AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782709656634
194 pages
J.-C. Lattès (11/01/2017)
3.88/5   16 notes
Résumé :
15 août 1978. Franco Barendson meurt dans une chambre d'hôtel à San Carlos de Bariloche en Argentine. Il laisse une fille de deux ans qui ne sait pas grand-chose de cette mort et grandit sans trop poser de questions. Cette fille, c'est l'auteure elle-même qui, à l'approche de la quarantaine et voyant ses grands-parents partir, éprouve le besoin d'en savoir plus sur celui dont sa mère ne parle jamais. Interroger la mémoire familiale, vite, avant qu'il ne soit trop ta... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
SebastienFritsch
  13 mars 2022
Reconstituer son défunt père, voilà le but que s'est fixé l'autrice. Elle avait 2 ans quand il est mort, et lui 32. À l'approche de la quarantaine, alors qu'elle est désormais plus âgée qu'il ne l'aura jamais été, elle est saisie par ce manque ; un manque que ses souvenirs ne peuvent combler, car elle n'en garde aucun.
C'est une véritable enquête dans laquelle elle se lance, avec témoins, pièces à conviction et tentatives de reconstitutions sur le terrain.
Mais les mémoires sont sélectives, brouillées par la vieillesse ou envolées avec les grands-parents qu'il aurait fallu interroger plus tôt. Les objets sont rares et muets, de même que les photos.
Que faudrait-il de plus ? Plus de photos ? Plus de témoins ? Plus de franchise de leur part?
Au fil de son investigation, l'autrice voit ses questions s'accumuler et engendrer d'autres questions, insoupçonnées et dont certaines resteront sans réponse.
Ce sont bien sûr ses propres questions, liées au personnage peu commun qu'était son père, liées à sa vie à elle, entre Argentine, Espagne, Mexique et France, sans oublier ses ascendants italiens. Et la façon dont naissent et grandissent ces questions trouve peut-être aussi sa source dans le fait que Samantha Barendson est poétesse. La poésie est dans le texte, dans les évocations des personnages et des lieux, dans les réflexions sur le monde, les sentiments, les désirs, la vie, tout simplement - même quand elle n'est plus si simple. Mais, à mes yeux, cette qualité de poétesse se révèle aussi dans le fait même de s'être lancé ce défi contre le temps et la mort. La poésie offre à l'enquêtrice les outils précieux que sont la sensibilité aux détails, l'envie de trouver du sens au monde et la capacité à ne pas renoncer.
Nous ne sommes pas tous poètes, pas tous argentino-franco-italiens, pas tous demi-orphelins depuis l'âge de 2 ans. Ce texte parle pourtant de nous tous.
C'est une autre force de cette écriture, de cette sensibilité, de cette manière de regarder le monde et de nous le révéler qui sont propres à la poésie. Et qui rend universel ce travail personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Aufildeslivres
  07 avril 2017
En 1978, à 32 ans, Francisco Barendson, décède accidentellement dans la chambre d'un hôtel argentin. Sa fille Samantha, alors âgée de deux ans, grandira sans vraiment se soucier de l'absent dont elle ne garde aucun souvenir. Ce sont les décès de ses grands-parents, la quarantaine, une alerte à sa santé, qui vont susciter un besoin viscéral de découvrir cet absent, de l'identifier. de tracer le chemin effacé du parcours.
« Comme si la maison était vide, désormais, et l'accès au grenier possible, je découvre qu'il est habité d'un deuil en attente. L'écho d'un chagrin ancien envahit tout. Leur absence réveille une peine que je croyais endormie. »
Samantha cherche à combler le vide – l'absence de souvenirs l'obsède. Ressent le manque. La douleur. Veut comprendre. Cherche un ancrage, une histoire.
« Ma vie est faite d'objets perdus. D'exils en déménagements, de pays en continents, mon arbre généalogique se tisse et se détisse au gré des morts et des vivants. Nos malles se vident et se remplissent d'objets qui se perdent, s'égarent, détruits ou remplacés par d'autres objets qui leur succèdent et symbolisent des instants que nous voulions inoubliables. »
Commence une enquête – véritable quête identitaire. Avant qu'il ne soit trop tard. Minutieuse, irrépressible, de Buenos Aires à Paris. Tous sont entendus, les grands-mères, les tantes, la mère, les amis. Les photos sont épluchées. Les missives lues et relues. La voix même de l'absent, enregistrée sur une vieille cassette, écoutée en boucle. Les indices s'accumulent, dessinant un portrait. Ils révèlent petit à petit. Jours après jours. Jusqu'au secret. Celui qui se tait. Celui qui se cache. Samantha découvre un homme, en mesure les qualités, les défauts. Un homme, rien qu'un homme. Elle s'essaie à l'hypnose, y renonce. Tout est bon pour retrouver la mémoire.
« La brève histoire de la courte vie de mon père réside entre les mots. Je devine les non-dits, j'imagine l'heure, l'endroit, le lieu, le temps et je l'imagine lui, absent toujours. Mon père est un silence. »
L'auteur est poète. Sa plume nous l'indique : le rythme, l'alternance de brefs énoncés et de longues envolées. Comme des sourires suivis de chagrins. C'est intime. Emouvant. Authentique. Une enquête qui interpelle : Comment se construit-on lorsque des « riens », des vides occupent les souvenirs ? Une anamnèse sans histoire.
Le pari de ce livre était risqué. le sujet commun. Pourtant, il surprend. L'écriture est habile, originale. Tient en haleine. Un premier roman qui mérite que l'on s'y intéresse.


Lien : https://aufildeslivresbloget..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sandrinette01
  16 août 2021
"Mon père est un silence".
A travers ce récit émouvant et authentique se mène une quête identitaire à partir de "riens", de "silence" et de "secrets".
L'auteure à travers son écriture habile et originale nous transporte à l'autre bout du monde pour trouver les réponses aux nombreuses questions : certaines seront sans réponses alors que d'autres seront surprenantes.
Un grand plaisir de lecture et je recommande fortement ce roman.
Commenter  J’apprécie          20
LesPapotisdeSophie
  21 mars 2017
Franco Barendson meurt dans une chambre d'hôtel en Argentine loin de sa famille. Il laisse une fille de deux ans. Cet enfant, c'est l'auteure, qui décide un jour d'en savoir plus sur celui dont sa mère ne parle jamais et ses origines.

Plongeon dans le passé, souvenirs heureux, tristes, un beau patchwork familial parfois douloureux qui va mettre en lumière un secret.

Mélange de récit intime et d'une quête d'identité, l'auteur nous touche par son histoire tragique et ses phrases remplies d'émotions. Une belle découverte.

Lien : http://lespapotisdesophie.ha..
Commenter  J’apprécie          20
sbarendson
  24 janvier 2017
Par Grégoire Delacourt.
Lien : http://www.gregoire-delacour..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Actualitte   20 février 2017
Si ce texte peut apparaître moins mystérieux, moins percutant et moins rythmé que le poème éponyme, il a su conserver une musique poétique envoûtante.
Lire la critique sur le site : Actualitte

autres livres classés : pèreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3057 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre