AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782408013738
528 pages
Éditeur : Milan (18/09/2019)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 61 notes)
Résumé :
"Le monstre est en moi, et je suis le monstre."
SOLDAT. LÉGENDE. SOUVERAIN.
Nikolai est roi de Ravka.
Surnommé l'Écorché, Nikolai est un héros de guerre.
Charismatique et visionnaire, c'est sur lui que reposent les espoirs de son peuple.
Pourtant le jeune homme cache un terrible secret.
Une malédiction. Une menace pour son pays.
Nikolai est un monstre.
COMBATTRE OU NOURRIR SES DÉMONS ?
Nikolai devra trou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  02 juillet 2020
Après avoir lu la trilogie Grishas, je me suis replongée dans la duologie Six of Crows, pour enfin pouvoir commencer King of scars en ayant bien en tête tous les événements passés dans l'univers de Leigh Bardugo. J'apprécie vraiment sa complexité et sa richesse, et je trouve d'autant plus intéressant de retrouver des personnages que l'on aurait pu classer comme secondaires et de les voir prendre les reines dans King of Scars.
Les deux premières sagas se réunissent donc d'une certaine façon avec ses personnages, bien que pour moi, même s'il y a des liens, j'ai vu deux histoires se dérouler sans qu'elles s'entrecroisent. C'est un procédé assez étrange mais je le trouve audacieux en un sens, car il fallait pouvoir faire adhérer aux deux trames le même lecteur. Et ma chronique va donc être séparée en deux, je ne vois pas trop comment faire autrement.

Nina
On retrouve donc notre jeune grisha, toujours en deuil après la perte de Matthias mais qui a été envoyée en mission à Ferdja pour éviter qu'elle ne dépérisse. La retrouver a été un vrai bonheur, Six of Crows étant l'une de mes sagas préférées. Cependant, la voir sans Kaz, Inej, Wylan et Jesper était un peu déroutant. Comme si ce n'était pas réellement la même personne, et ses amis m'ont terriblement manqué. J'espère qu'on les reverra à un moment donné dans le second tome, cela serait juste épique ! Et du coup, sans ses amis, Nina n'est plus vraiment Nina. C'est difficile à expliquer même si on reconnait bien entendu le personnage.
Sa mission a aussi quelque chose de plus sombre et dangereux qui fait qu'à chaque fois que l'on passait à elle, il y avait cette peur angoissante qui régnait. Elle est en territoire ennemi, Ferdja étant le pays anti-grisha dans toute sa puissance. Il ne s'est donc pas passé un instant sans que je m'inquiète pour elle. Je n'aime pas réellement ressentir ce genre de choses avec un personnage que j'aime mais en même temps, l'ambiance était parfaite. Avec les horreurs que l'on découvre, c'est une suite logique de ce qu'il a pu se passer à Ketterdam et notamment avec le Jurda Parem. On assiste à une reconstruction et aussi un nouvel élan l'espoir car Nina retrouve un sens à sa vie et la reprend en main avec toute sa splendeur et son charisme.

Nikolaï
Notre jeune roi a été pour moi la révélation dans la trilogie Grishas. Une personnalité complexe et riche, un humour et une intelligence génialissime et une humanité et des doutes qui en font un personnage tout en nuances. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec King of Scars. Je n'avais pas lu le résumé pour ne pas me gâcher mon plaisir, je savais juste que la duologie lui était consacrée. le revoir en sachant que les événements de L'oiseau de feu l'avaient marqué à jamais annoncé quelque chose d'excitant et d'épique. Là-dessus, je n'ai pas été déçue le moins du monde. J'ai vraiment apprécié retrouver l'équipe entière et de voir combien Nikolaï se débat toujours pour sauver Ravka et avec l'ombre qu'il a en lui.
La suite m'a vraiment intriguée, bien plus que les aventures de Nina d'ailleurs ce qui m'a chagriné un peu durant ma lecture. Mais Leigh Bardugo parvient à pousser encore plus loin sa réflexion sur les Saints de son univers et la naissance même des Grishas. C'est une excellente idée, qui a d'autant plus sa place avec Zoya qui a un rôle et une présence parfaite dans King of Scars. Il y a une réelle interrogation sur la religion, les croyances, le pouvoir, la politique. C'est un tout qui donne à réfléchir et avec qui les héros se débattent. Une quête qui n'est pas de tout repos et qui tient en haleine.
J'aurais cependant deux critiques à faire. La première concerne Alina. Nous savons qu'elle est vivante et pourtant les personnages parlent d'elle comme si elle était morte. C'est étrange. Je peux comprendre que Leigh Bardugo ne veuille plus revenir sur son héroïne qui a eu une fin parfaite avec la première trilogie mais j'ai trouvé étrange ce détachement. La deuxième : le retour d'un personnage. Je comprends la logique, en un sens, mais j'espère vraiment que l'auteur a de quoi nous donner une très bonne explication qu'en à ce retour. Je n'aime pas particulièrement ce genre de « manoeuvre » en littérature car j'ai une impression alors de « tout ça pour ça » qui me laisse un goût amer. Mais je garde confiance !
Un premier tome réussit donc, sans grande surprise, même si je trouve que la présence de Nina ne colle pas vraiment et elle aurait mérité un tome rien qu'à elle, car cela coupe un peu le rythme, et j'ai eu du mal à entrer pleinement dans son aventure. J'espère que le second et dernier tome de King of scars pourra relier les deux trames et ainsi leur donner plus de sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Saiwhisper
  07 février 2020
Ce livre à la superbe couverture me faisait envie depuis sa sortie néanmoins, j'avais quelques appréhensions, car les avis étaient différents sur la blogosphère. Je craignais d'être du côté des déçus… Hélas, c'est ce qui est arrivé. Tout d'abord, il faut préciser qu'il est préférable, voire indispensable, d'avoir lu les deux sagas de l'auteure : « Grisha » et « Six of Crows », puisque « King of Scars » se déroule après. En effet, on fait allusion à plusieurs personnages principaux ou secondaires qu'il vaut mieux avoir connu pour ne pas être déboussolé, tandis que des morts à la fin de chaque série hantent les deux héros de ce roman. Lire directement « King of Scars », c'est prendre le risque d'être spoilé, ne serait-ce qu'avec les êtres chers perdus… Pour ma part, je n'ai pas eu ce problème toutefois, cela a été le cas de L_Bookine qui n'a lu que la trilogie avec Alina.
Ce qui m'a fait le plus défaut avec cette lecture, c'est le temps que j'ai mis à rentrer dans le récit. Ce dernier est en réalité composé de deux grandes intrigues et ces dernières se déroulent en alternance. le rendu global n'est pas très fluide. Pour une raison que j'ignore, j'ai mis presque deux cent pages avant d'être prise par l'histoire. Avant cela, j'ai trouvé les choses longues à se mettre en place et l'action moyennement présente, en particulier du côté de Nikolai. Ainsi, même si je préfère le beau prince pirate pour sa gouaille, j'ai trouvé ses aventures peu intéressantes pendant une grande partie du scénario ! Certes, ses répliques m'arrachaient toujours des sourires, en particulier lorsqu'il échangeant avec la générale Zoya, mais j'ai ressenti un cruel manque de rythme lorsque la narration se plaçait de son côté ! Je n'ai pas compris le choix de l'auteure, car ce personnage me semblait si dynamique et aventureux par le passé ! Sans m'attendre à de la piraterie, j'aurais au moins espéré un peu plus de péripéties en mer ou des épopées à couper le souffle ! Certes, il va croiser la route de créatures puissantes cependant, cela arrivera tard et, finalement, il n'y aura pas vraiment d'autres rebondissements.
L'action sera surtout présente aux côtés de Nina, une Grisha désoeuvrée à présent espionne, qui va chercher à sauver ses semblables. Aux côtés d'Hanne, une Grisha féministe, franche et avec du caractère, elle va faire de terribles découvertes liées à la magie, à des conspirations et à la drogue Parem. Avec les deux jeunes femmes, la tension est présente, en particulier lorsqu'elles vont côtoyer la Mère Puits. J'ai d'ailleurs davantage craint pour elles que pour le duo Nikolai/Zoya qui me semblait presque intouchable… La narration va également papillonner du côté d'Isaak, un soldat qui va devoir jouer un rôle inattendu. Ce qu'il va traverser m'a paru sympathique, mais assez prévisible. D'ailleurs, au fil de l'aventure, je m'attendais à certains rebondissements et plus particulièrement au dénouement. Celui-ci ne m'a pas surprise… Reste à savoir s'il s'agit de fan-service ou si la suite se révélera à la hauteur !
Retrouver certains protagonistes m'a fait plaisir, car ce sont des personnalités qui avaient su me séduire, surtout notre cher prince aux répliques toujours aussi cyniques. On sent que chacun a évolué, mais que tous gardent des séquelles du passé. le deuil est particulièrement présent. Il y a encore du travail avant d'être capable de tourner la page. Il faut que chacun retrouve un but à sa vie. Cette quête va longuement hanter Nikolai et Nina. Par ailleurs, j'ai apprécié certains nouveaux personnages comme Hanne… Hélas, cela n'a pas suffi à surmonter mon impression générale dû au rythme mal géré et au scénario trop introductif. Ainsi, je suis déçue par ce premier opus dont j'attendais peut-être trop ! Je tiens tout de même à lire la suite lorsqu'elle sortira. Merci de nouveau à L_Bookine pour ce cadeau d'anniversaire.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Tachan
  16 octobre 2019
J'ai découvert Leigh Bardugo avec sa duologie Six of Crows à laquelle j'ai de suite adhéré. Ayant envie d'en apprendre plus sur cet univers que je sentais vraiment prometteur et original, je me suis procurée sa trilogie Grisha au début de l'année et je l'ai rapidement dévoré. Alors forcément, quand j'ai appris qu'une nouvelle duologie mettait en scène Nikolaï, mon personnage préféré de son univers, je n'ai pu que craquer. Pour autant, j'ai mis du temps à me lancer de peur que son histoire ne soit pas à la hauteur de ce que j'attendais. Mais j'avais tort.
Dans le premier tome de cette nouvelle duologie, l'autrice fait le lien entre ses deux précédentes sagas. Cela donne une oeuvre très prometteuse, à l'ambiance sombre et pesante, mais au rythme un peu bancal. Ainsi même si j'ai adoré ma lecture, je dois reconnaitre qu'elle souffre du défaut majeur de vouloir faire coexister deux intrigues qui pour le moment n'ont qu'un lien lointain. du coup, quand l'autrice passait de l'une à l'autre, ça cassait le rythme, et en plus il y en a clairement une qui se détache de l'autre et vole la vedette, alors la seconde passe un peu à la trappe pour le moment.
La première intrigue, celle qui m'a passionnée du début à la fin, c'est bien sûr celle de Nikolaï Lantsov, nouveau roi de Ravka, qui s'est âprement battu pour cela et qui doit vivre avec les conséquences que la dernière guerre a eu sur lui. Honnêtement, si vous voulez lire ce titre, vous devez lire les autres séries de l'autrice, en particulier sa trilogie Grisha, sinon cette suite manquera cruellement de saveur et vous ne comprendrez peut-être pas tout. Revenons à nous moutons, nous suivons donc Nikolaï, désormais roi de Ravka et son Triumvirat Grisha. Ensemble, ils cherchent à la fois à relever le pays et le protéger des menaces extérieures et intérieures, mais également à trouver un remède au mal qui ronge Nikolaï. En effet, celui-ci est possédé par le restant de la sombre âme du Darkling depuis la fin de la guerre et parfois celui-ci prend possession de lui, transforme son corps en celui d'une sombre bête, pour partir en quête de chaire fraiche. Il n'y a rien de pire pour un homme aussi intelligent que Nikolaï pour qui son âme était un peu son arme fétiche.
C'est donc une aventure à la fois politique et humaine que Leigh Bardugo nous propose de suivre, dans laquelle on va retrouver les personnages phares de sa trilogie. J'ai eu un vrai plaisir à retrouver mon chouchou, Nikolaï. Il conserve son humour et son cynisme mais la situation ajoute une bonne dose de noirceur au personnage, faisant encore grimper son charisme. Ses aventures avec Zoya, Tamar et Tolya sont lentes à démarrer mais deviennent ensuite vraiment prenantes. le groupe fonctionne à merveille, en particulier le duo Nikolaï-Zoya dont on voit bien qu'ils luttent contre leur attirance/fascination réciproque. L'autrice à la bonne idée de les faire voyager de part Ravka mais également de les faire revenir et évoluer au palais où l'on retrouver Genya et David. Pour le moment, l'aspect politique de l'histoire bien que présent n'est pas le plus marquant. Non, ce qui focalise le plus notre attention, c'est clairement le drame qui se joue avec Nikolaï. On a de la peine pour lui. On a envie de l'aider, de trouver une solution, de le débarrasser de son mal pour qu'il puisse enfin être le monarque qu'il souhaite. Leigh Bardugo réussi vraiment le tour de force de recréer un personnage terriblement attachant, alors qu'on le connaissait déjà. Il en va de même pour Zoya que je me suis plu à redécouvrir.
Cette partie de l'intrigue est vraiment passionnante. Ça parle donc un peu politique et beaucoup pouvoirs magiques et mythologie, surtout dans la dernière partie. le rythme est lent au début mais c'est pour mieux nous préparer à une fin sous pression constante avec d'excellents rebondissements classiques mais efficaces. J'ai vraiment adoré.
La seconde intrigue, elle, m'a plus laissée sur ma faim. Elle n'est pas inintéressante mais elle est moins attirante. Il faut dire qu'elle se concentre sur Nina, personnage phare de Six of Crow qui doit faire son deuil après la perte de celui qu'elle aimait. Elle se cherche donc un nouveau but. Pour autant, Nina ne se morfond pas longtemps, c'est une femme d'action et quand elle trouve des veuves et des orphelins à sauver, elle est présente.
Même si le ton de son histoire est un peu plombant, j'ai aimé suivre la reconstruction de cette femme de tête. J'ai trouvé très intéressant qu'avec elle, on continue à parler de l'esclavage des Grishas par les Fjerdans, de l'utilisation du parem, une drogue, et des pouvoirs cachés de certains. Je pense que cette intrigue, où elle joue les espionnes, est pleine de promesse pour la suite, pour peu que la réunion avec l'intrigue principale se passe harmonieusement et que l'ensemble devienne plus équilibré. On voit d'ailleurs déjà un peu le chemin que ça va prendre.
Pour conclure, j'ai donc à nouveau passé un excellent moment dans le Grishaverse de Leigh Bardugo. Je reste une inconditionnelle de Nikolaï dont j'adore le côté cynique et torturé. L'aventure m'a plu mais je reconnais des faiblesses que ce soit dans l'équilibre des deux intrigues se partageant les POV ou dans le développement politique un peu trop simple et pas assez fouillé, mais pour du Young Adult, ça reste une valeur sûre !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
callysse
  21 octobre 2019
Dire que j'attendais ce roman avec impatience est un euphémisme! J'adore le personnage de Nikolai. C'est mon chouchou du Grishaverse. Dans les précédentes sagas, j'ai aimé sans exception chacune de ses apparitions. Je suis fan de son charisme, de son intelligence, de son humour, de sa répartie, de son dévouement. J'ai eu un total coup de coeur pour ce personnage. Naturellement, j'ai sauté de joie quand j'ai appris qu'il aurait droit à sa saga. Parce qu'on est loin d'avoir tout découvert sur lui ainsi que sur cet univers. L'avenir des Grisha demeure par ailleurs toujours très sombre, il est donc impératif de continuer leur histoire. Et puis, cette couverture, on en parle? Une véritable beauté! Merci aux éditions Milan d'avoir repris la version originale, elle est parfaite! Bref, tu l'as compris, je trépignais d'impatience de lire ce roman.
Et franchement j'ai adoré... même si j'ai été un peu déconcertée au départ par les multiples narrations. La quatrième de couverture ne mentionnant que Nikolai, je m'attendais à ne retrouver que son point de vue. Qu'elle n'a donc pas été ma surprise d'y découvrir celui de Zoya et Nina, deux autres personnages du Grishaverse! Si j'en ai voulu au départ à Leigh Bardugo de me priver ainsi de mon chouchou (quelle désillusion de ne pas avoir droit à mon tête à tête de plus de 500 pages avec Nikolai), j'ai fini par comprendre et approuver son choix. La multi-narration était justement l'un des points forts de Six of Crows car elle permettait de s'affranchir des codes du young-adult là où Grisha restait plus conventionnel avec une unique narratrice, son héroïne Alina. Elle amenait également beaucoup de rythme à l'intrigue. Alors pourquoi pas!
Mais contrairement à Six of Crows où tous les points de vue formaient une intrigue commune, dans King of Scars nous suivons en parallèle deux histoires : celle de Nikolai et Zoya d'un côté et celle de Nina de l'autre. Je les ai toutes deux appréciées et j'espère qu'elles finiront par se rejoindre dans le prochain tome. Je les ai trouvées assez complémentaires car la seconde apporte du dynamisme et de l'action au roman, permettant ainsi à la première de s'installer plus lentement. Même si j'admets qu'il y a quelques longueurs, j'ai malgré tout trouvé normal que Leigh Bardugo prenne le temps de présenter les enjeux politiques et la situation précaire de Ravka et de son roi au travers des récits de Nikolai et Zoya. Et surtout, cela a rendu la seconde partie du roman bien plus surprenante et explosive à mes yeux. Tout s'enchaîne et à partir de ce moment là, j'ai eu beaucoup de mal à arrêter ma lecture. Je ne t'en dirais pas plus sur ces deux histoires car le mieux est que tu les découvres par toi-même. Mais sache que celle de Nikolai et Zoya m'a subjuguée, impressionnée et horrifiée alors que celle de Nina m'a bouleversée et enthousiasmée. J'ai par ailleurs adoré comment Leigh Bardugo a retourné à son avantage un cliché auquel je ne m'attendais pas!
Les personnages restent par ailleurs toujours aussi forts. Si on connait déjà très bien Nina (même si les événements de Six of Crows l'ont irrémédiablement changée), on découvre ici plus en profondeur Nikolai et Zoya. Pour mon grand plaisir, ils se dévoilent et nous montrent leurs inquiétudes, leurs peurs, leurs failles. Si j'étais déjà conquise par le premier, la seconde vient de faire une entrée fracassante dans mon coeur. Lorsque j'ai fait sa connaissance dans le premier tome de Grisha, je l'ai détestée. Puis le troisième tome a su montrer ses qualités et je l'ai donc acceptée. En dévoilant sa vulnérabilité, King of Scars me permet enfin de l'adorer. Même si je lui en veut légèrement de prendre un peu trop de place dans ce tome, mettant ainsi en retrait Nikolai. J'espère qu'il aura bien plus de poids dans la suite car il reste à mes yeux LE personnage de cette saga. Il est donc important que Leigh Bardugo lui donne la place qu'il mérite. Et malheureusement, ce n'était pas totalement le cas dans cet opus qui le relègue parfois au second plan.
Les références aux précédentes sagas et à leurs personnages principaux sont omniprésentes dans King of Scars. On voit à quel point elles ont affecté et changé Nikolai, Zoya et Nina ainsi que leurs acolytes. Je tiens donc à t'alerter. Ne lis pas King of Scars sans avoir lu Grisha puis Six of Crows. Sinon tu seras perdu et tu te spoileras (ou te divulgacheras si tu préfères^^) inévitablement sur leurs intrigues. Et puis honnêtement, ça serait vraiment dommage de ne pas rencontrer Alina, le Darkling ou Kaz! Alors, si ce n'est pas déjà le cas, fonce les lire avant de découvrir celui-ci. Tu ne le regretteras pas, cet univers est génial!
Pour conclure : J'ai encore une fois adoré me replonger dans cet univers fantastique. La multi-narration m'a un peu déroutée au départ mais je m'y suis vite habituée car j'ai retrouvé de ce fait deux personnages que j'aime déjà énormément, Nikolai et Nina, et découvert de manière plus approfondie la belle et impitoyable Zoya. Elle réussit ainsi à se faire une place méritée dans mon coeur. Je regrette juste qu'elle prenne trop l'ascendant sur Nikolai. J'espère que Leigh Bardugo lui consacrera plus de temps dans la suite car il reste pour moi LE personnage à mettre en avant dans cette saga. En tout cas, la fin de King of Scars annonce du lourd, que ce soit du côté de Nina ou de Nikolai et Zoya. J'ai plus que hâte de découvrir la suite!
Lien : https://callysseblog.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
theannashaw
  10 octobre 2019
Depuis que j'ai appris que Leigh Bardugo sortait un nouveau livre dans l'univers du Grishaverse je trépigne d'impatience. Et pour cause : ce septième ouvrages de l'univers et le premier tome d'une duologie portant non pas sur un personnage quelconque, mais sur le seul et l'unique Nikolaï Lanstov, aka mon personnage favori. Autant dire que j'avais vraiment hâte de me replonger dans le Grishaverse à travers les yeux du roi-pirate et qu'au vu de la qualité de l'histoire l'attente en valait largement la peine.
Depuis la guerre qui a ravagé Ravka en opposant la Sainte de Lumière et le Darklin, Nikolaï a repris les rênes du pays et tente de remettre de l'ordre dans sa nation adorée. Mais la guerre a laissé des marques physiques et psychologiques sur celui que certains considèrent comme un usurpateur et d'autres comme un héros. Aidé de ses alliés les plus fidèles, Nikolaï va devoir se battre contre ses démons mais également contre de nombreux ennemis s'il veut un jour espérer sauver Ravka de la guerre et de la violence.
Après avoir été séduite, amusée et émue par Nikolaï dans Six of Crows où il fait une petite apparition et plus encore dans Grisha où il tient un rôle important bien que secondaire, j'ai été plus que touchée de me retrouver dans sa peau, de découvrir les failles sous les airs canaille, les peurs derrière l'assurance et l'arrogance d'un jeune roi et l'amour qu'il porte à sa nation et à son peuple, un amour qui ne lui est pas toujours rendu à sa juste valeur. On ne peut qu'aimer Nikolaï, personnage bien plus complexe qu'il n'y parait dont nous découvrons dans ce roman la part d'ombre mais également la détermination à toute épreuve.
Et Nikolaï n'est pas leur seul à faire son grand retour dans ce roman. En effet, trois points de vues alternent dans ce roman : celui du roi de Ravka mais aussi ceux de deux autres personnages bien connus des fans du Grishaverse à savoir l'impitoyable et glaciale Zoya, devenue bras droit du nouveau roi, et Nina, l'une des six héroïnes de Six of Crows, chargée d'une mission bien particulière par le roi suite aux événements subvenus à Ketterdamn. Je conseille donc aux lecteurs qui s'interrogeraient sur l'ordre dans lequel lire les romans de Leigh Badurgo de ne lire King of Scars qu'une fois après avoir pris connaissance des événements se déroulant dans les deux autres séries de l'univers sous peine de manquer certains éléments clés et de s'en faire spoiler d'autres.
King of Scars est donc la suite logique à la fois de Grisha et de Six of Crows et nous suivons deux histoires et deux missions distinctes bien que liées : d'un côté le combat de Nikolaï et Zoya pour rendre à Ravka toute sa puissance et sa majesté tout en luttant contre les menaces intérieures et les dernières réminiscences de l'ancien pouvoir en place. de l'autre la tentative de Nina pour sauver le plus de Grisha possible en territoire Ferdjan tout en tentant d'empêcher le peuple ennemi de Ravka de recréer du parem, cette drogue de synthèse qui booste les pouvoir grishas mais condamne ceux qui en ingèrent à une mort certaine.
On retrouve dans ce nouvel ouvrage tout ce que l'on aime chez Leigh Bardugo : des personnages imparfaits, brisés, humains et donc terriblement facile à aimer, des plans aussi farfelus que risqués dont les issues semblent toujours risquées voire carrément suicidaires ce qui nous tient en haleine d'un bout à l'autre de l'histoire, de l'amour sous des formes différentes même si ce n'est pas le sujet principal du roman, des questionnements sur les apparences, les jeux de pouvoir et le bien et le mal qui ont de quoi nous retourner le cerveau plus d'une fois.
Et en cela les alternances de points de vues aident à nous maintenir le plus possible en haleine de la toute première à la toute dernière page du romans avec il faut bien l'avouer quelques moments où Leigh Bardugo sait parfaitement comment faire monter notre tension en flèche. Sans oublier bien sûr la fin ou plutôt les différentes fins aussi choquantes que passionnantes qui n'ont qu'un seul effet possible, celui de nous donner envie de nous plonger immédiatement dans la suite car quoi qu'il arrive nous n'en avons jamais assez du Grishaverse.
Un nouveau roman qui ouvre à la fois une toute nouvelle histoire tout en réunissant dans le même temps les deux précédentes séries de Leigh Bardugo. Et si chaque série peut bien évidemment se lire indépendamment des autres, l'autrice avec ce tome nous démontre encore une fois sa capacité à créer une myriade d'oeuvres indépendantes mais liées les unes aux autres par un enchevêtrement brillant de lignes narratives qui tissent la toile de fond d'un des meilleurs univers imaginaires proposés dans la littérature pour adolescents au court de ses dernières années. Nous attendons à présent avec impatience le second volet des aventures de Nikolaï et ses amis et notre nouvelle incursion dans le Grishaverse
Lien : http://mabibliothequerose.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
TachanTachan   13 octobre 2019
Stop punishing yourself for being someone with a heart. You cannot protect yourself from suffering. To live is to grieve. You are not protecting yourself by shutting yourself from the world. You are limiting yourself...
Commenter  J’apprécie          60
LaylLayl   25 mars 2019
They said she was cruel because she'd been harmed in the past. They claimed she was cold because she just hadn't met the right fellow to warm her. Anything to soften her edges and sweeten her disposition and what was the fun in that ? Zoya's company was like strong drink. Bracing, and best to abstain if you couldn't handle the kick.
Commenter  J’apprécie          30
callyssecallysse   21 octobre 2019
Je trouverai la solution. Toute sa vie, Nikolai y avait cru. Sa volonté avait suffi à lui forger non seulement un destin, mais aussi une image. Il avait toujours choisi quelle facette de lui il voulait bien montrer aux autres : fils obéissant, voyou au visage couvert de taches de rousseur, soldat courageux, politicien sûr de lui. Le monstre menaçait toutes ces identités à la fois.
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   07 février 2020
La peur est un phénix. (...) Tu peux la voir brûler des milliers de fois et pourtant elle revient toujours, renaissant de ses cendres.
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   09 février 2020
La solitude peut vous rendre avide de vérité quand on est toujours obligé de vivre dans le mensonge.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Leigh Bardugo (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leigh Bardugo
A l'occasion de sa venue à Paris au mois de novembre, nous avons eu la chance de rencontrer Leigh Bardugo, autrice et créatrice du Grishaverse. Inspiration, création, psychologie de ses personnages, adaptation Netflix... Elle nous dit tout ! ------------------------------------------ Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ycduugv7
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Six of Crows?

Quel est le surnom de Inej ?

l'araignée
le fantome
le Spectre

7 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Six of Crows, tome 1 de Leigh BardugoCréer un quiz sur ce livre

.. ..