AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843047722
Éditeur : Zulma (17/03/2016)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Il suffit parfois de presque rien. Un long cheveu blond entortillé autour de la bretelle du maillot de corps de Dov. Pour Zahava, l’épouse modèle un peu amère, c’est l’électrochoc. Elle n’a rien vu venir, ni que l’homme ronflant à ses côtés depuis trente ans ait l’idée de la tromper, ni qu’elle puisse soudain perdre tout contrôle.
Bardée d’une jalousie débridée et d’une imagination galopante, Zahava vide les placards, enquête et formule les hypothèses les plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  28 septembre 2016
Votre mari vient d'avoir soixante ans, vous la cinquantaine, votre mariage est périmé, mais en façade tout baigne, vos enfants désormais adultes ont déserté le foyer familial, vous entendez ou lisez divers histoires insipides d'adultères, ça vous concerne peu ou pas, vous vous croyez désormais à l'abri de ce genre de mésaventure.......et pourtant, "il suffit de l'épaisseur d'un cheveu pour tout faire basculer ."
L'histoire en gros c'est ça, le reste c'est la plume hilarante de Benny Barbash qui nous décortique et nous cuisine cette histoire à une sauce burlesque, où l'imagination galope. A travers la folle aventure qu'entame Zahava, notre héroine, afin de trouver la propriétaire du cheveu, elle passe en boucle l'histoire de son couple, qui oscille entre religion et laïcité, joies et drames, doutes et certitudes, désirs et regrets.......pour savoir comment elle en est arrivée là, à cette position humiliante, "fouillant dans les affaires d'un homme qu'apparemment elle ne connaissait pas malgré toutes les années passées à ses côtés." C'est loin d'être tragique, la Zahava est une coquine et a plus d'un tour dans son sac pour assouvir son "syndrome d'Othello".......la suite dans le livre.
Barbash avec un humour féroce dans un récit non linéaire, à un rythme trépident, nous décline toutes les nuances de la nature humaine, égoïsme, jalousie, peur, ambition,désir, répulsion, refoulement,.....qui nous amènent à des relations tordues et compliquées, tous domaines confondus. Vu les temps, il nous rajoute un jeu virtuel qui corse encore plus l'affaire (" Mon dieu, quelle histoire ") et multiplie les questions dont les réponses deviennent de plus en plus floues.
Une belle analyse intelligente de l'âme et des rapports humains faites avec beaucoup de légèreté et un grand plaisir de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          635
mollymon
  28 mai 2016
Israélienne, juive devenue pratiquante pour l'amour de son mari, Zahava qui respecte les principes religieux du quotidien, est une épouse et mère de famille tranquille qui se satisfait de sa routine familière. Mais quand soudain elle découvre un indice qui lui laisse supposer que son mari pourrait la tromper, c'est la crise !
Bien qu'elle ait depuis longtemps perdu tout intérêt pour un amour endormi par les décennies de vie commune et de frustrations, la voilà, à son grand étonnement, devenue le jouet d'une jalousie féroce et se met à chercher les preuves de la culpabilité de son époux.
Abandonnant toute retenue, son esprit se met à battre la breloque, se perd en conjectures et présomptions mais Zahava en femme intelligente, réfléchit aux indices. Ce faisant, elle renforçe les soupçons qui nourrissent son obsession et qui l'entraînent dans une folle aventure où se mêlent joyeusement situations absurdes et élucubrations aux interrogations philosophiques.
Au fil des pages, Zahava constate combien sa vie s'est égarée et après avoir perdu tant d'années, elle éprouve le besoin de se libérer.
En jouant d'ironie et en posant d'habiles questions, Benni Barbash laisse Zahava s'enfermer dans ses mensonges, puis l'amène à prendre conscience de ses erreurs de jugement pour se poser les bonnes questions et trouver enfin sa propre vérité. Avec brio et beaucoup d'humour l'auteur montre comment parfois il s'en faut juste d'un cheveu pour bouleverser une vie.
Merci à Babelio et aux éditions Zulma pour cet excellent roman reçu dans le cadre de l’opération Masse Critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
missmolko1
  29 décembre 2016
Je m'attendais à passer un bon moment et je ne suis pas déçue avec ce roman de l'auteur israélien Benny Barbash.
L'intrigue est prenante et la plume de l'auteur est vraiment très drôle. J'ai pris un vrai plaisir a la lecture (surtout la première partie) qui est complètement délirante. Zahava est attachante et a une imagination débordante. Son mari, Dov, nous apprenons à le connaitre au fil des pages et je dirai que c'est un personnage qui m'a touché.
L'auteur nous entraine avec son roman et le lecteur passera par différents sentiments : le rire, l'émotion, la colère.... Il décrit à merveille le temps qui passe dans un couple avec toujours une pointe d'humour :
"- [...] Quand avez-vous découvert cette boite ?
- Aujourd'hui, répondit Zahava, avec l'impression d'avoir vécu toute une vie depuis le matin.
- Et qu'espérez-vous y trouver ?
- Je ne sais pas. Peut-être un secret.
- Un secret qui vous appartient ?
- Non, un secret de mon mari.
- Avant de découvrir le coffret, vous pouviez vivre sans ce secret ?
- Je ne savais pas qu'il existait.
- A présent non plus vous ne savez pas. Et si vous me demandez mon avis pourquoi le découvrir ?
- Pour connaitre celui avec lequel je vis. Pour savoir s'il me cache quelque chose.
- Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ?
- Trente-deux ans, répondit Zahava, embarrassée.
- Madame, lui dit l'Arménien, si vous devez encore ouvrir des boîtes après trente-deux ans de mariage, aucune boîte ne vous aidera à comprendre ce que vous n'avez pas pu apprendre durant tout ce temps. "
L'histoire se déroule en Israël et l'on découvre une autre culture, une religion et des coutumes et traditions bien différentes des nôtres.
"-Tu crois que Dieu existe ? lui avait demandé l'écrivain.
-Peu importe ce que je pense. Mes pensées n'ont aucun effet sur l'existence ou la non-existence d'un moustique, à plus forte raison sur celle de Dieu."
Ce roman est vraiment une chouette découverte. C'était ma première rencontre avec l'auteur mais surement pas la dernière.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Nadael
  24 mai 2016
Un cheveu blond égaré sur le maillot de corps de Dov, et c'est l'existence entière de Zahava, sa femme qui va s'effondrer. La stupéfaction passée, la rage surgit. Là voilà qui imagine la femme qui se cache derrière ce cheveu, celle qui lui fait ombrage. Toutes sortes de plans et d'échafaudages se mettent en place dans son esprit, du plus farfelu au plus logique, du plus raisonnable au plus extravagant. La maison est scrutée dans le moindre recoin, les placards sont vidés, les courriers lus, et l'imagination de Zahava cavale à tout va. Un tiroir qui lui résiste et c'est la panique... il lui faut trouver un serrurier au plus vite. Une enquête minutieuse commence.
La jalousie s'est emparée de Zahava avec une violence inouïe. Comment Dov a pu lui faire ça ? Après tant d'années à cheminer ensemble, lui brillant avocat, elle mère au foyer aux petits soins de toute la famille – les deux enfants, un garçon une fille ont aujourd'hui quitté le nid –. Elle pensait le connaître par coeur depuis leur première rencontre. Ils étaient étudiants tous les deux... Dov aurait une vie parallèle, un secret qu'il avait jusqu'ici bien gardé... depuis combien de temps des cheveux blonds se promènent ainsi sur son corps ?
Zahava est allongée sur le divan de son analyste. Trente-sept minutes se sont égrennées dans un silence de plomb et puis elle articule enfin une phrase : « Tout ce qu'il y a entre mon mari et moi, c'est une tache de café. » Et elle s'en retourne dans son mutisme jusqu'au moment où le flot de parole s'écoule. Mais pour que sorte la vérité libératrice, il aura fallu du temps, des allers et retours entre le passé et le présent, des soupçons à éclaircir, des nons-dits à déterrer, des mauvais choix à admettre, des remises en question à prévoir, des souvenirs à digérer, un avenir à considérer...
En un long monologue intérieur, Zahava déroule cinquante ans d'une vie aux multiples plis. Des sillons dans lesquels elle se glisse pour comprendre et déchiffrer ce qu'elle n'a pas pu ou voulu voir. Elle se lance ainsi dans une spirale de réminescences et de digressions en réflexions, tout s'éclaire.
Et c'est finalement grâce à ce cheveu blond étranger qu'elle remontera le fil de sa propre existence, fil dont elle ne s'était jamais écartée. Toujours à suivre Dov, elle n'écoutait plus ses envies à elle, ne décidait plus de rien, ne se projetait plus...
Avec drôlerie et fantaisie, une galerie de personnages (nommés par leur fonction sociale) hauts en couleur – le serrurier, l'analyste, la physicienne, l'écrivain, le détective privé... – et des situations rocambolesques, un rythme effréné et des dialogues savoureux, l'auteur parle du mariage, de ses petites et grandes contrariétés. Un jeu de piste, un puzzle à reconstituer, une quête de soi.

Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
traversay
  06 mai 2016
"La jalousie ne permet jamais de voir les choses telles qu'elles sont. Les jaloux voient le réel à travers un miroir déformant qui grossit les détails insignifiants, transforme les nains en géants et les soupçons en vérité." Cette citation de Miguel de Cervantes traduit parfaitement la folie soudaine et irrépressible de Zahava, quinquagénaire israélienne, alors qu'elle vient de découvrir un cheveu blond accroché au maillot de corps de son mari. Et il n'en faut pas plus à Benny Barbash pour se lancer dans le monologue intérieur d'une femme prise dans les rets d'une terrible jalousie. Tour à tour loufoque, démente et pathétique, la quête de Zahava dans La vie en cinquante minutes devient une aventure épique et surréelle avec l'écriture d'un écrivain dont on connait l'inventivité et l'humour dévastateur depuis la parution de My little Sony. Son héroïne déploie des trésors d'imagination pour accéder à la terrible vérité, tout du moins celle qu'elle imagine. Et sa déraison est d'autant plus "délectable" qu'elle se heurte aux comportements (plus ou moins sensés) et aux états d'âme de personnages secondaires croqués avec amour : un analyste, un serrurier, un écrivain, un détective privé, ses amies, son mari ... Autant dire qu'on ne s'ennuie guère dans ce roman qui fait de la digression un art suprême. Au-delà de la jalousie, Barbash ausculte le quotidien d'un couple et le dérèglement d'une femme en pleine crise existentielle. le tout dans un pays, Israël, totalement schizophrène, même si le livre est moins ouvertement politique que les ouvrages précédents de l'auteur. Sous une plume plus "sérieuse", La vie en cinquante minutes pourrait être un récit dramatique et angoissant. Mais la verve de Benny Barbash et son sens du rythme donnent au roman des couleurs vives qui en rendent la lecture extrêmement divertissante. Sans que l'on en oublie pour autant le côté sombre de cette introspection profonde et diabolique.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (2)
Lexpress   20 juin 2016
La folle enquête d'une épouse jalouse, sous la plume féroce et ironique de l'Israélien Benny Barbash.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaPresse   25 mai 2016
Quoique fondé sur une thématique peu originale, le roman fait revivre l'existence de cette femme avec une telle fougue qu'on ne peut que se laisser entraîner dans son tourbillon obsessif.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   26 septembre 2016
Étendue sur le dos, elle se sentait exposée, sans défense et au lieu de se concentrer sur les raisons mêmes qui l’avaient poussée à consulter un analyste, elle s’égarait dans des considérations secondaires : pourquoi faut-il être étendu sur le dos ? En quoi cette position favorise-t-elle la thérapie ? Pourquoi le divan est-il si dur ? Pour empêcher les patients de s’endormir ? Était-ce la raison pour laquelle la psychanalyse ressemblait aux autres religions ?Dans les églises, les synagogues et les mosquées aussi, on proposait aux patients des bancs raides qui cassaient le dos ou des paillasses poussiéreuses qui meurtrissaient les genoux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
missmolko1missmolko1   01 janvier 2017
Au même moment, la physicienne qui était en train d'en enfourner une grosse bouchée lui avait demandé : Qu'est-ce qui n'est pas cachère dans le hoummous ? Zahava l'avait regardée, interloquée, puis s’était tournée vers ses deux autres amies qui paraissaient en plein accord avec la physicienne.
Vous êtes des ignorantes ou vous ne savez vraiment pas ? avait demandé Zahava. Et elle avait énuméré les diverses raisons pour lesquelles ce plat populaire pouvait être frappé d'interdit alimentaire. A commencer par la pita elle-même qui pouvait être un aliment souillé : avait-on prélevé la dîme sur les champs des pois chiches? Les avait-on laisses en jachère tous les sept ans? Avec quels ustensiles et dans quelle cuisine avait-on préparé le hoummous? Sans compter que dans cette taverne, on servait du porc, vous imaginez un peu ! Et qui donc vérifiait que le persil n'avait pas été en contact avec des insectes? Et que les plats n'avaient pas été cuisinés pendant le shabbat que les Arméniens, propriétaires des lieux, ne sont nullement tenus de respecter ? Toutes ces raisons et d'autres encore étaient suffisantes pour précipiter les copines dans le cinquième cercle des géhennes, auprès des épicuriens et autres hérétiques et impies qui be croient pas à la résurrection des morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
missmolko1missmolko1   28 décembre 2016
- [...] Quand avez-vous découvert cette boite ?
- Aujourd'hui, répondit Zahava, avec l'impression d'avoir vécu toute une vie depuis le matin.
- Et qu’espérez-vous y trouver ?
- Je ne sais pas. Peut-être un secret.
- Un secret qui vous appartient ?
- Non, un secret de mon mari.
- Avant de découvrir le coffret, vous pouviez vivre sans ce secret ?
- Je ne savais pas qu'il existait.
- A présent non plus vous ne savez pas. Et si vous me demandez mon avis pourquoi le découvrir ?
- Pour connaitre celui avec lequel je vis. Pour savoir s'il me cache quelque chose.
- Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ?
- Trente-deux ans, répondit Zahava, embarrassée.
- Madame, lui dit l'Arménien, si vous devez encore ouvrir des boîtes après trente-deux ans de mariage, aucune boîte ne vous aidera à comprendre ce que vous n'avez pas pu apprendre durant tout ce temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
BookycookyBookycooky   26 septembre 2016
Jusqu’à cet instant-là, elle n’avait pas dit un mot, craignant que si elle exprimait clairement le sentiment confus qu’elle éprouvait à l’égard de son mari, accusé d’avoir raté leur mariage, de l’avoir trompée et lui avoir gâché la vie, son monde s’écroulerait. Ressentir confusément ces choses-là et, comme nous tous, continuer à vivre en faisant semblant, soit ; mais oser penser ces idées fuyantes, les formuler avec des mots clairs prononcés à voix haute devant un étranger, fût-il un thérapeute, était une action d’éclat qui risquait de bouleverser sa vie, d’ébranler les fondements mêmes de son existence, voire de la détruire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
NadaelNadael   24 mai 2016
« Le cheveu ne lui laissait pas de répit. Il enflait, s'allongeait et grossissait comme un énorme ver solitaire, se nourrissait grassement de ses angoisses et se régalait de ses soupçons, s'insinuait dans les méandres de son cerveau, s'enroulait avec son corps souillé et gluant autour de ses pensées, surgissait au bord de sa conscience aux moments les plus inattendus, lançait ses tentacules dans les moindres interstices de son existence, s'accrochait aux miettes de sa vie éparpillés aux quatre coins et s'emparait totalement de sa personne. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Video de Benni Barbash (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benni Barbash
Benny Barbash - La vie en cinquante minutes .Benny Barbash vous présente son ouvrage "La vie en cinquante minutes " aux éditions Zulma. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/barbash-benny-vie-cinquante-minutes-9782843047367.html Note de musique : Murmur by Chamomille - Vimeo Music Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3382 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..