AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782715247079
272 pages
Éditeur : Le Mercure de France (06/09/2018)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 220 notes)
Résumé :
Un premier amour détermine une vie pour toujours : c'est ce que j'ai découvert au fil des ans. Il n'occupe pas forcément un rang supérieur à celui des amours ultérieures, mais elles seront toujours affectées par son existence. Il peut servir de modèle, ou de contre-exemple. Il peut éclipser les amours ultérieures ; d'un autre côté, il peut les rendre plus faciles, meilleures. Mais parfois aussi, un premier amour cautérise le coeur, et tout ce qu'on pourra trouver en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  08 mai 2020
Voici un livre approché sans à priori de ma part, Barnes étant un auteur dont certains livres m'ont subjuguée, comme le perroquet de Flaubert, ou Le fracas du temps, mais d'autres déçue ou ennuyée comme Une fille qui danse ou Lettres de Londres.
Le sujet semble d'emblée être celui d'un premier amour d'un jeune garçon de 19 ans, Paul, qui restera pour lui l'Amour de sa Vie. Nous sommes dans les années 60 dans une petite ville du Surrey, dans un milieu " British middle class" très conservateur. Enserré dans un moule, chacun suit un schéma de vie préétabli, où les déviations sont à éviter . Or Paul tombe amoureux de Susan, sa partenaire de tennis, une femme de quarante-huit ans. Elle est mariée et a deux filles adultes plus âgées que lui. Ils sont tous les deux « vierges » vu que lui n'a rien connu à part l'esquisse d'une relation douteuse et elle qu'un mari, dont la fonction n'est pas allée plus loin qu'engendrer deux filles. L'inexpérience étant pourtant d'ordre différent pour les deux. Comme ce n'est pas du Barbara Cartland, le procédé narratif exquis (v.o.) de Barnes dans la forme et le fonds, en donne une histoire beaucoup plus profonde que celle du scénario du départ.
L'écrivain décortique une relation adultère et singulière, dans le cadre des failles de la société anglaise de l'époque, des débuts de “La révolution sexuelle” des années 60 acclamée dans les médias, où l'orgasme féminin fait ses débuts, et celui d'une famille et d'un mariage, celle de Susan (« Je rodais chez les Macleod,, partiellement en anthropologue et sociologue et pleinement en amant *»). Le mariage étant à l'époque, et à mon avis encore aujourd'hui plus une question d'institution que d'amour, et ayant ici une face cachée très sombre. Le mari est très présent dans le cadre, mais non dans la relation, “il n'avait rien à faire avec notre relation, vous comprenez **?”.
Barnes revient sur les failles de la mémoire ( comme dans l'excellente première partie d'Une fille qui danse, «  il reconnaissait que la mémoire était non fiable »*** ), l'histoire étant racontée par Paul 30 ans plus tard, introspecte le guet-apens de la violence domestique et touche à un fléau que je ne mentionnerais pas ici par respect pour les futurs lectrices et lecteurs.....
Une autre originalité du livre est le style narratif . Du ‘je' de la première Partie du livre, Paul passe à ‘tu' dans la deuxième, où il se distancie de la suite des événements, et assiste avec peine, presque impuissant, à la détérioration de la situation. Et dans la troisième et dernière partie, pour moi la plus poignante, prenant encore plus de distance, il fait le bilan de son passé narré à la troisième personne du singulier, l'agrémentant de nombreuses questions sans réponse....n'est-ce-pas finalement ça la Vie ?
Bref un livre complexe où l'auteur à travers la perspective d'un adolescent, mais pas tout à fait, puisque il le raconte déjà vieux ( là il triche un peu 😊 ), revenant sur son passé, parle de la Vie et de ses aléas d'une façon très juste et touchante. La difficulté de faire face aux réalités, l'impuissance de trouver une solution avant qu'il ne soit trop tard, l'imbroglio où on s'empêtre car la raison et les sentiments ne vont pas de paire, le sentiment terrible de la culpabilité, l'amour qui n'est pas éternel et qui ne peut pas tout résoudre (‘s'aimer ne mène pas forcément au bonheur ‘), et le lourd fardeau du passé qu'on traine et sur lequel on ne peut tirer un trait , même si la chance s'y présente, sont les nombreux thèmes de ce livre intense et superbe. Barnes , même si je n'est pas aimé certains de ses livres, reste pour moi un grand auteur.

“Would you rather love the more, and suffer the more; or love the less and suffer the less? “
( Voudriez vous plutôt aimer beaucoup et souffrir beaucoup ; ou aimer moins et souffrir moins ? )

*« I used to prowl the Macleod house, part anthropologist, part sociologist, wholly lover ».
** « He had nothing to do with us, do you see ».
*** « He recognized that memory was unreliable ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1138
nameless
  23 décembre 2018
En vacances estivales au Village chez ses parents, Paul, 19 ans, étudiant, intègre le club de tennis local sur l'insistance de sa mère, qui voit dans cette institution bien anglaise, un vivier de potentielles futures épouses pour son fils. Alors que les membres du club en sont encore à évaluer, non sans ironie, sa conformité sociale et à vérifier son côté classe-moyenne-acceptable, Paul ne choisit pas de tomber amoureux de Susan, de 30 ans son aînée, mariée, mère de deux filles plus âgées que lui. Chacun, chacune a son histoire d'amour, qu'elle soit un modèle ou un contre-exemple, un fiasco ou une réussite, qu'elle dure toujours ou tourne court. C'est l'histoire de l'amour de Paul pour Susan que livre, plusieurs décennies après leur première rencontre, Julian Barnes dans La seule histoire.

Paul prévient : il ne raconte pas les événements forcément dans leur ordre de survenue, car la mémoire trie et tamise selon les exigences de celui ou celle qui se souvient, et privilégie, sans doute, ce qui est le plus utile pour aider le porteur de ces souvenirs à aller de l'avant. Au début des années 70, en pleine Révolution sexuelle, une époque de plaisirs instantanés et de libres aventures sans culpabilité, où le désir sans frein et la légèreté sont à l'ordre du jour, sa liaison exclusive avec Susan transgresse autant les anciennes normes que les nouvelles. Brisant les tabous, les conventions sociales, bravant la réprobation publique et familiale, qui interdisent à un jeune homme d'aimer une femme bien plus vieille que lui et à une mère de famille de « les prendre au berceau », Paul et Susan partent vivre à Londres. Paul devient avocat et Susan alcoolique.

Paul, impuissant malgré toutes ses tentatives pour l'aider, assiste en une dizaine d'années, à la lente désintégration de celle qu'il aime, expérimente que l'amour le plus ardent, le plus sincère, suffisamment meurtri, peut se muer en un mélange de pitié et de colère. Il se demande alors s'il n'aurait pas dû moins aimer pour moins souffrir, ou comme le suggère Alfred Tennyson, s'il vaut mieux avoir aimé et perdu ce que l'on aimait, plutôt que de n'avoir jamais aimé. Mais ce ne sont pas de vraies questions, car aucun choix n'existe puisque l'on ne peut contrôler la force d'un amour. Si tel était le cas, il ne s'agirait pas d'amour. N'est-ce pas ?

La seule histoire est un roman bouleversant, douloureux, mais surtout lucide. Un homme se penche sur sa vie avant que les portes ne se referment définitivement, et effectue une dernière mise au point pour tenter de la rendre plus nette. Un roman mélancolique et crépusculaire mais un grand roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8314
Ladybirdy
  07 janvier 2019
J'aurai bien aimé apprécier cette histoire mais je suis passée littéralement à côté. La seule histoire, je m'attendais à découvrir une histoire d'amour, me plonger dedans et dans tous ses contours.
Paul a dix-neuf ans lorsqu'il rencontre Suzanne qui en a quarante-huit. Il a tout à apprendre et tout à donner.
Je ne l'ai pas ressentie cette histoire d'amour, j'avais cette impression que même les personnages ignoraient le fond de leur histoire. Trop de distance. Trop de discours sur tout ce qui est extérieur à l'histoire du couple.
L'écriture est pourtant soignée. C'est sur le fond que je bloque. Si après cent pages je n'apprends toujours rien des personnages, de leurs sentiments, leurs envies, à quoi bon.
Après cent pages, j'ai capitulé...
Commenter  J’apprécie          839
torpedo
  01 avril 2020
Paul se penche sur son passé, un seul mot en tête : Susan. Il se souvient comment âgé de 19 ans il a rencontré puis vécu pendant une dizaine d'années une passion avec Susan Macleod qui aurait pu être sa mère.
Il égrène pêle-mêle les souvenirs passés au tamis de la mémoire. Comment les moments éphémères et joyeux des débuts ont peu à peu laissé place au mensonge, à l'aveuglement, au déni, à la colère, à la fuite, à la lucidité. Pour ce qui constitue à ses yeux sa seule histoire d'amour.
Julian Barnes nous livre ici un texte fort sans faux semblant, bouleversant de justesse.
Commenter  J’apprécie          631
motspourmots
  13 septembre 2018
Julian Barnes et moi c'est une relation de quoi... trente ans ? Oui, déjà... Depuis le perroquet de Flaubert. Ses livres couvrent une pleine étagère de ma bibliothèque, je les aime trop pour m'en séparer. Toujours profond, jamais ennuyeux. Avec cette petite touche britannique que sa francophilie rend encore plus réjouissante. Une pointe d'ironie mordante, toujours intelligente. Mais depuis quelques livres, depuis Pulsations, son très joli recueil de nouvelles qui faisait suite au décès de sa femme, il y a chez l'auteur un voile de nostalgie. Ses héros - comme lui certainement - se retournent désormais sur leur vie, tentent de mettre de l'ordre dans leurs souvenirs, essayent de mettre en phase leur mémoire avec leurs sensations. Pulsations, Une fille, qui danse... étaient les prémices de ce qui s'avère être à mon sens son plus grand roman : La seule histoire.
"Un premier amour détermine une vie pour toujours : c'est ce que j'ai découvert au fil des ans. Il n'occupe pas forcément un rang supérieur à celui des amours ultérieures, mais elles seront toujours affectées par son existence. Il peut servir de modèle, ou de contre-exemple. Il peut éclipser les amours ultérieures ; d'un autre côté il peut les rendre plus faciles, meilleures. Mais parfois aussi, un premier amour cautérise le coeur, et tout ce qu'on pourra trouver ensuite, c'est une large cicatrice."
A 19 ans, Paul est tombé amoureux de Susan sur un court de tennis alors que, le temps d'un été il s'est trouvé par hasard être son partenaire de double. Susan a 48 ans, un mari, deux filles. Dans cette petite ville au sud de Londres, dans l'Angleterre des années 60, tous les ingrédients du scandale sont réunis. Mais à la britannique, sans bruit. La relation dure, les deux amants s'installent ensemble à Londres où ils vivront une dizaine d'années avant de se séparer, l'addiction de Susan à l'alcool ayant raison des efforts de Paul. Pourtant, Paul n'a jamais réellement quitté Susan...
Ce que nous raconte Julian Barnes, c'est la façon dont "la seule histoire" continue à vivre en nous longtemps après qu'elle s'est terminée. Dans la première partie, à la première personne du singulier, Paul, cinquante ans après sa rencontre avec Susan raconte les débuts de leur amour, comme il s'en souvient, avec ce que la mémoire veut retenir en priorité. Il dit magnifiquement l'amour du jeune homme pour cette femme qui "avait appris la vie avec la vie" tandis que lui "l'apprenait dans les livres". La deuxième partie bascule à la deuxième personne du pluriel, ce vous qui interpelle le lecteur pour mieux le prendre à témoin et lui donner à voir l'envers du décor... l'alcool qui envahit la vie de Susan alors qu'elle ne buvait pas une goutte lorsque elle vivait avec son mari, le déséquilibre psychiatrique qui brouille peu à peu son cerveau, Paul qui s'interroge sur son incapacité à empêcher cette dégringolade. La troisième partie, de nouveau à distance adopte la troisième personne du singulier pour raconter l'après. La vie de Paul sans Susan et pourtant toujours, quelque part, avec elle. Et cette partie, croyez-moi, est poignante.
"Il lui semblait qu'une des dernières tâches de son existence était de se souvenir d'elle correctement. (...) c'était son ultime devoir, envers elle et lui-même, de la garder en mémoire comme elle avait été dans leurs premières années ensemble. de se souvenir d'elle au temps de ce à quoi il pensait toujours comme étant son innocence : une innocence de l'âme".
Tout ceci est d'une beauté à tordre le coeur. Parce que l'amour ici n'a rien d'anecdotique, n'est entaché d'aucun cliché. Parce que ce qui vit dans l'esprit de Paul est si fort, si riche, si perturbant, si contraignant aussi qu'on ne peut s'empêcher de penser qu'on est très loin de l'amour jetable dont les romans contemporains se font habituellement l'écho.
La seule histoire est un roman qui se déguste lentement, dans lequel on se love et dont on n'a pas envie de sortir. Un roman qui rassure, encourage, console peut-être. Beau à pleurer.
"Une citation dans son carnet, qui avait survécu à plusieurs relectures : "En amour, tout est vrai, tout est faux ; et c'est la seule chose sur laquelle on ne puisse pas dire une absurdité" (Chamfort). Il avait aimé cette remarque depuis qu'il l'avait découverte. Parce que, pour lui, elle ouvrait sur une pensée plus large : celle que l'amour lui-même n'est jamais absurde, ni aucun des participants. Toutes les sévères orthodoxies de sentiments et de comportements qu'une société peut chercher à imposer, l'amour les esquive. On voit parfois, dans la cour de ferme, d'improbables formes d'attachement - l'oie éprise de l'âne, le chaton jouant sans crainte entre les pattes du molosse enchaîné. Et, dans la cour de ferme humaine, il existe des formes d'attachement tout aussi improbables ; et pourtant jamais, aux yeux des participants, absurdes."
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4910


critiques presse (8)
LaPresse   06 juin 2019
L'écrivain britannique Julian Barnes a reçu mercredi le prix français Jean d'Ormesson pour La seule histoire, roman poignant sur les cicatrices que laissent un premier amour.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Bibliobs   19 octobre 2018
La chronique d'un amour interdit, cousin du «Blé en herbe», dans la banlieue anglaise des années 1960: Paul, 19 ans, file le parfait amour avec Susan, 48 ans, une femme mariée et mère de deux filles. Ils devront fuir à Londres, où Paul deviendra avocat et Susan, alcoolique. Le 16e roman, son plus accompli, de Julian Barnes.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   05 octobre 2018
Dans « La Seule Histoire », le romancier britannique dit, tout en subtilité, le premier amour et la perte de l’innocence.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   01 octobre 2018
Frappé par le chagrin depuis la mort de sa femme, en 2008, la célèbre agent littéraire Pat Kavanagh, Julian Barnes trempe sa plume dans le breuvage complexe du sentiment amoureux comme pour ressusciter ses émotions d'antan.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaCroix   21 septembre 2018
Dans un superbe roman de formation, Julian Barnes évoque une destinée sentimentale singulière, centrée sur un amour unique.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeSoir   17 septembre 2018
Dans « La seule histoire », l’auteur anglais va à l’essentiel : l’amour.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Actualitte   10 septembre 2018
Loin d’être un roman d’apprentissage, La seule histoire ne se passe pas de jugements ou de leçons (ils sont nombreux de la part du narrateur), mais constate doucement le progressif et nécessaire abandon amoureux.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Bibliobs   04 septembre 2018
Dans "la Seule histoire", l'écrivain britannique raconte la passion entre un jeune homme et une femme plus âgée. Un beau et terrible roman sur l'usure du temps.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   10 avril 2021
« Elle disait qu’elle voulait reposer sur mon épaule aussi légèrement qu’un oiseau. Je trouvais cela poétique. Et aussi fichtrement génial, juste ce qu’il faut à un gars. Jamais eu de goût pour les pots de colle. »
L’homme marqua une pause. Lui, Paul, soufflait toujours volontiers de quoi relancer l’interlocuteur.
« Mais ça n’a pas marché ?
- Deux problèmes. » L’homme inhala la fumée, et la souffla dans l’air parfumé. « Primo, les oiseaux s’envolent, n’est-ce-pas ? C’est dans leur nature. Et secundo, avant de partir, ils vous chient toujours sur l’épaule. »
Et là-dessus il écrasa son mégot, hocha la tête, et s’éloigna sur la plage vers la mer calme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fanfan50fanfan50   10 avril 2021
Quelques semaines plus tard, elle vous tend deux ou trois feuilles de papier.
« Ne lis pas ça devant moi. »
Vous vous éloignez et, dès la première phrase lue, votre optimisme s’évapore. Elle a transformé sa vie, et son mariage, en une courte histoire comique, qui vous semble tirée de quelque écrit de l’humoriste américain James Thurber. C’est peut-être le cas. L’histoire d’un homme en costume trois-pièces, appelé Mr Elephant Pants, qui chaque soir va au pub – ou au bar de la gare de Manhattan – et rentre chez lui dans un état qui inquiète fort sa femme et ses enfants. Il renverse le portemanteau, frappe du pied les pots de fleurs, crie après le chien, provoquant un sentiment de Grande Alarme et d’Abattement, et n’arrête son tapage que lorsqu’il finit par s’endormir sur le canapé et ronfle à en faire tomber les tuiles du toit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   10 avril 2021
« Je peux vous demander autre chose ?
- Vas-y ?
- Pourquoi trichez-vous en faisant vos mots croisés ?
Joan a éclaté de rire. « Petit effronté ! Je suppose que c’est Susan qui te l’a dit. Eh bien, c’est une bonne question, et à laquelle je peux répondre. » Elle a avalé une autre gorgée de son gin. « Vois-tu… j’espère que tu n’en seras jamais là toi-même, mais certains d’entre nous atteignent un point dans la vie où ils se rendent compte que rien n’a d’importance. Que rien n’a plus la moindre foutue importance. Et un des rares avantages en est qu’on se doute bien qu’on ne va pas aller en enfer pour avoir mis des mauvaises réponses dans les cases. Parce qu’on a déjà connu l’enfer et on ne sait que trop bien comment c’est.
- Mais les solutions sont à la fin du magazine…
- Ah, mais tu vois, pour moi, ça serait tricher. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   10 avril 2021
Dans quelque roman lu plus tard, il avait remarqué cette phrase : « Il tomba amoureux comme on se suicide ». Ce n’était pas tout à fait ça, mais il y avait cette impression de ne pas avoir le choix. Il ne pouvait pas vivre avec Susan ; il ne pouvait pas se construire une vie séparée, loin d’elle ; par conséquent, il retournait vivre avec elle. Courage ou lâcheté ? Ou simple inévitabilité ?
Commenter  J’apprécie          10
fanfan50fanfan50   10 avril 2021
(Maurice) Il était tout à fait cordial. Il m’a serré la main. Il a accepté une tasse de café, a fait usage des toilettes, a demandé un cendrier, et a évoqué ces sujets falots et généraux tant apprécié des adultes. Susan était en mode « maîtresse de maison », ce qui impliquait une atténuation de certaines choses pour lesquelles je l’aimais le plus : son irrévérence, son rire d’esprit libre au spectacle du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Julian Barnes (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julian Barnes
Julian Barnes - L'Homme en rouge
autres livres classés : alcoolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4032 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre