AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070424054
242 pages
Gallimard (13/06/2002)
3.45/5   19 notes
Résumé :
« Savez-vous quand j'ai commencé à regretter la mort de ma mère ? C'est lorsque les premières gouttes de pluie se sont mises à dégouliner par le trou de balle dans le toit de la voiture. J'ai ensuite essayé de retrouver son corps dans le fossé, mais je suis tombé sur le cadavre de quelqu'un d'autre. Le pire, c'est que j'habite à Saint-Nazaire, un coin du Québec où même les arbres sont plus moches qu'ailleurs. »
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
argali
  27 mars 2011
Je vis à Saint-Barnabé, un bled du Canada où même les arbres sont plus moches qu'ailleurs parce qu'ici les gens sont pauvres. En mourant, ma mère a ouvert la portière et elle est tombée dans le fossé. Ca m'agace. Même si je n'ai fait que mon devoir en la tuant parce qu'elle me l'a demandé.

J'ai trouvé cet autre roman policier québécois à la bibliothèque. L'auteur étant réputé outre atlantique, j'ai laissé ma curiosité l'emporter. La 4e de couverture promettait un polar différent, un peu déjanté, et cela m'a tentée. Hélas j'ai vite déchanté.
Complexé par sa vie minable, dans un quartier misérable, le narrateur rassemble tous les clichés du personnage : médiocre, jaloux, paresseux, ivrogne et pas très futé. Avec beaucoup de cynisme, il évoque la mort de sa mère comme il dirait « j'ai perdu mon chat » (et encore, je pense que cela le toucherait davantage) puis la vie de sa soeur – qu'il n'a plus vue depuis dix ans – qui est devenue actrice dans une série policière de seconde zone, intitulée « Cadavres ».
Très vite, la médiocrité prend le dessus et on plonge dans des souvenirs incestueux, plats et vulgaires. C'est tellement sombre que cela en devient opaque. Je me suis accrochée, me disant que la suite me ferait peut-être sourire, mais la farce est énorme et le subtil devient grotesque.
Quant au style, il ressemble aux personnages. le roman à la 1e personne est rédigé en langage parlé : « En veux-tu une ? j'ai offert », « Tu sais ce que je pense ? elle a demandé ».
Bref, j'ai tenu bon 120 pages (la moitié du livre quand même) et trois cadavres puis je l'ai refermé. Je passe peut-être à côté d'un chef d'oeuvre d'humour et d'ironie mais tant pis. C'était au-dessus de mes forces de terminer ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coca
  18 septembre 2019
Avec un tel titre, je m'attendais à un roman policier avec intrigue, suspense, enquête pour découvrir l'assassin, bref un vrai polar.
Cadavres c'est un récit jubilatoire, farfelu où le narrateur Raymond nous annonce dès les premières pages avoir tué sa mère. Avec Angèle, sa soeur, il va tenter de retrouver le corps tombé dans le fossé au moment du meurtre.
Ils décident de l'enterrer dans la cave, mais ce n'est pas le cadavre de leur mère. Il s'ensuit un échange de
cadavres avec des truands, et une série de corps que Raymond va enterrer dans la cave.
Roman surprenant par la narration mais pas inoubliable.
Commenter  J’apprécie          70
LindaLapostolle
  20 août 2011
Surprenant et étrange. Surtout le nombre de cadavres qu'on peut enterrer dans une cave! Une mère décédée, un père inconnu, une incompréhension de la notion du bien et du mal. Une histoire de cadavres un peu rigolotte et invraisemblable, une petite réflexion, mais surtout une bonne lecture. Ce roman a été adapté pour le cinéma.
Commenter  J’apprécie          20
LindaLapostolle
  20 août 2011
Surprenant et étrange. Surtout le nombre de cadavres qu'on peut enterrer dans une cave! Une mère décédée, un père inconnu, une incompréhension de la notion du bien et du mal. Une histoire de cadavres un peu rigolotte et invraisemblable, une petite réflexion, mais surtout une bonne lecture. Ce roman a été adapté pour le cinéma.
Commenter  J’apprécie          10
LindaLapostolle
  20 août 2011
Surprenant et étrange. Surtout le nombre de cadavres qu'on peut enterrer dans une cave! Une mère décédée, un père inconnu, une incompréhension de la notion du bien et du mal. Une histoire de cadavres un peu rigolotte et invraisemblable, une petite réflexion, mais surtout une bonne lecture. Ce roman a été adapté pour le cinéma.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cocacoca   16 septembre 2019
Moi, j'ai toujours été prêt à croire en l'existence de Dieu. La seule chose, c'est que je le déteste. Parce qu'il a mal fait le monde. Et surtout parce qu'il m'a mal fait, moi. Il connaissait la recette pour faire saint Vincent de Paul et l'abbé Pierre et Albert Einstein. Mais non, ce con de salaud, il a fait Raymond Marchildon, comme si il n'y avait pas déjà eu assez de cons de salauds sur cette terre quand je suis né.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de François Barcelo (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Barcelo
Émilie Aubry rencontre l'auteur François Barcelo au Mouton Village
autres livres classés : famille dysfonctionnelleVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2332 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre