AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072846465
384 pages
Éditeur : Gallimard (03/10/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Nous voilà immergés dans une nouvelle ère numérique. La profonde mutation que nous connaissons aujourd'hui n'est pas seulement le fait d'une révolution technologique impliquant des outils inédits, mais aussi le résultat d'une insurrection mentale. En passant d'un système analogique à un système numérique, notre mode de vie, nos réflexes se trouvent profondément modifiés. Afin d'expliciter ce changement, Alessandro Baricco remonte le temps et dresse un historique des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
neoprog
  10 décembre 2019
Je fais partie des pionniers du numérique français : la première machine sur laquelle j'ai programmé était un TRS 80 de Tandy et j'ai commencé à surfer sur le net aux débuts du web avec Compuserve. Bref je suis un vieux con.
Alors lorsque Alessandro Baricco a publié son essai sur le monde numérique, je me suis précipité chez mon libraire. Car si je suis Mac, iPhone, blogueur, surfeur, je lis encore des livres papiers et écoute des vinyles.
Alessandro nous raconte l'avènement du numérique, cette révolution technologique et sociale, partant du postulat que les souffrances du XXème siècle ont engendré ce deuxième monde immatériel. J'avoue qu'au début sa thèse m'a laissé quelque peu sceptique lorsque je l'ai écouté présenter son livre sur ARTE dans le 28 Minutes. Il a cependant fini par me convaincre avec ses mots, mais je suis un garçon influençable.
A l'aide de plusieurs moments forts de cette épopée née dans la Silicon Valley (le Web, le moteur de recherche Google, Amazon, l'iPhone, Facebook), présentant quelques piliers de cette construction et traçant pour nous une carte du monde numérique, il raconte l'évolution de notre société, ses résistances, ses paradoxes avec une certaine distance cependant.
Moi qui baigne dans ce monde numérique, j'ai pris conscience de bien des postures, des paradoxes de ce miroir de notre quotidien dans lequel nous passons de plus en plus de temps. Sans être d'accord avec toutes ses assertions (il est artiste, je suis rationnel), il m'a ouvert les yeux sur la révolution culturelle que représente Internet et m'a fait réfléchir à bien des sujets comme ce qu'est aujourd'hui La Vérité dans ce monde deux point zéro.
J'ai pris conscience du Tout en lisant ce livre alors que j'en use chaque jour, l'accès à tous les contenus moyennant pas grand chose. J'ai également découvert que le Mouvement Cinq Etoiles était né sur la toile.
Le livre possède quelques lacunes (je regrette qu'il ait passé sous silence une des grandes révolutions de cette époque, à savoir l'avènement du libre, que ce soit celui de la création artistique ou celui du logiciel), mais il fera réfléchir ceux qui ne le font pas souvent (moi le premier) sur ce nouveau monde fait de réseaux sociaux, d'applications connectées, de jeux, ce monde qu'Alessandro appelle The Game.
Lien : http://www.blog.neoprog.eu/i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Hizkuni
  02 janvier 2020
Après un début très vague, des idées intéressantes surgissent, malheureusement pour être répétées en continu par la suite. Dès la moitié du livre, j'ai eu un mal fou à poursuivre par ennui. Cela finit par des suites d'énumérations, comme si construire des chapitres était laborieux. Des aspects du Game émergent à la lecture, mais non suggérés par l'auteur,lesquels auraient mérité des développements, comme par exemple les démarches administratives dématérialisées, un outil donc, ou la starisation de médiateurs.
Commenter  J’apprécie          10
PGilly
  31 janvier 2020
Déception. Je m'attendais à un regard décalé sur l'ère numérique, venant d'un écrivain porteur d'idées neuves sur la société digitale. L'ironie légère de Baricco ne leurre pas longtemps. L'auteur de Soie a un faible pour les joujoux numériques. Je cite : les réseaux sociaux enrichissent la réalité/ Les méfaits de la digitalisation sont minimes comparés à l'invention de la bombe atomique. Et ceci " Ce n'est pas le Game qui doit revenir à l'humanisme. C'est l'humanisme qui doit combler son retard et rejoindre le Game." Pour moi, ce fut game over tellement le jeu m' a paru pipé. L'historique de la civilisation numérique est correct, le reste du livre est pure construction de l'esprit. L'auteur agite quelques idées, les répète et les emballe dans un style décontracté, lassant à la longue des 374 pages. Mauvaise pioche de ma part.
Au fait, c'est quoi le Game : c'est le monde numérisé où le mode de penser s'apparente à un jeu permanent. le plus malin (le plus puissant ? le plus riche) finit toujours par gagner les nombreuses parties soumises à sa sagacité. La vie n'est jamais qu'un grand jeu amusant à manipuler.



Lien : http://cinemoitheque.eklablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Bibliobs   19 novembre 2019
Dans « The Game », l’écrivain italien Alessandro Baricco trace les contours de la « révolution numérique » en dessinant des cartes. L’entreprise est séduisante, mais un peu ratée.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Liberation   07 novembre 2019
Baricco parle à la première personne et, en un style clair, parfois familier, toujours brillant et captivant, livre ses propres réflexions, et nourrit son analyse - sorte de storytelling du temps présent - d’éléments qu’on a peu l’habitude d’entendre, qui excitent l’esprit, et parfois déconcertent.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AunryzAunryz   21 novembre 2020
NOUS PENSONS QUE LA RÉVOLUTION MENTALE EST UN EFFET DE LA RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE, OR NOUS DEVRIONS COMPRENDRE QUE C’EST LE CONTRAIRE QUI EST VRAI.
Nous croyons que le monde numérique est la cause de tout, alors que nous devrions, à l’inverse, l’interpréter comme ce qu’il est sans doute, c’est-à-dire un effet : la conséquence d’une certaine révolution mentale. Je vous l’assure : nous regardons la carte à l’envers. Il faut la retourner.
Nous devons inverser cette fichue séquence : d’abord la révolution mentale, puis la révolution technologique.
Nous pensons que les ordinateurs ont généré une nouvelle forme d’intelligence (ou de stupidité, comme vous voulez). Maintenant, inversez la séquence : un nouveau type d’intelligence a généré les ordinateurs. C’est-à-dire qu’une certaine mutation mentale s’est très vite procuré les outils adaptés à sa façon d’être au monde : ce qu’elle a fait, c’est ce que nous appelons la révolution numérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   16 octobre 2019
Je vais tenter de le dire de la manière la plus synthétique possible et agaçante possible : dans un monde où Google existe, le monopole de Google n'est pas si dangereux. Dans un monde où Facebook existe, il n'est pas inquiétant que Facebook soit partout. Dans un monde qui charge quatre cents heures de vidéo sur YouTube chaque minute, le fait que YouTube existe et que ce soit plus ou moins un monopole est une chose singulière, mais pas tragique.
Google. Facebook. YouTube. Essayez de les imaginer au XXe siècle, à l'époque du Nazisme ou en Union soviétique : le drame.
Mais j'ai une bonne nouvelle : le XXe siècle est terminé.
La question que nous devons nous poser est la suivante : l'écosystème du Game, qui a une certaine tolérance pour les monopoles et a d'une certaine façon besoin d'eux a-t-il développé des le même temps des anticorps qui l'empêchent de dégénérer en un terrain de jeu bloqué, contrôlé par quatre ou cinq joueurs ?
Bonne question.
Tout ce que je sais de la réponse, je l'écrirai dans le dernier chapitre de ce livre, que j'intitulerai, employant une expression que m'ont offerte deux de mes collègues, Contemporary Humanities.

B. Play, p. 278
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   14 octobre 2019
J'essaie de résumer en quelques mots : l'expérience était un geste, la post-expérience est un mouvement. Les gestes mettent de l'ordre dans le monde, les mouvements le déstabilisent. Les gestes raccommodent, les mouvements rouvrent. Chaque geste est un point d'arrivée, chaque mouvement un point de départ. Les gestes sont des ports, le mouvement est le grand large. Mais aussi : les gestes sont fermeté, le mouvement est VIBRATION.

B. Play, p. 197
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   13 octobre 2019
Twitter retiendra la leçon et deviendra à son tour une machine qui, au fond, lance des matchs les uns après les autres (retweet, like, etc.), une orgie amusante et ininterrompue de gagnants et de perdants.

B. Play, p. 163
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   04 octobre 2019
1994
• La Playstation voit le jour, œuvre des Japonais de Sony. La relation parents-enfants ne sera plus jamais la même. Tout comme le rapport au réel, nous le verrons.

B. Play, p. 82
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Alessandro Baricco (73) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alessandro Baricco
Revue de lecture de Novecento : pianiste, d'Alessandro Barrico.
autres livres classés : gafamVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Soie" tu sais ; "soie" tu sais pas !

Ce court roman est paru en France en...

1985
1997
2003

10 questions
227 lecteurs ont répondu
Thème : Soie de Alessandro BariccoCréer un quiz sur ce livre