AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226614362X
Éditeur : Pocket (06/05/2004)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Les seize ans frondeurs de Ludivine Peyrissac ne sont pas décidés à baisser pavillon devant qui que ce soit, et M. Frédéric Vernet, le maître du domaine de Mogador, que tout Tarascon proclame un beau parti l'agace par son air moqueur.

Elle s'en cache d'autant moins qu'elle a une fortune suffisante pour vivre à sa guise, et aucune envie de se mettre au cou le carcan du mariage. Cette indépendance d'esprit, ces façons de «pouliche sauvage »,séduisent F... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Annabelle31
  03 mars 2018
Après la douce Julia et le flamboyant Rodolphe, c'est avec Frédéric, le fils de ces derniers et Ludivine Peyrissac que nous continuons de partager la vie des gens de Mogador en ce début du vingtième siècle.
En effet, Frédéric, qui prend en main le domaine, tombe amoureux de la jeune Ludivine, orpheline, et leur union sera une succession d'orages, de disputes et de réconciliations, entre celui qui, comme son père, aime sa liberté, et la jeune femme qui en manque d'amour dans sa jeunesse, est très possessive avec le nouveau maître de Mogador et le besoin d'être aimée à tout prix. Il en découlera une brouille entre Frédéric et son frère, qui quittera Mogador. de nombreux enfants naîtront de cette union orageuse, tapageuse.
Quel bonheur de lire et relire cette saga, ou chaque tome est à la hauteur de la précédente. Les années passent mais le plaisir de leur lecture reste entier.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2013
Ce désir, cet affreux désir irrassasiable que l’on porte en soi comme une plaie secrète, contre tout espoir, contre toute attente… désir d’une joie, enfin, qui n’aurait pas cet arrière-goût âcre, d’un bonheur que l’on tiendrait solidement entre ses doigts, d’un amour exactement partagé, au-delà de tout mal, et de toute inquiétude… Ce désir qui, soudain, vous met des larmes dans le cœur, et le regret corrosif de ne pouvoir ressaisir le temps qui passe, afin de tout recommencer encore une fois !… et, cette fois, l’on saurait mieux…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2013
Voilà bien les femmes ! Impossible de faire devant l’une le moindre éloge d’une autre… Bon Dieu, mon amour, il est entendu que tu es jolie, adorable, spirituelle, au-delà de tout ce qu’on peut rêver, et, de surcroît, douce et charitable comme pas une. Mais je t’en prie, laisse-moi espérer pour mes contemporains que l’on peut dénicher, en cherchant bien, quelques rarissimes échantillons féminins de beauté, ou d’intelligence, à part celui que j’ai le privilège de posséder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2013
Tout ce qu’il est bon, et nécessaire d’apprendre, dans la souffrance, les larmes, et l’amertume de se taire, avant d’accepter enfin cette idée que l’on meurt… qu’il vient un jour où ni soleil, ni vent, ni voix aimée, ne vous atteignent plus dans votre corps abandonné, descendu au profond de cette nuit de pierre, et que c’est le repos, et que l’on y consent.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2013
J’ai l’impression que ce jardinier me roule. Ou bien alors, il est incapable. L’un ne vaut pas mieux que l’autre.À mon sens, un voleur connaissant son métier serait encore préférable. J’y trouverais davantage mon compte. De toute manière, je le mets à la porte. Mais je veux d’abord savoir de quoi il retourne.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2013
L’amour, le mariage, ne lui avaient pas apporté ce bonheur qu’ils semblaient sous-entendre. Il fallait lutter, lutter sans cesse, s’accrocher aux bribes que l’on en recueillait au fil du temps, et croire qu’un jour, enfin – mais quand ? – on le découvrirait, entier et pur, au bout de la longue quête.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre