mère, son cousin …..
Ces lettres voyageront (sept en tout) et mettront du temps à être trouvées.
Ce livre nous parle de conditions humaines et de relations humaines.
Je n'ai pas accroché à ce texte car il manquait d'émotion pour vraiment pouvoir l'apprécier.
Commenter  J’apprécie          100
Ninule
  26 octobre 2018
Merci à babelio et aux éditions Actes Sud.
Comme souvent chez Actes Sud, l'objet est beau et attractif.
Mais je dois avouer que pour cette fois, le contenu m'a moins convaincue que le contenant.
L'idée est originale : le fil conducteur est la découverte d'une lettre non parvenue (parce que généralement non adressée) au destinataire original, qui entraîne la confession épistolaire suivante.
L'écriture est agréable et subtile.
Mais autant j'ai du mal avec les descriptions lourdes à la Romain Puertolas, où l'auteur croit utile d'expliquer au lecteur jusqu'à comment comprendre les feintes, autant ici les petites touches sont parfois tellement subtiles qu'elles me sont restées hermétiques
Au point que - je ne me souviens pas que ça ne me soit jamais arrivé - j'ai dû consulter à plusieurs reprises la quatrième de couverture pour comprendre le contexte de la lettre
J'ai un peu plus accroché aux deux dernières lettres
Commenter  J’apprécie          10
Anis0206
  26 janvier 2020
Les aveux d'un réfugié sans abri couchés sur une lettre qui ne sera jamais envoyée. Cette dernière sera lue par une femme abandonnée par son amant et se met à écrire ses malheurs elle aussi. Commence alors un relai de lettres anonymes écrit par des gens pour exprimer leur malheur, leur désespoir et espoir dans la vie.
Des récits absolument bouleversant que nous offre Hoda Barakat à travers des personnages en butte à la misère sociale et qui luttent contre leurs propres démons.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
BaldricoBaldrico   29 décembre 2019
L'homme libre ne se doit pas nécessairement d'être fort, ou le fort d'être libre, comme dans les livres d'histoire ou les contes héroïques, constant, audacieux et intrépide, porté par une vague de lumière qui guide les gens autour de lui. Mon voisin, qui s'est jeté du cinquième étage après avoir vu égorger son fils sous ses yeux, qu'a-t-il à faire des gens ou des choses qui l'entourent ou des paroles du curé qui le sermonne dans sa tombe sous prétexte que Jésus n'aime pas le suicide alors que, à ce qu'on dit, il s'est bel et bien suicidé? Tout le monde, sauf le curé, sait que le Christ s'est suicidé. Mon voisin était un homme vieux et malade, faible de constitution et d'esprit. Mais il avait décidé d'être libre en volant du cinquième étage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ART3MISART3MIS   07 octobre 2018
"Un homme un jour appâte un jeune benêt
Par de l'argent pour obtenir ce qu'il voulait
I lui dit : Apporte-moi le cœur de ta mère
Tu auras dirhams, perles et joyaux
Dans son sein le fils va planter le couteau
Puis en sort le cœur et l'apporte aussitôt
Mais il courut si vite que le cœur tomba..."

Or rappelle-toi que, quand l'enfant trébucha, le cœur roula en s'écriant :

"Mon fils chéri, tu ne t'es pas fait mal ?"

Lorsque, ayant compris son forfait, l'enfant commença à laver le cœur de sa mère avec les larmes du repentir et à poignarder le sien pour expier sa faute et faire de lui même un exemple, le cœur s'écria de nouveau :

"Arrête ton bras ! Tu veux donc m'immoler deux fois ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2018
C’est vrai, je suis incorrigible, je passe facilement des élucubrations de mon imagination fertile, je veux dire de mes fantasmes, à la réalité. Je confonds beaucoup réalité et illusion. Mais ça ne m’angoisse pas. Au contraire, cela m’amuse énormément. Comme quand je fais un rêve la nuit et passe toute la journée du lendemain – quand c’est pas plus – à en revivre les détails.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2018
Moi qui suis d’habitude incapable d’attendre sans m’endormir, je n’ai pas eu besoin cette fois de lui résister. Il ne m’est tout simplement pas venu, cet assoupissement que je n’arrivais pas à m’ôter de la tête et des membres, bien que je ne trouve dans cette chambre strictement rien pour me distraire, à part regarder les meubles et les objets un par un comme s’ils avaient de l’importance ou une quelconque signification. Quand on n’a rien à faire, on se cherche inconsciemment un lien avec les objets et leur sens, comme si on en retrouvait le souvenir, comme si on les connaissait ou s’ils évoquaient pour nous un lieu, une histoire. Je me dis par exemple que la poignée de porte de l’armoire ressemble à celle que je voyais chez ma tante, dans le vieil appartement qu’elle a dû quitter pendant la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2018
Je crois… Je crois qu’il serait temps pour moi de parler à cet homme qui n’arrête pas de lorgner dans ma direction. On pourrait peut-être s’entendre. Je lui dirai que j’aime franchement les femmes, enfin… je veux dire, uniquement les femmes, que je n’ai strictement rien contre les homosexuels, que j’ai même des amis très chers qui en… Et si je trouve en lui une oreille réceptive, je lui expliquerai posément que le fait de me regarder comme il le fait est une chose gênante, enfin, qui commence à le devenir et qu’il n’est peut-être pas nécessaire que j’aille trouver la police pour leur expliquer que…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Hoda Barakat (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hoda Barakat
Entretien avec l'auteure Hoda Barakat qui publie aux éditions Actes Sud, « Courrier de nuit». ? Abonnez-vous a? la chai?ne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart ? Toutes les vide?os de Mediapart : https://www.mediapart.fr/studio/videos ? Abonnez-vous a? Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Petit quiz sur la littérature arabe

Quel est l'unique auteur arabe à avoir obtenu le Prix Nobel de littérature ?

Gibran Khalil Gibran
Al-Mutannabbi
Naghib Mahfouz
Adonis

7 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : arabe , littérature arabeCréer un quiz sur ce livre