AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266032582
216 pages
Éditeur : Pocket (01/11/1989)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.68/5 (sur 719 notes)
Résumé :
Une gigantesque manifestation réunit Place de la Concorde des millions de femmes enceintes venues dénoncer les effets de la bombe U. Mais il est déjà trop tard... Le cataclysme se déclenche. La planète Terre est réduite à néant. Cependant, Lucie, l'une des manifestantes, échappe mystérieusement à la déflagration.
Seize ans plus tard... Lucie vit avec son mari et ses enfants dans un univers étrange où le temps n'existe plus, où il suffit d'appuyer sur un bouto... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
iz43
  25 avril 2018
Barjavel était l'un de mes auteurs préférés quand j'étais jeune fille. J'avais été émue aux larmes avec la nuit des temps notamment.
Cela fait une vingtaine d'années que je n'ai pas lu de Barjavel.
Moment de suspense. Est-ce que j'allais revivre un grand moment de lecture ou en ressortir indifférente ou déçue?
Si ce n'est pas le meilleur Barjavel que j'ai lu, j'ai quand même lu ce court roman avec beaucoup de plaisir.
On retrouve le style inégalé de Barjavel: complètement avant gardiste (Barjavel manie la dystopie avec aisance), loufoque, poétique, sensuel.
On est à Paris. On découvre Lucie enceinte de jumeaux qui manifeste avec d'autres femmes enceintes contre l'utilisation de la bombe U (universelle). Cette nouvelle bombe est tellement simple à fabriquer que tout le monde dans chaque partie du monde se retrouve bientôt équipé de la dite bombe. Facile à fabriquer et d'autant plus dangereuse que les bombes s'amorcent entre elles.
Lucie est mariée avec Henri Jonas doué pour tout réparer.
Notre couple sympathique se retrouve embarqué par Monsieur Gé un milliardaire dans une arche sous terre conçue pour résister aux radiations. Sont également entreposés des animaux et des plantes en hibernation en attente du repeuplement de la planète.
Le temps passe. Les jumeaux grandissent. Bientôt un problème se pose. Elevés dans la plus pure innocence, les jumeaux (Jim et Jif un garçon et une fille) vont bientôt découvrir le plaisir physique et incestueux. jif va tomber enceinte. Seulement l'arche n'est pas conçue pour permettre à 6 personnes de respirer.
Que faire? Avorter Jif? Ouvrir l'arche au risque de tous y passer?
J'ai trouvé le roman très drôle avec notamment la machine créée par Henri. Les explications données aux jumeaux à propos de ce qui existait sur terre avant l'explosion des bombes (comment expliquer ce qu'est la mer, ou un caillou par exemple).
Beaucoup de mythes sont revisités: Adam et Eve, l'arche de Noé, le premier meurtre.
Un livre qui me donne envie de replonger dans l'univers de Barjavel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Roggy
  24 septembre 2015
Dans cette dystopie Barjavel pratique un sens du raccourci étonnant. Il a une façon particulière d'aller au plus simple et au plus profond sans que cela nuise à l'histoire.
Fidèle au style littéraire « dystopique », il dépeint une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur parfait. Il s'interroge sur les conséquences néfastes d'une idéologie.
A la fois drôle, presque naïf mais extrêmement moderne, encore une fois le génie visionnaire de Barjavel crée une ambiance et un scénario qui est repris aujourd'hui dans les séries TV futuristes (scénario très ressemblant à The 100)
Une tragédie moderne qui nous éclaire sur le monde que nous créons, où l'homme devient un danger pour lui-même et pour son espèce, avec toutefois une note d'espoir !


Commenter  J’apprécie          380
Melisende
  30 juillet 2012
A ceux qui atterrissent sur ce blog pour la première fois, sachez que Monsieur René Barjavel est mon idole et que je donnerais tout pour avoir une machine à remonter le temps pour pouvoir le rencontrer et échanger avec lui. Bref, Une Rose au paradis est ma onzième (douzième si je compte ma très ancienne lecture du Grand Secret que je compte relire très vite) plongée dans le monde de l'auteur. Vous vous doutez bien que plus j'avance dans ma découverte, plus je redoute le faux pas et la déception. Ce titre (presqu'un des derniers écrits par Barjavel) ayant des échos mitigés, j'étais un peu hésitante. Mais comme pour Jane Austen, je devrais faire confiance à mon chouchou, lui aussi sait toujours me séduire, d'une façon ou d'une autre !
Une Rose au paradis ne restera pas dans mes grands favoris et ne sera pas une grande révélation, mais je suis heureuse de l'avoir découvert et satisfaite de ma lecture. L'intrigue et l'idée de base m'ont plu, la plume également. Je regrette juste la brièveté du texte qui ne permet pas de s'attacher vraiment aux personnages. Je suis restée assez spectatrice alors que j'aurais aimé vivre l'aventure aux côtés des figures mises en scène par Barjavel.
La quatrième de couverture reste assez vague et peu représentative… je me permets donc une petite mise au point personnelle.
On entre dans le texte par quatre chapitres (en moyenne deux pages chacun) qui présentent une famille dans une sorte de sanctuaire. Les deux jumeaux, Jim et Jif, ont 16 ans. Leur mère a découvert la relation incestueuse qu'ils entretiennent innocemment et est désespérée par la situation… Dans le chapitre 5, saut dans le temps, on retourne dix-sept ans en arrière et on découvre l'histoire de Lucie et Jonas, les deux futurs parents qui se rencontrent, s'aiment et sont choisis (ainsi que les jumeaux que portent encore la jeune femme), alors que la tension au sujet de la Bombe Universelle est à son comble, pour entrer dans l'Arche construite par Monsieur Gé. Ce sanctuaire artificiel a été conçu plusieurs centaines de mètres dans le sol pour sauvegarder la vie terrestre (des animaux, des plantes, des arbres… de chaque espèce, endormis) et le couple, alors que les bombes et les radiations ont détruit la planète. Mais voilà qu'un problème se pose…
Jif est enceinte mais l'Arche n'a pas été pensée pour accueillir et offrir de l'oxygène à un sixième humain (Monsieur Gé, les deux parents et les deux jumeaux sont les cinq premiers) alors que faut-il faire ? Tenter de remonter à la surface dès maintenant (alors que l'enfermement était prévu pour vingt ans pour limiter les risques de radiation) ou penser à l'avortement ? Les adolescents, nés dans l'Arche, ne savent même pas ce qu'est une rose alors le fait d'être enceinte et d'avorter… Quelle solution vont-ils adopter pour s'en sortir ?
Voilà un titre de science-fiction que je trouve intéressant pour les questions et réflexions qu'il apporte au fil des pages. Malgré tout, l'ensemble reste assez léger et peut aussi bien se lire comme un agréable divertissement ou se découvrir en creusant un peu plus loin. C'est d'ailleurs l'un des aspects récurrents de l'oeuvre de Barjavel : là où certains ne voient que des histoires de gare simplistes, d'autres y trouvent des réflexions plus pensées. Ici, l'auteur revient sur le nucléaire, l'avortement, l'inceste, le meurtre… mais malgré la multitude de thèmes, le lecteur n'est pas noyé, tous sont bien abordés et traités. J'ai aimé les références au jardin d'Eden d'Adam et Eve, l'arche de Noé, le premier meurtre de l'humanité… Finalement, rien de neuf sous le soleil, mais Barjavel réutilise ces thèmes avec intelligence et les transpose dans cette France futuriste qui a du survivre à la fin du monde…
Dans la même veine, même si l'idée de l'Arche et sa composition peut paraître simple, c'est quand même sacrément bien pensé ; notamment le trou qui récupère les déchets et offre la nourriture (toujours la même chose depuis seize ans, du poulet rôti) et qui complique les choses au fil des pages, mais je n'en dis pas plus.
Outre les thèmes abordés par Barjavel, j'aime énormément le style de l'auteur. C'est à la fois drôle et grave, tendre et brutal… Barjavel c'est plein d'émotions en quelques mots et ça me transporte.
En revanche, je regrette un peu d'avoir vécu cette lecture en tant que spectatrice et non actrice. Contrairement à d'autres textes de l'auteur, je ne me suis pas assez attachée aux personnages pour vivre l'aventure avec eux. Je l'ai suivie avec plaisir mais tout de même avec une légère distance. Je ne sais pas comment l'expliquer… peut-être que la légère brièveté du texte est en cause puisqu'elle me laisse pas vraiment le temps de faire connaissance avec les personnages ? Je ne sais pas, mais en tout cas, j'ai beaucoup ri.
Et c'est l'humour que je retiendrai surtout d'une Rose au paradis. Je pense notamment aux passages ou Jim, très curieux, tente d'apprendre du vocabulaire mais difficile pour sa mère de se faire comprendre car l'adolescent ne connait rien ou que ce que l'Arche offre. Lucie n'a réussi qu'à apporter qu'un seul livre dans le sanctuaire - Les Fables de la Fontaine - donc Jim pense donc que tous les animaux parlent… Je pense aussi à Marguerite, le robot à quatre têtes créé par Jonas, car l'une des têtes, jalouse des trois autres, ne pense qu'à se trouver une jolie coiffe… ou encore la longue réflexion au sujet du temps qu'il faudrait pour obtenir une bonne mayonnaise (il n'y a rien de naturel dans l'Arche, donc pas d'oeufs, pas d'huile…) pour accompagner ce satané poulet rôti ! Bref, j'ai ri plus d'une fois et c'est un bonheur !

Une Rose au paradis ne restera pas mon préféré de Barjavel mais j'ai passé un excellent moment avec les questions amenées par l'auteur et surtout, l'humour très présent. Un bon divertissement et de nombreuses réflexions si vous souhaitez aller un peu plus loin.

Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
lyoko
  05 janvier 2015
Ou comment revisiter l'arche de Noe et Adam et Eve dans un seul livre !!
Un couple est isolé dans une sorte d'arche afin de pouvoir repeupler la terre 20 ans après que la bombe U aurait fait disparaître toute vie sur la planète bleue.
C'est toujours un réel plaisir de lire du Barjavel. Son écriture simple mais efficace nous décrit tout avec détail et tellement de poésie. Et l'imagination fertile de l'auteur n'est pas en reste... je suis sous le charme !!
Commenter  J’apprécie          281
BrunoA
  24 mai 2020
Ce court roman de Barjavel nous emporte une fois de plus dans un futur indéterminé, au moment même où une redoutable arme de destruction massive, la bombe U, ou "bombu" se retrouve à la disposition de tous, ou presque.
L'auteur nous montre ici l'absurdité de la prolifération nucléaire en donnant la bombe à des communes, et même au Vatican !
Tout commence par une manifestation parisienne comme nous en connaissons tant, mais cette fois, ce sont des femmes enceintes, rassemblées par la date de leur accouchement, qui demandent l'abandon de cette dangereuse escalade.
Malgré cela, la grande explosion se produit, comme dans l'épilogue du docteur Folamour, et M. et Mme Jonas se retrouvent sous la protection d'un énigmatique M. Gé qui porte le nom de la divinité terrestre et qui présente des similitudes avec le créateur.
S'ensuit une descente dans L Arche qui doit les protéger alors que naissent leurs jumeaux, Jim et Jif.
Ce roman au rythme enlevé constitue une reprise originale du paradis et du péché originel. On y retrouve les mêmes ingrédients que ceux du récit biblique dans une cascade d'événements qui donnent à l'ensemble son tempo, et qui tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement.
On retrouve également dans ce roman des éléments du fameux ravages, mais aussi de la nuit des temps, le tout donnant un résultat certes moins passionnant que ces deux oeuvres majeures, mais pour autant, agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   15 février 2017
Les hommes d'État n'ont ni le temps ni l'habitude de prévoir. Ils vivent au jour le jour, tous les événements les surprennent, et les problèmes qu'ils s'efforcent de résoudre sont ceux de la veille ou de l'avant-veille, qu'ils n'ont d'ailleurs pas encore compris.
Commenter  J’apprécie          592
KalganKalgan   31 août 2020
Une mayonnaise… Pour faire une mayonnaise il faut un oeuf. Sainte-Anna n’en fabrique pas. Il faut qu’il soit pondu. Par une poule. Il y a des poule dans le zoo. Elles dorment. Quand on les réveillera elles pondront. Dans quatre ans.
Une mayonnaise dans quatre ans.
Attention… Il faut aussi de l’huile. Olives. Il y a des plants d’oliviers dans les réserves. « À cent ans, un olivier est un enfant », disait le grand-père paysan. Plutôt l’arachide, c’est annuel. Mais il faudrait l’Afrique. Le colza, le tournesol?… Il y a des semences dans les réserves. On sèmera, on récoltera…
Une mayonnaise dans cinq ans.
Mais pour obtenir l’huile il faut un moulin. On construira un moulin.
Un tout petit moulin.
Pas de bois, puisqu’il n’y a plus d’arbres. Un petit moulin tout en pierres et en métal. Pour tailler les pierres il faut des outils. Pour forger le métal, fabriquer les outils, il faut trouver du minerai et du charbon, faire du feu…
Une mayonnaise quand?
M. Jonas se rendit compte qu’il ne mangerait sans doute plus de mayonnaise de sa vie. La mayonnaise était le fruit de toute une civilisation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TyzeffTyzeff   13 mai 2020
Les microbes, dit M. Jonas, c'est nous qui les apporterons! Nous en sommes pleins! Le corps humain est un véritable pâté de microbes, une galantine, un clafoutis! Nous en avons partout, dans l'intestin, dans le foie, dans la rate, dans le sang, dans la peau, dans les os, dans le crâne, dans la vessie, partout! Et chacune de nos cellules est susceptible, si les conditions s'y prêtent, de se transformer en virus. Tout ce petit monde grouillant vit avec nous et vit de nous, et nous ne pourrions pas vivre sans lui. Il se tient honnêtement à sa place, tranquille, tant que nous nous portons bien. Mais que nous nous affaiblissions, que nous mangions trop ou pas assez, que par imprudence, maladresse, négligence, ou accident, nous devenions dangereux ou sans intérêt pour l'avenir de l'espèce, alors joue le mécanisme automatique chargé de nous éliminer: une catégorie de microbes se déchaîne, se multiplie, occupe le terrain, et nous bouffe tout crus!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Maxime12Maxime12   04 juin 2015
Elle avait connu quelques hommes, et vécu plus ou moins longtemps avec deux ou trois. Fugitifs ou temporaires, ils n’étaient pas particulièrement bêtes ni égoïstes, seulement comme tout le monde. Ils avaient passé ou vécu près d’elle sans être avec elle, l’avaient regardée sans la voir, entendue sans l’écouter, ils avaient parlé sans rien lui dire, passé sur elle comme un marteau-piqueur trépidant, si vite partis, le temps d’un oiseau, la laissant assoiffée, et grelottante comme si ce qu’ils nommaient l’amour n’était qu’un coup de vent d’hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Einna26Einna26   04 septembre 2016
"Ayant signé en six exemplaires l'état n°91.742 B 72 bis, qui lui permettrait d'être payé dans un an ou deux, Henri Jonas sortit de l'usine et ferma aussitôt les yeux, ébloui : le soleil était devant lui, là, à deux mètres, presque dans ses mains."

"Trente secondes plus tard ils s'envolaient et retrouvaient le soleil à dix mille pieds. En riant de joie, elle renonça au Limousin, à la Bretagne et à toutes les provinces, et mit le cap au Nord. Le soleil se coucha définitivement. Elle aperçut la Loire à l'horizon dans un soupir de brume rose, et déclara qu'elle avait faim. Il y avait là, près de La Charité, une excellente auberge ..."

"Les organisatrices avaient décidé, pour faciliter la mise en place, et parce que ça ferait plus gai, d'habiller les femmes d'une même couleur pour chaque mois. Celles qui étaient enceintes de neuf mois étaient vêtues de rouge et, comme Roseline et Mme Jonas, décorées d'une grande fleur à leur choix. Les huit mois étaient en orangé, orné d'un quadrupède : chat, chien, chinchilla ou même taureau, girafe ou éléphant, les sept mois jaunes avec un oiseau, les six mois vertes avec un poisson, les cinq mois bleues, etc., jusqu'aux trois mois qui terminaient l'arc-en-ciel avec le violet et un fruit. Les deux mois étaient blanc, et les un mois et au-dessous en noir avec un légume en couleur. Cette présentation avait un troisième avantage : celui de rappeler à toutes ces femmes, et à tous ceux et celles qui les verraient défiler, des visagesde la nature presque oubliés, certains même en train de disparaître ou déjà disparus."

"Les hommes d'état n'ont ni le temps ni l'habitude de prévoir. Ils vivent au jour le jour, tous les événements les surprennent, et les problèmes qu'ils s'efforcent de résoudre sont ceux de la veille ou de l'avant-veille, qi'ils n'ont d'ailleurs pas encore compris. Pour des lendemains un peu amples, il faut l'initiative privée..."

"- Si on ouvre l'Arche on va peut-être trouver plein de vivants là-haut !...
- Des vivants ? Des hommes ? Plusieurs hommes ?
- Des femmes, surtout ! C'est bien plus résistant, les femmes ! Ça travaille deux fois plus, une fois dehors, une fois à la maison, ça endure tout, les grossesses, le métro, la vaisselle, le mari !... La Bombu ça m'étonnerait pas qu'elles l'aient endurée aussi !... Ça doit être plein de femmes, là-haut, de toutes les races, des jaunes, des noires, des Parisiennes !..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de René Barjavel (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Barjavel
“Ne demandez pas la Lune”, de René Barjavel [1950]. Réalisation Pierre Christian Renard. Pièce d’anticipation post-apocalyptique. En 1950, René Barjavel invente pour la radio l’histoire de “Ne demandez pas la Lune”. Il invente alors qu’en 1986, Monsieur Durand a été choisi par des dizaines de milliers de candidats, et en tant qu’homme moyen, il se prête comme volontaire pour une expérience scientifique, et va être endormi pendant 100 ans. Quand il se réveille, lui n’a qu’à peine vieilli mais la vie, en 2086, est bien différente de ce qu’il a connu. C’est avec émotion que nous découvrons, avec le protagoniste, ce qu’est devenu le monde. Cette fiction révèle la vision puissante, l’imagination extraordinaire et, sur certains points, étrangement juste de René Barjavel en 1950. Une pépite sortie des archives. Première diffusion le 13 mars 1950
Description INA :
“Ne demandez pas la Lune”, oeuvre dramatique écrite spécialement pour la radio par René BARJAVEL. En 1986, André DURAND (Pierre LARQUEY) se porte volontaire pour participer à une expérience scientifique. Il accepte d'être endormi pour cent ans... Effectivement en 2086 il se réveille... À son chevet, son fils, un vieillard barbu, l'accueille avec effusion ! Très vite, il apprend avec surprise qu'il n'est plus sur la Terre mais sur la Lune. En compagnie du docteur TRENTE (Paul BERNARD), André DURAND va apprendre pourquoi les terriens ont dû quitter la Terre, devenue désormais inhabitable. Il va surtout découvrir un nouveau mode de vie dans une société où l'argent n'existe plus, le travail est devenu un loisir qu'on pratique quelques jours par an. Où tout est recyclé et réutilisé à l'infini. De surprise en surprise, André va profiter des merveilleuses technologies destinées à faciliter la vie des habitants de la Lune. Il va aussi revivre le tragique destin de la Terre, de l'humanité, de la flore et de la faune. Mais la Terre est-elle vraiment un paradis perdu à jamais ? La science, désormais capable de prouesses extraordinaires, ne pourra-t-elle aider ce noyau d'humanité à la reconquérir ? Si oui, par quel moyen ? André possède peut-être la clé de ce rêve sans le savoir...
Avec : Paul Bernard (Le docteur Trente), Marcel Herrand (Le premier président), Habib Benglia (B, Washington), Jean Temerson (Le ministre), Jean Lemaitre (Le second président), Alain Gilbert, Jean Jacques Aslanian, Pierre Larquey (monsieur André Durand), Jeanne Provost (madame Trente), Jaque Catelain (Le docteur), Teddy Bilis (Suma Hung), Albert Gercourt (Durand fils), Suzanne Henry (madame Durand), Brigitte Mars (mademoiselle Onze)
Thèmes : Création Radiophonique| Grands Classiques| Radiodiffusion Française| Science-fiction| Anticipation| France Culture| René Barjavel
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La nuit des temps - Barjavel

Quel est le prénom de l'auteur ?

Gaston
René
Albert
Franck

10 questions
829 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit des temps de René BarjavelCréer un quiz sur ce livre

.. ..