AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782820524874
669 pages
Éditeur : Bragelonne (04/11/2016)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Depuis la guerre de Sécession, les Geary et les Barbarossa, deux familles comptant parmi les plus puissantes d’Amérique, n’ont cessé de rivaliser.
Jusqu’au jour où Galilée, prince charismatique du clan Barbarossa, tombe éperdument amoureux d’une femme qu’il ne peut avoir.
Rachel, qui appartient au clan Geary, se retrouve alors prise entre les feux ennemis et découvre peu à peu d’inavouables secrets.
Envoûtée par le mystérieux Galilée, Rachel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  02 août 2016
J'aurais pu être amenée à écrire pour débuter cette chronique : si vous appréciez la plume sanglante et horrifique des autres oeuvres de Clive Barker, passez votre chemin.
Mais que nenni !!!
Car même si les éléments habituels de son genre de prédilection : l'horreur ne sont pas présents il signe là une fresque complexe et fantastique.
A la fois saga familiale et roman introspectif pour Maddox Barbarossa le narrateur, ce récit nous entraîne au travers des générations de deux familles riches et puissantes et en conflit permanent.
J'ai été fascinée plus jeune par ces grandes sagas sous forme de feuilletons télévisés du style Dynastie, Dallas ou L'amour en héritage, ces soap opéra comme le dit Martin Wrinckler, ces «mélodrames où sexe, argent et arrivisme sont les maîtres mots ».
J'y ai retrouvé ici tous ces ingrédients, ce sentiment à la fois de voyeurisme et de délectation du malheur de ses nantis de la vie ainsi que le côté irréel de la famille du narrateur.
Sensation amplifiée par la galerie de personnages types, alcooliques, névrosés, salopards ou garces, queutard fini ou fantasmes glauques, mais surtout la relation peu banale du romancier pour son oeuvre.
Les apartés plus personnels de Maddox, ses introspections y ont apporté aussi un sentiment de compréhension diffèrent grâce à la plume de l'auteur qui a su nous y entraîner, que dis-je nous plonger dedans!
Car outre le caractère particulier des personnages de la maison dénommée "L'Enfant", la bâtisse elle-même nous a apporté des éléments de réponses ou de questionnements intéressants pour la suite de la lecture.
Galilée est le titre et le nom d'un des personnages du roman qui va mettre du temps à nous être présenté officiellement mais les rumeurs sur son compte vont aller bon train jusqu'à ce que nous puissions nous faire notre propre opinion. Sa présence même discrète au sein des différentes générations de personnages va aussi continuer à maintenir ce côté fantastique soft et cependant existant.
C'est une fresque historique et fantastique narrée par l'un des protagonistes et descendants. A la fois une traversée de l'histoire et un voyage au coeur des secrets d'un clan adulé ou honni en fonction des périodes, c'est un récit qui nous transporte et nous laisse un goût de reviens-y.
La plume de Clive Barker est beaucoup plus suave que lors des Evangiles écarlates, mais le sujet est différent et plus soft aussi. Ici pas de démons sanglants, quoique..., pas de voyage en enfer même si la vie pour ces familles n'est pas une sinécure.
En conclusion deux familles qui vivent en conflit depuis des générations mais que la simple présence de Rachel, tel LE grain de sable, va enrayer au point de semer le trouble.
Reste le style brillant, raffiné, poétiquement impressionnant de Barker qui ne diffère absolument pas de ces autres oeuvres et confère à ce récit différent sa patte caractéristique.
Il nous laisse ainsi sur une fin ouverte pour laquelle je n'ai pas encore décider s'il s'agissait d'une bonne chose pour me garder attachée à ces familles ou une idée horrible pour me permettre d'imaginer toujours plus d'histoires derrière son histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Pyjam
  24 novembre 2016
Depuis Hellraiser et les Livres de Sang, on voudrait cataloguer Clive Barker comme un écrivain de l'horreur, mais finalement tous ses livres sont différents, et, de mon point de vue, Barker est avant tout un auteur de contes fantastiques qui utilise toutes les couleurs du genre, du merveilleux au terrifiant, comme il le montra avec le Royaume des Devins.
Du coup, il ne faut pas s'étonner si avec Galilée, Barker a voulu écrire un roman à l'eau de rose qui baigne en permanence dans une atmosphère glamour et onirique.
Le roman parle d'une famille de gens scandaleusement riches et puissants, les Geary, nécessairement corrompus, certains malveillants, mais le plus souvent vains; d'une jeune femme modeste rêvant d'une vie meilleure et qui épousera le prince charmant puis réalisera combien c'est un homme vide. Il parle d'une famille d'immortels, les Barbarossa, dont les derniers représentants décadents et apathiques vivent reclus dans une grande maison dessinée par Thomas Jefferson, à l'exception de l'énigmatique Galilée, l'amant magnifique, qui s'est exilé (ou à été banni) sans qu'on sache pourquoi. Les deux familles se haïssent et se craignent pour des raisons qui demandent à être élucidées.
Si vous recherchez un roman dans le genre de Secret Show, ce n'est pas le bon choix, Galilée est un roman porté par son atmosphère étrange à la Gatsby mélangée à des éléments fantastiques, sa galerie de personnages hors du commun, et par l'élégance de son style impeccablement rendu en français grâce au talent de Jean Esch.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Asatrufab
  31 août 2018
Ce roman part d'une bonne idée de départ ou dés le synopsis on mêle à la fois l'immortalité, les clans rivaux depuis des siècles, une part de fantastique et de mystère. Dés le début du roman une ambiance assez sombre s'installe et ce n'est pas pour me déplaire malheureusement je trouve que le livre devient assez vite longuet et tourne vite en rond pour se concentrer sur une histoire d'amour assez sans intérêt.
L'écriture est assez fluide ça se lit assez facilement, mais dés que le mystère s'en vas pour faire place a une histoire de famille ou d'amour normale ça devient très vite plat.
Les seuls moment ou je rentre dans le récit est quand l'auteur se laisse un peu aller a ses penchants glauques (penchants naturels quand on voit les livres d'horreurs qu'i a déjà sorti par le passé) pour le gore ou l'addiction sexuelle, mais le reste du temps ça reste dans l'histoire très superficielle sans intérêt. Il sait toujours créer le malaise mais ce livre est vraiment trop pris dans ses longueur et il crée trop d'attentes qui fait qu'on imagine des trucs géniaux et qu'au final l'auteur n'exploite pas le quart du potentiel qu' avait l'histoire au début. Et le livre s'appelle Galilée, il est donc censé être un personnage central et au final on apprends quasiment rien sur lui…
Vous l'aurez compris ce livre aura été une déception pour moi, tentez le mais armez vous de patience, de beaucoup de patience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acherontia
  20 septembre 2016
J'ai été fortement déçue par le personnage de Galilée, censé être le centre de ce roman. Un centre creux, apparemment. Et même si, par la suite, il s'améliore un peu, cette déception initiale prend le pas sur le reste, si bien qu'il m'est resté antipathique jusqu'à la fin. Mêlez cela aux interminables longueurs et aux passages inutiles qui viennent casser le rythme de l'intrigue, et vous obtenez au final votre billet d'entrée pour le chemin qui vous fait passer totalement à côté de l'histoire.
Oh, bien sûr, tout n'était pas mauvais dans ce Galilée, car le style d'écriture était malgré tout très plaisant. Quelques bonnes trouvailles viennent émailler le récit de petits éclats d'or. D'un point de vue fantastique pur, il y a de bonnes choses dans ce roman, et certains personnages sont assez intriguants pour dire de donner du souffle au récit.
Mais clairement, Galilée se situe très en-dessous du Lien maléfique d'Anne Rice, dont je vous parlais en début de chronique. Je crois qu'il manque à ce roman un fil conducteur, ou s'il y en a un, il apparaît beaucoup trop tardivement. Dans le lien maléfique, Anne Rice parlait du fait que la famille Mayfair était une famille de sorcières ayant invoqué un démon pour les servir. Très tôt dans le roman, le démon qui suit les femmes de la famille apparaît, aussi sait-on que c'est son histoire et le lien qu'il a avec ces femmes qui est décrit. On comprend dès lors aisément le pourquoi de toute cette fresque historique. Dans Galilée, pendant toute la première partie du roman, le lien entre les deux familles n'est pas clair. On se doute que c'est l'histoire d'amour entre Galilée et Rachel qui formera ce lien, mais cela prend trop de temps à se développer, si bien que l'histoire finit par perdre de son intérêt.
Donc si, au départ, vous n'aimez pas les grandes fresques historiques et généalogiques, clairement, ce roman n'est pas fait pour vous. Pour le côté fantastique et pour l'écriture plaisante, en revanche, c'est un roman qui est intéressant malgré tout.
Lien : http://www.chroniquesdachero..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mamartin
  16 août 2012
Tout d'abord déroutée par le style dense et la lenteur de la mise en place de l'intrigue, je me suis au fil des pages laissée subjuguer par l'histoire de la famille Barbarossa peuplée de dieux et demi-dieux. le fils ainé Galilée erre sur la Terre et la mer en quête d'un sens à sa vie divine (mais si terriblement humaine) jusqu'à sa rencontre avec Rachel Pallenberg, une jeune femme qui vient d'épouser l'héritier du prestigieux et richissime clan Geary, intégrant du même coup une famille étouffante et mystérieuse dont les racines ont croisé à plusieurs reprises les Barbarossa depuis la Guerre de Sécession. L'histoire est en fait racontée par le demi-frère de Galilée qui révèle les secrets de sa famille en écrivant ce roman. Magnifique!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MamartinMamartin   16 août 2012
L'Amérique voulait tout savoir sur la femme qui avait dérobé le coeur de Mitchell Geary, d'autant plus que, récemment encore, Rachel était un être ordinaire. Aujourd'hui, elle était métamorphosée. Les preuves s'étalaient sur les pages glacées des magazines et dans les hebdomadaires à scandale (...) Un tel bonheur ne pouvait être fêté longtemps : il finit par perdre son charme. Ces mêmes lecteurs qui, e, février et en mars, se passionnaient pour ce conte de fées, qui en avril et en mai s'émerveillaient de voir la petite vendeuse transformée en princesse, et qui, en juin, écrasèrent quelques larmes lors de l'annonce du mariage à l'automne, ces lecteurs voulaient des ragots en juillet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
grm-uzikgrm-uzik   24 janvier 2018
- "Certaines étoiles mettent plus de temps que d’autre à apparaître. Le paradoxe est le suivant : plus il fait nuit, plus ces secrets deviennent visibles. Pour finir, ils se déploient dans toute leur splendeur ; et ce sont ces choses même que nous dissimulons, ces choses dont nous avons le plus honte, dont nous nous servons pour nous guider."
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Clive Barker (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clive Barker
MYTHOLOGICS #4 : HELLRAISER
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les titres des romans de Clive Barker

Quel est le titre correct ?

Le Palais des Devins
Le Domaine des Devins
Le Territoire des Devins
Le Royaume des Devins

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Clive BarkerCréer un quiz sur ce livre