AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Ellane92


Ellane92
  29 novembre 2013
Qu'est-ce que je peux dire qui n'a pas déjà été dit sur "La nuit des temps" ? Je l'ai lu la première fois à 14 ans, lecture imposée par ma prof de français. Je me rappelle encore de l'enthousiasme que j'avais ressenti lors de la découverte de ce livre. Ma fiche de lecture parlait d'amour, cet amour qui transcendait toute nécessité, y compris celle de la survie d'une race et d'une civilisation, qui transcendait l'espace, et le temps bien sûr. Elle parlait également de la folie des hommes, cette folie qui implique de catégoriser le monde en est et ouest, en capitalistes et communistes, et qui ne pouvait prendre fin qu'au travers de la rencontre d'hommes comme Hoover et de femmes comme Léonova. Enfin, elle parlait également de révolution, de passer du statut de moutons à celui d'êtres humains, de réapprendre à considérer le monde avec des critères choisi par chacun, plutôt que d'avaler des morceaux d'informations choisies en même temps que les raviolis en boite.
A l'époque, tout mon entourage a été fermement invité à lire à son tour "La nuit des temps", avec un certain plaisir, il faut le dire. Quant à moi, je me suis plongée dans les oeuvres de Barjavel avec délectation (avec une préférence pour "L'Enchanteur").
Vingt ans après, je suis toujours aussi enthousiasmée par la lecture de ce livre, mais je me rend compte combien l'on change, avec le temps. L'histoire d'amour qui me touche est celle du Pr Simon, cet amour sans fond et sans espoir qui ne m'avait pas vraiment effleuré plus tôt. le monde réel, ses contingences, l'opposition raison/passion ont gagné en importance dans mon système de valeur, et il m'est arrivé de trouver l'histoire d'Eléa et de Paikan refermée sur elle-même, reflétant cet égoïsme qu'ont les amoureux de vivre leur bonheur au détriment des contingences du monde qui les entoure. Enfin, j'ai trouvé Barjavel pessimiste dans sa vision du monde : 900 000 ans après, les "hommes" sont les mêmes, se faisant la guerre pour des raisons suspectes, avec des civilisations plus ou moins évoluées qui ne prennent pas en charge les plus faibles, ou simplement ceux qui ne veulent pas entrer dans le moule, une détermination de plus en plus importante de la vie de chacun par le système de société dans lequel il vit, jusqu'à la destruction finale.
Quoi qu'il en soit, "La nuit des temps" est un ouvrage sublime, mené de main magistrale, tant dans le contenu que dans l'écriture, par un Barjavel au meilleur de sa forme.
Commenter  J’apprécie          1703



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (125)voir plus