AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
ISBN : 2226055886
Éditeur : Albin Michel (30/11/-1)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Avec leurs armées de rêves et de cauchemars, le Bon Fletcher et Jaffe le Maléfique mènent dans les rues de Palomo Grove la guerre la plus barbare et la plus baroque qui ait jamais eu lieu. Combat de Titans, où la lumière affronte l'obscurité et l'occultisme, dans un déchaînement de violence et de férocité. Car tous veulent l'Art, la clé de Quiddity, l'océan aux rivages du rêve.
Vous connaissez Quiddity. Vous l'avez visité le jour de votre naissance, peut-être... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  13 avril 2019
Cet article porte sur la réédition 2019 de la bande dessinée, publiée par Akileos. Ce tome contient l'adaptation en bandes dessinées (en 12 épisodes parus en 2006/2007) du livre Clive Barker Secret show. L'adaptation en scénario est réalisée par Chris Ryall, l'histoire est illustrée par Gabriel Rodriguez (le dessinateur de la série Locke & Key).
Randolph Jaffe (un célibataire tassé et peu avenant) est affecté dans un bureau de poste qui traite tous les courriers égarés de la poste américaine, dans la ville d'Omaha, dans l'état du Nebraska. Au fil de ses journées passées à ouvrir des lettres et des colis perdus, dans une pièce en sous-sol, il finit par subodorer l'existence d'une forme de pratique magique dénommée Art. Il est fasciné par ce concept et il déniche Kissoon, l'un des derniers pratiquants de cet Art. Malheureusement la rencontre ne débouche pas sur une entente. Il décide alors de faire équipe avec un chercheur scientifique peu conventionnel : Richard Wesley Fletcher. Ce dernier a mis au point une substance liquide appelée Nuncio qui permet de faciliter l'accès à cet Art. L'objectif de Jaffe est d'accéder à une mer appelée Quiddity. Cette quête va se poursuivre avec la génération suivante, en particulier les jumeaux Jo-Beth et Tommy Ray, et Howard Katz, dans la ville de Palomo Grove en Californie.
Adapter un livre en bande dessinée est un pari risqué. le scénariste doit trouver le bon équilibre entre la fidélité au texte et l'obligation de convertir les scènes en utilisant les codes narratifs spécifiques à la bande dessinée. le dessinateur doit donner une apparence aux descriptions du romancier, avec le risque de choisir des visuels très éloignés de la représentation mentale des lecteurs du roman. La scène d'ouverture est remarquable de justesse. Rodriguez donne une apparence mémorable et légèrement dérangeante à Randolph Jaffe. Il dessine une pièce des lettres perdues crédible, sans être stéréotypée. Il arrive à faire passer le caractère obsessionnel et compulsif de Jaffe. Ryall choisit le bon dosage de texte pour compléter les dialogues par quelques phrases densifiant le niveau d'informations, sans que le lecteur ait l'impression de lire des extraits du livre. Puis arrive la rencontre avec Kissoon. La première page montre comment Jaffe dérive légèrement de la réalité traditionnelle pour se retrouver devant Jaffe : même dextérité des auteurs à transcrire la sensation décrite par Barker, et à ne conserver que le strict nécessaire en termes de prose. Arrive le dialogue entre Jaffe et Kissoon, et là les auteurs perdent le bon dosage. La mise en scène est plate, les dialogues ne font qu'énoncer les informations, sans sentiments ou empathie.
Le roman initial de Clive Barker compte plus de 600 pages, et en fait il s'avère difficile de faire tenir tout le roman en seulement 265 pages de bande dessinée. Donc parfois, Ryall et Rodriguez doivent gaver quelques scènes d'un maximum d'informations pour pouvoir tout raconter, ou plutôt pour pouvoir caser toutes les informations nécessaires à la compréhension de l'intrigue. Contrairement à une bande dessinée originale, les 2 auteurs n'ont pas toujours la latitude concevoir et d'organiser chaque scène en fonction du médium dans lequel ils racontent leur histoire. Cela ne veut pas dire que le résultat est médiocre, ou même mauvais ; cela veut dire que certains passages sont 100% dédiés à fourguer les informations au lecteur de manière artificielle. Malgré ce défaut, Ryall parvient à transposer les concepts inventés par Barker, sans les dénaturer, que ce soit Quiddity, le culte Shoal, le Cosm et le Métacosm, etc. L'histoire se déroule de façon logique, la majeure partie des personnages dispose d'une épaisseur suffisante. Mais le lecteur sent bien que certaines choses ont dû être sacrifiées. Par exemple le personnage d'Howard Katz semble bien falot. Il est vraisemblable que Ryall a dû élaguer les scènes où il apparaît jusqu'à le réduire à un dispositif narratif, plus qu'un individu pleinement développé.
Le travail de Gabriel Rodriguez est tout aussi délicat. le lecteur de "Locke & Key" reconnaîtra aisément son style, avec quelques maladresses qui ont disparu par la suite. Il a tendance à utiliser les yeux agrandis de manière un peu trop systématiques, et sa mise en scène des dialogues est terriblement figée. de même la première manifestation de l'Art pendant le premier combat entre Jaffe et Fletcher donne l'impression d'assister à des décharges d'énergie entre superhéros et supercriminel, plutôt qu'à la manifestation physique d'une énergie extradimensionnelle. de la même manière, le passage sur Ephemeris sent le manque d'inspiration pour transcrire la qualité magique du lieu. Enfin, les dessins de Rodriguez deviennent peu crédibles quand l'influence des mangas ou de J. Scott Campbell est trop présente (le passage des souvenirs sur Ephemeris).
Par contre, il dispose déjà d'un sens inné pour donner une apparence mémorable aux personnages. le faciès de Randolph Jaffe est inoubliable. Il porte à la fois la marque de son manque d'empathie pour son prochain, mais aussi une forme d'ambiguïté qui correspond à ses actions tout au long du récit. Il n'est pas possible de le détester complètement (et pourtant...). Avec la même dextérité, Rodriguez donne vie à Raul, une créature simiesque doté d'une conscience limitée. Dans le deuxième épisode, plusieurs jeunes femmes se livrent à un jeu de la séduction assez particulier, fort bien rendu qui transcrit à la fois leur charme et l'obscénité de leur démarche. À plusieurs reprises, Rodriguez montre une inventivité maîtrisée pour donner une forme visuelle aux créations ébouriffantes de Clive Barker. Par opposition aux décharges d'énergie magique trop conventionnelles, il trouve une solution graphique discrète et efficace pour le Nuncio, ou pour l'incroyable demeure du comique Buddy Vance. Il crée plusieurs décors remarquables (mais qui disparaissent parfois pendant plusieurs pages).
Cette adaptation en bande dessinée d'un roman de Clive Barker est divertissante d'un bout à l'autre et elle transcrit fidèlement plusieurs des concepts du roman. Ryall a l'art et la manière d'extraire la substantifique moelle de l'histoire, et Rodriguez sait imaginer des visuels mémorables qui capturent l'ambiance du roman. Mais ces capacités trouvent leur limite face au volume d'informations à inclure, et les scènes d'exposition souffrent parfois de leur nature trop unilatérale, de même que les personnages souffrent parfois de coupes sombres qui les réduisent à une esquisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
domisylzen
  19 septembre 2015
C'était l'endroit ou finissaient toutes les lettres non distribués. Les lettres mortes, des millions, des millions dont la poste n'avait pu retrouver les destinataires …
Et le travail de Jaffe consistait à les ouvrir, à les trier, à récupérer ce qui pouvait avoir quelque valeur. A brûler le reste.
Mais il se mit à les lire. A reconnaître du premier coup d'oeil un certain type de lettre. Une sur cent, une sur mille. Lettres de fous, d'illuminés, messages codés, allusions voilées à un vaste complot.
Toutes disaient la même chose. Et il commença à se dire qu'elles contenaient peut-être un fond de vérité …
Une atmosphère sombre, épaisse, un rythme haletant et une imagination débordante.
Commenter  J’apprécie          200
Apophis
  11 avril 2017
Un excellent départ, une fin poussive
Ce roman, qui décrit le combat de plusieurs entités pour accéder de force, sans passer par la case des mystiques purifiés ultra-happy-few, à une forme de « paradis » onirique au centre de la réalité, derrière les voiles d'illusion du quotidien, se révèle prenant sur trois de ses sept parties, avant de succomber à un trop plein de personnages, de sous-intrigues et à de nettes longueurs. Il propose aussi une sévère critique de nos sociétés occidentales, de leur égoïsme, de leur superficialité, et donne un vicieux coup de canif aux vedettes en tout genre, parfois jusqu'à l'absurde (Buddy et sa collection, les Hallucigenias). Malgré tout, et particulièrement dans la seconde des sept parties, Barker fait mouche, proposant des passages incroyablement glauques, fantastiques, noirs, immersifs, à la plume virtuose. Dommage qu'un tel niveau ne soit pas maintenu pendant les 600 pages de Secret Show, qui sans ça aurait été digne des meilleurs livres de l'auteur, peut-être.
Malgré tout, ce roman a atteint son but : me donner envie de découvrir les meilleurs ouvrages signés Barker.
Retrouvez l'argumentaire détaillé sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
pdupaty
  09 novembre 2018
Randolph Jaffe, un Américain très moyen du Nebraska, est affecté dans un bureau de poste d'Omaha qui traite tous les courriers égarés de la poste américaine. Au fil de ses journées passées à trier et lire des lettres et des colis perdus, dans une pièce en sous-sol, il finit par subodorer l'existence d'une forme de pratique magique dénommée l'Art. Fasciné par ce concept, il développe des pouvoirs qui lui permettent de prendre le contrôle des esprits. Il tue ses collègues, met le feu au bureau de poste et part à travers l'Amérique à la recherche de personnes qui maîtrisent l'Art. Il déniche Kissoon, l'un des derniers pratiquants de cet Art, qui essaie de prendre le contrôle de son corps. Jaffe résiste et décide alors de faire équipe avec un chercheur scientifique peu conventionnel, Fletcher. Ce dernier a mis au point une substance liquide appelée le Nonce qui permet de faciliter l'accès à cet Art. L'objectif de Jaffe est d'accéder à une mer magique appelée Quiddity. Lorsque Jaffe et Fletcher vont se brouiller, ils vont se livrer à une véritable guerre secrète pour le contrôle des esprits et de l'Art. Cela va se poursuivre avec la génération suivante engendrée par la magie de Jaffe et de Fletcher dans la petite ville de Palomo Grove en Californie, en particulier les jumeaux Jo-Beth et Tommy Ray, et Howard Katz.
Il faut s'accrocher car c'est un gros pavé de 750 pages bien touffues. le scénario est original et c'est très bien écrit (comme toujours avec Barker, en fait) et il y a beaucoup d'action et de rebondissements. Les personnages y sont également très nombreux. Mais il y a aussi quelques longueurs que l'on peut regretter et l'auteur se perd parfois dans les concepts magiques et métaphysiques. Même après avoir lu tout le livre, j'ai encore du mal à comprendre le concept de l'Art (il faudra que je lise la suite, Everville). Malgré quelques imperfections, Secret show est un bon livre d'un grand auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MassLunar
  01 août 2019
Pour bien appréhender Secret Show, il faut d'abord s'y perdre... En tout cas, cette adaptation bd d'un roman de l'écrivain Clive Barker, fabuleuse icone de la littérature fantastico-horrifique (Helleraiser), ne cherche aucunement à clarifier la situation et offre une entrée en matière plutôt abstraite...
C'est peu dire de vous dire que j'ai été assez perplexe durant une bonne partie de ce comics. Mais finalement la lecture tient le coup et c'est avec un intéret grandissant que l'on finit par s'attacher aux divers personnages de cette aventure cauchemardesque. Magnifié par une aura lovecraftienne, ce Secret Show s'avère très prenant pour peu que l'on ne s'égare pas en chemin.
Cette intrigue adaptée possède continuellement une ambiance abstraite dans laquelle il ne faut pas chercher à tout comprendre et , selon moi, c'est justement ce qui fait la force de ce titre. Nous perdre tout en nous rattrapant de justesse pour nous piéger dans ce pavé hypnotique . Je ne connais pas le travail de Clive Barker mais ce titre m'a bien donné envie de découvrir cette Trilogie de l'Art dont Secret Show est l'adaptation du premier tome.
Chris Ryall écrit cette adaptation avec un certain panache multipliant les divers points de vue à coups de multiples voix-off et d'une voie narratrice plus que bienvenue. On devine que le scénariste tente de canaliser l'oeuvre originale et il y parvint au prix d'un peu de confusion qui ajoute un certain charme au titre.
Je me disais bien que j'avais déjà vu le travail de Gabriel Rodriguez quelque part puisqu'il a été le dessinateur de la série Locke and Key scénarisée par Joe Hill, le fils de Stephen King. C'est donc un habitué du comics fantastique. Il livre un excellent travail. L'environnement est perpétuellement assombrie, le design des humains et des créatures est assez réussi avec une mention spéciale pour le Jaff, personnage dont la malignité est plutôt bien exprimée. Gabriel Rodriguez s'approprie cet univers avec une bonne aisance.
Secret Show est donc un comics de genre séduisant et hypnotique qu'il faut d'abord apprivoiser pour mieux apprécier. Certes, je ne conseillerais pas ce titre à celles et ceux qui recherchent un titre horrifique plus simple façon série B. Quand aux autres , je vous souhaite un agréable séjour à Palomo Grove sur la route du cauchemar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (3)
BulledEncre   23 avril 2019
Une histoire magistrale du maître de l’horreur servie par deux artistes exceptionnels. A dévorer au plus vite dans un voyage alchimique.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Lexpress   02 août 2016
Un roman d'horreur qui pourrait bien vous priver de sommeil. Pour les amateurs du genre, un livre à ne pas rater.
Lire la critique sur le site : Lexpress
ActuaBD   31 août 2011
Quand un responsable éditorial d’une dynamique maison d’édition BD californienne et un talentueux dessinateur chilien adaptent le maître de l’horreur Clive Barker, la magie opère…
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PyjamPyjam   14 novembre 2016
C'est ainsi qu'il avait créé les Lix : en éjaculant sur ses propres excréments. Les invocations séminales avaient toujours été ses préférées.

Tandis que les bêtes le besognaient, il laissa ses pensées retourner aux Lix gisant sur le carrelage, permettant aux ondes de sensation de grimper le long de son périnée jusqu'à ses couilles, afin de propulser son intention vers l'endroit où reposaient ses créatures.

Il leur suffisait d'un peu de vie pour dispenser un peu de mort...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
domisylzendomisylzen   21 septembre 2015
Cela se résumait à la constation suivante : le monde n'était pas tel qu'il semblait être. Loin de là. Des forces (gouvernementales, religieuses, médicales) conspiraient pour réduire au silence ceux qui avaient une idée plus que vague de ce fait, mais elles ne pouvaient pas les étouffer ou les incarcérer jusqu'au dernier.
Commenter  J’apprécie          30
NicolasFJNicolasFJ   16 mai 2012
Le souvenir, la prophétie et le fantasme - le passé, l'avenir et le moment de rêve entre eux - ne forment qu'un seul pays, ne vivant qu'une seule et immortelle journée.
Savoir ceci, c'est la Sagesse.
L'utiliser, c'est l'Art.
Commenter  J’apprécie          40
domisylzendomisylzen   22 septembre 2015
L'amour et la mort étaient les clichés suprêmes ; les obsessions jumelles des chansonnettes et des feuilletons télé.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Clive Barker (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clive Barker
MYTHOLOGICS #4 : HELLRAISER
autres livres classés : epouvanteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les titres des romans de Clive Barker

Quel est le titre correct ?

Le Palais des Devins
Le Domaine des Devins
Le Territoire des Devins
Le Royaume des Devins

12 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Clive BarkerCréer un quiz sur ce livre