AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748525213
Éditeur : Syros (23/08/2018)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 30 notes)
Résumé :
La première fois qu'un lien vers une vidéo porno s'affiche sur son ordinateur, Lucas est en train de télécharger un film de super-héros en streaming. Cette scène, qu'il visionne sans l'avoir voulu, le sidère, puis lui procure une émotion totalement inédite. Pour retrouver ce frisson initial, il glisse en secret dans une sphère qui accapare ses pensées, ses nuits, et bientôt tout son temps libre. Vu de l'extérieur, on pourrait croire que Lucas est un simple geek. Il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
NanouAnne25
  23 février 2019
Une fiction sur l'addiction à la pornographie chez les jeunes… un sujet délicat, il fallait oser. Surtout quand la fiction est catégorisée « littérature jeunesse ». Eh bien, j'ai trouvé que c'était habilement mené.
Lucas a 16 ans, il ne dort plus, n'a plus de vie sociale, il passe son temps à regarder des vidéos porno depuis 3-4 ans. En surpoids, ce qui fait de lui une victime de harcèlement scolaire, une hygiène corporelle qui laisse à désirer, il s'engage dans un cercle vicieux dont il ne pourra se sortir tout seul.
Le roman se divise en deux parties. La première partie s'intitule «disparaître» : on y suit la descente aux enfers de Lucas, porn-addict, et de ses parents qui essaient de l'en sortir. Cette partie pourrait être tellement vraie ! On vit la stupéfaction des parents quand ils découvrent que leur fils mate du porno, leur interrogation sur la façon d'aborder le sujet avec lui, le mal-être et des parents et de Lucas lorsqu'ils parlent de cela, les mensonges de Lucas qui fait des promesses mais ne les tient pas, les disputes des parents au sujet de leur fils, l'un voulant l'emmener consulter, l'autre refusant cette option et confisquant tout à l'ado (smartphone, ordi), les conflits entre parents et enfant, les signes de manque manifestes chez Lucas, le repli sur soi encore plus évident, et enfin le drame (que je n'avais pas vu venir).
La seconde partie, « faire battre le coeur », s'attarde sur la longue convalescence de Lucas enfin pris en charge par des spécialistes.
Au-delà de la fiction, l'auteur a su habilement placer des informations réelles permettant de mesurer l'ampleur du fléau et ses dégâts, mais aussi les coulisses des tournages des vidéos pornos.
Lucas a vu son premier porno à l'âge de 11 ans, et malheureusement dans la réalité les enfants/pré-adolescents/ados sont surexposés via Internet, la facilité d'accès à ce genre d'images ou de vidéos est déconcertante. La pornographie trompe les jeunes, naïfs, sur la sexualité, elle leur en donne une vision hyper déformée, très loin de la réalité. Et un épisode relaté dans le récit trouve un écho dans les collèges aujourd'hui. Auprès du principal qui a convoqué des filles de cinquième au sujet d'une pratique qu'elles font dans les toilettes pour gagner des cigarettes gratos, elles se justifient « Mais on voit ça tout le temps sur internet, monsieur. Avec la bouche, c'est pas du sexe ! » Hem… Hem… Toute une éducation à la sexualité à (re)faire. Une amie infirmière scolaire m'a un jour dit avoir été choquée d'apprendre que des pratiques similaires se faisaient dans son collège. Et cette remarque, elle me l'a faite il y a dix ans… Je n'ai aucun doute sur le fait que ces pratiques se sont répétées, amplifiées, déformées…
Vraiment, ce livre est intéressant autant pour les adultes que pour des jeunes à partir de 14 ans. A titre préventif, explicatif ou curatif, chacun pourra y trouver un intérêt. Moi, il m'a permis de prendre conscience du danger de cette addiction vers les jeunes, de l'ampleur du phénomène, et des moyens à mettre en oeuvre pour prévenir, lutter et guérir. Je ne le mettrais peut-être pas entre les mains d'ados en dessous de 14-15 ans, mais à partir de cet âge-là, il peut servir de prévention ou d'explications et donner matière à réflexion auprès de ce public, car il est bien ficelé.
Bon, un mot sur l'écriture, le registre, le vocabulaire : ça parle d'addiction à la pornographie, je m'interrogeais sur la façon dont l'auteur allait amener le sujet, si ça n'allait pas être trop hard, mais non ; il y a des choses au sujet de la pornographie qui sont expliquées, mais on ne tombe pas dans le glauque ou le hardcore.
Un dernier mot : de manière habile, l'auteur réussit aussi à placer un mot sur une autre addiction-fléau des jeunes : l'addiction aux jeux vidéo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
asnico
  02 février 2019
Lucas est un pré-ado comme les autres, il est accro à son smartphone et à son PC. Il est souvent seul dans sa chambre. Alors qu'il croit un soir regarder un film de super-héros en streaming, une vidéo porno commence. Lucas n'y comprend pas grand-chose mais ça lui procure une certaine émotion quand même.
Au fil des jours, des semaines, des mois, Lucas va devenir accro à tel point que son ordi plantera tellement il aura téléchargé de virus cachés dans ces vidéos qui sont également de plus en plus gonzo et donc sordides. Une image complètement fausse du sexe.
Lorsque son père demandera à un collègue informaticien de nettoyer le PC, le pot aux roses sera découvert et ce sera le début de l'enfer pour les parents comme pour Lucas qui est devenu tellement dépendant qu'il s'endort en cours parce qu'il ne dort plus la nuit. Il s'empiffre de sucreries entre 2 masturbations et grossit à tel point que ses camarades se moquent de lui au tennis. Il n'arrive plus à jouer et ne pense plus qu'à regarder ces vidéos.
Sa mère, dépressive, veut lui faire consulter un pédopsychiatre. Son père ne veut pas car il ne trouve pas que ça ait servi à grand-chose sur sa femme. C'est du moins ce qu'il dira lorsqu'il sera confronté au juge et que Lucas sera obligé d'être interné...
Il fallait oser s'attaquer à l'addiction à la pornographie en ligne dans un roman pour ados et Patrick Bard le fait très bien. Certains passages donnent l'impression qu'on lit un documentaire, c'est intéressant. le lecteur est estomaqué devant les conséquences d'une addiction si forte et des conséquences qui en découlent. Très bon roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
odin062
  01 décembre 2018
« POV : Point of view » est un roman jeunesse écrit par Patrick Bard qui est écrivain-journaliste. Il a pour thème l'addiction à la pornographie, touchant notamment un adolescent dans ce roman. Il m'a été gentiment envoyé par les éditions SYROS et Babelio que je remercie !
Ce qu'il faut tout d'abord savoir, c'est que c'est un roman choc. Il traite de sujets graves, liés à l'adolescence, du suicide, de la pornographie, de la relation aux parents, etc. Bref, je ne pense pas qu'il soit à mettre dans toutes les mains sans accompagnement et discussion.
Le personnage principal découvre donc le monde de la pornographie, tombe dans une dépendance aux écrans, vois sa vie « sentimentale » comme une vie de « porn » violent et misogyne. Ses parents ne savent pas comment réagir, voire réagissent mal. Cette première partie du livre est assez sombre et violente. La seconde partie en revanche est très touchante : la guérison, la rencontre de personnes de confiance, qui peuvent et savent aider mais aussi la rencontre d'autres personnes en mal être. Ça en devient vraiment mignon et l'auteur parvient à finir sur une note très juste, très réaliste.
C'est bien là, la force de ce livre : son réalisme. Je ne savais pas qu'il était possible d'en arriver là. La pornographie est accessible aux jeunes ados, en abondance et finalement sur le net. Avant cela, c'était ailleurs… Mais de là à parvenir à une addiction, c'est fou ! J'ai aimé la façon dont le sujet a été traité. Les dessous du monde pornographie, le rappel au coulisses des scènes, à ce côté « cinématographique » et « faux » de ce genre de milieu.
Je le conseille aux parents d'ados, voulant discuter de ce sujet avec leurs enfants. Il est pour moi, à mettre sans soucis dans les mains d'un ado lecteur qui voudrait discuter d'un sujet qui le touche. Vraiment une belle surprise !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
hashtagceline
  07 septembre 2018
Lucas à quinze ans. Et il accro. Pas au cannabis, ni à l'alcool, ni aux jeux vidéo comme certains adolescents de son âge… Non, ce qui occupe ses nuits, ses jours et son esprit, ce sont les vidéos pornographiques qu'il regarde encore et encore...
Tombé dans une véritable spirale dont il n'arrive plus à sortir, il s'est complètement coupé du monde.

Le jour où ses parents découvrent son secret, ils ne mesurent pas la gravité de l'état dans lequel se trouve Lucas. Et ils pensent qu'après la punition et la discussion, Lucas a compris et qu'il va passer à autre chose.
Mais Lucas, comme un drogué, est désormais trop dépendant. Alors, il continue à regarder des vidéos et s'enfonce de plus en plus dans ce monde virtuel… mais combien de temps cela va-t-il pouvoir encore durer sans qu'un drame survienne?
Comme je le disais en introduction, écrire un roman comme POV, ça passait ou ça cassait. En l'occurrence, Patrick Bard a bien mené sa barque et cela passe plus que bien.
Il arrive à nous faire comprendre le mécanisme lent et progressif qui amène son héros à se trouver dans cette situation complètement hallucinante. Mais oui pourtant, cela existe et il faut en parler. Je ne vais rien vous apprendre mais, avec Internet, on sait bien que la pornographie est accessible à tous, bien trop facilement. Et il est clair que le cas de Lucas n'est pas isolé. Sa pathologie risque bien de toucher de nombreux adolescents qui aujourd'hui, ne nous voilons pas la face non plus, passent énormément de temps devant les écrans. C'est comme ça. Maintenant, il est important qu'ils soient informés des dangers pour empêcher ce genre de dérive.
Je crois que pour un ado, lire POV peut être libérateur, déculpabilisant et salvateur.
A voir les chiffres de l'industrie pornographique sur internet, on sait bien qu'il y a du monde derrière les écrans. Donc plutôt qu'accuser, il faut discuter. Et POV peut être un bon moyen pour instaurer ce dialogue.
Patrick Bard évoque aussi les coulisses de toutes ces vidéos qui, pour une grande majorité, sont bien souvent consternantes. On y parle de la condition des actrices lors des tournages à grands renforts de détails sordides. Comme Lucas, les adolescents n'en ont pas forcément conscience. C'est intéressant aussi que cela soit abordé.
De manière plus large, POV permet de parler de l'addiction et des comportements à risque. Car s'il est question du cybersexe dans le cas présent, le processus est le même avec la drogue, les jeux vidéo, les jeux d'argent, la nourriture…. Il en est aussi question dans ce roman.
On comprend que Lucas est une victime. Ses parents ne le comprennent pas. Ils sont un peu dépassés par ce qui arrive. Ils sont comme beaucoup de parents qui ne peuvent pas concevoir que de tels problèmes puissent toucher leur enfant. Chez les autres oui, mais pas chez eux. Et puis peut-on penser qu'un ado soit accro au cybersexe aussi jeune ? Oui. Même si POV est une fiction, cela existe. La réalité n'est pas loin.

Au-delà de toutes ces considérations morales, éducatives et préventives, POV est en lui-même un roman addictif. Je l'ai lu d'une seule traite. C'est rythmé, très prenant et le sujet est passionnant. Enfin, moi, il m'a passionnée. C'est différent de ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. Ca secoue, ça choque, ça interpelle. Pas de non-dit mais pas trop de détails non plus. C'est juste ce qu'il faut.
Le héros, Lucas, est touchant. On est peut-être un peu déstabilisé par son addiction au départ mais très vite, on comprend. Mal dans sa peau, déconnecté de la réalité, internet lui a servi d'échappatoire. Lucas est handicapé socialement, sentimentalement et sexuellement. Il ne sait plus quelles sont les limites à ne pas franchir ni quels comportements adoptés face aux autres et surtout aux filles. Il pense que dans la vraie vie, tout se passe comme dans les vidéos qu'il regarde en boucle.
Pour nous, lecteurs qui avons toutes les cartes en main, la souffrance de Lucas nous semble bien visible. Mais non. Chez lui, au lycée, personne ne réagit même si Lucas semble exténué, qu'il a pris du poids et que ses résultats scolaires ont chuté. Tous sont loin d'imaginer ce qui se trame dans la chambre et dans la tête du jeune homme. Il va sombrer, encore et toujours.
Jusqu'où, je ne vous le dis pas.
Tout ce que je peux vous dire c'est que malgré tout, POV donne, à travers le parcours de Lucas, de l'espoir et des clés pour s'en sortir. Il n'y a pas de solution miracle mais parler est primordial.
De nombreux romans décrivent des addictions en tout genre. L'addiction au cybersexe en est une et le sujet méritait, comme les autres, d'être abordé. C'est chose faite. C'est une réussite.
Vraiment, je vous invite à découvrir ce roman qui, s'il ne vous plaît pas autant qu'à moi, vous fera sûrement réagir.


Lien : https://www.hashtagceline.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EternelAdo
  22 août 2018
Lucas, 15 ans, est un ado de la génération Z, entouré d'écrans et hyper connecté. Rien d'anormal donc pour ses parents, qu'il passe son temps enfermé dans sa chambre, entre son pc et son téléphone. 💻 C'est de son âge! Enfin en théorie... Ce que ne savent pas encore papa et maman, c'est que leur fils adoré passe ses nuits sur des sites porno, à la recherche du frisson originel, celui qu'il a ressenti en 5ème devant son écran. Il aura suffi d'une panne pour qu'ils découvrent le pot aux roses et que tout s'écroule... Ça ne peut plus continuer! Perversion! Interdictions! Confiscations! Lucas est confronté au phénomène de manque. Patrick BARD nous montre toute la violence du sevrage et comme "Le pire n'est jamais certain" je ne m'attendais pas à la chute en fin de première partie... 😨
C'est une nouvelle fois un roman qui fait réfléchir. Beaucoup! Il m'a doublement interpellé, m'a fait me positionner en tant que père d'ado (et pré-ado), mais aussi à la place d'adolescents qui vont lire ce livre, de celui que j'ai été. En fermant ce livre (lu d'une traite) mes différents moi (père/ado) étaient en ébullition, j'en ai parlé (j'en parle encore), beaucoup! Suis-je en accord avec la réaction des parents? A quel point sont-ils responsables de la situation? D'accord ou non, je crois que le but est justement de questionner. J'ai lu des articles qui n'ont fait que confirmer ce qui est en fait un véritable problème de société... ⚠️⚠️⚠️
Ce roman que je qualifierai positivement de docu-fiction littéraire tant il est brillamment documenté, pose plusieurs questions autour de l'addiction que porte son personnage principal. Il y a l'accès, d'une facilité déconcertante, à la pornographie et le fait que l'industrie du X soit la seule (ou presque) source d'éducation à la sexualité dans notre pays. Il fut un temps (🎵que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître🎵) où la pornographie était moins accessible. Je ne parle pas de l'âge (qui a sans doute peu évolué) mais de l'accessibilité elle même. Aujourd'hui, grâce à internet et aux nombreux supports n'importe qui peut regarder à toutes heures du jour et de la nuit du porno.
Le cas, peut-être extrême, d'addiction au cybersexe nous montre aussi que par manque d'éducation à la sexualité, les performances des hardeurs sont prises pour vraies, pour normales. Pour le jeune Lucas, le sexe c'est tout un tas d'actions et de positions dans un ordre bien défini, classé par catégories. Pour d'autres : "Avec la bouche, c'est pas du sexe!" 😱 Une fois de plus, Patrick BARD pose question, invite à la réflexion et à la prise de conscience sur un sujet complètement tabou. Là est probablement le problème... 🙈🙊🙊
Pour terminer, un petit mot sur la ligne "A partir de". C'est par nature un sujet tabou donc la question de l'âge minimum se pose forcément... Syros a fait le choix de noter 13, 14, 15 ans et + et je ne vois pas meilleure indication. Je crois que c'est juste complètement subjectif selon la maturité, la possibilité d'en discuter... (Rassurez-vous ce roman n'a rien de pornographique!!!) Si en tant que parents vous hésitez, je ne saurais que trop vous conseiller de le lire avant. Non seulement il vous donnera l'occasion de débattre mais ce roman a aussi toute sa place entre vos mains! 😉

Vous pouvez aussi retrouver toute l'actualité de mon blog sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/eternelAdo
Lien : https://journalduneternelado..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   01 octobre 2018
Dans la veine d’un Melvin Burgess, un livre percutant.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
asnicoasnico   29 janvier 2019
Le problème, c'est que la seule chose qui fait retomber la pression, c'est de se réfugier dans le porno. Là, il lâche prise, il oublie tout. La tension, la peur, la honte, la culpabilité, le sentiment de dépendance, son surpoids, ses échecs scolaires, tout. Et chaque fois que, enfin soulagé, il éteint son écran, il se promet que ce sera la dernière fois. (p 92)
Commenter  J’apprécie          40
hashtagcelinehashtagceline   07 septembre 2018
Ce qui l’a excité, c’est justement que, du coup, la fille le regardait dans les yeux. Du moins en a-t-il eu l’impression. Il ne savait pas encore qu’on appelait de telles vidéos des POV, point of view, terme anglo-saxon pour « caméra subjective ». Il ne comprenait pas non plus que l’homme forniquait tout en cadrant et en tenant la caméra. Deux emplois pour une seule personne, ça permet de réduire les coûts et d’optimiser les bénéfices. Mais de cela, Lucas ne savait rien alors, pas plus qu’il ne comprenait le sens réel de l’image qu’il voyait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NanouAnne25NanouAnne25   23 février 2019
Le problème ce n'est pas l'addiction en tant que telle, c'est le type d'addiction : il y a de l'addiction négative et de l'addiction positive.
Commenter  J’apprécie          30
LivherynLivheryn   05 septembre 2018
Je vais te dire ce qu'on va faire. Plus d'ordi. Plus de smartphone, plus d'Internet. S'il a besoin de faire une recherche pour le lycée, il la fait sur notre ordi, mais sous mon contrôle. Point barre. Il y aura bien un moment où il va se tourner vers autre chose, non ?
Commenter  J’apprécie          10
asnicoasnico   29 janvier 2019
A 13 ans, la simple vue d'un clavier d'ordinateur provoquait déjà chez lui une érection. (p 46)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Patrick Bard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Bard
Vidéo de Patrick Bard
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Et mes yeux se sont fermés

Quel est le thème évoqué dans l'histoire ?

la déscolarisation
le terrorisme
la radicalisation

11 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Et mes yeux se sont fermés de Patrick BardCréer un quiz sur ce livre
.. ..