AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
ISBN : 2226055886
Éditeur : Albin Michel (30/11/-1)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Avec leurs armées de rêves et de cauchemars, le Bon Fletcher et Jaffe le Maléfique mènent dans les rues de Palomo Grove la guerre la plus barbare et la plus baroque qui ait jamais eu lieu. Combat de Titans, où la lumière affronte l'obscurité et l'occultisme, dans un déchaînement de violence et de férocité. Car tous veulent l'Art, la clé de Quiddity, l'océan aux rivages du rêve.
Vous connaissez Quiddity. Vous l'avez visité le jour de votre naissance, peut-être... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  19 septembre 2015
C'était l'endroit ou finissaient toutes les lettres non distribués. Les lettres mortes, des millions, des millions dont la poste n'avait pu retrouver les destinataires …
Et le travail de Jaffe consistait à les ouvrir, à les trier, à récupérer ce qui pouvait avoir quelque valeur. A brûler le reste.
Mais il se mit à les lire. A reconnaître du premier coup d'oeil un certain type de lettre. Une sur cent, une sur mille. Lettres de fous, d'illuminés, messages codés, allusions voilées à un vaste complot.
Toutes disaient la même chose. Et il commença à se dire qu'elles contenaient peut-être un fond de vérité …
Une atmosphère sombre, épaisse, un rythme haletant et une imagination débordante.
Commenter  J’apprécie          200
Apophis
  11 avril 2017
Un excellent départ, une fin poussive
Ce roman, qui décrit le combat de plusieurs entités pour accéder de force, sans passer par la case des mystiques purifiés ultra-happy-few, à une forme de « paradis » onirique au centre de la réalité, derrière les voiles d'illusion du quotidien, se révèle prenant sur trois de ses sept parties, avant de succomber à un trop plein de personnages, de sous-intrigues et à de nettes longueurs. Il propose aussi une sévère critique de nos sociétés occidentales, de leur égoïsme, de leur superficialité, et donne un vicieux coup de canif aux vedettes en tout genre, parfois jusqu'à l'absurde (Buddy et sa collection, les Hallucigenias). Malgré tout, et particulièrement dans la seconde des sept parties, Barker fait mouche, proposant des passages incroyablement glauques, fantastiques, noirs, immersifs, à la plume virtuose. Dommage qu'un tel niveau ne soit pas maintenu pendant les 600 pages de Secret Show, qui sans ça aurait été digne des meilleurs livres de l'auteur, peut-être.
Malgré tout, ce roman a atteint son but : me donner envie de découvrir les meilleurs ouvrages signés Barker.
Retrouvez l'argumentaire détaillé sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Pyjam
  23 novembre 2016
Je me considère comme un admirateur de l'oeuvre de Clive Barker. le plus souvent, son imagination et l'élégance de son style me laissent muet. Cependant, malgré sa popularité et un final qui relève le niveau, ce roman m'a totalement barbé.
Je n'ai pour ainsi dire rien aimé : ni l'histoire, ni le cadre, ni les personnages (aux noms le plus souvent ridicules : Grillo, Tesla Bombeck (misère !), Jo-Beth, Tommy Ray alias Death Boy, Howie, Willy Witt, Harry D'Amour (pourquoi pas Ali ? Ou Harryette Dumans ?)), ni l'action confuse, ni les longueurs, ni le style (franchement, je préfère les traductions de Jean Esch).
Ce qui me déçoit le plus c'est qu'on nous promet un territoire onirique inconnu, Quiddity, mais qu'on en voit finalement presque rien alors que j'espérais que la plus grande partie de l'action s'y déroulerait (à l'instar du Royaume des Devins (et non "des deux vins")). Au lieu de cela, j'ai eu droit à un peu de grand guignol (mais surtout beaucoup de bavardage) dans un petit bled californien.
Bref, je n'ai quasiment rien retrouvé du Clive Barker que j'aime avec ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lireoumourir
  22 juillet 2016
Chronique de Fiona:
Merci aux Editions Bragelonne pour cette ré-édition que je vous fais découvrir!
Clive Barker est sans conteste l'un des maitres de l'horreur et du fantastique, ses romans nous entrainant dans les recoins les plus sombre de l'humanité et de nos désirs les plus enfouis. Nous livrant les fantasmes et les souhaits les plus noirs dans chacun de ses livres.
Randolfe Jaffe est un homme sans saveur, sans charisme et sans histoire qui se retrouve un jour chargé de trier et détruire les lettres perdues. Il découvre ainsi un lien étrange entre certains de ces courriers qui changeront à jamais sa vision de notre univers. L'Art. Toutes ces lettres décrivent un monde derrière le notre, un monde et un pouvoir que Jaffe va devenir déterminé à posséder.
Il décide alors de partir à la poursuite de ce mystère, qui le dépasse de loin, afin de l'obtenir par tous les moyens. Les forces du bien et du mal vont ainsi s'affronter dans une guerre dont la survie de l'humanité est l'enjeu principal.
J'ai beaucoup aimé découvrir une nouvelle facette de Clive Barker, car même si le style ne change pas vraiment de ses autres romans, le sujet restant les forces surnaturelles et l'horreur qu'elles font ressortir chez l'être humain, chaque histoire nous offre une perspective différente. le questionnement sur le but de la vie et de l'univers reste un sujet central, et la noirceur de l'âme dans toute ces variations offre des choix infinis en matière d'horreur. Et Barker est très doué pour nous faire ressentir des émotions contradictoires.
Les personnages sont une fois encore très complexes, ni bons, ni mauvais, ni blanc ou noirs, ils sont en lutte contre leurs démons intérieurs, au propre comme au figuré et c'est la beauté de la chose! Les protagonistes sont assez nombreux et il serait compliqué de vous les décrire tous, chacun d'eux ayant un rôle important. Je regrette seulement le manque de profondeur de certains, leur ressenti où leur histoire, car il me semble qu'ils auraient mérité que l'on les développe un peu.
Le sujet central, L'Art, est aussi assez peu développé, car j'ai trouvé assez flou la description et les détails qui concernent tout de même le pilier autour duquel tout tourne. Bien que ce puisse être un choix de la part de l'auteur de rester évasif étant donné la nature spirituelle de L'Art, et donc difficile à appréhender j'imagine.
Le rythme est prenant, les actions et rebondissements ne laissant aucun répit, et malgré quelques longueurs dans la narration, le tout laisse le lecteur avec une soif de lire toujours plus, jusqu'au final encore une fois apocalyptique.
En résumé, un roman que les fans de fantastique et d'horreur apprécieront, car si ce n'est pas le meilleur livre de Clive Barker, il est néanmoins fidèle aux attentes de ses lecteurs. Âmes sensibles s'abstenir!

Lien : http://www.lireoumourir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleur
  31 décembre 2015
Le fantastique de Barker s'enracine dans le réalisme le plus quotidien, dont il révèle peu à peu les abîmes, les failles et les souterrains. Ici, à partir du cimetière des lettres et des paquets jamais reçus, va naître une quête fabuleuse d'immortalité et de puissance où les mythes les plus anciens sont réactivés dans un monde, le nôtre, qui fait tout pour les exclure et les aplatir. L'épopée et l'extraordinaire sont là, dans le secret de nos vies : le rimacier se donne pour tâche de nous les montrer.
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
Lexpress   02 août 2016
Un roman d'horreur qui pourrait bien vous priver de sommeil. Pour les amateurs du genre, un livre à ne pas rater.
Lire la critique sur le site : Lexpress
ActuaBD   31 août 2011
Quand un responsable éditorial d’une dynamique maison d’édition BD californienne et un talentueux dessinateur chilien adaptent le maître de l’horreur Clive Barker, la magie opère…
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PyjamPyjam   14 novembre 2016
C'est ainsi qu'il avait créé les Lix : en éjaculant sur ses propres excréments. Les invocations séminales avaient toujours été ses préférées.

Tandis que les bêtes le besognaient, il laissa ses pensées retourner aux Lix gisant sur le carrelage, permettant aux ondes de sensation de grimper le long de son périnée jusqu'à ses couilles, afin de propulser son intention vers l'endroit où reposaient ses créatures.

Il leur suffisait d'un peu de vie pour dispenser un peu de mort...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
domisylzendomisylzen   21 septembre 2015
Cela se résumait à la constation suivante : le monde n'était pas tel qu'il semblait être. Loin de là. Des forces (gouvernementales, religieuses, médicales) conspiraient pour réduire au silence ceux qui avaient une idée plus que vague de ce fait, mais elles ne pouvaient pas les étouffer ou les incarcérer jusqu'au dernier.
Commenter  J’apprécie          30
NicolasFJNicolasFJ   16 mai 2012
Le souvenir, la prophétie et le fantasme - le passé, l'avenir et le moment de rêve entre eux - ne forment qu'un seul pays, ne vivant qu'une seule et immortelle journée.
Savoir ceci, c'est la Sagesse.
L'utiliser, c'est l'Art.
Commenter  J’apprécie          40
domisylzendomisylzen   22 septembre 2015
L'amour et la mort étaient les clichés suprêmes ; les obsessions jumelles des chansonnettes et des feuilletons télé.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Clive Barker (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clive Barker
Clive Barker's Master Class - Part I
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les titres des romans de Clive Barker

Quel est le titre correct ?

Le Palais des Devins
Le Domaine des Devins
Le Territoire des Devins
Le Royaume des Devins

12 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Clive BarkerCréer un quiz sur ce livre