AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Grisha, tome 1 : Les orphelins du royaume (182)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
iz43
  06 novembre 2020
Grisha est une véritable pépite que je me suis empressée de lire dès que j avais une minute de libre ( ou pas ) et qui m a fait lutter contre le sommeil alors que mes paupières voulaient se fermer.

C est dire tout mon enthousiasme et mon engouement pour ce livre.
Nous sommes dans un univers fantasy accessible aux non amateurs du genre. Ambiance à la Russe : pour le choix des noms, des vêtements...
Nous suivons deux orphelins Alina et Mal qui ont grandi ensemble et se sont engagés dans l armée comme cartographe et comme traqueur. Alors qu ils embarquent sur un bateau ils sont attaqués par des créatures horribles. Aline sauvé la vie de Mal alors que le pouvoir dont elle ignorait l existence, se libére. Il semblerait qu Alina soit capable de sauver le monde. Elle est emmenee au palais du roi pour suivre une formation auprès d autres grisha. Mais Alina devra se méfier des apparences.
L histoire est palpitante. J ai adoré l'univers décrit et je me suis vite prise d affection pour Alina. J avoue que je serai tombée à pieds joints dans les pièges. J ai adoré également l intrigue amoureuse.
J ai tremblé jusqu à la fin et j ai une furieuse envie de me jeter sur la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
Fifrildi
  14 juillet 2018
Je tiens tout d'abord à remercier Babelio et les éditions Milan pour cette Masse critique privilégiée.

Je vous le dis tout de suite, j'ai plus envie d'aller lire la suite que d'écrire cet avis… mais chaque chose en son temps ^_^

J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, mais je me suis vite laissée embarquer dans cette aventure palpitante dans une Russie imaginaire.

Les Grishas sont des personnes qui ont certains pouvoirs. Il y a l'Ordre des vivants et des morts (Caporalki), l'Ordre des invocateurs (Etherealki) et l'Ordre des fabrikators (Materialki).

Alina Starkov et Malyeb Oretsev sont enfants quand des Grishas viennent dans leur orphelinat pour les tester. Mais ils ne semblent pas être des leurs. Ils sont donc incorporés à l'adolescence à l'armée. Alina y est cartographe et Mal est un traqueur.

Alors qu'ils traversent le Shadow Fold (la non-mer) ils sont attaqués par des volcras. Ce sont des créatures qui vivent dans le Shadow Fold et se nourrissent de chair humaine. Alina sauve la vie de Mal d'une manière étonnante et elle est amenée devant le Darkling.

Le Darkling est le leader des Grishas. Grâce à son pouvoir d'amplificateur, il découvre qu'Alina est une Grisha d'un genre tout à fait particulier : c'est une invocatrice de lumière.

Alina et Mal sont séparés et… l'aventure commence !

Une écriture agréable, une progression de l'intrigue bien menée, des personnages attachants, du suspense, de la magie, et une furieuse envie de lire la suite. Cela tombe bien, vu que cette Masse critique privilégiée incluait le deuxième tome (le 3ème tome de cette trilogie n'est pas encore sorti mais il est déjà dans mon pense-bête virtuel).

Merci pour ce bon moment de lecture!




Challenge multi-défis 2018 (70)
Challenge Plumes féminines 2018 (Un roman d'une auteure jeunesse)
Challenge défi de l'imaginaire (SFFF) (102)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          417
RosenDero
  12 juillet 2018
Alina et Malyen sont orphelins mais inséparables. Lors d'un voyage au travers de la terrible "Non-mer" peuplée de créatures maléfiques, leur vie va basculer...
--
Voilà avec quel pitch je me suis laissé avoir.
On nous promettait de la fantasy dans un royaume "envahi par les ténèbres" et une jeune orpheline "que chacun attendait", je m'étais dit "cool, c'est peut-être très classique mais avec une auteur aux manettes et un héroïne atypique ça promet un peu de renouveau".
Mal m'en a pris...

Et oui, car si le début est prenant et plutôt prometteur (même si je ne comprends pas l'intérêt de tous ces termes en russe qui, mis en italique, cassent l'immersion ; sans parler de cette similitude désagréable entre notre univers et celui décrit ici), j'ai vite déchanté face à un flot de mièvrerie-guimauve-rose-bonbon-licornes-pailletées-et-mots-doux-écrits-à-l'encre-de-tes yeux-dans-mon-journal-intime-hello-kitty-parceque-la-vie-c'est-trop-pas-beaux-quand-on-n'est-loin-de-son-amoureux-trop-choupi-musclé...

Kévina, sors de ce corps !

Hum, donc, oui, plus clairement : l'histoire noire et épique promise laisse la place à une vulgaire romance sur fond de complot ourdi par un grand méchant du twist de la mort (visible à des kilomètres pour qui aurait déjà entendu parler de Zerglings ou de Nurglings... d'ailleurs faut arrêter avec les termes angliches et les références à l'Église où à la Russie, ça donne un sentiment de gloubiboulga et une nausée de tous les diables).

Sans parler des 200 premières pages où je me suis fait suer comme un rat mort (et incontinent !) face à "l'apprentissage" d'Alina, caricature d'ado, cyclothymique et schizophrène, qui pense davantage à sa garde robe et son petit minois qu'à faire la lumière sur sa situation.
Bref, comme je l'ai dit à certaines, j'ai cru lire un fan-fic d'Harry Potter écrit par Meg Cabot, les gâteaux en moins (enfin, ici on a une superbe scène de brioche, c'est pas mieux). Je n'aime pas les Poudlard-like, encore moins quand ils sont saupoudrés de coeurs en pâte à sucre rose...

Exemple ?
- Est-ce que je t'ai manqué, Alina ? [...]
- Oui, tous les jours, répondis-je sincèrement.
- Toi, tu m'as manqué toutes les heures.

un autre ?
- J'ai vu comment il te regardait, reprit-il.
- J'aime comment il me regarde ! criai-je presque.

un dernier ?
- Merci de m'avoir retrouvée.
Peut-être rêvais-je déjà, mais, quelque part dans les ténèbres, je l'entendis chuchoter:
- Je te retrouverai toujours.

Je ne jette pas la pierre à tous les lectures qui ont aimé ce récit, je comprends qu'on puisse apprécier, et que les romances brisées, impossibles, pleines d'attente et d'espoir puissent être un thème auquel on adhère ; ce qui me chagrine, c'est que ça n'était pas prévu par le contrat... nulle part je n'ai lu les mots "amour" "gloire" ou "beauté"... ni même le simple "romance"...

Bref, si je devais retenir un truc bien de ce roman ce serait l'idée du royaume coupé en deux par une force maléfique inconnue et mystérieuse. le reste n'a rien à voir avec de la fantasy pour amateurs de fantasy "classique", et sera davantage à recommander aux adeptes des romans d'amour version fantasy (sans vampires, toutefois ; mais on a un Darkling, alors ça passe).

--

Merci tout de même à Babelio et aux éditions Milan pour cet envoi. Car même si ce ne fut pas le succès espéré, je suis heureux d'avoir été sélectionné pour donner mon avis sur ce roman.
Et je vais aller lire le tome 2, en espérant qu'Adam et Eve s'étouffent avec un morceau de pomme :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3319
basileusa
  09 novembre 2020
J'ai passé un excellent moment avec ce tome un, qui présente un monde original et intrigant . le pays d'Alina, Ravka est en effet coupé en deux par une brume mortelle car peuplée de créatures sanguinaires...Les Grishas, qui ont des dons, sont un peu l'élite du pays, chargés de protéger le pays. Enfin, c'est un peu plus complexe que ça. Et Alina et son ami d'enfance Mal, vont se retrouver au coeur des intrigues du royaume.
J'ai vraiment adoré l'univers, que l'on découvre peu à peu, une ambiance russe, imprégnée de magies. Les personnages sont sympathiques, pas trop gnan-gnan comme je le craignait au début en lisant une critique mais tout de même un peu manichéens. Mais rien de gênant, c'est une histoire vraiment prenante, intrigante et immersive. Si je ne mets pas la note maximale c'est que je trouve qu'il y a quelques facilités lors de la résolution de situations critiques ( Alina aime bien débloquer des choses en elle on dirait). Un très bon début pour cette trilogie dont j'ai hâte de lira la suite !
Challenge Mauvais genres 2020
Challenge séries 2020
Challenge auteures SFFF
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
florencem
  12 juin 2020
Cela faisait un petit moment que je voulais me lancer dans la trilogie Grisha, et après deux déceptions livresques, je me suis dit qu'il était temps de retrouver un univers qui m'avait plu, ainsi qu'une auteur brillante. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Ayant découvert Six of Crows en premier, j'avais une notion de ce qu'étaient les Grishas, mais ma lecture remontant un peu, les souvenirs étaient très très flous ! Qu'importe, je me suis donc lancée !

J'ai beaucoup aimé l'ensemble. J'avais quelques appréhensions au vu de certaines critiques, mais franchement, j'ai été prise dans l'histoire tout de suite. le seul petit défaut que je pourrais trouver avec ce premier tome réside dans le fait que certains événements étaient très prévisibles. Ce n'est pas très grave en soi, et franchement, je pense que quand on est un gros lecteur, il devient assez difficile d'être surpris. Mais le fait d'anticiper aussi facilement peut aussi un peu gâcher une lecture. Je dis bien « un peu ». Parce que vraiment, j'ai eu du mal à lâcher le roman.

L'univers est travaillé, avec une certaine complexité que nous apprenons à dompter petit à petit. Il y a des termes propres à l'histoire, un passé chargé, mais je ne me suis pas sentie noyée. Alina est pour cela un très bon personnage qui nous fait naviguer et qui apprend en même temps que nous. C'est toujours quelque chose que j'apprécie car en plus de trouver le processus plus facilement assimilable, il y a aussi cette connexion qui se fait avec le héros.

Parlons justement des personnages. Alina… je ne sais pas si je me suis attachée à elle, ce qui est assez étrange. Je l'aime beaucoup car elle évolue et elle est différente de ces personnages féminins très forts et sûrs d'elles que l'on voit de plus en plus. Elle est plus réelle en un sens, et j'ai trouvé très intéressant de la voir évoluer. C'est surtout dans l'acceptation qu'elle joue un grand rôle, et l'on voit très bien ce que cela peut faire à un être humain d'accepter ce qu'il est autant physiquement que psychologiquement. Pour ma part, ce n'est pas quelque chose que je vois souvent en littérature. J'ai un gros faible pour Genya qui n'est pas encore trop exploitée, mais on sent un grand potentiel. Mal… est trop stéréotypé pour moi, même s'il reste adorable. le gros point fort reste le Darkling. Je me suis faite bernée, plus ou moins… mais j'avoue que c'est un personnage très intéressant de part ses différents facettes et sa psychologie (chose que j'adore !). J'ai hâte aussi de voir ce que Leigh Bardugo va en faire. Il y a un tel potentiel en lui, et c'est assez original, surtout vu sa place dans le récit.

L'histoire est assez classique pour de la fantaisie, bien que l'univers soit riche, et encore une fois, ce n'est pas quelque chose de négatif. J'y vois une quête personnelle mais aussi un monde à comprendre, apprivoiser et sauver. Il y a aussi beaucoup de nuances. C'est quelque chose que l'auteur semble beaucoup aimé, et je trouve cela super. Les motivations de chacun ne semblent pas forcément bonnes ou mauvaises car on arrive à voir l'ensemble de leur histoire et de leur réflexion. Les luttes de pouvoir, la politique, l'oppression… On sent rapidement que les Grishas sont à un moment de leur histoire où tout va basculer pour le pire ou pour le meilleur. Et leurs destins sont aussi liés aux autres peuples. Ce n'est pas seulement Alina dont on suit l'aventure, il y a une dimension bien plus grande que cela.

Le premier tome de Grisha, Les orphelins du royaume, est donc une réussite pour moi. Il y a tous les ingrédients que j'aime, et une intrigue solide et bien menée. Les personnages sont aussi intéressants et le « duo » Alina / Darkling promet des moments assez intenses. Je croise maintenant les doigts pour ma lecture du tome deux, qui est souvent en dessous dans une trilogie, mais gardons confiance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Ichirin-No-Hana
  09 juillet 2018
Alina, actuellement en formation de cartographe, est une jeune orpheline qui vit dans le royaume de Ravka. Menacé par le Shadow Fold, territoire baigné dans les ténèbres et protégés par des créatures affamées, le royaume est divisé. Tout va être chamboulé quand, en expédition dans ce Shadow Fold, Alina va se découvrir des pouvoirs inattendus. Elle est l'invocatrice de lumière, celle que l'on attendait.

Ce premier tome fut une belle surprise et une superbe lecture pour moi. Grisha propose un univers fantastique inspiré de la Russie clairement original et immersif. Cet univers tout en étant assez complexe (et encore, je pense qu'il n'a pas délivré encore tous ses secrets) est décrit de façon très simple et plaisante et on ne s'y perd à aucun moment. Grisha est un roman qui prend ses inspirations dans beaucoup d'autres sagas du même genre (on retrouve un côté « Elu » qui vient d'un milieu difficile qui se découvre, adolescent, une magie puissante qui peut sauver un royaume, l'apprentissage de cette magie ou encore un méchant caché dans l'ombre du souverain qui cherche à prendre le pouvoir...). Grisha ne subit pas cependant ces comparaisons et sait faire ressortir les bons côtés de ces poncifs pour en faire un roman vraiment sympathique à lire. Grisha est un roman qui m'a énormément plu. L'action est très présente mais l'auteure sait prendre son temps pour nous décrire son univers et son intrigue. On est tout de suite pris dedans et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu ce roman.

Les personnages sont agréables à découvrir et à suivre. Alina est une héroïne attachante, qui ne se laisse pas faire même si elle ne sait pas encore trop à qui se fier. Elle ne s'apitoie jamais sur son sort et prend son destin en main. Elle forme un duo très attachant avec Mal, son ami d'enfance, orphelin comme elle. le « méchant de l'histoire » bien que très charismatique, m'a paru un peu trop manichéen, mais je pense qu'il nous réserve encore des surprises.

Un premier tome sans réel grand défaut. Grisha est un roman vraiment prenant et avec lequel j'ai passé un super bon moment. Sur ce, je vous laisse, je cours m'acheter le second tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
Saiwhisper
  29 décembre 2017
Une belle surprise ! L'immersion dans l'univers s'est faite aisément. Malgré quelques facilités scénaristiques, certains événements prévisibles ainsi que quelques impressions de déjà vu/lu, j'ai quand même adoré cette lecture ! C'est surtout le tandem Alina/Malyen qui m'a plu. Alina est une héroïne attachante, franche, naturelle, un peu ingénue qui manque de confiance en elle, mais qui va quand même de l'avant. Quant à Malyen, c'est un jeune homme loyal, doué, à la fois bavard et silencieux, observateur et dynamique. On regretterait presqu'il soit absent pendant la moitié du roman, mais ce choix est compréhensible… Qu'il se tire dans les pattes ou se soutienne, le duo fonctionne à merveille et fait des étincelles ! Suivre ces deux protagonistes m'a beaucoup plu. Les personnages secondaires comme le Darkling (un puissant meneur doublé d'un sorcier surpuissant), Baghra (une vieille femme pleine de sagesse à la langue affûtée) ou encore Genya (une Grisha avec un sacré franc parlé dont le caractère m'a rappelé Dame Della de la duologie d'« Eon et le douzième dragon » d'Alison Goodman) m'ont captivée. Que leurs actes soient bons ou mauvais, je me suis attachée à tout ce petit monde, si bien que j'ai rapidement balayé les points négatifs, préférant savourer chaque instant…

Le monde imaginé par Leigh Bardugo est assez riche et bien dépeint. On apprend à le découvrir petit à petit aux côtés d'Alina qui va ouvrir progressivement les yeux sur tout ce qui l'entoure. Elle va non seulement découvrir le front en faisant son service militaire et en partant à la guerre dans le Shadow Fold, une sorte de monde des ténèbres où subsistent des créatures maléfiques comme les volcras, mais également le monde de la Cour. Là-bas, tout est dans le paraître, la jalousie et les mesquineries… Il y a énormément de codes à respecter. Toutefois, la belle héroïne n'est pas uniquement là pour les mondanités : elle se doit de maîtriser ses pouvoirs latents qu'elle a si longtemps cachés ! En effet, face à une situation désespérée, elle a démontré qu'elle savait utiliser la Lumière. Elle se doit de rapidement contrôler sa magie, car le danger rôde et les assassins sont nombreux… Certes, on se retrouve encore une fois face à une héroïne plongée malgré elle dans une prophétie, mais j'ai aimé la tournure qu'a pris l'auteure. On alterne entre leçons, rapprochements, désillusions et découvertes, si bien que l'on n'a pas le temps de s'ennuyer. Ajoutons à cela que la plume est fluide et addictive, ce qui donne encore plus envie de progresser dans le récit.

L'ouvrage n'est pas exempt de défauts néanmoins, je me suis régalée à suivre l'Invocatrice de Lumière ! D'ailleurs, j'attends la suite avec enthousiasme et impatience ! Il est à noter que le livre ne se termine pas sur un gros cliffhanger, ce qui est de plus en plus rare. Certes, on a envie de savoir la suite, cependant on n'est pas non frustré(e) d'être coupé en pleine action ou face à un twist inattendu sur les deux dernières lignes. J'apprécie grandement cela ! Enfin, je tenais à souligner le fait que la couverture est somptueuse avec ses bords, le titre ou ses éléments dorés. Bref, un chouette roman ado/young adult qui plaira certainement aux adeptes du genre Fantasy. J'espère que le second tome saura corriger l'un des trois défauts que j'ai mentionné au début de ma critique…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
Mikasabouquine
  21 juillet 2018
Enfin je découvre l'imaginaire de Leigh Bardugo ! J'ai envie de découvrir «Grisha» depuis sa première publication aux éditions Castelmore ! Puis, la suite n'ayant jamais vu le jour et ne lisant pas en anglais, je n'ai jamais tenté l'aventure. Un mal pour un bien puisque voici le retour de «Grisha», mais aux éditions Milan désormais. Mille mercis à Babelio et aux éditions Milan de m'avoir donné la chance de découvrir cette série!


En plus d'une couverture somptueuse (c'est quand même important de le souligner !) et d'une carte (j'adore!), j'ai passé un excellent moment de lecture avec ce tome 1 de «Grisha». Clairement, je me suis éclatée. Malgré quelques grosses facilités scénaristiques associées à quelques clichés, j'ai lu ce premier tome avec avidité. J'ai adoré l'univers enchanteur et foisonnant que nous propose l'auteure. La plume est fluide et rythmée. Leigh Bardugo sait gérer le déroulement de son histoire en parsemant de façon équilibrée magie, amour, action, et mystère. Ce tout fait que l'on dévore ce premier livre avec une facilité déconcertante.


Dès les premières pages, j'ai accroché instantanément avec Alina et Mal. J'ai adoré leur complicité. Un lien fort les uni et j'ai aimé ressentir cette sorte de dévouement qu'ils éprouvent l'un envers l'autre. Leur amitié est puissante et sincère. Basée sur la confiance, leur relation est un peu comme une évidence, ces deux-là étaient fait pour se rencontrer. Même s'ils évoluent chacun dans un métier différent et se font des amis distincts, il n'empêche qu'ils ne sont jamais loin l'un de l'autre et se suivent depuis leur plus tendre enfance. Ils sont comme deux aimants : magnétiques.


Mal a été un personnage coup de coeur pour moi dès le début. Pourtant absent une bonne partie du roman, ce protagoniste est mon favori. J'aime son tempérament, sa façon d'être, ses répliques, et ses valeurs. Même s'il est apparemment irrésistible physiquement on ne peut lui enlever son naturel, c'est d'ailleurs ce qui fait son charme. Alina quant à elle est celle qui va le plus évoluer au cours de l'histoire. Elle passe de la jeune fille discrète et insignifiante vivant dans la précarité à la grande invocatrice de lumière... Puissance, popularité et noblesse vont devenir son quotidien. Elle va également devoir apprendre à fréquenter le Darkling, ce qui n'est pas une mince affaire…


Et en parlant du loup… même si je l'ai autant apprécié que détesté, c'est justement ce qui fait de ce personnage un bon protagoniste. Il est très difficile de cerner le Darkling… Il est catégorique et sait ce qu'il veut. C'est un homme de pouvoir qui a du charisme. Mais d'un autre côté l'auteure laisse planer le doute, le lecteur n'est pas sûre de ses positions. Il a ce côté très mystérieux qui nous empêche de savoir avec certitude s'il est du côté obscur de la force ou non...
Pour finir sur les protagonistes secondaires j'ai également aimé Genya, qui est peu présente mais ses apparitions sont toujours un plaisir. J'ai trouvé notamment son histoire avec David mignonne et touchante. Je pense et espère que ces deux personnages seront un peu plus développés et présents dans la suite de la saga.


J'enchaîne d'ailleurs directement avec le tome 2, j'attends d'être davantage surprise afin que les clichés et la prévisibilité très présents dans ce premier volume le soient beaucoup moins dans le second.
J'ai également hâte de lire « Six of crows » qui s'enracine dans ma pal depuis déjà beaucoup trop longtemps.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Phoenicia
  21 novembre 2020
GENIAL! Je ne m'attendais pas à ça.
En plus d'une couverture magnifique ( cf l'intégrale aux éditions France Loisirs), ce récit est une petite pépite. Dans une douceur onirique teintée d'un folklore russe, on suit le périple d'une jeune fille, Alina, Grisha, plus précisément invocatrice de Lumière. Dans un monde enténébré, il semble qu'elle seule soit la solution. Page après page, on apprend à la connaître, elle et son monde en général. Luttes de pouvoir, intrigues à la cour, telle est la trame de fond dans cet univers de magie. Alina apprend tardivement à maîtriser ses pouvoirs, permettant ainsi d'entrer peu à peu dans cet univers de magie, les différentes formes et sous-genres ( il faut le temps pour tout comprendre, bien associer les noms, mais on y parvient!). La lecture est fluide, avec un bon rythme. Pas trop lent, pas d'ennuis, presque un page-turner. Pas trop rapide non plus, nous permettant d'en apprécier tout le sel.
On apprécie l'héroïne, on apprécie le récit, on apprécie l'univers et on apprécie la fin. Notamment parce que grâce à elle, on a tout de suite envie d'aller découvrir le tome 2... Je vais résister à la tentation... mais pas trop longtemps quand même!!!!

Challenge Mauvais Genres 2020
Challenge Multi-auteures SFFF
Challenge Séries 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Bislys
  05 juillet 2018
Depuis des siècles, le royaume de Ravka est envahi par le Shadow Fold, un brouillard mystérieux rempli de créatures hideuses. Seuls les Grishas, de puissants sorciers, peuvent se battre contre lui. Pour gagner, tous attendent l'Invocatrice de Lumière. Mais peut-être se trouve t-elle déjà dans les rangs de l'armée sans le savoir?

Me voilà de retour dans l'univers passionnant de Leigh Barugo. J'avais beaucoup aimé Six of Crows et j'ai aimé tout autant Grisha. L'univers est cependant un peu plus enfantin et facile d'accès que dans Six of Crows. On y suit Alina, une invocatrice de lumière qui s'ignore et qui a tout à apprendre. En entrant dans Little Palace, j'ai eu l'impression d'être à Poudlard tant les similarités m'ont sauté aux yeux: un puissant et mystérieux mentor, des professeurs, l'apprentissage de la magie et la découverte des lieux... Des similitudes qui ne m'ont cependant pas gênées car j'adore cette atmosphère. L'écriture est fluide et rapide et se lit très bien. L'intrigue démarre de suite et je n'ai pas vu passer les 350 pages. Sans être l'intrigue fantasy du siècle, ça se laisse lire.
Merci à Babélio et à Milan pour cet envoi. Place au tome 2 maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Six of Crows?

Quel est le surnom de Inej ?

l'araignée
le fantome
le Spectre

7 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Six of Crows, tome 1 de Leigh BardugoCréer un quiz sur ce livre