AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782375791769
420 pages
Éditeur : Critic (02/04/2020)
3.85/5   34 notes
Résumé :
Venezuela. Une jeune femme se réveille au milieu de la jungle, seule, amnésique, blessée, reliée à un parachute. Autour d'elle, à perte de vue, la végétation.....et le grésillement d'un talkie-walkie. Très vite, la jeune femme comprend qu'elle n'est pas aussi seule qu'elle le croyait : de drôle de prédateurs rôdent au cœur de la jungle, des miliciens armés jusqu'aux dents, et déterminés à déterrer des secrets depuis longtemps oubliés....

À quelques mi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Spilett
  09 novembre 2020

Une jeune femme se réveille à même le sol empêtrée dans un parachute, elle est mal en point. Seule. Amnésique. Peu de temps après son réveil, elle est contactée sur son talkie-walkie par Chris, compagnon d'infortune, lui aussi blessé. Il lui apprend qu'ils se sont crashés avec un petit monomoteur sur une montagne tabulaire du Venezuela : un tepuy. Ils venaient tous les deux en ce lieu difficile d'accès pour exfiltrer Ed, le frère de Chris et fiancé de la jeune femme.
Je ne me suis pas régalé avec ce texte. Dans la première moitié il ne se passe pas grand-chose, j'avais juste l'impression de lire un manuel de survie en milieu équatorial. Puis au début de la seconde moitié du roman on comprend enfin tous les enjeux de la découverte effectuée par Ed et son équipe de scientifiques. du coup l'auteur ne sait plus s'il doit continuer son récit d'aventure, basculer vers le fantastique ou plonger dans de la science-fiction. Tout devient exagéré, caricatural, sans finesse…
Je me suis fourvoyé dans une lecture pour ados nourris aux Marvel et aux productions hollywoodiennes taillées pour Dwayne Johnson.
L'idée du tepuy était dépaysante mais je n'ai pas suivi le bon guide…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
StefEleane
  27 janvier 2021
Au Venezuela, une jeune se réveille au milieu de la jungle. Amnésique et blessée, dans un milieu hostile. François Baranger n'est pas tendre avec son personnage principal, il faut bien l'avouer, et cela va empirer au fil des pages.
Ruz est une jeune en excellente condition physique. Mais lorsqu'elle se réveille avec une végétation à perte de vue, sans aucune trace de la raison de sa présence ici ni d'aucune civilisation, il y a de quoi s'interroger ! Son instinct lui dicte des éléments de survies, pourquoi ? Qui est-elle ?
Lorsqu'elle entend un talkie-Walkie crépiter et lui laisse entendre qu'elle n'est pas seule sur ce tepuy, elle se lance à corps perdu vers cette source de vie.
Son instinct la guiderait, lui dicterait sa conduite. Avant que son compagnon d'infortune ne lui demande comment désinfecter sa plaie, elle n'en avait aucune idée, et, soudain, l'information était remontée des profondeurs de sa mémoire, s'imposant à elle : faute d'un véritable antiseptique, l'urine, stérile, contient de l'acide urique pouvant contribuer au nettoyage d'une plaie. Cette résurgence de ses connaissances avait été aussi spontanée qu'inattendue. À croire qu'une amnésie comme celle dont elle était affligée n'effaçait pas la mémoire, mais en perturbait simplement l'accès.
En Floride, un privé est engagé pour retrouver un avion volé. Clinton Fisher va creuser si loin qu'il va tomber dans les méandres d'un laboratoire pharmaceutique sans scrupules.
François Baranger change d'univers par rapport au livre précèdent L'effet DominoFrançois Baranger, dans celui-ci on est propulsé en pleine jungle avec des surhommes et une force étrangère . Un mélange d'intrigue scientifique-fantastique. Telle la couverture, qui est d'ailleurs l'oeuvre de l'auteur, ce livre est très visuel. On aurait tendance à frôler la flore et sentir les gouttelettes sur nos vêtements.
Une aventure palpitante pour celui qui se laissera porter par l'imagination fantastique de l'auteur.
Lien : https://lesciblesdunelectric..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mdlivres
  20 novembre 2020
C'est l'histoire d'une erreur heureuse.
Il y a longtemps que sur les réseaux sociaux j'admire les illustrations d'un artiste prolifique que j'aime vraiment beaucoup. En effet, François Baranger a énormément de talent et j'ai complètement craqué sur les scènes mettant en image les grands anciens des récits lovecratiens (oublions un instant les révélations sur Lovecraft et concentrons-nous sur le sieur Baranger) qui ont emplis de nombreux rêves (cauchemars) de ma jeunesse.
Or, ce bourreau de travail fait la promotion il y a peu de son livre Tepuy. J'aime les surprises, je ne cherche pas à savoir ce que tepuy signifie, le mot sonne bien, il est même exotique à l'oreille, la couverture est prometteuse, je file le commander chez mon libraire.
Quelle n'est pas ma surprise en allant le chercher de tomber sur un roman, mais… je ne comprends pas, l'auteur est bien François Baranger, pas comme cet ouvrage dont il n'avait réalisé que la couverture (oui je cumule les étourderies) pourtant pas d'autre dessin que la couverture. Je réalise soudain que Baranger est également écrivain. Ah… Ce ne sont pas que des images ?
Alors j'aime lire, tout va bien mais j'avoue que je partais un peu sur une certaine réserve.
Je n'avais lu le résumé qu'en diagonale pour ne pas trop me spoiler, j'entrais donc dans ce livre sans savoir si je me régalais de fiction, polar ou que sais-je ?
Ouvrons Tepuy ensemble, voulez-vous ?
Petite intro en italique, j'aime ces effets de polices d'écriture qui introduisent des parenthèses dans le texte.
« Elle ouvre les yeux.
Il fait noir et froid. Une douleur sourde.
Ses paupières sont trop lourdes. Elles retombent »
D'entrée de jeu je me demande si c'est un thriller, et la victime se réveille dans un terrain inconnu.
Wow, ça part pas mal…
Au niveau de la mise en forme, tout fonctionne, c'est fluide, le roman se lit bien, il n'est pas lourd, ne souffre pas trop de répétitions, les effets de style sont légers. C'est correct.
Quant aux personnages, en fait de victime nous avons une héroïne badass que nous découvrirons tranquillement au fil du récit.
Les personnages sont travaillés, peut-être qu'il y a un peu trop de mystère sur les relations entre certains d'entre eux mais dans l'ensemble j'ai aimé chaque personne dans cette jungle. C'est ce qui m'a un peu chagriné, les méchants ne le sont pas forcément tout le temps, les gentils sont parfois un peu mièvres.
Je suis tombée en admiration devant ce personnage secondaire pourtant central, le vrai héro de ce bouquin (à mon humble avis), le détective privé qui – lui – est loin de tout cliché. J'en suis à vouloir lire tout Steinbeck.
Bon, je suppose que je ne vais pas vous spoiler si je vous dévoile que c'est un récit d'aventures mêlant argent, pouvoir et science-fiction ?
La SF démarre déjà avec le personnage de Ruzena qui est un peu trop pimpée à mon gout, la nana est parfaite dans sa spécialité, son accompagnant ne fait que rehausser le caractère entier de cette sportive de l'extrême. Je n'ai du coup pas trop accroché au personnage aux prises avec des trous de mémoires très handicapants. Des introspections un peu trop larmoyantes, induites par la frustration de ne pas se souvenir ont coupé le rythme de ce récit haletant. Ils étaient nécessaires mais en trop grand nombre à mon goût. Enfin, et c'est bien là la complexité de mon avis sur ce livre, j'ai aimé Ruzena mais elle m'a paru « trop » plein de choses, cela m'a un peu agacée, j'avais la sensation que François Baranger avait hésité sur le caractère de cette femme et qu'il avait décidé de tout garder. Et je n'adhère pas totalement.
Les descriptions sont époustouflantes et on retrouve presque les fresques dessinées par l'artiste, on sent le souci de nous immerger dans son univers et j'ai beaucoup aimé être emportée dans ce décor étourdissant. J'ai bien senti que si François Baranger avait produit une série de livres illustrés adaptés de nouvelles de Howard Philip Lovecraft c'est bien qu'il avait aimé l'univers tant j'ai retrouvé d'écho dans sa façon de décrire le vertige :
« Elle se tenait au sommet d'une falaise comme elle n'en avait jamais vu. Un à-pic d'une hauteur inconcevable, tombant droit vers la jungle en contrebas. »
Au final, je suis une lectrice difficile, j'aime ce qui est sombre, triste, malaisant et peut être que ce récit était trop positif en fin de compte pour moi car je me rend bien compte que je pinaille pour du détail.
En d'autres termes, François Baranger nous immerge dans Tepuy pour une aventure humaine forte de rebondissements et moi tout ce que je désire c'est connaître l'histoire du détective privé.
Lien : https://mangeusedelivre.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
patlam
  25 novembre 2020
Coincée dans une jungle hostile et inconnue,une jeune femme, apparemment amnésique après un crash d'avion,essaie de survivre et de retrouver son compagnon tout en devant faire face à d'étranges mercenaires surentraînés.Entre thriller,récit fantastique et science-fiction, François Baranger change de registre tout en gardant en filigrane les thèmes principaux de ses deux précédents romans.Une écriture précise et efficace, des chapitres courts qui alternent les points de vue et la perception de la situation des divers personnages pour donner une vision globale de l'intrigue mais qui pourtant à du mal à convaincre.Une mise en place qui se révèle quelque peu confuse,peu captivante et traîne surtout en longueur.Les introspections assez mièvres et les parenthèses existentielles,coupent de façon regrettable le rythme de la narration.La seconde partie est plus enlevée,les machinations entre suprématie économique, jeux de pouvoir et recherches scientifiques se révèlent,les masques tombent et l'action prend le pas sur la réflexion.Par ailleurs,si l'auteur a essayé de rendre l'aspect scientifique le plus juste possible,l'ensemble reste cependant extrêmement nébuleux pour pouvoir intéresser pleinement.La dimension fantastique et les légendes amérindiennes basculent radicalement dans la science fiction et le récit sombre alors dans la facilité,perd de sa finesse et une forme de vraisemblance.Les protagonistes manquent singulièrement de relief,l'intrigue n'est pas exploitée à hauteur de son potentiel et François Baranger va au plus simple en privilégiant le spectaculaire à la profondeur et la complexité laissant de fait de nombreuses questions en suspend.Un déplorable épilogue standard et très théâtral clos cette aventure qui pourtant s'annonçait;de par son sujet et sa situation géographique,des plus prometteuse.
Au final,Tepuy reste un roman distrayant,bien écrit et avec de bonnes idées mais sans un réel intérêt de par sa construction et son développement.Une déception par rapport aux précédents romans de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
analyse
  29 juin 2020
Je remercie les éditions Critic de m'avoir fait découvrir ce magnifique thriller d'aventure que j'ai savouré avec délectation.
François Baranger nous plonge directement au coeur de l'action. On se retrouve dans une foret dense et humide, avec une jeune femme adepte de sports extrêmes qui se réveille amnésique dans la toile de son parachute . Bientôt , elle s'apercevra qu'elle n'est pas venu seule dans cet endroit.
J'ai adoré cette ambiance étrange et glaçante à la fois que l'auteur met en place. le fait de faire retrouver sa mémoire à Ruz au compte goutte de façon a créer de petits rebondissements. C'était juste judicieux.
Parallèlement, on va être avec Fisher, un détective privé qui va enquêter sur le vol d'un petit avion emprunté par Ruz , et qui va être très vite confronté à un Trust pharmaceutique digne de la mafia.
Quel rapport entre Ruz et cette entreprise?
Que fait Ruz dans cette jungle?
Comment a-t-elle pu se crasher, elle qui est une pilote aguerrit?
J'ai adoré le style et la plume fluide de l'auteur qui ne nous laisse pas une minute de répit. Un intrigue intelligemment ficelée avec une fin au carrée comme je les aime. Des thématiques intéressantes, intrigantes, originales et cette touche de fantastique bien dosée qui m'a fait frissonné. Une construction parfaite, pas de temps mort, j'ai juste surkiffé! Mon dieu que c'était bon!
Même le lieu est original ! Un tepuy les amis! J'en avais jamais entendu parler avant :lol: ( Pour ceux qui ne savent ce qu'est un tepuy: c'est un haut plateau de falaise qui s'élève au dessus de la jungle en Amérique latine) Et oui nous sommes au Venezuela, je vous dit pas le dépaysement ça change de tous ces romans qui se passe en ville!
D'un coté cette flore luxuriante et si dense et de l'autre des falaise, de la roche à perte de vue et puis cette faune plutôt atypique, des mercenaires aux pouvoirs surhumains avec qui nos amis vont avoir fort à faire… J'ai adoré être avec eux!
Que dire sur les personnages….
Ils sont tous extrêmement bien campés. Ils sont tous vrais, humains. Et pour certains assoiffé par l'argent, le pouvoir. On peut voir jusqu'ou l'être humain est capable d'aller par ambition, ça fait juste froid dans le dos.
J'ai aimé Ruz que l'on va suivre tout au long de l'histoire, que je pensais au début un peu superficielle mais qui c'est avéré que pas du tout, c'est une battante dans l'âme pour qui on ressent de l'empathie très vite.
Fisher , le détective privé, un vieux de la vielle comme on dit à qui on ne la fait pas qui a une passion pour la lecture.
Et puis beaucoup d'autres que vous découvrirez en lisant ce thriller d'aventure qui plaira j'en suis sure à beaucoup d'entre vous ;)

Lien : https://chapitrealire.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2020
Quelqu’un la retient, l’empêche de se mouvoir. Non, pas quelqu’un…, quelque chose. Des fils. Elle est prise dans des fils emmêlés. Comme une toile d’araignée géante. Celle qui l’a tissée va-t-elle venir chercher sa proie ?

Elle veut crier, aucun son ne jaillit de sa gorge. Même ses lèvres ne lui obéissent pas. Ce rêve est un cauchemar. Il faut se lever pour y mettre fin, ne pas y replonger. Elle concentre toutes ses facultés dans ce but, sans succès. Ses jambes sont paralysées. Elle a si froid qu’elle est engourdie. Dans un spasme, elle réussit à bouger son bras de nouveau. Sa main, retenue par les fils, ne va pas loin, et retombe sur une surface lisse et douce. Du tissu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2020
Une règle élémentaire, probablement récitée maintes fois jusqu’à devenir un automatisme. En cas de doute sur la toxicité d’un végétal, on respecte une procédure simple. On commence par l’écraser au creux du bras ; si après dix minutes ça ne gratte pas, on répète le même geste à la commissure des lèvres. On laisse passer à nouveau dix minutes. En l’absence de réaction particulière, on dépose un petit morceau sur la langue, sans l’avaler. Encore dix minutes plus tard, s’il ne s’est toujours rien passé, on tente d’en ingérer une petite quantité. Au bout d’une heure, si l’on ne présente pas de symptôme inquiétant, on peut enfin considérer l’aliment comme consommable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2020
Nulle plaque rouge, démangeaison, nausée ni vertige ; ces baies, bien qu’amères et râpeuses sur la langue, lui permettraient de ne pas trop s’affaiblir, au moins dans les prochains jours. Après, il faudrait trouver autre chose.
Dès qu’elle se sentit de nouveau d’attaque, elle se relança à l’assaut du labyrinthe de verdure. Par moments, des mouvements furtifs sous les racines ou dans les feuillages denses trahissaient une présence animale. Intuitivement, Ruz se doutait que le plateau ne recelait pas d’espèces de grande taille, potentiellement dangereuses ; des insectes ou des serpents venimeux, en revanche, c’était moins sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2020
Son instinct la guiderait, lui dicterait sa conduite. Avant que son compagnon d’infortune ne lui demande comment désinfecter sa plaie, elle n’en avait aucune idée, et, soudain, l’information était remontée des profondeurs de sa mémoire, s’imposant à elle : faute d’un véritable antiseptique, l’urine, stérile, contient de l’acide urique pouvant contribuer au nettoyage d’une plaie. Cette résurgence de ses connaissances avait été aussi spontanée qu’inattendue. À croire qu’une amnésie comme celle dont elle était affligée n’effaçait pas la mémoire, mais en perturbait simplement l’accès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2020
Elle n’avait jamais vécu un tel réveil. Elle se s’efforça de bouger, de faire jouer ses membres engourdis. La douleur lui tomba dessus d’un coup, sans prévenir. Partout, dans ses bras, ses jambes, son bassin et, surtout, sa tête. Elle gémit. Son pitoyable, émis par une gorge enrouée. Toutefois, aussi faible qu’il fût, ce râle pénétra dans ses oreilles et, comme s’il réactivait ses tympans, apporta avec lui d’autres bruits. Un frémissement léger et continu, quelques chants d’oiseaux au loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de François Baranger (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Baranger
Chronique de "Tepuy" de François Baranger dans l'émission Sous couverture sur RTBF
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'effet domino" de François Baranger.

Quel objet trouve-t-on souvent sur les corps des victimes ?

un dé
un domino
une pièce d’échec

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : L'effet Domino de François BarangerCréer un quiz sur ce livre