AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DRRT5
Éditeur : Presses de le Cité, 1972 (30/11/-1)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Ce livre constitue une sorte d'histoire de notre temps par petits morceaux, les uns joyeux, d'autres amers, vus par l'oeil d'un pessimiste gai qui ne se fait aucune illusion sur notre civilisation, mais se rejouit de la vivre tant il la trouve passionnante, malgré ses erreurs et ses injustices, et ses crises d'épilepsie.
La lune et les jupes longues, Ploom, Dali et le dollar, Belfast et Marilyn, le sang, l'aurore et les étoiles, quelques grands morts et la fo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gill
  23 février 2012
Barjavel nous livre nous raconte ses impressions sur les années 1969 - 1970 et 1971 avec comme principal évènement marquant "le premier pas sur la lune".
Comme à l'accoutumée, il fait preuve d'une certaine malice et se passionne pour ce qui l'entoure, son pessimisme n'étant à mon sens qu'une certaine lucidité affichée pour son époque.
Ici le romancier se fait journaliste et chroniqueur, et, aujourd'hui, ce livre prend la saveur d'un autrefois dont on a la nostalgie, un peu comme des archives télévisées de l'INA.
Commenter  J’apprécie          60
lecassin
  31 octobre 2011
A lire pour la nostalgie (plus anciens) et la découverte (plus jeunes), même si pour ceux-ci, certains thèmes pourraient paraître étranges : Qui connaît Ploom dans les moins de 25 ans?
Néanmoins on oscillera toujours dans ces chroniques, entre humour, tendresse et férocité.
Commenter  J’apprécie          40
moravia
  24 février 2013
Bien en dessous de mes espoirs.
Je dois tenter un second round avec cet auteur.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   19 octobre 2016
L'homme est un animal mou, facilement percé par tous les instruments pointus, et cassé, écrasé,tordu par tous les autres. Qui ne peut pas voler, qui peut à peine courir, tout juste barboter, ne sent rien, entend peu, ne voit que dans une fenêtre étroite du spectre des vibrations et devient aveugle dans la nuit. Qui aurait dû, logiquement, disparaître depuis longtemps de la surface de la Terre, dévoré, anéanti par dix mille ennemis mieux armés que lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lecassinlecassin   19 octobre 2016
Nous nous sentons coupables d'avoir remplacé les rois par des républiques qui n'ont produit que des bourgeois, l'injustice sociale et le désordre. Nous nous sentons coupables de ne pas nous être assez fait tuer pendant la dernière guerre, coupables d'avoir conservé Paris intact et d'être obligés de le défigurer nous mêmes, coupables d'avoir eu des colonies, honteux de les avoir perdues, coupables d'en avoir honte.[...] Coupables même dans l'avenir, coupables de cette société marxiste qui remplacera un jour les républiques vraies ou presque et installera des bureaucraties tristes à la place des bourgeois râleurs. Les plus jeunes d'entre nous se révoltent déjà contre cet état futur, avant même qu'il soit en place, en cassant les carreaux de l'Etat présent et en brûlant nos poubelles et nos voitures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   23 février 2012
Apollo XII : la lune en grève
Mardi, mon téléviseur couleur tomba en panne. Mercredi matin, on m'en livra un autre.
J'attendais avec impatience l'arrivée sur la lune des hommes d'Apollo XII. J'ouvris mes deux écrans, m'installai sur mon lit, le dos calé à six oreillers, et soupirai d'aise.
Mon écran couleur resta noir comme un sac de charbon : le livreur n'avait pas su brancher la deuxième chaîne. Je bondis au téléphone. On m'envoya un dépanneur. Je vis vaguement sur la première chaîne Conrad descendre du LEM. Mon dépanneur n'arrivait pas : une coupure de courant due à la grève de l'EDF l'avait coincé dans l'ascenseur de l'usine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   01 novembre 2011
Il y a des écrivains qui ne croient qu'à la littérature, c'est à dire à la technique de notre métier, et qui, n'ayant rien à dire, ne pensent qu'à inventer de nouvelles façons de ne rien dire longuement.
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   01 novembre 2011
Les Halles ont quitté Paris. Mais les parisiens ont raté l'occasion d'éxiger qu'on leur plante à la place un coeur tout frais :un for^rt avec des oiseaux.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de René Barjavel (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Barjavel
René Barjavel : l'avenir de la science-fiction .
En 1970, l'auteur de science-fiction René Barjavel a déja publié ses romans les plus connus : "Ravage" (1943) ou encore "La nuit des temps" (1968), où il déploie ses thèmes habituels sur les dangers d'une dépendance à la technoscience ou le rejet d'un monde artificialisé à l'excès. Dans cette émission enregistrée devant des étudiants, il donne un éclairage sur la façon dont un auteur de SF peut envisager l'avenir, et la difficulté qu'il y a à s'extraire de ce que l'on connait. Et il en profite pour pronostiquer la fin prochaine de l'ère atomique -dont abusent ses collègues écrivains de science-fiction- avec un enthousiasme qui laisse songeur 45 ans plus tard. "C'est un moyen particulièrement barbare de se procurer de l'énergie et nous allons très rapidement enjamber cette ère là", dit-il.
+ Lire la suite
autres livres classés : chroniquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La nuit des temps - Barjavel

Quel est le prénom de l'auteur ?

Gaston
René
Albert
Franck

10 questions
697 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit des temps de René BarjavelCréer un quiz sur ce livre