AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714474799
Éditeur : Belfond (11/01/2018)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Des bébés qui disparaissent, des écureuils pendus, un fétichiste du chiffre vingt-trois : méfiez-vous de Promise Falls ; derrière son apparente tranquillité, cette petite bourgade américaine cache la plus longue liste de faits divers jamais recensés... Dans un univers digne des premiers épisodes de Twin Peaks, Barclay tisse une trilogie déroutante et pleine d'humour.
Promise Falls, état de New York, aujourd'hui
Après le décès de sa femme et la faillite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  23 avril 2019
Chaque année c'est le même rituel , je cours acheter le dernier Lindwood Barclay sorti en poche.Je ne sais pas trop pourquoi mais d'abord , le nom de l'auteur me plaît bien ( ! ) et ses romans ont toujours tenu leurs promesses .
Evidemment , cette fois le titre a de quoi m'intriguer car il s'agit de "Fausses promesses " . Mince , voilà autre chose !.Qu'à cela ne tienne , pas question de renoncer , il sera toujours temps d'exprimer mon mécontentement après ma lecture si le titre s'avère être justifié. Oui , mais quand même.... C'est pas tout .... Autre sujet de méfiance de ma part , il s'agit du premier volet d'une trilogie , mode de récit qui ne me plaît pas forcément , puisque , si on veut rester au coeur des débats, il va falloir acheter et surtout lire les deux volumes suivants , alors si le premier est décevant, vous imaginez , on ne connaitra jamais vraiment le dénouement ou l'on se forcera à lire et moi , à mon âge , je n'aime plus forcer ni me forcer. Bon j'arrête de râler mais c'est bien parce que je ne veux pas vous ennuyer avec mes atermoiements....
Premières pages et , tout de suite , je suis dans l'action , je me laisse emporter , comme d'habitude . Me voici à Promise Falls , bourgade de trente six mille habitants où David Harwood , un journaliste au chômage, réside chez ses parents avec son fils Ethan , après le décès de son épouse. Notre " Tanguy " va aider l'inspecteur Harwood à résoudre des énigmes de plus en plus nombreuses et complexes. C'est qu'il s'en passe des choses , et des bien étranges, dans cette petite ville d'ordinaire si tranquille....Allez , on y va , des écureuils " retrouvés pendus " à la grille d'un parc , une femme assassinée dans sa cuisine , un bébé kidnappé , des mannequins retrouvés dans une grande roue ....j'en passe et des meilleures .Ça n'arrête pas ! Ajoutez un début d'idylle entre des personnages dont je tairai le nom , une rupture.......Non , trop , c'est trop mais c'est trop " incroyable " et ...addictif. Les pages tournent toutes seules , les personnages foisonnent sans "se monter sur les pieds ",on peut facilement suivre les recherches sans jamais perdre le fil et ça , c'est plutôt un très bon point . C'est ce que j'apprécie chez Barclay , cette faculté à empiler , empiler , empiler les affaires jusqu'à plus soif et tranquillement , ensuite dérouler les solutions qui vont tout résoudre ... Enfin , oui , mais pas toutes les affaires quand même .Vous le savez , il y a trois tomes et il est doué le Lindwood , pour vous planter là avec encore quelques " mystères " sur les bras . Bien sûr qu'on va l'acheter le second volume et même sans doute le troisième. Un roi du Business , cet auteur et aussi un roi pour écrire des histoires prenantes , des histoires qui se collent a vos basques comme un chewing - gum sous la semelle , le sparadrap du capitaine Haddock.......Ecriture fluide , simple , efficace ,des dialogues , des phrases courtes , vives , rythmées . Un bon cru , encore . C'est bien ce que je disais , ces "fausses promesses" en sont bien des vraies , et c'est tant mieux . Et , oui , les trilogies , c'est comme les vaccins , trois injections !!!
Bon , oui , mais moi , j'aime pas trop les piqûres , surtout certaines ...J'dis ça , j'dis rien , vous verrez bien par vous - mêmes .....Souvenez- vous en bien et vérifiez vos vaccinations sur votre carnet de santé, ça peut servir....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          696
Antyryia
  18 janvier 2018

A l'âge de trente-neuf ans, je suis revenu habiter quelques mois chez mes parents. Une mutation m'avait permis de quitter la région parisienne et de rejoindre ma province natale, mais j'avais très peu de temps pour me retourner et m'organiser. Alors j'ai saisi sans hésiter la perche que m'ont tendue ma mère et mon père en tentant de cohabiter de nouveau avec eux, quinze ans après avoir pris mon indépendance.
Est-ce que ça fait de moi un loser ?
Parce que c'est ainsi qu'est présenté David Harwood, le personnage central de Fausses promesses.
A quarante-et-un ans, accompagné de son fils Ethan, il a quitté Boston et est revenu vivre dans la maison de son enfance avec ses parents : Arlène et Don.
Il avait retrouvé un emploi au Standard, le journal local, mais celui-ci a hélas mis les clefs sous la porte dès son arrivée.
"J'en étais donc là, à vivre aux crochets de mes parents."
Dans son précédent roman, En lieux sûrs, Linwood Barclay avait écrit une suite à Cette nuit-là en inventant une nouvelle intrigue pour les héros du best-seller qui l'a fait connaître.
Ici, c'est aux personnages de Ne la quitte pas des yeux que l'auteur redonne vie. Les amateurs retrouveront donc avec plaisir David Harwood et son fils, l'inspecteur bedonnant Barry Duckworth ou encore l'avocate Natalie Bondurant.
L'adolescent Derek Cutter, l'un des principaux protagonistes du roman Les voisins d'à côté ( qui se déroulait également à Promise Falls ) est également présent.
Quant au détective et ancien policier de Promise Falls, Cal Weaver ( La fille dans le rétroviseur ), il fera également une apparition.
Fausses Promesses est le premier volet de la trilogie "Promise Falls", qui comprend "Broken Promise", "Far from true", "The twenty-three" et "Final Assignment". Alors oui, je sais qu'en général dans une trilogie il n'y a que trois titres, mais le dernier cité est une novella.
Et on dirait de toute façon que l'auteur n'en n'a toujours pas terminé comme l'indique la publication récente outre Atlantique de "Parting Shot", un roman certes indépendant mais considéré comme un tome 4 étant donné son lieu d'action.
Ce projet ambitieux permet donc à la fois à l'auteur de renouer avec de nombreux personnages et avec la ville imaginaire de Promise Falls, qui est donc bien la principale entité de cette trilogie. Une ville au nord de New York et d'Albany, proche de la frontière canadienne, en pleine crise économique.
Son parc d'attraction, Five Mountains, est désormais à l'abandon.
"Depuis quelque temps, l'économie de la ville était en chute libre."
"Cette ville est cassée. Les boîtes ferment, les gens s'en vont. le journal a coulé."
Ce premier tome va donc poser les jalons pour la suite, tout en se concentrant sur la résolution d'une énigme qui fera office de trame principale.
Le point de départ de ce premier mystère va concerner directement David Harwood puisqu'il commencera avec sa visite chez sa cousine Marla. Une femme très perturbée, dont les problèmes psychologiques se sont accrus à la mort de sa fille, dès la naissance. Un bébé qu'elle avait tellement espéré et qui n'aura survécu que quelques minutes.
"Je voulais avoir un bébé. Je le voulais plus que tout au monde."
Marla avait déjà tenté de soigner son traumatisme en volant un nouveau-né dans l'hôpital de Promise Falls. Heureusement, sa mère Agnès, directrice générale dudit hôpital, a pu éviter à l'époque que le scandale ne s'ébruite.
Mais le cauchemar recommence puisque quand David se rend chez sa cousine, celle-ci est en compagnie du petit Matthew, dont elle prend soin comme de son propre fils. Son discours n'est absolument pas cohérent puisqu'elle insiste : C'est un ange qui lui a apporté l'enfant.
Et ce qui n'est pas du tout rassurant non plus pour David, c'est la trace de sang sur sa porte.
Marla souffre en outre de prosopagnosie.
"Je ne me rappelle pas à quoi ressemblent les gens."
"Des soupçons de trouble de la personnalité, une difficulté à reconnaître les gens, des sautes d'humeur."
La véritable mère du bébé, qui se prénomme Rosemary ( toute référence au célèbre roman d'Ira Levin ne serait pas fortuite ), a quant à elle été retrouvée morte poignardée chez elle.
Marla a donc tout de la suspecte idéal, et son cousin va tenter de rétablir la chronologie des évènements pour reconstituer ce qui s'est réellement passé. Malgré le lourd passif de sa cousine, il est convaincu de son innocence.
Et parallèlement, quelqu'un semble en vouloir à cette ville et souhaiter se venger de ses habitants.
"Je hais cette ville."
D'étranges évènements secondaires se produisent, probablement en lien avec cet individu mystérieux, pour lesquels nous devrons nous contenter pour l'instant de rares éléments de réponse.
A l'image de ces rongeurs retrouvés pendus à une clôture.
"Vingt-trois écureuils morts. Et des gros. Onze gris, douze noirs."
De ces agressions sur le campus universitaire où un violeur semble sévir.
Ou de ces ces mannequins retrouvés sur la grande roue abandonnée, au message on ne peut plus menaçant : "Vous allez payer."
"J'ai comme l'impression que quelqu'un essaie de jouer avec les nerfs des braves gens de Promise Falls."
Des personnages secondaires font aussi leur apparition, et on devrait les retrouver dans les prochains volets.
Je pense à Randy Finley, ancien maire déchu qui gère désormais une fabrique d'eau minérale et qui semble obnubilé par l'accession au pouvoir. Ce goujat vulgaire est obnubilé par l'idée de retrouver son ancien poste.
Je pense aussi à Angus Carlson, policier récemment promu, qui a l'impression que Duckworth lui laisse faire tout le sale boulot.
Ou encore à Walden Fisher, dont la fille Olivia est morte assassinée quelques années auparavant et qui vient par ailleurs de perdre sa femme, malade.
C'est particulièrement difficile de donner un avis sur ce roman qui, en dépit de ses cinq cent pages, ne fait figure que de mise en bouche. Il faudrait lire la trilogie entière pour pouvoir donner un avis général, avec une vue d'ensemble.
En tout cas une chose est sûre : vivement la suite. En espérant que les éditions Belfond n'attendent pas trop longtemps avant de publier les tomes suivants, afin que les évènements relatés dans Fausses promesses soient encore frais quand j'aurai enfin le second volet entre les mains.
On ne s'ennuie pas une seconde, le rythme demeure soutenu d'un bout à l'autre du roman. Cette succession d'évènements se déroule dans un très court laps de temps ( deux jours ) et gagne encore en intensité dans le dernier tiers où tout s'accélère encore. La multiplication des intrigues donne du souffle et du suspense, et même s'il faut avouer que certains protagonistes sont un peu stéréotypés, leurs histoires et leurs personnalités permettent de ne jamais les confondre malgré leur grand nombre.
Au niveau humoristique, j'ai déjà connu Linwood Barclay plus en forme mais il continue à manier la dérision habilement, ce qui contribue à donner cet aspect aussi souple à l'ensemble et à l'envie d'avaler les pages à vitesse grand V.
Mon enthousiasme est cependant à modérer parce que même si j'ai été totalement absorbé par ma lecture et que j'aurais volontiers enchaîné avec la suite, le roman n'a pour ambition que celle de nous faire passer un agréable moment et n'apporte pas grand chose de plus. On n'en ressort ni plus cultivé, ni subjugué par l'écriture, ni particulièrement ému. Et puis moi qui ne devine quasiment jamais les coupables et leurs motivations quand je lis des polars, ici l'intrigue principale est tellement cousue de fils blancs que l'on voit venir de très loin sa résolution, ses tenants et aboutissants. Davantage de subtilité aurait pu créer un élément de surprise supplémentaire bienvenu.
Fausses promesses s'adresse quand même avant tout aux fans de l'auteur qui apprécieront plus particulièrement de retrouver de vieilles connaissances au sein d'un seul et même cycle de romans aux multiples clins d'oeil et références pour tous ceux qui connaissent bien la bibliographie du canadien.
Pour les autres lecteurs curieux de découvrir cet écrivain, mieux vaut commencer par ses autres succès ( Fenêtre sur crime, Contre toute attente, Cette nuit-là ) pour faire d'abord doucement connaissance avec cet incontournable du suspense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3313
iris29
  04 avril 2018
Promise Falls : petite ville américaine de 36 000 habitants connue pour sa douceur de vivre ? Ça c'était avant !
Avant que David Harwood, journaliste veuf, au chômage ne revienne habiter avec son fils , chez ses parents...
Avant qu'il trouve sa cousine s'occupant d' un bébé inconnu. Avant qu'il ne trouve un cadavre...
Avant que l'inspecteur Barry Duckworth soit appelé sur une" scène de crime " comportant 23 écureuils morts (et pas un de plus ...)
Avant qu'il ne trouve 3 mannequins dans une nacelle de manège où est écrit le nombre 23, ( encore lui !)...
Oui, rien ne va plus dans la petite ville .
Premier tome d'une trilogie ayant pour décor , la bourgade de Promise Falls, ce roman nous offre une très grande variété de portraits sans pour autant que nous nous emmêlions les pinceaux. Linwood Barclay a le don de créer des personnages sympathiques, simples, auxquels on s'identifie et s'attache tout de suite . C'est aussi une certaine idée de l'Amérique : ses petites villes ou banlieues, la middle-class blanche , les bons pères de famille ...Un côté rassurant aussi, même dans le suspens , un certain humour , un auteur qui ne se prend jamais au sérieux... Dans cette trilogie on retrouve quelques personnages récurrents , avec des apparitions plus ou moins importantes , certaines ne sont que des clins d'oeil pour les lecteurs/fans de l'auteur...
Je me suis imprégnée avec délectation de cette ambiance si américaine , j'ai été séduite par ce papa veuf qui cohabite à 40 ans avec ses (gentils) parents, tout en se souciant de son fiston. Je suis plus sceptique sur la tonalité finale que je trouve "compliquée" ...
Toutes les enquêtes n'aboutissent pas dans cet opus, Linwood Barclay crée une fin semi ouverte, histoire qu'on se précipite sur les deux autres tomes.
C'est lui qui est aux commandes, il fait ce qu'il veut mais ça m'énerve !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
Bazart
  08 mars 2018

"Fausses promesses" est en fait le premier tome d' une trilogie dont l'auteur a écrit les trois tomes sur quelques mois seulement.
Premier volet d'une série consacrée à une charmante bourgade (imaginaire) Promise Falls, enfin charmante jusqu'au moment moment ou se produisent une succession d'événements particulièrement inattendus vont sérieusement jouer avec les nerfs de ces habitants et de la police de
Des évenements dont le point commun est le nombre 23.:des écureuils morts suspendus à une clotûre, trois mannequins dans une nacelle de grande roue d'un parc d'attraction en liquidation, un suspect présumé violeur abattu par la police privée d'une établissement scolaire.
Outre la découverte du corps,le nombre d'écureuils morts, le numéro sur la nacelle avec les trois mannequins peints, le numéro sur le sweat du présumé violeur.
Quelle peut être la signification de ce chiffre 23?
Voilà un mystère que David Harwood, journaliste à Boston, qui est obligé de retourner vivre chez ses parents, dans sa maison d'enfance à Promise Falls, va s'escrimer à chercher dans cette petite ville où pas mal de personnes ont quelque chose à se reprocher.
Bon polar, bien enlevé, Lindwood Barclay connait la musique, avec cette plume alerte et cet humour qui devient bien familier à ses fidèles lecteurs,.
Le romancier donne l'impression de créer un nouvel héros récurrent qu'on a fort envie de suivre dans ses prochaines aventures à Promise Falls... bref voilà la des Promesses particulièrement .....prometteuses .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
michaelfenris
  27 juin 2019
Promise Falls, petite bourgade de 36.000 âmes, soumise au marasme économique ambiant. les magasines ferment, le journal local met la clé sous la porte, le parc d'attraction a fait faillite. C'est dans ces conditions que surviennent coup sur coup plusieurs évènements étranges et inexplicables: des agressions sur le campus universitaire, vingt-trois écureuils retrouvés pendus à la grille du parc, une jeune femme un peu simplette soutenant mordicus qu'un ange lui a apporté un bébé pour s'en occuper, une autre sauvagement assassinée dans sa cuisine… Quelque chose semble déraper en ville, l'inspecteur Barry Duckworth en est persuadé. Ce policier plutôt placide et un peu trop porté sur les donuts décide de mener l'enquête. Ou plutôt les enquêtes, indirectement aidé par un journaliste au chômage et père célibataire, David Harwood. Car ce dernier se retrouve malgré lui mêlé au drame: la jeune femme simplette est en effet sa cousine, et le bébé qu'elle a récupéré, le fils de la femme assassinée dans sa cuisine…
Que voilà un roman frustrant ! Disons-le de suite, ce n'est pas le style, j'aime beaucoup ce qu'écrit Linwood Barclay. Son style clair et vif est plaisant à lire, il n'y a pas d'ennui et les pages défilent sans même y prêter attention. À plusieurs reprises figurent des renvois aux précédents romans de l'auteur, comme si Barclay se constituait sa petite famille fictive, ce qui sur le fond peut être plaisant, et dans le cas de ce roman ne gène absolument pas l'intrigue.Il n'est donc pas besoin de lire les autres livres pour apprécier celui-ci. Ainsi, le journaliste David Harwood figure dans un autre roman, comme le détective Cal Weaver, Et l'inspecteur Barry Duckworth est au centre d'une trilogie qui se poursuit par Faux Amis et Vraie folie. Mais, c'est justement là que le bât blesse: à trop vouloir sans doute préparer la suite des évènements, Linwood Barclay les mêle à la seule véritable histoire que contient Fausses Promesses, à savoir cet assassinat et ce bébé arrivé on ne sait comment dans les bras de la jeune Marla Pickens. En parallèle, il développe l'ébauche d'une autre enquête, reliant les agressions au campus et la mort des écureuils, tournant autour du chiffre 23… Enquête qui ne finit pas et reste ne plan (sans doute pour la suite). de même, le journaliste David Harwood semble sur le point de débuter une idylle avec une femme séparée et mère d'un jeune garçon, mais cette idylle va être brutalement interrompue, sans que Barclay nous donne le plaisir de comprendre ce qu'il va advenir ensuite.
J'avais apprécié en son temps le style de l'auteur dans « Cette nuit-là », style que je retrouve avec plaisir dans «Fausses Promesses ». Si l'on se cantonne à cette seule enquête autour du bébé et de la femme assassinée, nous avons affaire à une histoire suffisamment machiavélique pour maintenir l'intérêt tout au long du récit. Néanmoins, les nombreux à-côtés donnent l'impression d'avoir visionné un épisode d'une série sans savoir s'il sera possible de visualiser la suite. Dans ce cas précis, cela voudra dire se précipiter sur les deux roman suivants pour espérer finir l'enquête sur ce nombre 23. Comme je le disais, un peu frustrant au final.
Je remercie infiniment les éditions J'ai Lu pour leur confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   04 avril 2018
Je ne lis pas les journaux. Des livres, principalement. J'ai assez de galères dans ma propre vie pour avoir envie de me tenir informée de celles des autres. J'aime bien m'évader dans une bonne histoire où tout est inventé. La fin ne doit pas forcément être heureuse. Ça ne me dérange pas qu'il arrive des malheurs aux gentils, tant que ce n'est pas pour de vrai.
Commenter  J’apprécie          240
AntyryiaAntyryia   17 janvier 2018
On ne pouvait pas régenter la vie de ses enfants, se disait-il. C'était déjà suffisamment difficile quand ils étaient adolescents, alors, une fois qu'ils étaient devenus adultes, tout pouvait arriver. Vous pouviez leur faire savoir que vous étiez là pour eux, mais pour ce qui était de leur dicter leur conduite, autant essayer d'apprendre à une chèvre à piloter un tracteur.
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   02 avril 2018
La politique a tout à voir avec la manière dont vous faîtes votre métier [ de policier ] . Si les élus merdoient, laissent des boulots disparaître, les gens se désespèrent, picolent davantage, se bagarrent plus, cambriolent plus de maisons. Dites-moi que ce n'est pas vrai.
Commenter  J’apprécie          270
iris29iris29   03 avril 2018
- Rappelle-moi quand tu en sauras plus.
- Tu ne viens pas ?
- Je suis en plein milieu d'un truc, là.
- Tu es incroyable, conclut-elle avant de laisser tomber son portable dans son sac.
Agnès se demanda quel était au juste ce truc au milieu duquel se trouvait Gill. Très vraisemblablement les cuisses d'une garce.
Commenter  J’apprécie          130
iris29iris29   03 avril 2018
Vous savez comment je suis. Je suis un enfoiré. Et alors ? Vous savez combien de personnes auraient un boulot si elles refusaient de bosser pour des enfoirés ? Tout ce putain de pays serait au chômage
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Linwood Barclay (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Linwood Barclay
'Elevator Pitch' by Linwood Barclay - Book Trailer
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Les voisins d'à côté" de Linwood Barclay.

A qui appartient l’arme que l’on a retrouvé dans l’herbe près de la maison des Langley ?

à Lester
à Drew
à Mortie

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Les voisins d'à côté de Linwood BarclayCréer un quiz sur ce livre
.. ..