AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782748525212
Éditeur : Syros (23/08/2018)
4.02/5   56 notes
Résumé :
La première fois qu'un lien vers une vidéo porno s'affiche sur son ordinateur, Lucas est en train de télécharger un film de super-héros en streaming. Cette scène, qu'il visionne sans l'avoir voulu, le sidère, puis lui procure une émotion totalement inédite. Pour retrouver ce frisson initial, il glisse en secret dans une sphère qui accapare ses pensées, ses nuits, et bientôt tout son temps libre. Vu de l'extérieur, on pourrait croire que Lucas est un simple geek. Il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 56 notes
5
18 avis
4
9 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ziliz
  13 décembre 2020
La génération de mes parents a connu le cinéma érotique avec le film 'Emmanuelle' (1974).
Quelques années plus tard, la chaîne Canal+ et les magnétoscopes (avec les cassettes VHS) ont fait entrer la pornographie dans les foyers. On monte d'un cran, ça n'a rien à voir : le porno d'alors est fait par des hommes, pour des hommes. Il paraît qu'il existe désormais des pornos plus 'féminins' (plus doux ?), je n'ai pas testé.
.
Dans les années 1980-1990, si vos parents n'en consommaient pas (ou s'ils en regardaient mais rangeaient bien leurs affaires), si vous n'aviez pas de grand frère, le spectacle cru du X vous était épargné jusqu'à l'âge (pré)adulte. Mais votre premier visionnage n'était pas forcément consenti, et les attentes de celui qui vous présentait le film pouvaient être à 1000 lieues des vôtres, pauvre naïve !
.
Aujourd'hui, avec Internet, ces images s'imposent aux enfants, beaucoup trop tôt, que l'option 'contrôle parental' soit activée ou non - merci les copains !
Et comme l'enfant est conscient du tabou, il se garde d'en parler aux adultes de son entourage, ce qui peut occasionner des dégâts si sa consommation devient incontrôlable. Je ne parle même pas des effets sur une petite/jeune fille qui se demande comment elle réussira à faire 'tous ces trucs' un jour ; je reste dans la perspective masculine, plutôt agréable, si j'ai bien compris.
.
C'est le sujet de ce roman pour adolescents, à travers l'exemple de Lucas, accro au porno depuis l'âge de 14 ans. L'auteur montre la nocivité de la pornographie consommée trop jeune et à haute dose : addiction, perte du sommeil, déphasage scolaire, et conséquences sur la sexualité future, car la vie sexuelle amoureuse n'a pas grand chose à voir avec ces films (images de la femme soumise, ultra-souple, ouverte & 'accueillante', et du mâle à grande/grosse qu*** qui rentre partout, dominant, dominateur, prédateur...). Patrick Bard évoque également les coulisses de la production de ces films, rompant avec l'image médiatique trompeuse donnée par quelques stars, apparemment mignonnes, épanouies, fraîches, saines, et heureuses de leur job de 'hardeuse'.
D'autres addictions sont évoquées dans ce roman (jeux en ligne, alcool), via quelques jeunes gens marginalisés par leurs pratiques, devenus incapables de vivre en société, et parfois suicidaires.
Tout n'est pas noir, il y a heureusement des moyens de sortir de ces graves crises de l'adolescence, une des premières étapes étant de réapprendre la 'vraie vie', de renouer le contact avec des gens de son âge, par exemple...
Lecture indispensable pour les adolescents et les adultes qui en côtoient.
- - - - - -
« Un enfant a en moyenne 11 ans lorsqu'il est exposé pour la première fois à du contenu pornographique en ligne », révèle une enquête conduite par l'association Ennocence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
kuroineko
  31 août 2019
P.O.V pour "point of view", soit film tourné en caméra subjective. Tel est le titre du second roman ados-jeunes adultes de Patrick Bard. Dans le premier, Et les yeux se sont fermés, il évoquait la conversion à l'islam et la radicalisation d'une jeune fille française partie rejoindre le djihad en Syrie.
Ici, le journaliste-écrivain traite de l'addiction d'un adolescent aux vidéos pornographiques sur Internet. C'est si facile, varié et représentant un nombre vertigineux de mini-films. L'histoire de Lucas est le parfait pendant romanesque de l'essai d'Ovidie, À un clic du pire, dans lequel elle dresse le constat stupéfiant du nombre d'heures de porno visualisées et, encore plus grave, de l'impact terrible que ces scènes souvent hard sur la sexualité de ces jeunes.
Patrick Bard le dépeint à travers son jeune personnage avec beaucoup de justesse. Sa vision du sexe et de l'abord d'une fille n'est dictée que par ce qu'il en a vu du Internet. Autrement dit, une vision fausse, dégradante et socialement périlleuse. L'auteur montre également les problèmes collatéraux à cette addiction : manque de sommeil à force de mater les films, diminution de l'attention en classe, dégringolade scolaire, importante prise de poids par manque d'activités et grignotages compulsifs devant l'écran, tensions familiales, désocialisation, etc.
Voilà un ouvrage intelligemment construit, avec des mots qui sonnent juste puisqu'on sent bien derrière cette avidité de cybersexualité se cache un mal-être. le monde virtuel du sexe devient un échappatoire au monde réel et aux difficultés et efforts inhérents aux relations sociales. Pour d'autres, c'est l'alcool, les jeux en ligne, la drogue, la bouffe, etc. Autant de moyens de tenter de combler un vide ou de fuir une situation qui ne convient pas. Illusoire bien sûr mais ça, on ne s'en rend compte que lorsque l'engrenage est déjà bien lancé.
La question de la disponibilité des écrans est ici aussi posée à travers les interrogations des parents. Difficile à notre époque ultraconnectée de ne pas se focaliser sur smartphones, tablettes ou ordinateurs. Nombre d'inquiétudes ressortent d'expériences vécues et d'études scientifiques sur les effets d'Internet sur nos vies et principalement sur celle des enfants et adolescents. L'addiction du jeune Lucas en est une parmi bien d'autres.
Je ne peux que conseiller la lecture de ce roman certes préoccupant mais où toute lumière n'est pas éteinte. Bravo à Patrick Bard pour l'efficacité et la qualité de son récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
NanouAnne25
  23 février 2019
Une fiction sur l'addiction à la pornographie chez les jeunes… un sujet délicat, il fallait oser. Surtout quand la fiction est catégorisée « littérature jeunesse ». Eh bien, j'ai trouvé que c'était habilement mené.
Lucas a 16 ans, il ne dort plus, n'a plus de vie sociale, il passe son temps à regarder des vidéos porno depuis 3-4 ans. En surpoids, ce qui fait de lui une victime de harcèlement scolaire, une hygiène corporelle qui laisse à désirer, il s'engage dans un cercle vicieux dont il ne pourra se sortir tout seul.
Le roman se divise en deux parties. La première partie s'intitule «disparaître» : on y suit la descente aux enfers de Lucas, porn-addict, et de ses parents qui essaient de l'en sortir. Cette partie pourrait être tellement vraie ! On vit la stupéfaction des parents quand ils découvrent que leur fils mate du porno, leur interrogation sur la façon d'aborder le sujet avec lui, le mal-être et des parents et de Lucas lorsqu'ils parlent de cela, les mensonges de Lucas qui fait des promesses mais ne les tient pas, les disputes des parents au sujet de leur fils, l'un voulant l'emmener consulter, l'autre refusant cette option et confisquant tout à l'ado (smartphone, ordi), les conflits entre parents et enfant, les signes de manque manifestes chez Lucas, le repli sur soi encore plus évident, et enfin le drame (que je n'avais pas vu venir).
La seconde partie, « faire battre le coeur », s'attarde sur la longue convalescence de Lucas enfin pris en charge par des spécialistes.
Au-delà de la fiction, l'auteur a su habilement placer des informations réelles permettant de mesurer l'ampleur du fléau et ses dégâts, mais aussi les coulisses des tournages des vidéos pornos.
Lucas a vu son premier porno à l'âge de 11 ans, et malheureusement dans la réalité les enfants/pré-adolescents/ados sont surexposés via Internet, la facilité d'accès à ce genre d'images ou de vidéos est déconcertante. La pornographie trompe les jeunes, naïfs, sur la sexualité, elle leur en donne une vision hyper déformée, très loin de la réalité. Et un épisode relaté dans le récit trouve un écho dans les collèges aujourd'hui. Auprès du principal qui a convoqué des filles de cinquième au sujet d'une pratique qu'elles font dans les toilettes pour gagner des cigarettes gratos, elles se justifient « Mais on voit ça tout le temps sur internet, monsieur. Avec la bouche, c'est pas du sexe ! » Hem… Hem… Toute une éducation à la sexualité à (re)faire. Une amie infirmière scolaire m'a un jour dit avoir été choquée d'apprendre que des pratiques similaires se faisaient dans son collège. Et cette remarque, elle me l'a faite il y a dix ans… Je n'ai aucun doute sur le fait que ces pratiques se sont répétées, amplifiées, déformées…
Vraiment, ce livre est intéressant autant pour les adultes que pour des jeunes à partir de 14 ans. A titre préventif, explicatif ou curatif, chacun pourra y trouver un intérêt. Moi, il m'a permis de prendre conscience du danger de cette addiction vers les jeunes, de l'ampleur du phénomène, et des moyens à mettre en oeuvre pour prévenir, lutter et guérir. Je ne le mettrais peut-être pas entre les mains d'ados en dessous de 14-15 ans, mais à partir de cet âge-là, il peut servir de prévention ou d'explications et donner matière à réflexion auprès de ce public, car il est bien ficelé.
Bon, un mot sur l'écriture, le registre, le vocabulaire : ça parle d'addiction à la pornographie, je m'interrogeais sur la façon dont l'auteur allait amener le sujet, si ça n'allait pas être trop hard, mais non ; il y a des choses au sujet de la pornographie qui sont expliquées, mais on ne tombe pas dans le glauque ou le hardcore.
Un dernier mot : de manière habile, l'auteur réussit aussi à placer un mot sur une autre addiction-fléau des jeunes : l'addiction aux jeux vidéo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Apikrus
  13 décembre 2020
Lucas est un adolescent comme beaucoup d'autres, plutôt replié sur lui-même et passant beaucoup de temps sur son ordinateur et son smartphone. Comme la plupart des garçons de son âge, il a eu l'occasion de voir des images pornographiques et d'y revenir (parents, vous vous leurrez si vous pensez que vos chers petits y ont échappé, à moins que ni eux ni leurs amis ne disposent de connexion Internet).
La vie de Lucas n'est cependant pas banale, ni normale : désormais, sa principale occupation est précisément la recherche et le visionnage de sites pornographiques. Lucas est devenu addict au cybersex. Sa désocialisation est rapide et préoccupante ; ses résultats scolaires sont en berne, il n'a plus d'amis, ne fait plus de sport… Ses parents tombent de haut lorsqu'ils découvrent comment leur fils passe ses nuits et pourquoi il s'endort pendant les cours.
Le sujet, grave, est traité avec un ton juste, sans omettre ses sombres facettes - l'exploitation des « travailleuses » du sexe, la dépendance de certains consommateurs, les effets désastreux du porno sur la compréhension par ses amateurs de la sexualité… - et sans moralisation.
Dans ce roman accessible dès 14 ans (de préférence avec un temps de discussion avec des adultes), comme dans ses autres ouvrages, Patrick Bard n'y va pas par quatre chemins pour dénoncer les dérives, les scandales. Il le fait de manière précise, complète, presque scientifique.
Cet auteur est particulièrement doué pour plonger ses lecteurs au coeur du sujet, après avoir pris toute la distance nécessaire à sa bonne compréhension. Et les sujets qu'il choisit ne sont pas anodins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
asnico
  02 février 2019
Lucas est un pré-ado comme les autres, il est accro à son smartphone et à son PC. Il est souvent seul dans sa chambre. Alors qu'il croit un soir regarder un film de super-héros en streaming, une vidéo porno commence. Lucas n'y comprend pas grand-chose mais ça lui procure une certaine émotion quand même.
Au fil des jours, des semaines, des mois, Lucas va devenir accro à tel point que son ordi plantera tellement il aura téléchargé de virus cachés dans ces vidéos qui sont également de plus en plus gonzo et donc sordides. Une image complètement fausse du sexe.
Lorsque son père demandera à un collègue informaticien de nettoyer le PC, le pot aux roses sera découvert et ce sera le début de l'enfer pour les parents comme pour Lucas qui est devenu tellement dépendant qu'il s'endort en cours parce qu'il ne dort plus la nuit. Il s'empiffre de sucreries entre 2 masturbations et grossit à tel point que ses camarades se moquent de lui au tennis. Il n'arrive plus à jouer et ne pense plus qu'à regarder ces vidéos.
Sa mère, dépressive, veut lui faire consulter un pédopsychiatre. Son père ne veut pas car il ne trouve pas que ça ait servi à grand-chose sur sa femme. C'est du moins ce qu'il dira lorsqu'il sera confronté au juge et que Lucas sera obligé d'être interné...
Il fallait oser s'attaquer à l'addiction à la pornographie en ligne dans un roman pour ados et Patrick Bard le fait très bien. Certains passages donnent l'impression qu'on lit un documentaire, c'est intéressant. le lecteur est estomaqué devant les conséquences d'une addiction si forte et des conséquences qui en découlent. Très bon roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
Ricochet   01 octobre 2018
Dans la veine d’un Melvin Burgess, un livre percutant.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   09 décembre 2020
'Ça', c'est un documentaire sur les conditions de travail des hardeuses. Une suite de témoignages qui lui soulèvent encore le coeur, rien que d'y penser. Des trucs super-crades qu'il n'avait aucune envie d'entendre ni de savoir. (...)
Les médicaments pour l'accouchement que les filles prennent, non pas pour dilater l'utérus afin de laisser passer un bébé mais pour dilater leurs orifices, pour pouvoir encaisser les triples anales. Les piqûres que les acteurs se font pour rester en érection en dépit des insensibilisants dont les muqueuses des hardeuses sont gorgées. Les lavements, les vomissements, conséquence des multiples DT. Les coups. Les lèvres fendues. Les maisons où les actrices des pays de l'Est sous-payées sont cantonnées. L'abus d'anti-inflammatoires. Des filles qui visionnent des pornos depuis l'âge de huit ans, qui tournent avec des acteurs qu'elles ont vus en action quand elles n'étaient encore que des gamines.
Les témoignages sont une chose. Les chiffres en sont une autre. Plus de 100 milliards de pages porno sont ouvertes chaque année par les internautes. Soit 14 pages par être humain vivant sur Terre, bébés et vieillards inclus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   09 décembre 2020
- Je ne te juge pas parce que tu regardais des pornos en ligne [à 14 ans]. Ce n'est pas forcément mal de regarder un porno, même si c'est plutôt un divertissement pour adultes qui véhicule une image des femmes qui n'est pas géniale. (...) La pornographie existait déjà du temps des Romains. Ce qui a changé, avec Internet, c'est l'accessibilité immédiate à une masse gigantesque de vidéos gratuites. Ça a détruit la vie des actrices dont le travail est aujourd'hui sous payé et, en plus, c'est illégal.
[Il] bondit.
- C'est pas illégal de regarder du porno. Vous avez le droit de dire que c'est nul, mais c'est pas illégal en France.
- Non, tu as raison, ce n'est pas illégal d'en regarder. Mais ce qui l'est, en revanche, c'est d'exposer des mineurs à la pornographie, pour commencer. Et ce qui est aussi illégal, c'est que ces milliards de vidéos sont toutes piratées. Ça, tout le monde s'en fout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   09 décembre 2020
Tout a commencé avec cette femme (...) qui voulait simplement alerter son fils sur les dangers du porno. Le gosse était en cinquième. La mère s'attendait à tout sauf à ce qu'il lui réponde qu'en la matière, vu ce qui se passait dans les toilettes de son collège avec les filles de sa classe, il n'avait pas besoin d'Internet. Sommé de s'expliquer, il avait alors révélé que des gamines de douze ans échangeaient des cigarettes avec des garçons de quatorze ou quinze ans contre des fellations administrées dans les WC de l'établissement. Scandalisée, la mère a tout de suite appelé le collège. Convoquées, les filles se sont étonnées devant le principal qui tentait de leur faire la morale.
- Mais on voit ça tout le temps sur Internet, monsieur. Avec la bouche, c'est pas du sexe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   09 décembre 2020
[ atelier d'écriture dans une clinique psy pour ados ]
- Bon, fait le poète en tapant joyeusement dans ses mains. On va se mettre en jambes avec un portrait chinois. Vous savez ce que c'est ? demande-t-il à la cantonade en distribuant des feuilles et des stylos.
- On en a fait un, une fois, au lycée, avec la prof de français, répond Manon. C'est des questions auxquelles il faut répondre pour dire qui on est, c'est ça ?
- Ah ouais, fait Brice. C'est un truc de psy, ça, m'sieur. C'est pour savoir ce qu'on a dans la tête.
Le Troadec sourit.
- Non, on s'en fout. Il faut le prendre comme un jeu. Et d'abord, c'en est un, vous allez voir. (...) L'idée, c'est de répondre sans trop réfléchir et d'être sincère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
ZilizZiliz   14 décembre 2020
[ séance psy ]
Ça ne ressemble pas à ce que Lucas a vu dans les films. Il n'est pas allongé sur un canapé, le psy roupillant derrière lui et hochant la tête de temps à autre comme un chien à l'arrière d'une bagnole, juste assez souvent pour faire semblant de ne pas dormir.
Ce n'est pas non plus comme dans la série 'Mentalist'.
Clara Desnoyers est simplement assise face à lui, dans son bureau. Une pièce moderne, impersonnelle, de la taille de sa chambre [chez ses parents], avec juste une connerie de bouddha en plâtre posée sur une étagère, pour faire genre zen, et des bouquins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Patrick Bard (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Bard
Perluète #07 - interview de l'invité : Patrick Bard, journaliste, auteur, photographe. Quelle que soit sa forme, le travail de Patrick Bard s'inscrit dans la réalité de notre monde. Il a signé en 2020 un essai biographique sur l'américain Piero Heliczer, artiste aussi important qu'oublié, qui vécut dans le Perche, comme lui.
Réalisation : ©appris
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Et mes yeux se sont fermés

Quel est le thème évoqué dans l'histoire ?

la déscolarisation
le terrorisme
la radicalisation

11 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Et mes yeux se sont fermés de Patrick BardCréer un quiz sur ce livre

.. ..