AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Bories (Traducteur)
ISBN : 2228895164
Éditeur : Payot et Rivages (14/01/2002)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Il se l'était juré : cette fois, on ne l'y reprendrait plus. Son premier voyage chez les Dowayos l'avait lessivé (Un anthropologue en déroute, Payot, 1992). Transformé en banquier, en infirmier, en chauffeur, manipulé, vide, exploité jusqu'à l'os par une tribu hilare, il avait fini par comprendre que le sujet d'étude c'était lui pour tous ces braves montagnards.

Et pourtant... Lorsqu'il apprend que ces Dowayos vont reprendre une très ancienne cérémon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
pdemweb1
  08 juin 2015
Nigel Barley repart dans le village de son premier « travail sur le terrain » car une cérémonie de circoncision est en préparation.
Ce village se trouve dans la montagne au Cameroun proche de la frontière du Nigéria.
A l'époque du voyage, Boko Haram n'existait pas. le village est en pays dowayos, les habitants ont leurs propres rituels que Nigel Barley essaye de découvrir.
La précédente expédition était initiatique, Nigel Barley découvrait un monde qui lui était inconnu ce qui l'avait mis dans de nombreuses situations périlleuses. Et l'objet de ses recherches n'était pas défini.
L'objet de son récit était la découverte du « travail sur le terrain », les observations étaient denses, le récit cocasse et les sujets partaient dans toutes les directions.
Ce second séjour étant plus court, Nigel Barley a consacré plus de pages à des épisodes du voyage. le livre est très structuré, un chapitre par épisode même si la préparation du rite est omniprésente
Nigel Barley initie le lecteur à l'importance de l'étude du rite de la circoncision,
Nigel Barley est un anthropologue passionné, il ne se contente pas de suivre une seule étude, tout événement excite sa curiosité, même une séance de cinéma ! Il apprend la sorcellerie, il se marie ;-) mais il n'hésite pas à se moquer de lui-même quand il suit de fausses pistes ou quand il commet des bourdes, il n'oublie pas de raconter ses déboires avec des bureaucrates forts de leurs pouvoirs, ou de dénoncer les effets pervers des bonnes intentions du monde occidental.
Grâce à son humour et à son gout pour la pédagogie, Nigel Barley rend l'anthropologie passionnante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Tagrawla
  22 novembre 2014
Ce deuxième voyage chez les Dowayos n'est ni moins instructif ni moins réjouissant - surtout pour le lecteur - que le premier. Plus on découvre les écrits de Nigel Barley, plus on regrette que les anthropologues ne soient pas plus nombreux à livrer au grand public leurs aventures vues de l'intérieur.
Barley a un vrai talent pour couper l'herbe sous le pied du mythe du bon sauvage. Chez lui : ni niaiserie, ni vérités toutes faites. Il nous permet au contraire d'interroger notre vision du monde autant que notre perception du métier d'anthropologue.
Si vous avez aimé Un anthropologue en déroute, précipitez-vous sur ce deuxième opus, vous n'y prendrez pas moins de plaisir !
Commenter  J’apprécie          92
weda
  28 mai 2012
Certains vous diront que les deuxièmes parties sont moins intéressantes que les premières. même si on perd la nouveauté du principe de l'anthropologue. Il est délicieux de se plonger à nouveau dans les aventures de cet anglais aux confins de l'Afrique. Pour y avoir vécu moi même je dois dire que dans les passages les plus comiques il y a un sentiment de "déjà vu" très agréable.
Commenter  J’apprécie          30
ashjibe
  21 février 2013
J'viens de terminer [i][b]Le retour de l'anthropologue[/b][/i] de Nigel Barley. Deux ans après s'être rendu en Afrique pour étudier les rites de circoncision chez les Dayowas et avoir échoué car ce rite n'a lieu que tous les 6 ou 7 ans, Barley retourne sur place car des informateurs lui ont dit que cette cérémonie était sur le point d'avoir lieu. Sauf qu'entre temps des chenilles viennent semer la pagaille.
Barley parle de son travail d'anthropologue avec simplicité, sincérité et un humour très british. On est à mille lieues de la froideur scientifique d'un Marcel Mauss ou d'un Claude Lévi-Strauss période [i][b]anthropologie structurale[/b][/i]. A lire aussi bien pour les initiés à cette noble discipline qu'est l'anthropologie qu'au grand public. J'ai passé un bon moment.
Lien : http://unpetitcoindeparadis...
Commenter  J’apprécie          20
Davlin
  15 mars 2018
Excellent, très fin, britannique!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
pdemweb1pdemweb1   07 juin 2015
Quand une population perd son identité propre, les anthropologues regrettent surtout la perte de sa vision unique du monde, résultat de milliers d'années de pensée et d'interactions. De ce fait, l'étendue des cultures humaines diminue. L'importance anthropologique d'une population n'a rien à voir avec son importance démographique.
Commenter  J’apprécie          270
autres livres classés : camerounVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14765 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre