AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021004076
392 pages
Seuil (19/08/2010)
4.5/5   12 notes
Résumé :
Successeur de la culotte, le pantalon symbolise la masculinité et, partant, le pouvoir, comme en témoigne l'expression " porter la culotte ". Au cours de la Révolution, il se charge d'une signification plus précise en exprimant les valeurs républicaines et devient un élément-clé du nouvel ordre politique. Mais l'Ancien Régime continue pour les femmes, qui n'accèdent pas, sur le plan vestimentaire (non plus que social), à la liberté et à l'égalité. Enfermées dans u... >Voir plus
Que lire après Une histoire politique du pantalonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Que de pages sur ce qui va de soi pour nous autres filles et femmes d'aujourd'hui !
Et pourtant, il est de rappeler que nous devrions toujours demander l'autorisation de porter le pantalon à la préfecture de police de Paris... Et que ce texte n'est aps près d'être abrogé... Faut-il craindre pour autant un retour à la jupe obligatoire ?
Christine Bard mélange politique, histoire, sociologie et mode pour nous raconter l'histoire de ce pantalon et de notre droit de le porter à l'égal des hommes. Ces messieurs (et certaines dames) avaient peur de ce que les femmes pourraient "porter la culotte" à leur place et mettre à bas la masculinité triomphante. Elle dresse le portraits de femmes ayant misle pantalon avant nous toutes, pour des raisons propores, pas forcément d'ailleurs dans un esprit de fronde : plus pratique, salaire plus élevé si on arrive à se faire passer por un homme, grande voyageuse ou sportive.
Et nous avons lutté et lutté pour finalement gagner. Au moins sur le plan vestimentaire.
Commenter  J’apprécie          80
Positivement surprise par cet ouvrage qui est bien celui d'une universitaire. J'avais peur que ce soit trop engagé, trop à pencher d'un seul côté, trop à encenser le pantalon et à enterrer les jupes et les robes et toutes les femmes qui ne portent que ça. Mais l'auteur rend ici plus une étude qu'une plaidoirie, enseignant l'histoire à l'université, c'est un véritable cours que l'on prend. « Une histoire politique du pantalon » porte bien son titre, on est en plein dedans.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Le mot est inapproprié sans doute à cause de son androcentrisme. Florence Montreynaud (historienne, fondatrice des Chiennes de garde et animatrice de La Meute) propose de le remplacer par « adelphité », parce qu’il « désigne un sentiment entre fraternité et sororité. En français, sœur et frère proviennent de deux mots différents. Le mot adelphité est formé sur la racine grecque adelph- qui a donné les mots grecs signifiant sœur et frère.
Commenter  J’apprécie          20
Parmi toutes les raisons qui poussent des féministes – et non pas les féministes en général – à « revendiquer » le pantalon, il en est une, fondamentale, qu’il est important d’expliciter d’emblée : le pantalon est un vêtement fermé. Ne nous laissons pas abuser par le « pantalon féminin » du XIXe siècle, qui désigne en réalité une culotte du dessous, généralement fendue, c’est-à-dire ouverte. Le passage à la culotte fermée précède de peu le triomphe du pantalon féminin et même l’annonce, d’une certaine manière.
Les hommes portent donc un vêtement fermé, et les femmes un vêtement ouvert. Contrairement à ce que suggère l’envolée froufroutante de Marilyn Monroe sur une bouche de métro, la jupe soulevée est le cauchemar des femmes ordinaires… Le vent, de même que les accidents, les chutes, et de nombreuses activités et postures, sportives ou non, outragent la pudeur. Le rapport entre les sexes est aussi engagé par cette dissymétrie vestimentaire, dès les jeux enfantins (la peur des jupes soulevées), et pour la vie. L’ouverture du vêtement féminin évoque la facilité de l’accès au sexe féminin, sa disponibilité, sa pénétrabilité.
Commenter  J’apprécie          60
C’est un pantalon certes protecteur mais pas émancipateur que l’on découvre dans ces témoignages. Et en France, ce pantalon n’est en rien contradictoire avec le voile islamique. Le pantalon, dès lors qu’il devient obligatoire, n’est plus porteur des valeurs héritées de son passé militant. Le vêtement de la résistance, aujourd’hui, est visiblement la jupe. La presse pour adolescentes abuse de l’expression « revendiquer sa féminité » (porter une jupe), vocabulaire révélateur d’une difficulté vaincue au prix d’un combat. Le film La journée de la jupe (2009), avec Isabelle Adjani dans le rôle d’une enseignante en jupe, réclamant pour libérer les élèves qu’elle a pris en otages l’institution d’une « journée de la jupe », montre bien le problème : le pantalon aujourd’hui présente des similitudes avec le voile. L’imagination du réalisateur, Jean-Paul Lilienfeld, rejoint la réalité.
Commenter  J’apprécie          80
Mais on ne peut négliger ce fait essentiel, déjà souligné pour le travestissement : une femme qui se masculinise s’élève dans la hiérarchie des valeurs. Elle gagne un pouvoir symbolique. Un homme qui adopte un vêtement féminin descend la même échelle, perdant volontairement un peu de son pouvoir, en s’approchant du statut féminin. L’une se fait sujet, l’autre se fait objet. Et il en sera ainsi aussi longtemps que notre culture reconnaîtra la « valence différentielle des sexes » comme un des principes organisateurs. La différence des sexes est en effet également une hiérarchie des sexes. L’universalisation de la jupe, après celle du pantalon serait un signal fort de réduction de la différence des sexes. On en est encore loin.
Commenter  J’apprécie          80
Leurs arguments les plus forts, les féministes les empruntent aux hygiénistes, soucieux de sauvegarder l’avenir et la santé de la « race », et en particulier de celles qui la reproduisent. En 1899, Hubertine Auclert s’appuie sur la thèse de l’une des premières doctoresses, dont les recherches sur le corset montrent qu’il « comprime les organes, refoule en dedans les côtes, provoque des troubles respiratoires, développe l’anémie, la chlorose ». Une voie moyenne est défendue par Inès Gaches-Sarraute, qui crée le corset abdominal ou hygiénique, lequel fait le ventre plat, évitant la ptôse du bas-ventre. Bien qu’il creuse le dos, il rencontre un succès certain. Plusieurs thèses de médecine apportent aux féministes des arguments de poids en faveur de la disparition du corset, du raccourcissement de la robe, de la jupe-culotte et de la culotte-cycliste.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Christine Bard (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Bard
8 avr. 2022 Conférence de Christine Bard, Professeure à l’Université d’Angers (Temos), autrice de La révolution féministe et Les garçonnes. Avec la participation de Sabine Lambert et Héloïse Morel, membres du Planning familial. Animation : Louise Fromard.
autres livres classés : histoireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (71) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3217 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}