AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070361960
280 pages
Éditeur : Gallimard (29/09/2003)
4.03/5   30 notes
Résumé :
"Il prit sur la table à écrire la cire argent et azur et un cachet. Jamais bourreau ne s'était servi d'instruments plus mignons. Le cachet, où était artistement gravée une mystérieuse devise d'amour, était un superbe onyx que lui, Dorsay, avait donné à Hortense dans un temps où la devise ne mentait pas. Il présenta à la flamme de la bougie la cire odorante, qui se fondit toute bouillonnante, et dont il fit tomber les gouttes étincelantes là où l'amour avait épuisé t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LydiaB
  05 juillet 2014
Ma critique porte sur la nouvelle "Léa".
Amédée de Saint-Séverin et Réginald de Beaugency, élevés ensemble bien que n'étant pas frères de sang, reviennent de leur long voyage en Italie (trois ans). Un retour somme toute forcé puisque la soeur d'Amédée, Léa, est bien malade. Ils avaient laissé une gamine de treize ans et retrouvent une belle jeune fille de seize ans. Belle ? du moins au yeux de Réginald car la pauvre adolescente se meurt d'un mal inconnu. La mère découvre que celui-ci éprouve pour sa fille un sentiment déraisonnable vu la situation. Elle le met en garde. Réginald va être ainsi tiraillé entre la raison et l'amour.

Le sujet est typique du XIXe siècle : l'amour impossible, la confrontation entre le coeur et l'esprit, la passion dévorante créant une sorte de dépression chez celui qui la subit... Mais n'oublions pas que l'auteur n'est pas quelqu'un à tomber dans le piège de la mièvrerie ! Il va faire sortir de ce thème un texte magistral ! Une nouvelle, une vraie de vraie, avec une chute brillante de concision. Et quel style ! Allez, je vous laisse la lire.

Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
AlineMarieP
  28 octobre 2014
Barbey (pour les intimes), c'est l'écrivain de la grandeur tant dans sa vie que dans ses écrits et,ce, avec tous les risques que cela comporte.
Les deux premières nouvelles "Une histoire sans nom" et "Une page d'Histoire" me semblent ideales pour rentrer dans le "catalogue" de l'auteur. On y retrouve tous les traits aurevilliens: la beauté, l'amour, la religion, une Normandie chérie et fantasmée pour (re)travailler L'Histoire, une critique sociale, des dysfonctionnements familiaux (avec une incarnation physique voire médicale) et l'importance de ce fantastique inquiétant qui sommeille en chacun de nous.
Barbey est un écrivain hors norme aujourdh'ui comme pour ses contemporains par ses prises de positions comme pour sa langue mais pour une plongée dans des Landes brumeuses made in XIXe, il est le compagnon idéal.
Commenter  J’apprécie          60
CamilleRabelle
  09 avril 2020
Voilà un bien drôle de titre, alléchant sans nul doute ! Barbey d'Aurevilly nous entraîne dans les Cévennes profondes, où les sentiments peinent à émerger des coeurs et où les châtiments seront terribles. Une merveille. Un peu moins de réussite pour les autres nouvelles inclues.
Commenter  J’apprécie          10
BLC
  06 novembre 2012
Fascinant
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   05 juillet 2014
Qui ne sait pas que tous nos amours sont de la démence ? Que tous nous laissent à la bouche la cuisante absinthe de la duperie ?
Commenter  J’apprécie          470
MANDINMANDIN   05 octobre 2014
"Où les historiens s'arrêtent, ne sachant plus rien, les poètes apparaissent et devinent. Ils voient encore quand les historiens ne voient plus. C'est l'imagination des poètes qui perce l'épaisseur de la tapisserie historique ou qui la retourne pour regarder ce qu'il y a derrière." Une histoire Sans Nom
Commenter  J’apprécie          40
ChrystaalleChrystaalle   07 septembre 2011
A présent les amoureux ne s'enlèvent plus. Ils s'en vont, prosaïquement ensemble, dans un wagon de chemin fer, et ils reviennent après le "petit badinage consommé " comme dit Beaumarchais, aussi bêtement qu'ils étaient partis , et parfois beaucoup plus
Commenter  J’apprécie          10
ChrystaalleChrystaalle   07 septembre 2011
sur qui la nuit, la peur et la mort, entassaient leur triples ténèbres pour cacher à jamais l'enfant sans nom de cette lamentable histoire sans nom

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jules Barbey d'Aurevilly (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Barbey d'Aurevilly
Jules Barbey d’Aurevilly 4/4 : Une lecture historienne de Barbey (France Culture / La compagnie des auteurs). Photographie de Jules Barbey d'Aurevilly vers 1860 • Crédits : Photo by Hulton Archive/Getty Images - Getty. Une émission produite par Matthieu Garrigou-Lagrange et réalisée par Laurence Millet. Diffusion sur France Culture le 18 avril 2019. “La vengeance d'une femme”, l'une des “Diaboliques” de Barbey, fait l'objet d'une lecture historienne qui nous apprend sur les pratiques de lecture et les usages sociaux de l'auteur et de la société de son époque. Judith Lyon-Caen, directrice d'études et maître de conférences à l'EHESS, spécialiste des liens entre littérature et histoire, éditrice des “Romans” de Barbey dans la collection “Quarto” en 2013, a fait paraître chez Gallimard en 2019, “La griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature”. Elle s'intéresse en particulier à une nouvelle issue des “Diaboliques” de Barbey : “La vengeance d'une femme”. Dans cette nouvelle, qui raconte l'histoire de la femme d'un grand d'Espagne qui veut se venger après la terrible mort de son amant sous ses yeux, les couleurs tirent vers le rouge, l'ocre, le jaune. Notre invitée entend montrer “ce que l'histoire peut dire de la littérature”, en soulignant que le texte de Barbey offre un fin feuilletage temporel, et dit quelque chose d'un passé qui parvient jusqu'à nous. Ce passé, c'est celui des pratiques sociales et des usages en vigueur à l'époque de Barbey, notamment en ce qui concerne l'histoire de la prostitution. On assiste à la création d'un topos littéraire, depuis “La Fille aux yeux d'or” de Balzac, présente en creux dans le texte aurevillien, jusqu'à la “Nana” de Zola. La complexité de la temporalité à l’œuvre chez Barbey se cristallise dans l'image d'un mystérieux bronze ancien, qui rappelle également l'histoire des images licencieuses... Il faut aussi garder en tête le vers baudelairien, qui nous dit dans le poème “Le Cygne”, au détour d'une promenade parisienne, que :
« Le vieux Paris n'est plus (la forme d'une ville Change plus vite, hélas ! que le cœur d'un mortel) »
La géographie parisienne porte l'empreinte silencieuse, le coup de “griffe” des grands travaux haussmanniens et la construction en creux d'une mémoire. À travers “La vengeance d'une femme”, l'on perçoit ainsi la construction d'une écriture romanesque lue au prisme des bouleversements historiques que connaît Barbey lui-même.
Jacques Bonnaffé termine cette semaine par un écho à Du Bellay, avec le recueil “Sans adresse” de Pierre Vinclair, qui propose des sonnets autour de l'exil du poète.
MUSIQUE GÉNÉRIQUE : “Panama”, de The Avener (Capitol) fin : “Dwaal”, de Holy Stays (Something in Construction)
MUSIQUE CHRONIQUE : “Self portrait” de Chilly Gonzales (Gentle threat)
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les titres des œuvres de Jules Barbey d'Aurevilly

Quel est le titre correct ?

Les Ensorcelés
Les Diaboliques
Les Maléfiques
Les Démoniaques

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Jules Barbey d'AurevillyCréer un quiz sur ce livre