AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Aoustin (Traducteur)
EAN : 9782070424375
308 pages
Éditeur : Gallimard (02/09/2003)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Ce que les gens veulent savoir, qu'ils le demandent directement ou non, c'est comment j'ai pu tomber amoureuse de Stuart et l'épouser, puis tomber amoureuse d'Oliver et l'épouser, tout ça dans un laps de temps aussi court qu'il est légalement possible.

Eh bien, la réponse est que je l'ai fait et donc que c'est possible. je ne vous recommande pas particulièrement d'essayer, mais je vous assure que c'est possible.

Sentimentalement aussi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fanfan50
  23 janvier 2020
Ayant acheté autrefois ce livre en collection de poche, je viens de le relire – à petites doses – entre deux autres lectures tout aussi captivantes. J'aime son style, sa façon de recueillir puis de distiller des petites anecdotes bien senties sur la vie, l'amour et surtout son humour si typiquement british. C'est la suite de Love, etc dont je ne me souviens plus mais bon, le livre se lit bien même sans faire référence au premier. Gillian a épousé d'abord Stuart, puis a divorcé pour convoler avec Oliver avec qui elle a eu deux filles, Sophie et Marie. Je me trompe. L'auteur a fait raconter par Stuart leur histoire et donc j'ai pu en avoir un résumé. Cela aide. Stuart retrouve Oliver et de fil en aiguille, il lui propose de venir vivre dans un appartement qu'il loue. Ce sont des histoires de couples mais bien imbriquées, ce qui fait que c'est intéressant. Je pense le garder pour le relire dix ans plus tard avec toujours le même plaisir. Excellent auteur.
Commenter  J’apprécie          50
Philes67
  19 février 2013
Dix ans après "Love etc.", Stuart est de retour à Londres et tente de séduire à nouveau Gillian.
Stuart a réussi aux Etats-Unis pendant cette décennie et quand il revient à Londres il voit à quel point son ancien ami, Oliver s'est enferré dans un échec. Pensant Gillian malheureuse il va tout faire pour la récupérer et anéantir Oliver.
Commenter  J’apprécie          00
cathlivres
  11 août 2015
J'aurais dû rester sur mon souvenir du 1er tome...
Cette suite manque de socle et de pétillant, les personnages ont perdu leur souffle.
(lu 2013)
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   23 janvier 2020
Mme Wyatt : Amour et mariage. Les Anglo-Saxons croient depuis toujours qu’ils se marient pour l’amour alors que les Français se marient pour les enfants, la famille, la position sociale, l’argent. Non, attendez, je ne fais que répéter ce qu’a écrit un de vos propres experts. Elle – c’était une femme – a vécu dans chacun de ces deux mondes, et elle observait, sans juger, du moins au début. Elle disait que pour les Anglo-Saxons le mariage est fondé sur l’amour, un préjugé absurde puisque l’amour est anarchique et que la passion est condamnée à mourir, et que ce n’est pas une base saine pour le mariage. En revanche, toujours selon elle, nous autres Français nous marions pour des raisons sensées et rationnelles liées à la famille et aux biens matériels, parce que, contrairement à vous, nous reconnaissons que l’amour ne peut pas être enfermé dans la structure du mariage. Par conséquent nous avons fait en sorte qu’il n’existe qu’en dehors de lui. Ce qui, bien sûr, n’est pas parfait non plus ; en fait, à certains égards c’est tout aussi absurde. Mais peut-être est-ce une absurdité plus rationnelle… Aucune des deux solutions n’est idéale, et on ne peut s’attendre à ce que l’une ou l’autre mène au bonheur. Votre expert était une femme sage, et donc une pessimiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfan50fanfan50   23 janvier 2020
Oliver : Stuart a une Théorie, et je vous laisse méditer quelques joyeuses nanosecondes sur l’inepte conjonction – l’absurde hybridation – des premier et quatrième mots de cette phrase.
Stuart croit qu’on devrait laisser les animaux de ferme se promener dans la nature et dormir dans les meilleures auberges. Muy bien. Stuart croit que les légumes ne devraient pas être aussi dopés qu’un coureur du Tour de France. Excelente. Stuart croit que le joli veau au doux pelage ne devrait pas être traumatisé, dans ses ultimes instants en ce triste monde, par la vue même fugitive d’un équarrisseur maniant une tronçonneuse. Perfecto.
Stuart, rassuré par l’approbation populaire que provoquent ces vertueux sentiments, se permet d’aller plus loin sur cette voie. Un Anglais doté d’une théorie, oh mon Dieu – c’est comme de porter un costume en tweed au Cap-d’Agde. Ne fais pas ça, Stuart ! « Mais non, il leur faut encor / Plier leur prochain à leur volonté. » Et donc Stuart, vêtu de pied en cap de laine six-fils, nage en chien parmi les nudistes en tenant le manifeste suivant entre ses canines : L’humanité elle-même doit devenir biologique ; le citadin peut revendiquer une certaine parenté avec le goret stressé ; nous devons nous griser d’air pur loin de ces redoutables sigles de pollution avec lesquels il prend plaisir à nous effrayer ; nous devons cueillir des baies sauvages et occire le lapin du dîner avec un arc et une flèche, puis danser sur la mousse humide comme dans une vision arcadienne de Claude le Lorrain.
Autrement dit, il veut que nous redevenions tous des chasseurs-cueilleurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   23 janvier 2020
Quand Stuart m’a engagée comme maître – ou faut-il dire maîtresse ? - d’hôtel pour son restaurant, il a fait une bonne affaire et il le savait. Un chef de cuisine peut être génial ou nul, mais sans un bon accueil et un bon service il n’a aucune chance. Tout commence là. Au téléphone, à la réception, au vestiaire, au bar. Talents requis : savoir amadouer un client quand il arrive à l’heure et que sa table n’est pas prête ; arranger les choses quand on attend deux personnes et qu’il s’en présente six ; hâter le service d’une table sans que les clients s’en aperçoivent. Des détails, mais qui comptent. Ne montrer aucune surprise quand le type qui vient dîner tous les vendredis avec son épouse adorée commence à amener sa petite amie le mardi aussi. Deviner si une femme demande l’addition parce qu’elle a l’intention de payer ou parce qu’elle s’ennuie mortellement. Présentation neutre de l’addition en cas de doute. Des détails, mais qui comptent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DravotDravot   30 mai 2012
Bref ce fut un de ces épisodes que connaissent tous les couples mariés, dans lesquels on discute à moitié des choses avant de prendre une décision basée sur toutes les autres choses dont on n'a pas parlé.
Commenter  J’apprécie          30
DravotDravot   30 mai 2012
Pour le prix d'un gîte languedocien ensoleillé et idyllique, avec un beau potager, on peut avoir la moitié d'un tuyau de cheminée dans un quartier londonien dont je rougis de donner le code postal. Même le facteur se perd en venant ici. De temps en temps on peut voir un bus, si quelque type du coin mécontent parvient à en détourner un sous la menace d'une arme pour lui faire remplir sa mission.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Julian Barnes (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julian Barnes
Payot - Marque Page - Julian Barnes - La seule histoire
autres livres classés : angleterreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
731 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre