AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070179036
Éditeur : Gallimard (17/05/2018)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 32 notes)
Résumé :
«Maintenant je résume : on attendait un tas de choses de la vie, on n’a rien fait de bien, on glisse peu à peu vers le néant, et ce dans un trou paumé où une splendide cascade nous rappelle tous les jours que la misère est une invention humaine et la grandeur le cours naturel du monde.»

Année 1902, Tom Smith et Jerry Wesson se rencontrent au pied des chutes du Niagara. L’un passe son temps à rédiger des statistiques météorologiques ; l’autre à repêch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  19 juin 2018
Tom & Jerry au Niagara
Tom Smith et Jerry Wesson n'ont rien à voir avec la bande dessinée, pas plus qu'avec des fabricants d'armes. Et c'est tant mieux, car la fantaisie d'Alessandro Baricco vous enchantera!
Encore un régal signé de la plume élégante et facétieuse d'Alessandro Baricco. L'auteur de Soie, de Trois fois dès l'aube et de la jeune épouse choisit cette fois la forme du dialogue pour nous retracer l'histoire de Tom Smith et Jerry Wesson. L'oeuvre est trop riche en digressions pour parler d'une vraie pièce, on parlera plutôt d'une «fantaisie», terme qui peut du reste s'appliquer autant au fond qu'à la forme de ce livre court et pétillant de malice.
Les deux personnages principaux s'appellent Tom et Jerry, mais c'est un hasard. Tout comme leurs patronymes respectifs, Smith et Wesson, qui n'ont rien à voir avec des fabricants d'armes à feu. le premier est un inventeur qui s'intéresse à la météorologie et aux statistiques, l'autre s'amuse à repêcher les candidats au suicide – plutôt morts que vifs – qui se jettent du haut des chutes du Niagara.
C'est du reste dans ce décor grandiose que nos deux hommes se rencontrent par une belle journée de 1902. Leurs occupations respectives leur laissent largement le temps de dialoguer, de parler de la pluie et du beau temps, mais aussi de Mme Higgins, l'admirable hôtelière qui ne loue pas seulement des chambres, mais aussi ses charmes.
Mais l'entremetteuse va perdre de son intérêt le jour où apparaît la belle Rachel, journaliste au San Francisco Chronicle et à la recherche d'un scoop capable de relancer ses affaires moribondes. Comme survivre à une chute dans les chutes.
Pour réussir ce pari, il faudra associer le savoir de nos deux compères et le sens de la communication de Rachel. Smith conçoit un tonneau rembourré tandis que Wesson jongle avec les éléments, calcule l'itinéraire. Ce qui ne garantit pas forcément la réussite de l'opération et la survie de l'intrépide voyageuse.
Aussi, quand le grand jour arrive, c'est un mélange de peur et d'exaltation qui prévaut. le ballet au bord de l'abîme est une merveille de drame, de comédie, de fantaisie burlesque et de jeu morbide. Autant dire une fête d'émotions contradictoires parfaitement orchestrée pour régaler un lecteur qui se délecte du spectacle proposé.
Car nous sommes vraiment au spectacle, un peu comme si ces dialogues avaient bien davantage à voir avec une pièce de théâtre qu'avec un roman.
Ajoutez-y la belle inventivité de l'auteur et vous aurez tous les ingrédients d'une aventure hors du commun avec, comme ce fut le cas pour Diogène, un tonneau comme accessoire principal de la légende.
Tom, Jerry et Rachel forment un trio que vous n'êtes pas prêts d'oublier!
Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Under_The_Moon
  16 septembre 2018
Quelque part dans l'Ouest, le très propre sur lui Smith rencontre Wesson,qui lui est plus rustre.
Puis ils rencontrent la gentille petite Rechel, fatiguée le jeu du système qui la limite sans cesse dans la poursuite de ses rêves du fait qu'elle est une femme.
Nous voilà donc avec un trio de marginaux ! Un escroc, un fainéant et une femme.
Le fait que ce soit une pièce de théâtre est pour beaucoup dans l'originalité de ce récit.
Il y a de l'humour pour cacher le côté tragique qui est le destin de ces jeunes qui se mettent en danger car trop désenchantés par le manque de perspective que la société leur offre.
Je ne peux pas dire que c'était mauvais, mais je ne peux pas dire non plus que j'ai été particulièrement touchée car le texte n'est, à mon sens pas assez abouti.
C'est un récit qui ne laissera malheureusement pas une trace indélébile dans ma mémoire de lectrice...
Commenter  J’apprécie          130
PetiteBalabolka
  25 juin 2018
L'association de leurs noms était improbable, celle de leurs prénoms le sera tout autant mais je préfère vous laisser découvrir. Qu'est-ce qui réunit Smith et Wesson au pied des chutes du Niagara en 1902 ? L'un est météorologue statisticien, inventeur malchanceux, l'autre repêche les suicidés en bas de la cascade. Arrive alors la jeune Rachel Green, journaliste bien décidée à être reconnue comme telle par ses pairs (et on comprend qu'en 1902, pour une femme, c'était loin d'être gagné) à la condition d'obtenir un scoop mémorable ou à défaut, de le créer.
Aucun des livres d'Alessandro Baricco que j'ai lus ne se ressemble sur le plan de la trame narrative mais tous ont en commun une incroyable musicalité dans leur écriture. Il faut dire que l'auteur est également musicologue. Ce nouvel opus, écrit sous la forme d'une pièce de théâtre s'articule en différents mouvements associés chacun à un tempo : "allegro", "allegro andante"... le cinquième mouvement, "molto allegro", est mené sur un rythme effréné et Baricco nous l'explique dans une longue didascalie (kinésique ?), nous associant ainsi à sa facétie.
L'alternance des répliques provoque à plusieurs reprises un humour assez cocasse. Mais ce livre n'est pas qu'amusant. Il délivre quelques messages bien sentis sur la difficulté à être soi-même, à exister réellement voire même sur le désespoir qui peut en découler. Un livre qui me laisse une sensation de tourbillon comme ceux de la rivière car il est à la fois espiègle, inventif, teinté d'une forme d'authenticité (on sent que l'auteur a fait quelques recherches sur la fascination qu'a pu exercer cette fameuse cascade) sans oublier son aspect plus trouble.
Baricco arrive à se renouveler tout en restant fidèle à sa ligne d'écriture tout en musicalité. Magnifique.

Lien : https://leschroniquesdepetit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ChezLaurette
  06 septembre 2018
Quand on tombe de cheval, il faut tout de suite se remettre en selle. J'ai décidé d'appliquer ce pragmatique dicton après le désappointement qui a suivi ma lecture de Soie. Sitôt ce roman fini, j'en ai attaqué un second du même auteur, conseillé par les excellentes libraires du Grenier d'Abondance (si vous cavalcadez du côté de Salon-de-Provence, foncez-y !). Pourtant, le genre théâtral de Smith & Wesson m'avait quelque peu rebutée ... mais je me suis laissée séduire par la couverture qui me rappelait les portraits de bandits dans mes vieux albums Lucky Luke (comme quoi, le choix d'un livre peut tenir à peu de choses). Et j'ai bien fait.
1902, chutes du Niagara, "capitale du suicide". Deux hommes particuliers, deux activités singulières : Wesson repêche les corps que les cascades engloutissent ; Smith établit un système de prévision météorologique basé sur des statistiques originales. Il archive la météo des dernières années en partant du principe que chaque jour commun constitue une journée particulière pour un être humain, qui fait qu'il se souvient du temps qu'il faisait ce jour-là :"Tous un jour ont vu mourir leur père, ou sont montés pour la première fois dans un train. Tous ont embrassé une femme, gagné une course, perdu beaucoup d'argent, tous sont entrés dans une nouvelle maison, sortis d'un hôpital. Des jours particuliers.". Et puis, dans leur discussion qui m'a replongée dans mes souvenirs d'En attendant Godot, survient Rachel Green (spéciale dédicace aux fans de Friends !), jeune et belle journaliste prête à tout pour obtenir le scoop du siècle...
... Et il n'y a plus qu'à se laisser porter par le courant narratif parfaitement maîtrisé par Alessandro Baricco ! La lecture se transforme en une embarcation sur le Niagara : si les premières pages sont paisibles, faussement légères et drôles, le rythme s'accélère rapidement pour immerger le lecteur dans une tension addictive (qui me manquait cruellement dans l'intrigue de Soie) le menant au bord du gouffre. L'atmosphère toute particulière du début du XXème siècle surprend par ses thématiques chères aux générations actuelles : jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour la gloire et la célébrité ? Mise en abîme de la société du spectacle, Alessandro Baricco offre avec Smith & Wesson un numéro de claquettes prenant, faisant danser le plaisir des mots avec la délectation propre aux bonnes histoires.
Lien : https://www.chezlaurette.org..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
VivianeB
  09 août 2018
Ma première lecture de l'auteur et j'ai été agréablement surprise par cette histoire folle-dingue, décalée et drôle, ça paraît tellement crédible, l'étonnement ne m'a pas quittée et je ressors de cette lecture enthousiasmée.
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (1)
LeDevoir   07 août 2018
Une jolie métaphore de l’audace, de l’asservissement, mais aussi de la société du spectacle qui donne corps, au final, à une comédie tragique dans laquelle tant Tom et Jerry que Smith et Wesson auraient très bien réussi à trouver leur place.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
laure14laure14   14 octobre 2018
Je suis ici parce que je ne veux pas donner raison à ces porcs, je ne veux pas retourner vivre chez mon père et je n'entends pas renoncer à mes rêves. Je suis ici parce que si j'abandonne cette fois, j'abandonnerai toute ma vie.
Commenter  J’apprécie          50
hcdahlemhcdahlem   19 juin 2018
PREMIER MOUVEMENT
Allegro

Non loin des chutes du Niagara.
Intérieur d’une cabane de fortune, bordélique mais digne.
Un homme est couché sur son lit. Il ne dort pas nécessairement.
Il est là, tranquille.
On frappe à la porte.

WESSON
[L’homme sur son lit] Qui est-ce ?
SMITH
[Derrière la porte] Mme Higgins, là-haut à l’hôtel, m’a parlé de vous. Elle m’a dit que je pouvais venir vous voir.
WESSON
Mme Higgins est une putain !
Pause
WESSON
Vous m’avez entendu ?
SMITH
[Toujours derrière la porte] Oui, je vous ai entendu. À vrai dire, je n’ai pas d’avis sur la question. Je peux entrer?
WESSON
Poussez, c’est ouvert.
Smith entre, il découvre l’homme sur son lit.
SMITH
Excusez-moi, je ne savais pas que vous dormiez…
WESSON
Je ne dors pas, je suis alité. Tous les quatre mois je reste au lit cinq jours, pour remettre mes organes en place, la position horizontale aide à rétablir l’équilibre interne, je reste au lit et mange de la purée de fèves. Je me lève juste pour pisser, mais rarement. Et pour réchauffer ma purée de fèves.

SMITH
Remarquable.
WESSON
Vous devriez essayer.
SMITH
N’est-ce pas un tantinet ennuyeux ?

WESSON
L’ennui fait partie de la cure.
SMITH
Bien sûr. Ça vous dérange si je prends une chaise?
WESSON
Faites, faites.

SMITH
[Il prend une chaise et s’installe à côté du lit.] C’est Mme Higgins qui m’a parlé de vous.
WESSON
Très belle femme, vous avez remarqué.
SMITH
Splendide, oui.
WESSON
Elle n’a pas de mari, pas d’enfants, c’est louche. Alors d’aucuns se demandent avec qui elle couche, ou dans quel but, vous vous l’êtes demandé ?

SMITH
Je n’en ai pas souvenir, non.
WESSON
Avec ses clients !

SMITH
Bien sûr.
WESSON
Une putain, mais entendons-nous bien. Elle le fait par passion, elle ne se fait pas payer, il n’y a pas un dollar qui circule, c’est juste par passion. Une femme admirable. Vous logez à l’hôtel?

SMITH
J’y suis resté trois semaines.
WESSON
Rien passé ?
SMITH
Dans quel sens ?
WESSON
Avec Mme Higgins.
SMITH
Non, rien.
WESSON
Elle est assez exigeante.
SMITH
J’imagine.

WESSON
Elle a une préférence pour les avocats. Vous êtes avocat?
SMITH
Moi? Je suis météorologue.

WESSON
Mais encore?
SMITH
J’ai ma propre méthode pour prévoir le temps, je l’ai brevetée, ça fonctionne pas mal. J’utilise la statistique, vous connaissez?
WESSON
Donnez-moi un exemple.
SMITH
Prenons Chicago. Et prenons un jour de l’année. Disons le jour de Noël. Bon. Je sais quel temps il a fait le 25 décembre à Chicago ces soixante-dix-sept dernières années.
WESSON
Mais qui est assez con pour s’intéresser au temps qu’il a fait à Noël il y a dix ans?
SMITH
Moi. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Under_The_MoonUnder_The_Moon   15 septembre 2018
Cet étrange besoin de corriger les petites imperfections, quand désormais il est trop tard pour arrêter l'énormité d'un destin manqué.
Commenter  J’apprécie          70
Under_The_MoonUnder_The_Moon   01 septembre 2018
Wesson
Mais qui est assez con pour s'intéresser au temps qu'il fait à Noël il y a dix ans ?
Commenter  J’apprécie          91
PARNIAPARNIA   02 juin 2018
La tentation de la gloire momentanée peut nous amener à des décisions insensées qui pourront réussir ou non en laissant pour la mémoire une trace de notre vie.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alessandro Baricco (86) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alessandro Baricco
Revue de lecture de Novecento : pianiste, d'Alessandro Barrico.
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

"Soie" tu sais ; "soie" tu sais pas !

Ce court roman est paru en France en...

1985
1997
2003

10 questions
201 lecteurs ont répondu
Thème : Soie de Alessandro BariccoCréer un quiz sur ce livre
.. ..