AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Monique Lebailly (Traducteur)
EAN : 9782290312094
381 pages
Éditeur : J'ai Lu (31/08/2002)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Le jeune Amatus a vérifié, pour son malheur, le vieil adage qui affirme qu' "un enfant qui goûte trop tôt au Vin des Dieux n'est plus que la moitié de lui-même " : après un verre bu en cachette, le voilà privé de tout le côté gauche de sa personne ! Dans sa colère, le bon roi Boniface fait exécuter les quatre responsables de cette tragédie : l'Alchimiste, la Sorcière, la Gouvernante et le Capitaine de la Garde du Royaume. Un an et un jour plus tard, quatre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Luniver
  01 juin 2013
Le proverbe est clair : « Un enfant qui goûte trop tôt au Vin des dieux n'est plus que la moitié de lui-même ». Et en effet, quand Amatus, prince royal, parvient à en boire un plein gobelet, la moitié gauche de son corps disparaît entièrement. Les responsables sont aussitôt châtiés : la Servante Personnelle du prince, chargé de lui montrer ce qu'est un comportement irréprochable ; l'Alchimiste Royal, chargé de la confection du Vin des dieux (et la tâche est complexe, la dernière étape étant de « laisser tomber ladite fange goutte à goutte, juste au moment où la couleur d'un ciel sans nuages à sept heures d'un matin d'été s'y voyait totalement absorbée et que les flocons d'un champ de neige illuminé par la lune flottaient encore à sa surface ») ; la Sorcière Royale, qui a la lourde tâche de lancer malédictions et quêtes pour permettre aux jeunes hommes de devenir chevalier ; et le Capitaine de la Garde qui, après avoir exécuté tous les autres, parvient à s'exécuter lui-même avec beaucoup de talent.
Le royaume lance alors un appel pour pourvoir les postes désormais vacants. Les candidats défilent, mais aucun ne trouve grâce aux yeux du roi. Un an plus tard, alors que plus personne ne l'espérait, un groupe de quatre individus se propose pour les quatre postes. Une malédiction sur un jeune enfant, un groupe de quatre mystérieux compagnons, arrivé un an jour pour jour après l'annonce... pour le roi et son ministre, la chose est claire : un conte vient de débuter.
Et une longue quête commence pour que le prince retrouve l'intégralité de son corps. Ses compagnons et lui connaissent toutefois tous les mécanismes des contes, ce qui leur simplifie beaucoup la tâche : savoir que la réponse est toujours « un homme » quand un monstre vous pose une énigme, ou qu'il ne faut jamais regarder en arrière quand on sort une jeune fille des mondes souterrains, est toujours utile.
L'auteur s'amuse dans ce récit qui respecte tous les clichés du genre tout en s'en moquant : le prince doit sauver une jeune vierge, déjouer les pièges d'une sombre créature qui jette une malédiction sur la ville, récupérer le trône confisqué par un usurpateur... et connaît très bien les passages obligés pour chaque problème. le livre aurait toutefois gagné a être légèrement plus court : l'effet de surprise s'émousse et la fin traîne un peu en longueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LuniverLuniver   30 mai 2013
En bas se déroulait une scène confuse, car drapeaux et banderoles demeuraient encore inconnus dans le Royaume, si bien que l'on ne distinguait pas les différents partis les uns des autres et que, de surcroît, l'un d'entre eux ne se trouvait même pas là en vue d'une algarade – seulement, les marchands de légumes, rosseurs de morue et fabricants de fromage qui avaient hérité des générations de commerçants précédentes le droit d'installer leurs étals là, devant l'acrostiche, comptaient parmi les royalistes les plus fervents que l'on pouvait rencontrer, aussi quand la foule disparate des mécontents était survenue, ils s'étaient immédiatement jetés sur elle.

Les mécontents n'étaient guère mieux organisés. Une des factions avait été rameutée par les espions de Waldo. Une autre se composait de différentes personnes qui, ne sachant pas encore si oui ou non la famille royale se préoccupait des récents évènements, voulaient requérir en toute sincérité l'aide du prince ou du roi. Il y avait aussi des ivrognes et des ruffians qui se joignaient à n'importe quelle foule, surtout dans l'espoir de vider quelques poches ou de voir l'affaire se transformer en célébration où l'on offrirait à boire à tout le monde.

Quelque part dans ce chaos se trouvaient cinq républicains véhéments dont aucun ne s'accordait sur quoi que ce fût avec les autres, excepté sur le fait que toutes les fautes incombaient à la monarchie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LuniverLuniver   02 juin 2013
Les bandits célibataires ne valent rien. Tout d'abord, ils ne respectent pas les jeunes filles et cela contrarie les hommes que l'on dépouille, et avant qu'on ait pu le prévoir, un idiot sort une arme et alors tout peut arriver. Pire encore, quand un brigand célibataire a recueilli sa part de butin, croyez-vous qu'il va continuer à travailler ? Oh ! non, il file le dépenser en ville, où il se fera probablement prendre et nous obligera à risquer notre peau pour le sauver, et il finira probablement par trahir nos secrets. Tandis qu'un bandit marié – surtout dans une bande de brigands mariés –, ça, c'est un bon malandrin. Il n'importunera jamais une jeune fille, parce qu'il sait que les autres en parleront à leur femme et que, tôt ou tard, cela parviendra aux oreilles de la sienne. Quant à dépenser son butin en ville – allons donc. Il faut grossir les économies, et il y a les chaussures à acheter pour les enfants, et peut-être un nouveau toit de chaume pour la maison, et si le butin est assez considérable, il commence à ressembler un premier versement qui permettra d'acheter quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LuniverLuniver   28 mai 2013
Un vieil adage disait : « Un enfant qui goûte trop tôt au Vin des dieux n'est plus que la moitié de lui-même. » Comme les sages du Royaume enseignaient, depuis des temps immémoriaux, que plus un dicton est ancien, plus il est vrai, on ne donnait jamais de Vin des dieux aux jeunes enfants.
Commenter  J’apprécie          150
LuniverLuniver   29 mai 2013
La conduite de la Servante Personnelle du Prince devait être irréprochable, non parce qu'on espérait que le Prince fasse de même, mais afin qu'il sache en quoi consistait un tel comportement.
Commenter  J’apprécie          80

Video de John Barnes (1) Voir plusAjouter une vidéo

Referendum : réactions Londres
Europe : Suite au " Oui " français à Maastricht, reportage à Londres pour illustrer les réactions à l'étranger Micro-trottoirs : les personnes intérrogées souhaiteraient un réferen en grande Bretagne. Interview de John BARNES, professeur de sciences politiques au LOndon School of Economics ( en anglais, trad.off) expliquant les motifs du refus du premeir ministre JOHN major à...
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1567 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre